Orange Guinée, 1er à proposer une offre résidentielle 4G en Guinée !

22 novembre 2019 à 11 11 49 114911

En Mai 2019, Orange Guinée lançait le 1er réseau 4G du pays, précisément à Conakry !

Annoncé déjà en Mars, lors de la signature de sa licence, l’opérateur confirmait la révolution numérique en marche, celle la même amorcée au lancement d’Orange en Guinée, puis lors du lancement de la 3G+ et du mobile banking- Orange Money – dont il est rappelons-le – le précurseur sur le territoire.

Aujourd’hui, Orange Guinée vient une fois de plus témoigner à tous du respect de son engagement : offrir à tous les guinéens un accès au meilleur du digital : de l’abondance, une utilisation simplifiée des applications, une navigation à très grande vitesse.

En effet, après le lancement des forfaits généreux- plus de volume à prix compétitifs pour que chacun puisse en profiter ; la disponibilité de la 4G en régions- Boké, Kamsar, Fria, Labé & Mamou ; Orange Guinée propose la HomeBox.

La HomeBox est une offre résidentielle : elle est la 1ère du marché à s’adresser au grand public pour une utilisation de la 4G à la maison, sans engagement.

Elle se compose d’une flybox, un boitier qui assure une connexion en wifi jusqu’à 32 appareils

Elle est proposée en dual play pour toutes les personnes qui veulent enfin avoir une offre qui leur permette d’accéder à l’internet Haut Débit à la maison mais aussi avoir un téléphone fixe pour émettre et recevoir des appels- très utile pour pouvoir joindre ses enfants en cas d’urgence.

A la souscription, 15Go valables un mois sont offerts. Ensuite, des forfaits exclusivement réservés à l’offre sont disponibles.

Ceux-ci ont été pensé pour répondre aux utilisations diversifiées que peuvent avoir les membres d’une famille : des enfants qui regardent des dessins animés ou vidéos ; des adolescents qui sont sur leurs réseaux, suivent des films en HD ou font des recherches pour leurs devoirs ; les parents qui envoient des mails, téléchargent des fichiers…

Les forfaits proposés – à partir de 96.000 GNF- sont surtout pensés pour être accessibles de tous : 3 formules internet et appels- dont les tarifs seront dégressifs.

Orange Guinée entend à travers ce lancement permettre aux familles de profiter du meilleur de l’internet- la 4G – à la maison.

Et cela, à l’image de son souci pour les professionnels auxquels l’opérateur propose, depuis Août 2019, la Flybox Pro 4G ; une Flybox 4G permet aux petites entreprises, aux structures soucieuses de mieux communiquer tout en maîtrisant leurs charges avoir accès aux avantages du très haut débit pour être à la fois connecté et connecter les collaborateurs en wifi ; envoyer des mails, utiliser des applications ou encore télécharger des dossiers. Elle assure la performance de leurs activités professionnelles.

Dans un premier temps, la Flybox 4G pour les pros ou encore l’offre HomeBox sont proposées aux clients dans les zones couvertes par la 4G.. Ces solutions seront très prochainement disponibles dans les autres villes en région…

Orange Guinée entend donc véritablement offrir à l’ensemble des guinéens une expérience incomparable et faire de la révolution numérique leur réalité.

A propos d’Orange Guinée

Orange Guinée a lancé ses activités commerciales en Guinée en 2007. Orange met tout en œuvre pour accompagner les des guinéens dans leur développement en leur proposant le meilleur de la technologie.. 1er à lancer la 3G+, Orange Money et la 4G, Orange Guinée couvre l’ensemble de la Guinée et dispose du plus large maillage de distribution en
Guinée : plus de 26.000 points de vente pour mieux servir les guinéens.

Avec un chiffre d’affaires de près de 14,687 milliards à a fin 2018, près de 400 emplois directs, et plus de 200.000 indirects, l’opérateur est depuis 2015, leader du secteur des télécommunications en Guinée avec, aujourd’hui, plus de 7,8 millions de clients. En 2016 Son engagement sociétal se traduit par un impact socio-économique élargi évaluée à 623 Millions d’Euros dans les domaines de la santé, éducation et employabilité. Orange Guinée met l’expérience clients au cœur de sa stratégie et entend bien devenir être reconnu comme l’opérateur multi-services et digital, celui préféré des Guinéens, leur partenaire de l’inclusion digitale.

Fin

Lire

Le DPJ de Tougué à Kassory Fofana : « nous soutenons la révision constitutionnelle »

21 novembre 2019 à 19 07 24 112411

A l’occasion de la réception ce jeudi, 21 novembre 2019, du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana (parti effectuer le lancement de l’agence nationale d’inclusion économique et sociale) à Tougué, le directeur préfectorale de la jeunesse de la cité de Thierno Saliou Balla Mö Koïn a exprimé l’adhésion « des jeunes de Tougué » au projet de changement de l’actuelle constitution de la Guinée.

A la faveur d’une allocution dans laquelle il a présenté Tougué comme « un terminus », Saïkou Oumar Baldé a déclaré, sans ambages, le soutien des jeunes de cette localité aux « idéaux de révision constitutionnelle » qui fait actuellement débat dans le pays, a appris le correspondant de Guineematin.com dans cette préfecture.

Saïkou Oumar Baldé, Directeur préfectoral de la jeunesse de Tougué

« Cette date du 21 novembre sera marquée en lettre capitale dans les annales de l’histoire de Tougué, cité de l’illustre Thierno Saliou Balla Mö Koïn… excellence monsieur le Premier ministre, un adage nous dit : quand le soleil brille, ouvre lui la porte », a entamé Saïkou Oumar Baldé, devant les populations qui se trouvaient au stade préfectoral de Tougué.

Poursuivant son allocution, le directeur préfectoral de la jeunesse de Tougué a laissé entendre que c’est le peuple de Guinée qui a fait des prières afin que Dieu lui fasse goûter les délices de la démocratie. « Cet appel a été entendu, à notre grand honneur, par l’accession à la magistrature suprême de son excellence le Professeur Alpha Condé, premier président démocratiquement élu. Sans démagogie, la jeunesse vous ouvre largement les portes à Tougué. Ce mandat nous ait dédié ; et, nous sommes et resterons les premiers bénéficiaires », a dit Saïkou Oumar Baldé, tout en énumérant le déficit de personnel et la vétusté du bâtiment qui abrite la direction qu’il dirige en tant que bénévole.

Visiblement très honoré de la présence du Premier ministre dans cette ville, qui est vieille de plus d’un siècle, le directeur préfectoral de Tougué a exprimé le soutien des jeunes de Tougué à un changement constitutionnel en Guinée.

« Honorables hôtes, votre présence à Tougué nous honore, nous rassure, nous encourage et nous galvanise à plus d’un titre. Elle traduit la ferme volonté du chef de l’Etat et de son gouvernement à œuvrer pour l’épanouissement des jeunes. La jeunesse laborieuse de Tougué est et restera tournée vers le développement…Tougué a été fondée en 1901 ; et, elle brille aujourd’hui par sa vétusté et toutes les priorités de développement sont prioritaires. Nous espérons que la réalisation des activités programmées (bitumage de la route Labé-Koukoutamba-Dinguiraye, barrage hydroélectrique de Koukoutamba…) sera génératrice d’emploi et participera au désenclavement de Tougué. Ainsi, notre préfecture cessera d’être un terminus, mais plutôt un passage obligé pour tout voyageur. Par la même occasion, nous vous réitérons notre totale adhésion au programme de changement pour le développement économique, social et politique de notre pays, prôné par le Professeur Alpha Condé. Nous soutenons sans réserve les nobles idéaux de paix, de progrès, de prospérité et de la révision constitutionnelle de notre pays », a conclu Saïkou Oumar Baldé.

De Tougué, Alpha Ibrahima Baldé pour Guineematin.com

Lire

Labé : une mineure violée par un conducteur de taxi moto

21 novembre 2019 à 15 03 52 115211

Un nouveau cas de viol sur mineure a été enregistré récemment dans la commune urbaine de Labé. Les faits se sont produits dans la nuit du lundi au mardi 19 novembre 2019, au secteur Djanyabhé, relevant du quartier Madina. C’est seulement ce jeudi, 21 novembre, que les parents de la victime, âgée de 12 ans, l’ont envoyée à l’hôpital, avant de se confier aux médias.

Selon les informations confiées à un des correspondants de Guineematin.com dans la préfecture, la victime a été violée nuitamment par un taxi-motard, alors qu’elle revenait d’une veillée. « J’étais partie avec ma tante pour assister à une soirée récréative. On a quitté ensemble chez ma grand-mère. Lorsque ma tante est rentrée, le jeune Mamadou Saidou Diallo m’a tirée la main, tout en me traînant dans un endroit isolé. C’est un conducteur de taxi moto. On se connait bien ; car, nous logeons côte à côte. Il m’a fermé la bouche et a abusé de moi sexuellement avant de prendre la poudre d’escampette lorsque j’ai crié au secours », a expliqué la victime, ajoutant avoir été blessée au cou par les griffes du taxi-motard lors de leur bagarre.

Après avoir été reçue à l’hôpital, les médecins ont constaté que la fillette a été violée, a indiqué sa mère. « Le carnet médical atteste qu’elle a été violée ».

Quant à Mamadou Kali Diallo, le père de la victime, il a déjà formulé une plainte contre le jeune Mamadou Saidou Diallo, actuellement en cavale. Il a sollicité l’aide des autorités à tous les niveaux pour que le présumé violeur soit retrouvé et traduit en justice.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Tougué attend le Premier ministre, Kassory Fofana : écoles et centres de santé fermés

21 novembre 2019 à 9 09 09 110911

Après les manifestations d’hier à Labé contre sa délégation et sa personne, la gouvernance actuelle de la Guinée et surtout de la volonté du régime de changer la Constitution pour offrir au président Alpha Condé la possibilité de faire un troisième mandat, le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, est attendu ce jeudi, 21 novembre 2019, dans la préfecture de Tougué.

Selon des citoyens, joints au téléphone par Guineematin.com, toutes les écoles, tous les centres de santé et autres services sont fermés et tous les fonctionnaires et les simples citoyens sont appelés à se rendre à Tougué-ville.

« Les maires de la commune urbaine de Tougué et de certaines communes rurales comme Kollet, Koura Tongo ont fait diffuser des communiqués à la radio rurale pour demander aux motocyclistes de se présenter tôt le matin pour carburer gratuitement leurs motos afin de participer à l’accueil du Premier ministre », a indiqué un citoyen, prêt à se rendre en ville…

Par ailleurs, il est informé à tous les citoyens qui n’ont pas de moyens de locomotion de sortir attendre des camions militaires mis à leur disposition pour le transport. A Koïn par exemple, un camion est arrivé depuis hier, à 22 heures et ils n’attendent que les candidats à l’accueil du Premier ministre pour les transporter.

Finalement, l’accueil du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, sera-t-il chaleureux ou bien à l’image de celui d’hier à Labé où il a passé la journée confiné à sa résidence par des jeunes manifestants, révoltés par les tueries de manifestants et la volonté du pouvoir de changer la Constitution ?

« A Tougué, nous comptons l’accueillir chaleureusement. Mais, si lui, un membre de sa délégation ou même une autorité locale se hasarde à faire de la propagande politique, nous allons protester et les huer », a indiqué au téléphone de Guineematin.com un citoyen de Tougué qui ne souhaite pas aller à cet accueil.

A suivre !

Lire

Manifestation contre Kassory à Labé : le FNDC rejette toute implication

20 novembre 2019 à 19 07 40 114011

Comme annoncé précédemment, la visite du Premier ministre guinéen à Labé a été marquée par des mouvements de protestation. Plusieurs jeunes ont manifesté ce mercredi, 20 novembre 2019, dans la rue et devant la résidence d’Ibrahima Kassory Fofana pour exprimer leur opposition au projet de changement de l’actuelle constitution qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Accusée par certains d’être à l’origine de cette protestation qui a bloqué le chef du gouvernement guinéen à sa résidence pendant plusieurs heures, l’antenne du FNDC à Labé n’a pas tardé à réagir. Elle rejette toute implication dans les mouvements qui ont secoué la ville.

« En ce qui concerne nos activités, nous FNDC, nous les faisons à visage découvert, on ne se cache pas pour effectuer nos actions. Hier, vous avez vu comment la marche des femmes du FNDC s’est déroulée. Aujourd’hui, on a vu tôt le matin, des élèves sortir huer le cortège du Premier ministre. Donc le FNDC n’est ni de prêt, ni de loin associé à cela. On ne connait pas comment cela s’est passé, on ne peut pas justifier quelque chose qu’on ne connait pas. Le seul appel que nous avons à lancer aux militants du FNDC, c’est de rester connectés à nos communiqués, aux décisions du FNDC. Donc nous demandons à tout un chacun la retenue et à ne pas commettre des actions au nom du FNDC sans l’aval de la coordination », a déclaré Habib Bah, le coordinateur régional du Front National pour la Défense de la Constitution à Labé.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinéematin.com

Lire

Manifestation contre Kassory Fofana à Labé : le calme revient grâce au renfort venu de Mamou

20 novembre 2019 à 18 06 26 112611

Après les échauffourées de la journée de ce mercredi, 19 novembre 2019, à Labé, le calme est revenu ce soir dans la cité. La résidence du Premier ministre, Kassory Fofana, située au quartier N’diôlou, dans la commune urbaine, a été sécurisée. Les jeunes protestataires ont été obligés de battre en retraite, grâce notamment à l’intervention d’un renfort venu de Mamou, rapporte un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Kassory Fofana a eu chaud ce mercredi à Labé, coincé dans la capitale du Fouta par des jeunes en colère. Ces derniers avaient barricadé la route, empêchant le Premier ministre de dérouler son programme de la journée et même de se rendre à Pita, à 34 kilomètres de là.

Toutefois, les pneus qui ont été brûlés ainsi que les barricades dressées par les jeunes ont été enlevés par les forces de l’ordre. Tous les protestataires ont été contraints de replier dans le quartier. Il aura fallu l’intervention d’une équipe de gendarmes venus de Mamou pour maîtriser la foule, prise en tenaille entre deux feux.

Pour le moment, il est difficile à dire si le Premier ministre va maintenir son programme initial. Mais, selon les informations reçues auprès des autorités de la région, le programme qui prévoyait la visite des chantiers de l’ANAFIC (Agence Nationale de Financement des Collectivités) a été ajourné par Kassory et sa suite.

Cependant, sa mission pour Tougué reste maintenue, sauf changement de dernière minute, a confié à notre reporter un cadre du gouvernorat qui n’a pas souhaité être cité.

Au moment où on quittait les lieux, la résidence du Premier ministre était toujours sécurisée. Le gouverneur, Elhadj Madifing Diané, et le préfet, Elhadj Safioulaye Bah, avaient pris leurs véhicules de commandement pour repartir en ville. Les autres ministres comme Mouctar Diallo (Jeunesse) et Thierno Ousmane Diallo (Hôtellerie) se sont dirigés vers Pita où ils passeront la nuit.

Pour l’heure, Ibrahima Kassory Fofana est dans sa résidence située à N’Diôlou sous haute surveillance.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Manifestation contre Kassory Fofana à Labé : des arrestations enregistrées

20 novembre 2019 à 14 02 29 112911

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, est « coincé » depuis quelques heures dans sa résidence au quartier Ndiolou, à la rentrée de la commune urbaine de Labé, par des jeunes manifestants en colère.

Selon un des correspondants locaux de Guineematin.com qui est sur place, les agents des forces de l’ordre qui sont déployés autour de la résidence du Premier ministre guinéen ont commencé à procéder à des arrestations.

Mais, des pneus brûlés et des barricades sont toujours visibles sur plusieurs axes routiers de la ville. Malgré ces cas d’arrestations, les manifestants persistent à garder leur position et empêchent le Premier ministre de sortir pour continuer sa tournée dans les préfectures de Pita et Dalaba.

A rappeler que le chef du gouvernement guinéen a dit être allé en Moyenne Guinée (dont Labé est la première étape) pour lancer les opérations d’identification des personnes pauvres et vulnérables en vue de leur offrir la prospérité, via l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES). Mais, il est actuellement « encerclé » dans sa résidence par des jeunes mécontents de sa gouvernance (tueries des jeunes sans justice, etc.) et surtout de la volonté du régime actuel à changer la constitution pour permettre au président Alpha Condé de continuer à diriger la Guinée.

A suivre !

Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Guinée : Kassory Fofana « coincé » à Labé

20 novembre 2019 à 13 01 35 113511

Comme annoncé précédemment sur Guineematin, la matinée était agitée ce mercredi, 20 novembre 2019, sur certaines artères de la ville de Labé. Des jeunes en colère ont érigé des barricades pour protester contre l’arrivée du Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, rapporte Guineematin.com à travers un de ses correspondants basés dans la capitale du Fouta.

L’atmosphère était irrespirable ce mercredi matin à Labé. Aux environs de 10 h, Kassory Fofana a rendu une visite de courtoisie à Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses. C’est en passant par le carrefour Hoggo M’boûro que le dernier véhicule de son cortège a essuyé des jets de pierres provenant de certains jeunes opposé à sa venue à Labé.

Ils y ont érigé des barricades avant de faire face aux agents des forces de l’ordre, décidés à ramener le calme en pulvérisant du gaz lacrymogène sur les protestataires. C’est le cas du rond point Hoggo m’Boûro où un important dispositif de sécurité a été déployé.

Certains agents de la MIS ont tenté de ramener l’ordre, mais en vain. Des cailloux pleuvaient de partout. Ils étaient contraints de quitter les lieux. Toutes les activités ont été paralysées. Le marché central n’est pas épargné par cette paralysie.

Des jeunes continuent à manifester dans les rues avec des slogans hostiles au Premier ministre.

Ibrahima Kassory Fofana est à Labé dans le cadre du lancement de l’Agence Nationale de l’Insertion Economique et Sociale (ANIES). Actuellement, les jeunes tiennent les barricades au niveau du carrefour Yali, fermant ainsi au Premier ministre la sortie pour la suite de sa tournée à Pita et Dalaba.

Nous y reviendrons !

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Tournée du Premier ministre au Fouta : la joie du préfet de Labé…

19 novembre 2019 à 14 02 04 110411
Elhadj Safioulaye Bah, préfet de Labé

On en sait un peu plus sur la tournée (de campagne ?) que le Premier ministre veut entreprendra à partir de ce mardi, 19 novembre 2019. Joint au téléphone par un des correspondants de Guineematin.com à Labé, le préfet, Elhadj Safioulaye Bah, a commencé par rassurer que Kassory Fofana, le chef du gouvernement guinéen sera comme prévu dans la ville de Karamoko Alfa Mo Labé.

Selon la première autorité préfectorale de Labé, l’arrivée du Premier ministre, qui préside le conseil interministériel, est prévue dans l’après-midi de ce mardi. « Après le conseil des ministres de ce mardi, le Premier ministre bougera pour Labé… ».

Après un coup d’œil au calendrier qu’il a reçu de la hiérarchie, le préfet a annoncé Kassory Fofana chez le Cheick, sur les voiries urbaines en phase de bitumage, sur les chantiers de l’ANAFIC et dans la famille des Kaldouyabhé. « Après-demain, jeudi, il se rendra à Tougué, avant de revenir passer la nuit du jeudi à Labé pour continuer sa tournée le vendredi vers Mamou », a indiqué Elhadj Safioulaye Bah.

La joie du préfet de Labé

Elhadj Safioulaye Bah estime que la présence du Premier ministre, chef du gouvernement, dans les villes et villages du Fouta Djallon est une très bonne opportunité pour lui de voir la pauvreté dans laquelle végètent nos populations et le nécessaire soutien du Gouvernement en leur faveur. Egalement, le préfet de Labé espère que Kassory Fofana verra de lui-même que ceux qui racontent que les travaux entrepris par le Gouvernement ne sont pas achevés comme certains le racontent.

A noter que cette visite du Premier ministre guinéen dans le bastion de Cellou Dalein Diallo- chef de file de l’opposition guinéenne- s’inscrit dans le cadre du lancement de l’agence nationale de l’insertion économique et sociale à Labé. Mais, dans le contexte actuel de la Guinée, les adversaires du régime parlent de campagne déguisée en faveur d’une nouvelle constitution qui favoriserait un troisième mandat du président Alpha Condé. C’est pourquoi, des perturbations ne sont pas à exclure de la part des responsables et militants du FNDC (Front national pour la défense de la Constitution).

A suivre !

Labé Alpha Boubacar Diallo pour Guinée matin.com

Lire

Labé : les femmes du FNDC manifestent contre les tueries en Guinée

19 novembre 2019 à 13 01 31 113111

Tout comme à Conakry, de nombreuses femmes ont manifesté ce mardi, 19 novembre 2019, à l’appel du FNDC, dans la ville de Labé. Elles ont défilé dans la rue pour protester contre les tueries des manifestants à un troisième mandat enregistrées ces dernières semaines dans la capitale guinéenne, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Toutes habillées en blanc avec des foulards rouges à la tête, les responsables et militantes du Front National pour la Défense de la Constitution à Labé se sont rassemblées au rond-point Hoggo M’Bouro. Elles ont entamé là leur marche qui les a conduites au carrefour BICIGUI carrefour mosquée via la place des martyrs-corniche Konkola jusque devant le siège de la préfecture, où elles ont tenu un meeting. Durant tout le trajet, certaines manifestantes tenaient des pancartes et des banderoles alors que d’autres scandaient des slogans comme « Arrêtez de tuer nos enfants » et « Justice pour nos morts ».

« Nous dénonçons ces assassinats en Guinée. Ils tuent nos enfants, et aucune enquête n’est menée là-dessus. Nous sommes fatiguées et nous demandons à ce que justice soit faite pour retrouver les coupables. Nous les femmes de Labé, nous disons halte à ces exactions commises contre nos enfants ! Si vous voyez que les femmes se lèvent à 6 heures du matin pour chercher de quoi vivre, c’est pour que nos enfants soient à l’abri du besoin. Et ça fait très mal de voir son enfant qu’on a mis au monde avec toutes les souffrances que vous connaissez, qu’on entretient avec amour, être abattu par quelqu’un qui est sans scrupules. Nous demandons justice et que plus jamais cela en Guinée », a déclaré Hadja Mam Kouyaté conseillère communale et membre du FNDC-Labé.

A noter que cette marche s’est déroulée sans aucun incident. Et aucun agent des forces de l’ordre n’était visible sur le trajet emprunté par les manifestantes.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Mamou : le Fouta se souvient de Sory, fils de l’Almamy Boubacar Biro à Porédaka

15 novembre 2019 à 18 06 19 111911

La commune rurale de Porédaka, dans la préfecture de Mamou, a été le théâtre d’une grandiose cérémonie de sacrifice à la mémoire de Sory, fils de l’Almamy Boubacar Biro, résistant à la pénétration coloniale. Sur initiative du Haut Conseil des Anciens de Timbo, les neuf anciens diwés (provinces) du Fouta se sont retrouvés hier jeudi, 14 novembre 2019, à Porédaka pour rendre hommage à cet illustre combattant décédé les armes à la main, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est pour commémorer les 123 ans de la disparition de Sory, tué le 14 novembre 1896 sur les lieux, fils de l’Almamy Boubacar Biro, que le Haut Conseils des Anciens de Timbo a organisé cette cérémonie de sacrifice et lecture du saint Coran en collaboration avec les diwés du Fouta. Elle a eu lieu à Bomba, à quelques pas du village de Sâbâto, à environ 3 kilomètres du chef lieu de la commune rurale de Porédaka.

Des invités venus des quatre coins de la Guinée et de l’extérieur ont pris part à cet événement solennel. On notait aussi la présence des autorités administratives et religieuses de Mamou. Tous les neuf diwés du Fouta étaient représentés à cette cérémonie : Labé, Bhouria, Timbi, Timbo, Kébaly, Koïn, Kollâdhé, Fougoumba, et Fodé hadji.

De nombreux discours ont été prononcés pour rappeler la portée à a fois historique et symbolique de cette rencontre.

Des prières ont été dites pour le repos de l’âme de Sory, de son père Boubacar Biro, et de tous les combattants morts sur le champ d’honneur pour la défense de la Guinée contre les envahisseurs étrangers. Les mêmes vœux ont été formulés pour le bonheur et la prospérité du Fouta et de la Guinée entière.

Pour rappel, la célèbre bataille de Porédaka a eu lieu le samedi, 14 novembre 1896. L’Almamy Boubacar Biro Barry a croisé le fer avec les colons français, dirigés par le capitaine Muller, à Bomba. Trahi par une partie du Fouta grâce à la duplicité, à la politique du diviser pour régner des colons, Boubacar Biro va perdre son fils Sory à Bomba qui sera enterré là.

Boubacar Biro Barry, le dernier résistant à avoir pris les armes au Fouta contre les imposteurs, sera assassiné quelques jours plus tard à Bötoré, dans la préfecture de Niagara, à une trentaine de kilomètres à l’Ouest de Porédaka.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Diountou (Lélouma) : une diminuée mentale violée par son cousin

1 novembre 2019 à 8 08 21 112111

Une rocambolesque affaire de viol alimente la chronique depuis le mercredi, 30 octobre 2019, à Diountou, une commune rurale relevant de la préfecture de Lélouma, dans la Région Administrative de Labé, où une diminuée mentale âgée de 21 ans a été agressée par le fils à son oncle paternel qui serait apprenti chauffeur, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Cette information a été confirmée à Guineematin.com dans la soirée du jeudi, 31 octobre 2019, aux environs de 19 h 30 par la représentante du Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance à Diountou, dame Mamadou Maladho Diallo.

« C’est le mercredi, aux environs 10 heures que le chef du Centre de Santé (CS) de Diountou est venu au bureau pour nous signaler un cas de viol. La victime est une fille âgée de 21 ans. Elle a été agressée par le fils à son oncle paternel. Les deux habites ensemble » a-t-elle expliqué.

Sur les circonstances de ce cas de viol, la travailleuse sociale de Diountou a précisé que la fille qui « est une diminuée a été commissionnée la nuit par sa mère pour chercher du pain. Son frère qui était présent a poursuivi la fille et s’est jeté sur elle. Elle a crié au secours mais personne n’a entendu. Même si tu es devant elle, quand elle parle c’est difficilement que tu vas entendre ce qu’elle dit à cause de son état de santé mentale » a-t-elle ajouté.

Elle déclara par la suite avoir immédiatement saisi les services de police de Diountou qui ont réussi à mettre la main sur le présumé violeur.

« Pour les besoins de la procédure, j’ai jugé nécessaire d’envoyer la fille aujourd’hui chez le médecin légiste à Labé où le cas de viola été confirmé par le spécialiste. Je viens de rentrer à Diountou » a-t-elle indiqué.

Dame Mamadou Maladho Diallo rassure qu’elle ne ménagera aucun effort pour que cette procédure aboutisse, malgré les pressions sociales qui peuvent en découler du fait que la victime et son agresseur son presque de même père.

Il semble aussi que le présumé violeur a déjà été déposé au commissariat central de police de Lélouma.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : une vingtaine de policiers à l’école du respect du nouveau code de procédure pénale

31 octobre 2019 à 10 10 02 100210

Vingt trois (23) Officiers de Police Judiciaire (OPJ) du commissariat central de Labé ont entamé un atelier de renforcement des capacités, notamment sur le respect du nouveau code de procédure pénale et des pratiques de terrain. Cet atelier de neuf (9) jours s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la 3ème phase du projet « Partenaires pour la Sécurité en Guinée : la Réforme de la Police au service du citoyen ». Une initiative de COGINTA financée par le département d’Etat américain, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est les locaux de la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS) de Labé, situés au quartier Safatou, dans la commune urbaine, qui ont servi de cadre à l’ouverture de cet atelier lancé le 23 octobre dernier. Selon nos informations, ces OPJ seront outillés spécifiquement en techniques d’enquêtes judiciaires, de rédaction de procédure pénale, de rédaction des procès verbaux tels que les auditions, les perquisitions, la garde à vue, la confrontation, les rapports de synthèse, les mandats, mais aussi des conseils techniques utiles sur le terrain lors des interpellations, des surveillances physiques et des perquisitions.

Dans son intervention, la formatrice, madame Agathe Lélé est revenue sur l’objectif de cette formation. « L’objectif visé dans cette série de formations des officiers de polices judiciaire est de faciliter le rapprochement de la police de sa population. Ce projet travaille dans six communes urbaines de la Guinée pour introduire la doctrine de police de proximité. Ces policiers sont outillés dans plusieurs techniques de travail qui leur permettront à mieux faire leur travail ».

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le gouverneur de Labé, Elhadj Madifing Diané. Il a félicité les participants à cette formation tout en les exhortant à partager les connaissances avec leurs collègues qui n’ont pas eu la chance de participer à cette formation. « Ayez confiance à l’avenir. Car je suis confiant, qu’avec ces différentes formations, notre police sera plus performante. Les récentes manifestations survenues à Labé en font foi. C’est pourquoi après cette formation, je souhaite à ce qu’il y ait un plan de restitution, détacher des formateurs parmi vous pour aller dans les préfectures de Tougué, Mali, Lélouma et Koubia pour que cette formation ait plus de valeur. Je m’engage auprès du directeur régional de la police pour que cela soit effectif », a-t-il rassuré.

Les bénéficiaires de cette formation ont exprimé leur satisfaction devant le contenu de la formation. Selon leur porte parole, Aïssatou Diouldé Barry, commissaire adjointe du commissariat de Labé, « cette formation nous a outillés davantage sur plusieurs pratiques et techniques du métier de policier. Entre autres, il nous a été rappelé le rôle du policier sur la garantie de l’exercice des libertés, la protection des citoyens et de leurs biens, le maintien et le rétablissement de l’ordre public, assurer la circulation routière, sécuriser et assister des personnes en danger ou en détresse. On nous a rappelé plusieurs codes de conduite en matière de déontologie, essentiels pour le bon exercice de notre métier, tel que la disponibilité 24 heures sur 24, l’impartialité du policier, c’est à dire appliquer strictement la loi, l’intégrité et la dignité ».

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Kankan : tenue de la 1ère session du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance

30 octobre 2019 à 18 06 38 103810

Quelques jours après sa mise en place, le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) de Kankan, a tenu sa première réunion ce mercredi 30 octobre 2019. La rencontre, organisée dans la salle de délibération de la mairie, avait pour but de soumettre au débat, avant son adoption, le contenu du règlement intérieur devant régir le fonctionnement de cette structure. C’était en présence des autorités municipales, des responsables des services de sécurité et des responsables de l’appareil judiciaire avec l’accompagnement technique du département d’Etat Américain à travers l’ONG COGINTA, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Abdoulaye Dalaba Diallo, chargé de programmes à COGINTA

C’est pour lutter efficacement contre la délinquance et la criminalité dans la commune urbaine de Kankan que le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) a été créé. « Avec la réforme du secteur de la sécurité, le CLSPD est un volet de la police de proximité. Il faut faire de sorte que les policiers et les citoyens travaillent main dans la main afin d’enrayer l’insécurité dans les quartiers », a rappelé Abdoulaye Dalaba Diallo, chargé de programmes à COGINTA.

Après la formation des membres, un règlement intérieur élaboré a été soumis aux représentants des différentes communautés vivant dans la localité. Selon Abdoulaye Dalaba Diallo, « c’est une rencontre des membres du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance. Nous venons en appui technique pour les aider à préparer cette session afin qu’ils puissent adopter le règlement intérieur et aussi définir des projets allant dans la sens de la sécurité dans les quartiers de la commune urbaine de Kankan ».

Laye Camara, SG de la commune urbaine de Kankan et coordinateur du CLSPD

Après les discussions, les critiques, des suggestions ont été apportées par les uns et les autres. Au final, les participants se sont donné rendez-vous la semaine prochaine pour l’adoption du règlement intérieur. C’est ce qu’a laissé entendre Laye Camara, secrétaire général de la commune urbaine de Kankan et coordinateur du CLSPD. « Nous avons projeté la date du 07 novembre pour que le règlement soit adopté. En ce moment, on aura le temps de faire les corrections qu’il y a à faire et on aura un document bien conçu parce que tout le monde n’as pas eu à faire la lecture de ce document. C’est ce qui explique le report de son adoption au 07 novembre », a révélé Laye Camara.

Aly Touré, membre du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance

Au sortir de cette rencontre, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kankan, Aly Touré, membre du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, a dit ce que cette structure va apporter comme changement à Kankan. « L’action du CLSPD, c’est d’agir en amont à l’effet de prévenir la commission des infractions. Donc, c’est la prévention de la délinquance. Lorsque cet organe va entrer complètement en vigueur et qu’il va commencer effectivement à agir, ça va alléger les charges de la justice du point de vue statistiques criminelles par rapport à la commission des infractions au niveau de la commune urbaine de Kankan et ses environs », a-t-il laissé entendre.

A noter que cette initiative de la mise en place de Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance s’étend sur plusieurs autres communes de Conakry, mais aussi à Siguiri, Dubréka, Coyah, Kindia et Labé.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Interdiction de QNET en Guinée : et les nombreuses victimes de cette société de commerce en ligne ?

30 octobre 2019 à 11 11 51 105110

Le gouvernement guinéen s’est finalement résolu à interdire les activités de QNET sur toute l’étendue du territoire national, en raison d’un millier d’interpellations d’étrangers venus clandestinement en Guinée répondre à une offre d’emploi de cette fameuse société de commerce en ligne, procédé ces derniers temps par les services de sécurité de la République, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Cette décision conjointement signée par les ministres en charge de l’Administration du Territoire, de la Justice et de l’Economie intervient au moment où plusieurs citoyens guinéens se disant victimes d’escroquerie de la part des « agents QNET » peinaient à se faire entendre dans toutes les régions naturelles de la Guinée par les autorités du pays.

A Labé seulement, ils sont près de 350 victimes à se tordre de douleurs et fondre en sanglot quand elles se rappellent ce qu’elles ont perdu en numéraire et en nature pour avoir connu et traité avec « les leaders » Thierno Malal Diallo, Fatoumata Binta Diallo, Fatoumata Foli Diallo et Alghassimou Diallo, tous agents de cette société de commerce en ligne dans la région.

C’est le cas de madame Ramatoulaye Barry, une pauvre dame illettrée à qui l’antenne QNET Labé a vendu une formation à distance, qui consiste à s’installer derrière ordinateur, se connecter pour suivre des cours académiques dispensés par des universités asiatiques à travers internet. Pour comprendre la cruauté avec laquelle ces « agents QNET » ont toujours opéré en Guinée, imaginez que quelqu’un profite de votre absence pour venir à la maison trouver votre grand-mère qui n’a jamais fait les bancs, n’a jamais connu l’école des blancs et lui tend un papier en lui disant que c’est une formation à distance à suivre sur le net en vue d’avoir facilement d’argent.

Quand l’affaire éclate, parce que la vieille qui rêvait d’avoir facilement une fortune se retrouve ruinée par cette relation « familiale », le présumé escroc se retranche derrière un argument du genre : « elle n’a pas travaillé. A QNET, il faut travailler. Si tu ne travailles pas, tu ne peux rien avoir».

En poussant la curiosité, on se rend compte que « travailler », c’est tromper tes proches comme « ces agents QNET » t’ont trompé.

Que dire alors de la moralité d’un universitaire qui a le courage de vendre une formation à distance à une vieille dame analphabète, illettrée et inculte contre la bagatelle de près de 8 millions de francs guinéens ?

Partout, ces mis en cause protégés encore par des hauts commis de l’Etat, ont saigné les pauvres citoyens avec le même mode opératoire : demander à la victime de donner un peu pour avoir beaucoup, à condition de trouver dans son environnement de vie des proches qui vont, eux-aussi, donner un peu. Ainsi de suite.

Maintenant que la décision du gouvernement guinéen portant interdiction des activités de QNET sur le territoire national est tombée, au moment où plusieurs juridictions de jugement du pays sont saisies contre les prétendus « leaders » pour escroquerie et complicité d’escroquerie, on est en droit de se demander quel est le sort que l’Etat guinéen réserve aux plaignants ? Même si on sait que la responsabilité pénale est individuelle et que les accusés qui se sont enrichis sur le dos des pauvres citoyens sous le regard indifférent des autorités du pays ont, au fil du temps, acquis des biens matériels.

Aux dernières nouvelles, une nouvelle plainte a été déposée, hier, mardi, 29 octobre 2019, contre « leader » Thierno Malal Diallo à la Direction Régionale de la Police de Labé. Mais, il reste pour le moment introuvable par les agents chargés du dossier à Labé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Manifs contre un 3ème mandat en Guinée : les nouvelles consignes du FNDC Labé

21 octobre 2019 à 18 06 41 104110

A trois jours de la prochaine manifestation contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé, le FNDC Labé a animé une conférence de presse ce lundi, 21 octobre 2019. La structure a fait le point sur les manifestations de la semaine dernière avant d’annoncer les nouvelles mesures prises pour la marche de jeudi prochain, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la ville.

C’est par le slogan « Amoulanfé » qui signifie ça ne marchera pas que les membres du Front National pour la Défense de la Constitution de Labé ont ouvert cette conférence de presse. Prenant la parole, l’honorable Mamadou Cellou Baldé, député uninominal de Labé, s’est félicité d’abord de la « réussite » des manifestations organisées lundi, mardi et mercredi dernier dans la ville.

« L’essentiel de la rencontre, c’est de tirer d’abord les leçons des manifestations passées, féliciter les populations de Labé par rapport à l’esprit de responsabilité dont ils ont fait montre, mais aussi pour avoir massivement répondu à l’appel à manifester du FNDC. Mais également nous féliciter, nous membres du FNDC, de la qualité de l’organisation qui a prévalu et qui a permis d’éviter des failles et des incidents majeurs dans notre ville », a-t-il indiqué.

Au nom du FNDC, l’élu de l’UFDG à Labé a annoncé aussi de nouvelles mesures prises par rapport à la manifestation du jeudi prochain. « Pour la prochaine manifestation, nous avons décidé de changer l’itinéraire pour éviter l’hôpital régional comme nous l’avions promis. Les raisons sont très simples : des pneus ont été brûlés devant ce centre hospitalier, même le gaz qui se dégage de l’incendie de ces pneus peut emmerder les patients qui sont hospitalisés là-bas. En plus de cela, il faut éviter qu’il y ait des accrochages entre les forces de l’ordre et les manifestants au niveau du carrefour de l’hôpital, ce n’est pas bien pour les patients », a dit Cellou Baldé.

Le FNDC Labé en a profité pour appeler les citoyens de la ville à se mobiliser massivement et à manifester pacifiquement le jeudi, 24 octobre prochain, pour exprimer leur opposition au projet de changement de la Constitution qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Quant aux autorités administratives, les organisateurs de la manifestation les invitent à mettre les forces de défense et de sécurité dans leurs casernes pour éviter des accrochages entre les agents et les manifestants.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Labé : les membres du FNDC rendent visite à la famille d’Ibrahim DIALLO

20 octobre 2019 à 18 06 36 103610

Une délégation de la coordination régionale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de Labé a rendu une visite de courtoisie et de soutien à la maman du camarade Ibrahim DIALLO kidnappé, avec d’autres combattants de la démocratie et injustement détenus, depuis plus d’une semaine maintenant.

« Nous avons rencontré une mère qui est fière de son enfant et du combat qu’il mène », a martelé le coordinateur régional, Mamadou Habib BAH.

« Notre visite l’a davantage réconfortée et elle a déduit ce qui est arrivé à son enfant et autres membres du FNDC pouvait arriver à n’importe qui », renchérît Madame Yacine Diallo, cheffe de la délégation.

Visiblement très émue, elle a d’emblée fait des prières pour la réussite du combat : « j’ai compris que mon enfant n’est pas seul. J’écoute souvent les radios locales. C’est un combat juste et noble que vous êtes en train de mener. Vous avez mon soutien. Je prie et prierai pour la réussite de votre combat ».

A préciser que le verdict du procès d’Ibrahim DIALLO et Cie est attendu ce mardi 22 octobre 2019 au tribunal de première instance de Dixinn.

La cellule de communication

Lire

Chaude journée de manifestation : plusieurs personnes interpellées à Labé

16 octobre 2019 à 16 04 16 101610

Pour la troisième journée consécutive, les habitants de Labé sont descendus dans la rue ce mercredi, 16 octobre 2019, pour protester contre le projet de changement de la Constitution qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Mais, contrairement aux deux précédents jours, cette journée a connu des violences et de nombreuses interpellations, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Après deux journées de manifestations sans incident, les responsables du Front National pour le Défense de la Constitution comptaient se faire entendre à nouveau ce mercredi. Mais cette fois, les manifestants se sont heurtés aux forces de l’ordre. Des heurts ont opposé des jeunes manifestants aux agents de sécurité notamment au niveau du rond-point de l’hôpital régional. Pendant plusieurs heures, les deux camps ont échangé des jets de pierres contre gaz lacrymogènes. Une véritable intifada qui s’est soldée par plusieurs arrestations de manifestants.

Younoussa Baldé, responsable de la jeunesse de l’UFDG à Labé et membre du Front National pour la Défense de la Constitution

Malgré tout, le FNDC ne compte pas baisser les bras. Younoussa Baldé, responsable de la jeunesse de l’UFDG à Labé et membre du Front National pour la Défense de la Constitution, invite les citoyens à s’armer de courage pour poursuivre le combat jusqu’au bout. « Nous voyons que les citoyens sont motivés à continuer la manifestation. Nous sommes engagés à poursuivre cette manifestation, à canaliser la marche pour qu’elle soit pacifique. Ce n’est que le début du combat car tout le peuple est engagé à aller jusqu’au bout pour exiger du gouvernement et du président Alpha Condé de retirer son projet de modification de la constitution.

Si le président de la République dit que le changement de la constitution n’est pas synonyme de troisième mandat et si le ministre Bouréma Condé lui-même dit qu’il n’y a jamais eu une quelconque interdiction de manifester, nous nous disons qu’ils sont en train de reculer et nous estimons que s’il y a eu ce revirement et ce changement de ton, c’est parce que cette manifestation commence à avoir un impact positif. Certains d’entre nous ont été arrêtés depuis hier, tout cela c’est pour nous décourager. Mais, nous allons maintenir le cap jusqu’à la victoire finale », a-t-il indiqué.

A noter que toutes les activités restent toujours paralysées dans la ville de Labé. Seuls les lieux administratifs fonctionnent en partie.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinéematin.com

Lire

Manifestations du FNDC à Labé : forte mobilisation de l’UFDG pour les derniers réglages (avec vidéo)

13 octobre 2019 à 22 10 16 101610

La fédération de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a organisé, hier, samedi 12 octobre 2019, à son siège à Kouroula, dans la commune urbaine de Labé, une assemblée générale extraordinaire de ses responsables, militants et sympathisants pour galvaniser la population en faveur des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) qui sont prévues à compter de ce lundi, 14 octobre 2019, dans tout le pays, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers la vidéo ci-dessous.

La mobilisation était de taille. Elle était aussi à la dimension de l’enjeu politique du moment. Celui de la lutte contre un autre mandat de plus à la tête de l’Etat pour le président Alpha Condé. En plus des responsables, militants et sympathisants du parti venus de tous les quartiers de la commune urbaine de Labé, on notait la présence effective des élus de l’UFDG dont les maires, à quelques exceptions près, qui administrent actuellement les collectivités décentralisées de la préfecture.
La rencontre avait pour objectif d’inviter les participants à se mobiliser massivement en faveur des manifestations programmées par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), dans la ville de Labé à compter de ce lundi, 14 octobre 2019.

« Nous avons délivré des messages pour susciter la mobilisation, donner les raisons légales qui ont prévalu à ce mot d’ordre qui a été lancé par le FNDC. A savoir, la volonté affichée par monsieur Alpha Condé de s’octroyer coûte que coûte un troisième mandat, contrairement aux dispositions de la constitution, en violation des dispositions constitutionnelle. C’est aussi des messages, si vous voulez, de responsabilité, lors des manifestations. Pour leur dire que nous n’avons pas un adversaire d’une région, nous n’avons pas un adversaire d’une ethnie. Notre seul adversaire, c’est monsieur Alpha Condé et son clan qui veulent prendre en otage le peuple de Guinée pour s’octroyer un mandat à vie et de continuer à piller les ressources du pays. Mais aussi, un message pour galvaniser les populations pour leur dire qu’un autre peuple ne viendra pas libérer la Guinée à notre place. Un autre peuple ne viendra pas nous restituer notre souveraineté, aujourd’hui confisqué par le président Alpha Condé et un clan au pouvoir », a expliqué l’actuel député uninominal de Labé, l’honorable Mamadou Cellou Baldé, qui a présidé la rencontre.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : le FNDC chez l’imam Badrou Bah (avec vidéo)

12 octobre 2019 à 9 09 51 105110

Une délégation de l’antenne locale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) s’est rendue dans l’après-midi d’hir, vendredi 11 octobre 2019, au domicile de l’imam de Labé, Elhadj Thierno Badrou Bah, inspecteur régional des Affaires Religieuses pour rassurer du caractère pacifique des manifestations projetées à compter de ce lundi, 14 octobre 2019, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers la vidéo ci-dessous.

Après les salutations d’usages, il est revenu à Thierno Moussa Diallo, président de la cellule FNDC du quartier Madina, relevant de la commune urbaine de Labé, de prendre la parole pour expliquer l’objectif de la visite et introduire le député Cellou Baldé, comme chef de mission.

Thierno Moussa Diallo, président de la cellule FNDC du quartier Madina

« C’est le député Cellou Baldé qui dirige la délégation ici. Nous sommes informés que la coordination nationale du FNDC a lancé un mot d’ordre de manifestation parce que le président a dit que c’est le peuple qui est souverain. Nous savons que ces manifestations sont prévues dans tout le pays et à l’extérieur partout où le FNDC est représenté. Nous avons décidé alors de venir vous informer que les antennes locales du FNDC nous avons planifié une sortie le lundi. Cette manifestation va se dérouler à Labé ici comme d’habitude. Ce n’est pas pour détruire, bastonner ou lancer des pierres », a-t-il indiqué.

Prenant la parole à son tour, le député de Labé, honorable Mamadou Cellou Baldé a commencé par préciser que c’est Al Habib Bah, coordinateur régional du FNDC qui dirige la délégation.

« Il est du devoir des responsables et tous les membres du FNDC de venir, même si nous savons que vous l’avez déjà appris par voie de presse, vous informé que la structure ambitionne de répondre à l’appel à manifester lancé sur le plan national. Mais, vous êtes nos parents, ce qui se trame est une contradiction, quand une chose est objet de polémique, il faut du tact, en chercher des solutions, consulter les notables à ce sujet. Comme l’a dit mon prédécesseur, chez nous ici à Labé, l’objectif c’est de faire comme on a l’habitude de le faire. Que Dieu soit loué ! Ce sont des hommes d’expériences issus des organisations de défense des droits de l’homme, des partis politiques qui ont initié ces manifestations. Le plus souvent, les manifestations de déroulent bien, en raison des concertations qui se font autour » a ajouté le député de Labé qui, par la suite, a demandé des bénédictions pour la réussite du programme du FNDC et pour le maintien de la paix dans la cité.

Madame Hawa Kouayaté, responsable des femmes du FNDC-Labé

De son côté, Mme Hawa Kouayaté, a, au nom des femmes FNDC de Labé promis à l’imam Thierno Badrou Bah qu’il n’y aura aucun problème sur le terrain, même en cas de provocation.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour .com
Tél.: (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire