A l’absence de Cellou Dalein Diallo, en séjour à l’étranger, c’est son vice-président, Elhadj Bano Sow, qui a présidé l’assemblée générale de l’UFDG de ce samedi, 1er septembre 2018. Il était notamment entouré de ses collègues Kalémodou Yansané, Ibrahima Chérif Bah, madame Anne Marie Tofany, ainsi que de plusieurs autres cadres du parti, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Au menu de ce rassemblement politique, plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour, notamment l’arrêt des manifestations de rue, la concession du port de Conakry à la société Turque Albayrak, l’éducation, etc.

Avant d’entamer ces points à l’ordre du jour, le président de la séance s’est adressé à une cinquantaine de personnes venues adhérer au parti. Elhadj Bano Sow s’est dit convaincu que les militants du RPG arc-en-ciel n’ont pas lutté pour conquérir le pouvoir afin que celui-ci soit « incapable et incompétent ». C’est la raison de plus, selon lui, que ces personnes démissionnent en cascade au RPG pour adhérer à l’UFDG.

Concernant l’arrêt des manifestations, dont le débat a attiré l’attention des militants, le vice-président de l’UFDG a martelé que ceux qui font des exactions lors des manifestations sont des éléments bien choisis. C’est pourquoi, il a invité les forces de défense et de sécurité à faire preuve de pragmatisme et de discernement. « A un certain moment, la preuve que la police et la gendarmerie ne suivent plus aveuglement, il arrive qu’on sorte le BATA (Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées). Pourquoi on a besoin de sortir des militaires essentiellement formés pour faire des violences et tuer, pour réprimer une manifestation ? », s’interroge l’opposant, qui rappelle d’ailleurs que les manifestations de rue constituent le dernier recours des opposants.

En outre, Elhadj Bano Sow estime que les opposants peuvent bien prendre la rue pour demander le départ du président Alpha Condé. « Pour le moment, et cela peut arriver, il ne faut pas l’exclure, pour le moment, nous n’avons pas décidé de prendre la rue pour dégager ce pouvoir corrompu et incompétent ; mais, le président Cellou nous a enseigné ici que ce n’est pas exclu que cela arrive s’il continue de violer la constitution comme il le fait », a-t-il dit, ajoutant que pour le moment lorsqu’il est question de dialoguer, l’opposition est obligée d’accepter de suspendre ses manifestations.

Pour ce qui est de la concession d’une partie du port de Conakry à la société Albayrak et la question relative à l’éducation, le vice-président de l’UFDG a expliqué aux militants que ce sont des sujets qui vont au-delà de l’appartenance politique. Selon lui, tous les guinéens doivent se lever et soutenir les syndicalistes qui luttent sur le terrain contre « la vente du port ».

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin