Comme nous l’annonçait une précédente dépêche du correspondant local de Guineematin.com, les classes sont fermées depuis hier, jeudi 11 janvier 2018, dans les écoles de la ville de Siguiri. Une mesure prise par les autorités éducatives locales pour impliquer les élèves et les enseignants dans les préparatifs pour accueillir le président de la République, le professeur Alpha Condé, attendu dans cette préfecture dans les prochains. Mais, cette décision est loin de faire l’unanimité à Siguiri où des voix s’élèvent pour la dénoncer.

Les rues de la commune urbaine de Siguiri étaient pleines de monde ce jeudi 11 janvier. Plutôt que d’être dans les classes, les élèves étaient mobilisés pour assainir la ville, afin de lui donner une belle image avant l’arrivée du Président Alpha Condé dans la ville.

Après l’assainissement et le curage des caniveaux, les élèves seront soumis vendredi et samedi à des séances de répétition pour préparer les défilés prévus à l’occasion de la venue du chef de l’Etat. Mais il y a parmi les élèves, certains qui n’apprécient pas cette initiative des autorités locales.

C’est le cas de Mory Camara, élève de Terminale sciences expérimentales : « Je ne suis pas allé. J’ai décidé de rester à la maison pour me mettre à jour. Je suis candidat au baccalauréat, et pendant que nos amis étudient de l’autre côté, nous, nous sommes dans la rue pour des soutiens politiques », a déploré le jeune homme.

Michel Koivogui, élève de 10ème année renchérit en ces termes : « Il faut que l’autorité change sa politique, on arrête les cours pour utiliser les élèves dans le champ politique, ce n’est pas normal ».

Certains parents d’élèves déplorent également cette situation, qui perturbe selon eux, les études de leurs enfants. « Les autorités doivent penser à nos élèves, les enfants des ministres étudient à l’extérieur. Nous, à chaque visite d’un ministre ou encore un mouvement politique du parti au pouvoir, les cours sont perturbés », s’est plaint Namory Doumbouya, parent d’élève.

Même certains directeurs d’écoles désapprouvent cette fermeture des classes à Siguiri. L’un d’entre eux qui a parlé sous l’anonymat, accusent les autorités locales d’hypothéquer l’avenir des enfants pour des intérêts égoïstes. « Nous sommes au troisième arrêt des cours à Siguiri, et à chaque fois, ça dure plusieurs jours. On nous oblige à arrêter les cours et à mobilier les élèves pour assainir la ville, alors que plus de 70 millions de francs ont été débloqués pour l’assainissement. Les chefs gardent l’argent pour demander aux enfants d’assainir les villes », a fustigé le responsable d’école.

De leur côté, les autorités éducatives de Siguiri assurent que cette fermeture temporaire des cours ne va pas jouer sur le bon déroulement du calendrier scolaire.

De Siguiri, Bérété Lancei Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin