Gaoual : 4 absents sur les 119 candidats au baccalauréat

23 juillet 2021 à 18 06 51 07517

Dans la préfecture de Gaoual, c’est l’école primaire Alpha Yaya Diallo, située dans la commune urbaine, qui abrite l’unique centre du baccalauréat unique session 2021, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui est actuellement sur place.

En tout, ce sont 122 élèves qui étaient inscrits ; et, 119 dont 37 filles continuent d’affronter les épreuves, avec une surveillance assurée par huit fonctionnaires : un agent de santé, deux agents des forces de sécurité, un chef du centre et deux délégués nationaux.

Dr Mory Kourouma, enseignant chercheur à l’Institut Supérieur des mines et géologie de Boké, l’un des deux délégués nationaux, représente, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Il ne cache pas sa satisfaction sur le bon déroulement du baccalauréat unique à Gaoual.

Dr Mory Kourouma, enseignant chercheur à l’Institut Supérieur des mines et géologie de Boké

« Le Baccalauréat unique session 2021 se passe très bien à Gaoual. Jusqu’ici, nous n’avons enregistré aucun incident. Les candidats sont bien fouillés. Il y a un détecteur de téléphones et autres pièces métalliques pour empêcher toute tentative de vol dans ce centre d’examen. Chacun des candidats a retrouvé sa place dans la paix et la quiétude. Les surveillants sont présents à l’heure et au complet. L’agent de santé est également là et il fait son travail normalement », a expliqué Dr Kourouma.

Parlant des sujets, le délégué estime que tout se passe bien également à ce niveau, même si le manque de professeur de mathématiques est un vrai souci à Gaoual.

« Apparemment, les sujets sont tirés du programme ; et, celui-ci a été dispensé en classe. Nous avons donné les conseils qu’il faut connaître pour que les candidats ne s’embrouillent pas et pour qu’ils puissent bien aborder les sujets et gérer convenablement le temps. Pour les Mathématiques, nous sommes informés que les enfants n’avaient pas de professeur. Cela nous peine tous. Et, cette préoccupation sera remontée à la hiérarchie pour une solution », a promis cet enseignant chercheur de l’Institut des mines et géologies de Boké.

Hier, premier jour du baccalauréat unique, le centre a enregistré 4 absents. Mais ce vendredi, 23 juillet 2021, il n’y a que trois qui n’ont répondu présents sur un effectif initial de 122 candidats enregistrés.

Cette année, le tableau synoptique indique 85 candidats en Sciences sociales dont 22 filles ; 18 en Sciences Maths dont 5 filles ; et, 19 candidats en Sciences expérimentales dont 10 filles ; soit, un total de 122 candidats venant des lycées de Gaoual et de Koumbia.

En 2020, la préfecture de Gaoual avait présenté 99 candidats dans les trois options et obtenu 30 admis dont 6 filles ; soit, un taux de réussite de 26,08%.

De Gaoual, Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Examens de sortie : 3 474 candidats affrontent les épreuves théoriques à Kindia

22 juillet 2021 à 20 08 35 07357

La phase théorique des examens de sortie a démarré ce jeudi, 22 juillet 2021, dans les écoles techniques et professionnelles de la Guinée. 22.811 candidats évoluant dans 124 filières sont concernés par ces épreuves sur l’ensemble du territoire national. A Kindia, le lancement officiel de cette dernière phase des examens de sortie a eu lieu à l’Ecole nationale d’instituteurs (ENI), en présence de plusieurs autorités administratives et éducatives, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Au total, 3 474 candidats dont 1 992 filles sont inscrits aux examens de sortie 2021 dans la région administrative de Kindia. Pour cette phase théorique, ils sont répartis dans 11 centres situés dans les cinq préfectures de la région. Et selon l’inspecteur régional de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, Mohamed Cissé, toutes les dispositions sont prises pour le bon déroulement des épreuves.

Mohamed Cissé, inspecteur régional de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi

« Nous avons mis deux surveillants par salle qui ont été rencontrés hier pour recevoir des conseils, connaître les règlements généraux relatifs aux examens. La tolérance zéro reste de mise pour les surveillants et les candidats. C’est pourquoi, il y a eu des fouilles systématiques avant d’accéder dans les salles. La particularité de cette année, c’est que nous avons commencé ces évaluations par les travaux pratiques pour finir par les épreuves théoriques », a souligné le responsable éducatif.

La ville de Kindia compte quatre centres d’examen : l’Ecole nationale d’instituteurs (ENI), le Centre de formation professionnelle (CFP), l’Ecole nationale de santé (ENS) et l’Institut Bambo Kèba Fadiga. Sidiki Traoré délégué national à l’Institut Bambo Kèba Fadiga, salue le climat dans lequel les épreuves ont débuté à Kindia.

Sidiki Traoré, délégué national au centre d’examen de l’institut Bambo Kéba Fadiga

« Dès 8h30, les épreuves théoriques ont effectivement lancées dans les différents centres de Kindia, sur instruction de M. l’inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Mais avant, nous avons eu l’occasion de transmettre aux candidats, aux surveillants et encadreurs, le message clair de madame la ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, qui n’est rien d’autre que le respect des consignes.

Il s’agit notamment port obligatoire des bavettes puisqu’on est dans une situation de pandémie de la Covid-19, le non port des téléphones dans les centres d’examen, pas de documents dans les centres. Les délégués ont procédé aux fouilles systématiques des candidats, on a rappelé aussi le rôle des surveillants qui doivent veiller sur les candidats et non de s’arrêter seulement à la porte ou à la fenêtre. Et jusqu’ici, tout se passe bien, il n’y aucune fausse note à tous les niveaux », se félicite ce délégué national.

A noter que cette phase théorique des examens de sortie se déroulera pendant quatre jours.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo et Mohamed Condé pour Guineematin.com

Tel. (00224) 628516796

Lire

Baccalauréat 2021 à Faranah : 2 391 candidats affrontent les épreuves

22 juillet 2021 à 18 06 40 07407
Fodé Bangaly Condé, inspecteur régional de l’éducation

Comme dans les autres villes de la Guinée, le baccalauréat unique a débuté ce jeudi, 22 juillet 2021, à Faranah. 2 391 candidats dont 730 filles affrontent les épreuves de cet examen national dans cette région. Les autorités éducatives locales ont mis l’occasion à profit pour rappeler aux candidats les comportements qu’ils doivent adopter pendant ces trois jours d’évaluation, a constaté le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

C’est le gouverneur de la région, Mohamed Ismaël Traoré, qui a procédé au lancement officiel du baccalauréat au lycée Aviation de Faranah, en présence des autorités administratives et éducatives. A cette occasion, l’inspecteur régional de l’éducation a invité les candidats à la sérénité et la rigueur dans le travail.

« Les sujets sont individuels, c’est pourquoi chaque candidat a reçu son sujet. Le candidat qui est intelligent doit, sur son banc, se croire dans sa classe habituelle. Il faut être serein, lire suffisamment le sujet, chercher à bien le comprendre, avant de répondre aux questions qui sont posées », a lancé Fodé Bangaly Condé.

Sayon Oularé, directeur préfectoral de l’éducation de Faranah

S’inscrivant dans cette logique, le directeur préfectoral de l’éducation de Faranah, Sayon Oularé, a rappelé aux candidats et aux parents d’élèves ce qu’ils doivent éviter pendant cet examen national. « Je demande aux parents d’élèves et à tout le monde de laisser les centres d’examen libres, de laisser les enfants travailler, de ne pas compromettre les centres parce que l’envahissement compromet le centre. Je demande donc aux parents d’élèves et à d’autres personnes de rester à la maison et laisser les enfants travailler librement.

Je demande également aux candidats d’éviter d’être pris par un délégué, d’éviter d’être pris par un surveillant, surtout que cette fois-ci, le MENA a envoyé des détecteurs de métaux. Si on prend un élève qui possède un appareil, il sera renvoyé définitivement de l’examen. Donc, les candidats doivent s’abstenir de tout acte compromettant, de garder le sang-froid, de chercher à comprendre le sujet avant de le traiter », a conseillé le DPE de Faranah.

À rappeler que la région administrative de Faranah a présenté cette année un total de 2 391 candidats dont 730 filles : 389 à Dabola dont 120 filles, 131 à Dinguiraye dont 43 filles, 1 563 à Faranah dont 490 filles et 308 à Kissidougou dont 77 filles.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 00224620241513/660272707

Lire

Tentative de fraude au Bac : plusieurs téléphones saisis et détruits à Siguiri

22 juillet 2021 à 18 06 36 07367

Plusieurs candidats au baccalauréat ont perdu leurs téléphones portables ce jeudi, 22 juillet 2021, à Siguiri. Ces appareils, qu’ils ont tenté d’introduire frauduleusement dans les salles d’examen, ont été saisis et détruits sur le champ. Cela s’est passé au lycée Kankou Moussa, située dans la commune urbaine, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est grâce aux appareils détecteurs de métaux que les surveillants ont réussi intercepter une dizaine de téléphones portables que des candidats voulaient introduire dans les salles d’examen pour pouvoir frauder. Et les détenteurs de ces téléphones ont été obligés de les détruire eux-mêmes sur place, afin de dissuader toute velléité de fraude. Issa Kouyaté, le directeur préfectoral de l’éducation par intérim, assure qu’aucun téléphone ne se retrouvera dans un centre d’examen de Siguiri cette année.

 « Après le lancement officiel des épreuves, on a visité quelques centres d’examen. Et c’est ici (au lycée Kankou Moussa, ndlr) qu’on a trouvé quelques téléphones saisis sur des candidats et qui ont été détruits par les candidats eux-mêmes. Quand le surveillant prend un téléphone avec un élève, il ordonne à l’élève lui-même de le détruire, soit tu le fais ou tu sors. Cette fois-ci, les téléphones ne passeront pas », a assuré le responsable éducatif.

La préfecture de Siguiri compte 4 788 candidats au baccalauréat 2021, dont 1.244 filles, répartis dans 10 centres d’examen.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Bouréma Condé lance le Bac à Kankan : « cette année, il n’y a pas de place pour la fraude »

22 juillet 2021 à 16 04 15 07157

C’est le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation qui a procédé au lancement officiel du baccalauréat ce jeudi, 22 juillet 2021, à Kankan. La cérémonie a eu lieu au lycée Almamy Samory Touré, en présence des autorités administratives, éducatives et communales de Kankan, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place. Avant de lancer la première épreuve, le général Bouréma Condé a prodigué quelques conseils aux candidats, tout en les mettant en garde contre toute tentative de fraude.

général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation

« Je crois que vous êtes suffisamment informés que cette année, il faudra tout faire pour ne pas se faire prendre en train de frauder. Il n’y a pas de place pour la fraude. Parce que ce n’est pas à votre avantage, ce n’est pas à l’avantage de Kankan. Alors, concentrez-vous sur les sujets et mettez sur le papier ce que vous connaissez. Que votre valeur intrinsèque ressorte, mais ne cherchez pas à frauder », a lancé le général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

Dr Brahima Kaba représentant du ministère de l’enseignement supérieur

L’une des spécificités du baccalauréat de cette année, c’est la participation du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à l’organisation de cet examen national. Et c’est Dr Brahima Kaba qui représente ce département à Kankan. « Notre rôle, c’est de venir épauler le MENA afin que les examens se déroulent dans les meilleures conditions. Nous allons faire le constat et remonter à qui de droit. Nous avons utilisé les détecteurs de métaux à la rentrée et nous continuerons à les utiliser tout au long de l’examen. Le candidat qui se fera prendre sera exclu et mis à la disposition de la justice », a dit Dr Kaba.

Cette année, ils sont 12.220 candidats dont 2.863 filles à passer le baccalauréat dans la région de Kankan. Ils sont répartis dans 27 centres d’examen et encadrés par 718 surveillants.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Matam : Deen Touré appelle les candidats au Bac à la sérénité et au courage

22 juillet 2021 à 16 04 04 07047

A Matam (l’une des cinq communes de Conakry), c’est Dr Ibrahima Deen Touré, président du Groupe parlementaire Rassemblement républicain à l’Assemblée nationale, qui a présidé le lancement officiel du baccalauréat ce jeudi 22 juillet 2021. La cérémonie a eu lieu au lycée 1er mars, en présence du directeur communal de l’éducation et plusieurs autres cadres du secteur éducatif. A cette occasion, le député a invité les candidats et l’ensemble des acteurs concernés à la sérénité et au courage pour la réussite de cet examen national.

Dr Ibrahima Deen Touré, président du Groupe parlementaire Rassemblement républicain à l’Assemblée nationale

« Le diplôme du baccalauréat pour notre système académique, c’est un diplôme prestigieux. C’est le diplôme qui fait la transition entre un âge et un autre. Et c’est pour cela que je demande sérénité et courage non pas aux candidats seulement, mais aussi aux surveillants, aux correcteurs et à tous, pour que chacun fasse son travail dans son domaine, afin que nous aboutissions au résultat que nous attendons, parce que tous les moyens sont investis à cet effet. Notre président de la République a mis tout ce qu’il faut dans ce domaine pour que les choses marchent comme ça se doit. Nous devons le féliciter pour ça et féliciter tous les acteurs qui interviennent dans le système éducatif guinéen et qui se battent pour qu’on arrive à bon port », a dit l’honorable Deen Touré.

Ibrahima 2 Barry, Directeur communal de l’éducation de Matam

De son côté, le directeur communal de l’éducation de Matam, Ibrahima 2 Barry, a indiqué que les autorités ont pris toutes les dispositions pour le bon déroulement des examens nationaux dans cette commune. « Pour rendre crédibles ces examens en évitant les fraudes de tout genre, les dispositions ont été prises, tels que : le contrôle basique des listes des candidats qui ont t été épurées, la formation et la sensibilisation des candidats et des surveillants,  l’utilisation des détecteurs de métaux pour débusquer les téléphones qui sont devenus des instruments de fraude massive, l’identification des surveillants et surveillantes pour éviter la substitution dans les salles », a-t-il souligné, avant d’appeler à un changement de comportements. « Car la triche ne peut honorer ni un succès, ni un acquis », a dit M. Barry.

Cette année, 3 901 candidats dont 1 690 filles affrontent les épreuves du baccalauréat dans la commune de Matam. Ils sont répartis dans 8 centres d’examen.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : +224622919225

Lire

Fodé Mohamed Soumah aux candidats au Bac : « le mérite, c’est quelque chose qui est personnel »

22 juillet 2021 à 15 03 52 07527

L’honorable Fodé Mohamed Soumah, 5ème vice-président de l’Assemblée nationale, a présidé le lancement officiel du baccalauréat ce jeudi, 22 juillet 2021, à Kaloum, l’une des cinq communes de Conakry. La cérémonie a eu lieu à l’école primaire de la Gare, située au quartier Almamyah, en présence de la Secrétaire générale du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation, du directeur communal de l’éducation et d’autres cadres du secteur éducatif. Avant d’ouvrir l’enveloppe contenant la première épreuve, le président du parti GéCi (Génération Citoyenne) a prodigué des conseils aux candidats.

Honorable Fodé Mohamed Soumah, président du parti GéCi (Génération Citoyenne) et 5ème vice-président de l’Assemblée nationale

 « Je me souviens lorsque j’étais à votre place, j’avais des références et des référentiels. C’était comment accéder à l’excellence. Donc, je ne voulais pas abuser de votre temps, mais je veux que vous sachiez que l’Assemblée nationale est à vos côtés. Aujourd’hui, les 114 députés sont déployés sur toute l’étendue du territoire pour lancer les premières épreuves, pour vous accompagner, pour vous encourager et surtout vous soutenir, vous dire que le plus dur reste à faire. Ce n’est pas seulement d’obtenir le Bac, mais d’être demain un bon père de famille, une mère de famille, un citoyen exemplaire. Je crois que chacun de vous a cette possibilité aujourd’hui.

Mais de grâce, essayez ce qu’on appelle le mimétisme positif. Essayez de ressembler à quelqu’un vraiment qui vous fait rêver. Et je crois que lorsque vous êtes dans cette posture, vous ne pourrez qu’évoluer dans la vie. Je sais qu’il y a beaucoup de stress, mais essayez de vous poser, de vous calmer et de travailler seul. Le mérite, c’est quelque chose qui est personnel. Donc, j’ose espérer que demain, vous pourrez être à ma place, député de la République. Il faut que vous ayez l’ambition de servir votre pays, c’est ça la citoyenneté », a dit l’honorable Fodé Mohamed Soumah, président du parti GéCi (Génération Citoyenne) et 5ème vice-président de l’Assemblée nationale.

Madame Diallo Nènè Fatou, secrétaire générale du ministère du MENA

Présente à cette cérémonie, la secrétaire générale du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA) a demandé aux candidats de respecter les directives données par les autorités. « Le Bac va vite passer parce que c’est trois jours, et je sais que vous avez beaucoup écouté les conseils et les directives. Même hier, monsieur le ministre s’adressait encore à vous. Alors, nous comptons sur vous pour que cet examen se déroule dans d’excellentes conditions. Et les excellentes conditions, c’est bien sûr votre effort personnel, n’oubliez jamais ça. Si vous réussissez à décrocher votre examen par vos efforts personnels, vous garantissez votre avenir. Respectez tout ce qui vous sera dit et vous serez récompensés », a dit Nènè Fatou Diallo.

Dans la commune de Kaloum, 1.389 candidats dont 652 filles affrontent les épreuves du baccalauréat cette année. Ils sont répartis dans 45 salles et encadrés par 94 surveillants.

Mohamed Guéasso DORE pour Guineeamatin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Le gouverneur N’Zérékoré prévient les candidats au Bac : « aucun cas de fraude ne sera admis »

22 juillet 2021 à 13 01 06 07067

Comme partout ailleurs, le baccalauréat a débuté ce jeudi, 22 juillet 2021, à N’Zérékoré. C’est le gouverneur de la région, en compagnie du préfet, du maire de la ville, de l’inspecteur régional et du directeur préfectoral de l’éducation, qui a procédé au lancement officiel de cet examen national. Avant de lancer l’épreuve de Français pour l’option sciences sociales, le général Mohamed Gharé a adressé un message à l’ensemble des candidats, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

« Je vous exhorte à beaucoup de vigilance, à beaucoup de sérénité et à beaucoup de confiance envers vous-mêmes. Nous sommes tous passés par-là. Les examens constituent  une évaluation de ce que  l’élève a appris tout au long de l’année scolaire. Donc, n’ayez pas peur. Je souhaite qu’il y ait beaucoup d’admis à N’Zérékoré, mais retenez quelque chose, c’est que notre enseignement se perfectionne d’année en année. Donc, aucun cas de fraude ne sera admis, c’est tolérance zéro. Comptez sur vous-mêmes, faites confiance à vous-mêmes. Je sais qu’avec cet esprit, tout ira pour le mieux», a dit le gouverneur de N’Zérékoré.

Amara Condé, inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré

De son côté, l’inspecteur régional de l’éducation a rappelé les spécificités des examens nationaux, session 2021. « Cette année,  pour  tous les centres d’examen en République de Guinée, un  représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique travaille  avec  le représentant du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation. Aussi, vous avez des machines qu’on appelle détecteur métallique dans tous les centres. Dans une salle d’examen, quoi qu’on dise, il y aura toujours des brebis galeuses qui vont chercher à introduire des documents ou des téléphones. Donc, le ministère de l’Education nationale a donné cela pour une sécurisation et une moralisation parfaite de l’évaluation », s’est réjoui Amara Condé.

A noter que la région administrative de N’Zérékoré présente cette année 8 342 candidats dont 2 475 filles au baccalauréat unique, tous profils confondus. Ces  candidats  sont répartis dans 29 centres qui sont tous dans les chefs-lieux des 6 préfectures.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

Domani Doré au lancement du Bac à Dixinn : « la tolérance zéro reste maintenue »

22 juillet 2021 à 12 12 52 07527

Honorable Domani Doré, première secrétaire parlementaire à l’Assemblée nationale, a pris part au lancement officiel du baccalauréat 2021, dans la commune de Dixinn. La cérémonie a eu lieu au collège 1 Donka, en présence du maire de cette commune de Conakry et du directeur communal de l’éducation. A cette occasion, la députée a rappelé que le slogan « tolérance zéro » reste maintenu pour les examens nationaux de cette année encore, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

« Le président de la République nous a tous exhortés, en tant qu’institution qui a une part de responsabilité à gérer dans ce pays, à être davantage proche du peuple. Et on ne peut pas parler du peuple sans justement tenir compte de la représentativité jeune. Donc, le baccalauréat est un cap important pour la jeunesse, un cap important pour leur carrière et par conséquent, en tant qu’élue, on avait le devoir à travers notre président Amadou Damaro Camara qui a souhaité que nous soyons justement là pour le lancement de ces épreuves et témoigner ainsi de notre disponibilité constante auprès de la jeunesse. Le slogan de cette année, c’est le même, c’est-à-dire tolérance zéro », a dit Domani Doré.

Honorable Domani Doré, première secrétaire parlementaire

De son côté, le maire de Dixinn a exprimé le soutien moral des autorités et des citoyens de la commune aux candidats. Mamadou Samba Diallo leur a prodigué aussi quelques conseils avant le début des épreuves. « Cette année, les enfants ont reçu les cours toute l’année sans aucune perturbation. J’estime qu’ils seront en mesure de traiter les sujets qui vont être mis à leur disposition. Au nom de la population de Dixinn, je suis venu les accompagner et leur faire comprendre que toute la population de Dixinn les accompagne moralement. Nous les soutenons moralement, nous les demandons d’être très calmes, très posés, en traitant les sujets conséquemment », conseille l’autorité communale.

Mamadou Samba Diallo, maire de la commune de Dixinn

Quant au directeur communal de l’éducation de Dixinn, il s’est félicité du climat dans lequel l’examen du baccalauréat a démarré. « Pour le moment, il n’y a aucun problème. Toutes les mesures sont prises pour le bon déroulement de l’examen. Il y a la distanciation physique, donc 30 candidats par salle de classe, le port obligatoire des masques est respecté et les kits de lavage de mains sont installés dans toutes les salles pour éviter la propagation de la maladie », a dit Fodé Sylla.

A noter qu’ils sont 1 083 candidats dont 465 filles à affronter les épreuves du baccalauréat dans la commune de Dixinn. Ils sont répartis dans trois centres d’examen.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Baccalauréat : 73 candidats affrontent les épreuves à Koubia

22 juillet 2021 à 11 11 48 07487

Comme annoncé précédemment, le baccalauréat a débuté ce jeudi, 22 juillet 2021, en Guinée. Dans la préfecture de Koubia, 73 candidats dont 19 filles prennent part à cet examen national. Toutes les autorités locales se sont mobilisées pour procéder au lancement officiel des épreuves, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est à 9h00 que les premières épreuves du baccalauréat ont été lancées à l’école primaire 1 de Koubia, l’unique centre d’examen de la préfecture, en présence du préfet, du maire de la commune urbaine et du député uninominal de Koubia. Avant d’ouvrir l’enveloppe contenant l’épreuve de Français pour l’option sciences sociales, l’honorable Ibrahima Bory Diallo a invité les candidats et les encadreurs au respect strict des règlements régissant les examens nationaux en Guinée.

Cette année, ils sont 53 candidats dont 15 filles en sciences sociales, et 20 candidats dont 4 filles en sciences mathématiques, les deux options qui existent au lycée de Koubia. Ceux des sciences sociales sont répartis dans trois salles, tandis que ceux des sciences mathématiques sont dans une seule salle. Chaque salle a deux surveillants. Tous les candidats et surveillants portent des masques de protection contre la Covid-19, et des dispositifs de lavage des mains sont installés devant toutes les salles.

Pour cette première journée, aucun absent n’a été enregistré parmi les candidats. 

Alpha Koubia Diallo pour Guineematin.com 

Tel. (00224) 628546933

Lire

Démarrage du baccalauréat unique 2021 : la mise en garde du ministre Bano Barry

22 juillet 2021 à 11 11 30 07307

Les premières épreuves du baccalauréat unique, session 2021, ont été lancées ce jeudi 22 juillet 2021. A Conakry et pour la commune de Ratoma, c’est le Lycée de Lambanyi qui a abrité la cérémonie de lancement en présence du Premier, Dr Ibrahima Kassory Fofana, du ministre de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation, Pr Alpha Amadou Bano Barry, des autorités communales, ainsi que de plusieurs autres personnalités, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est sous une fine pluie que la première épreuve (Mathématiques) du baccalauréat unique, session 2021, a été lancée ce jeudi au lycée 2 de Lambanyi, ex lycée des jeunes filles, dans la commune de Ratoma. Et, au sortir de la salle, le ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, le Pr Alpha Amadou Bano Barry a mis en garde les candidats qui tenteront d’utiliser leurs téléphones pour frauder.

« Nous espérons que les élèves ont compris nos messages et qu’ils ont laissé les téléphones à la maison. Si tel n’est pas le cas, celui qui sera pris sera éliminé des examens de cette année. Et, naturellement, j’utilise aussi mon chapelet pour m’assurer que le réseau ne puisse pas fonctionner pour les élèves qui vont réussir à venir avec les téléphones et à dribbler tout le monde », a lancé le ministre.

Pr Alpha Amadou Bano Barry au lancement des épreuves du Bac unique 2021

Après cette mise en garde, le ministre Bano Barry a dévoilé plusieurs autres innovations permettant, espère-t-il, de qualifier le système éducatif guinéen. « Cette année, nous avons étalé les activités sur trois jours, étant donné qu’il y a sept matières en raison de deux matières le premier jour, deux le deuxième jour et trois matières le dernier jour. Nous considérons que ce dispositif va permettre à la fois de ne pas disperser les efforts, mais aussi de s’assurer que les élèves sont suffisamment mobilisés pendant la période des examens.

Enfin, nous avons aujourd’hui dans le dispositif une couverture nationale totalement complète qui fait que nous avons la possibilité, en temps réel, avec un système de monitoring, de savoir ce qui se passe dans chaque centre d’examen. Nous avons aussi obtenu une réduction du nombre de centres d’examens pour permettre un meilleur contrôle. Ce n’est pas le nombre de salles qui a baissé, c’est le nombre de centres. Ce qui permet en réalité un meilleur dispositif de couverture sur l’ensemble du territoire national.

La dernière chose est que les centres de correction ont été délocalisés pour être envoyés à Kaloum dans l’espoir que nous allons passer la journée avec les correcteurs pour nous assurer que le premier correcteur et le deuxième correcteur n’ont aucun lien jusqu’à la fin de la correction. Nous espérons qu’à la fin le système sera plus performant, il y aura probablement plus d’admis ou en tout cas les meilleurs admis que nous pourrons sortir du système éducatif. Voilà les grandes innovations que nous avons apportées et nous espérons que les résultats seront à la hauteur », a dit le ministre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Examens nationaux : « aucune erreur ne sera acceptée » à N’Zérékoré

21 juillet 2021 à 14 02 37 07377

A quelques heures du début des examens nationaux, qui vont démarrer demain, jeudi 22 juillet 2021, l’inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré a adressé un message à l’ensemble des acteurs concernés par ce processus. Il a invité chacun à jouer pleinement son rôle pour le bon déroulement des épreuves, précisant qu’aucune erreur ne sera tolérée dans cette région, a constaté le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

A la veille du lancement des épreuves du baccalauréat en Guinée, l’inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré se montre confiant. Selon Amara Condé, tout est mis en place pour le bon déroulement de cet examen national et des deux autres qui vont suivre. 

Amara Condé, inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré

« C’est au niveau de la photographie que nous avons souvent des problèmes. Mais cette question et toutes les autres sont aujourd’hui réglées. Le département a pris toutes les dispositions pour que les DPE, hommes de terrain, puissent être tous à jour. Et à l’heure qu’il fait, en forêt ici, nous avons les procès-verbaux autrement dit les numéros de tables. Toutes les 6 DPE de la région ont ça et pour tous les 3 examens. Les candidats d’ailleurs sont entrés en possession de ça. Cela veut dire qu’à ce niveau, il n’y a pas de problème », a dit le responsable éducatif.

Après que les autorités ont joué leur partition, l’inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré appelle les autres acteurs concernés à faire les leurs pour permettre la réussite des examens nationaux de cette année. « Aux cadres, je leur demande d’abord de prendre toutes les dispositions pour que tous les centres d’examen soient des lieux de paix. Que les candidats soient rassurés qu’ils viennent pour une évaluation ordinaire comme les autres. Ce message de sensibilisation va l’endroit de mes collègues enseignants qui sont choisis par leurs différentes DPE pour assurer cette mission de l’Etat.

Aux candidats, mon message, c’est de leur dire que seul le travail paye, aucune erreur ne sera acceptée. A commencer par les téléphones jusqu’aux documents dans les poches ou dans d’autres endroits cachés au niveau des salles. A la communauté, (les parents d’élèves), c’est de prendre toutes les dispositions pendant cette période des examens pour que le maximum soit prêt pour les candidats qui sont l’avenir du pays et qui sont les héritiers de toutes les familles », a dit M. Amara Condé.

A noter que la région de N’Zérékoré présente 64 410 candidats dont 23 982 filles aux trois examens nationaux 2021. Ces candidats sont répartis 240 centres et seront encadrés par 3 896 surveillants.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

Bac 2021 : « les téléphones qui seront saisis seront brûlés », prévient l’IRE de Boké

19 juillet 2021 à 18 06 36 07367

Comme annoncé précédemment, les examens nationaux session 2021 vont démarrer le jeudi prochain, 22 juillet, en Guinée. Cette année, ce sont les candidats au baccalauréat unique qui vont ouvrir le bal. Et, dans la région de Boké, ils seront 4 956 candidats dont 1 994 filles à affronter les épreuves de cet examen sous l’œil vigilant de 332 surveillants. Ces candidats seront repartis dans 22 centres et occuperont 166 salles de classe, annonce-t-on.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com ce lundi, 19 juillet 2021, l’inspecteur régional de l’éducation de Boké, Moriba Sidibé, a tenu à mettre en garde les candidats et surveillants qui seront tentés d’envoyer des téléphones dans les centres d’examens.

Moriba Sidibé, inspecteur régional de l’éducation de Boké

« Cette année, le baccalauréat sera suivi de près, parce que des dispositions pratiques ont été prises. Dans chaque centre, il y aura des appareils détecteurs de téléphones. Tous ceux qui portent des téléphones, dès que le délégué arrive à la porte, la machine va signaler le nombre de téléphones dans la salle. Maintenant, quand on prend un téléphone dans une salle, non seulement le porteur du téléphone sera éliminé, mais aussi les surveillants seront éliminés. Tous les téléphones qui seront saisis seront regroupés pour les confier à la justice. Et, dès la fin des épreuves, nous allons les mobiliser ensemble, devant le préfet et devant tout le monde, nous allons mettre de l’essence et les brûler tous. Ça, c’est pour dire halte au vol… Je demande aux candidats d’être sereins et surtout ne pas avoir peur. Ils doivent savoir que le Bac c’est comme les autres évaluations ordinaires. Ils n’ont qu’à laisser les téléphones à la maison pour éviter des faux problèmes. Aux collègues surveillants, nous devons être sincères envers nous-mêmes et envers nos candidats. En tout cas, cette fois-ci, tout surveillant qui sera pris sera poursuivi », a prévenu Moriba Sidibé.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel 628-98-49-38

Lire

Guinée : les syndicats de l’éducation exigent l’annulation d’une décision du MENA

19 juillet 2021 à 18 06 21 07217

A quelques jours du début des examens scolaires, les relations sont tendues entre le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation et les syndicats des enseignants. Ces derniers sont très remontés contre l’annonce faite il y a quelques jours par le ministre Alpha Amadou Bano Barry, relative à leur exclusion du processus d’organisation de ces évaluations nationales. Dans une déclaration publiée ce lundi, 19 juillet 2021, plusieurs structures syndicales ont exigé « l’annulation pure et simple de cette décision pour que les examens se déroulent dans les meilleures conditions ».

Guineematin.com vous propose ci-dessous la déclaration lue par Salifou Camara, Secrétaire général de la FSPE (Fédération syndicale professionnelle de l’éducation) :

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

Travail-Justice-Solidarité

DÉCLARATION DU MOUVEMENT SYNDICAL DE L’ÉDUCATION

Camarades travailleuses, Travailleurs du secteur de l’éducation Nationale, de L’Enseignement Technique et de l’Enseignement Supérieur,

Chers Parents d’élèves,

-Considérant les actes de discrimination antisyndicale en violation de la liberté syndicale (convention 87) et les articles 4 et 5 de la convention 151 sur les relations de travail dans la fonction publique ;

-Considérant le fondement du dialogue social comme facteur de la paix prôné par L’OIT,

-Considérant que le tripartisme est d’une nécessité absolue à l’échelle professionnelle, nationale et internationale ;

-Considérant la déclaration du Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation lors de sa prise de service comme serment de respect du partenariat entre organisations syndicales de l’Education, de l’APAE et de l’Administration ;

-Considérant la nécessité de faire observer nos examens nationaux par l’ensemble des acteurs du système éducatif selon la vision du chef de l’Etat le professeur Alpha Condé ;

-Considérant la participation active et constructive du mouvement syndical de l’Education aux différents examens;

-Considérant que l’APAE à l’instar des syndicats de l’Education, est une organisation de masses non gouvernementales ;

-Considérant que les articles 39 et 41 de la loi organique N° 027 portant statut des agents de l’Etat, constituent une violation flagrante et notoire du droit du travail et des conventions de l’OIT qui sont supranationales, le mouvement syndical condamne avec la dernière énergie la volonté des autorités du MEN-A à ternir les relations sociales, les clauses de sécurités syndicales et des acquis syndicaux, chèrement acquis au nom de la paix et de la quiétude sociale,

Condamne la volonté manifeste du ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation de nuire aux activités syndicales d’une part,

Rappelle que les organisations syndicales des travailleurs ont pour but la promotion des intérêts économiques et sociaux de leurs membres, de participer à des organes paritaires en matières économique et sociale, assurer le respect de la législation, des accords collectifs et de représenter les intérêts individuels devant les autorités administratives d’autre part,

Rappelle que les facilités doivent être accordées aux représentants d’agents publics en vertu de l’article 6 de la convention 151 sur les relations de travail dans la fonction publique,

Exige l’annulation pure et simple de la décision du MEN-A pour que les examens nationaux se déroulent dans les meilleures conditions et invite les autorités du MEN-A à l’implication sans condition de toutes les organisations syndicales de l’Éducation comme par le passé pour le maintien du bon partenariat entre l’administration et le syndicat.

vive l’école guinéenne

vive le mouvement syndical de l’éducation

Ensemble unis et solidaire nous vaincrons

Conakry le 19/07/2021

Lire

Aboubacar Soumah en colère contre le ministre Bano : « il est en train de créer des problèmes… »

19 juillet 2021 à 14 02 13 07137

Les syndicats de l’éducation ne sont pas contents de leur exclusion du processus d’organisation des examens nationaux 2021. Plusieurs organisations syndicales évoluant dans le secteur se sont réunies ce lundi, 19 juillet 2021, à Conakry, pour publier une déclaration dans laquelle elles protestent contre cette décision du ministre de l’Éducation nationale et de l’alphabétisation. A cette occasion, le secrétaire général du SLECG (Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée) a pris la parole pour dénoncer la façon dont le Pr Alpha Amadou Bano Barry gère le secteur éducatif guinéen. Selon Aboubacar Soumah, le ministre est en train d’aggraver les problèmes qui gangrènent ce secteur, au lieu de les résoudre.

« À l’avènement de notre ministre actuel, on a pensé qu’il était venu avec des solutions, mais nous avons constaté le contraire. Aujourd’hui, il est en train de créer des problèmes dans le secteur de l’éducation. Vous voyez comment il est en train d’organiser les examens : jusqu’à présent, les enfants ne sont pas rentrés en possession de leurs emplois du temps, les centres d’examen sont réduits. Tout cela pour réduire le nombre de délégués, pour réduire le nombre de surveillants. Nous les enseignants, cette phase d’évaluation des enfants est une phase pour nous d’avoir quelque chose. Quelque chose nous permettant de traverser les vacances. Mais, ce sont ces avantages-là qu’il est en train de nous arracher.

Aujourd’hui, si tu ne donnes pas de l’argent, on ne te prend pas pour surveiller. Si tu ne donnes pas de l’argent, on ne te prend pas pour la correction. On a pensé qu’il était venu pour corriger ça, mais ça s’est plutôt aggravé. La manière dont il est en train d’organiser les examens, on n’a jamais vécu cela auparavant. Il a retiré l’organisation des examens dans les mains de la structure qui est chargée de le faire, tout est géré maintenant par le MENA. Ce qui n’est pas normal. Chacun doit jouer son rôle. Mais aujourd’hui, ce n’est pas ça », a déploré Aboubacar Soumah, avant d’appeler les structures syndicales à prendre leurs responsabilités pour défendre les intérêts des enseignants.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com 

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Examens nationaux : 60 906 candidats (dont 17 890 filles) retenus à Kankan

13 juillet 2021 à 10 10 10 07107

Sauf changement de calendrier, les examens nationaux session 2021 démarreront le 22 juillet prochain en Guinée. Sur l’ensemble du territoire, ce sont 496 395 candidats (dont 213 958 filles et 24 889 candidats libres) qui ont été retenus pour les trois examens (CEE, BEPC et Baccalauréat). Et, dans la région administrative de Kankan, ils seront 60 906 candidats dont 17 890 filles à affronter les épreuves de ces différentes évaluations, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à Kankan.

Selon l’inspection régionale de l’éducation de Kankan, Famoro Keïta, ces candidats seront répartis dans 287 centres d’examens.

Famoro Keïta, inspection régionale de l’éducation de Kankan

« Nous avons 32 640 candidats, dont 10 552 filles et 194 centres au niveau de la région, le nombre de salle de classe qu’on doit utiliser, c’est 1 094 salles de classe, le nombre de surveillants qu’on doit prendre c’est 2191 surveillants au niveau de l’examen d’entrée en 7ème année.

Au niveau du BEPC, nous avons cette année 16.046 candidats, dont 4 476 filles. Nous allons utiliser 66 centre et le nombre de salles que nous allons utiliser sera 537, le nombre de surveillant que nous allons prendre sera 1074.

Au niveau du baccalauréat unique, cette année nous avons 12.220 candidats, dont 2.863 filles, on va utiliser 27 centres, 359 salles de classe et 718 surveillants.

Donc, le nombre total de candidats au niveau de la région de Kankan en 2021 dans les différents examens est de 60 906 candidats dont 17 890 filles », a indiqué Famoro Keïta, tout en précisant que toutes les dispositions sont déjà prises pour le bon déroulement de ces examens nationaux.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Début des examens de sortie à Faranah : « toute défaillance sera sanctionnée »

9 juillet 2021 à 19 07 17 07177
Aboubacar Sidiki Diakité, inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle de Faranah

C’est parti pour les examens de sortie à Faranah. Les épreuves pratiques ont débuté ce vendredi, 9 juillet 2021, dans les écoles d’enseignement technique et professionnel de la région. A cette occasion, l’inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a prodigué des conseils aux candidats, tout en leur adressant une mise en garde, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Cette année, la région de Faranah présente 961 candidats dont 493 filles aux examens de sortie. Issus de six écoles, dont quatre publiques, ces élèves en fin de cycle sont répartis dans quatre centres d’examen. Tout en assurant que toutes les dispositions sont prises pour le bon déroulement des épreuves, l’inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a demandé aux candidats de respecter scrupuleusement les consignes pour éviter toute surprise désagréable.

« Je demande aux candidats d’être sereins, de respecter les consignes que les encadreurs vont donner pour le bon déroulement des examens. Au niveau des travaux pratiques, il faut bien exécuter les ouvrages pour que l’appréciation puisse se passer dans les meilleures conditions. La discipline est de rigueur et la tolérance zéro va effectivement s’appliquer. Donc toute défaillance sera sanctionnée par l’élimination directe du candidat et en travaux pratiques et en théorie », a prévenu Aboubacar Sidiki Diakité.

A rappeler que cette phase pratique va prendre fin le 21 juillet prochain. Et le lendemain, 22 juillet 2021, les candidats vont entamer les épreuves théoriques de ces examens de sortie.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224620241513/660272707

Lire

N’Zérékoré : le gouverneur encourage les jeunes à s’intéresser à l’enseignement technique

9 juillet 2021 à 18 06 36 07367
Des candidats aux examens de sortie en évaluation pratique à N’Zérékoré

En marge du début des épreuves pratiques des examens de sortie, ce vendredi 9 juillet 2021, le gouverneur de N’Zérékoré a déploré le fait que les jeunes guinéens n’accordent pas beaucoup d’intérêt à l’enseignement technique. Le général Mohamed Gharé a encouragé les élèves à s’orienter vers l’apprentissage des métiers qui sont porteurs d’emploi et de développement, a constaté le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Des candidats aux examens de sortie en évaluation pratique à N’Zérékoré

La phase pratique des examens de sortie a débuté ce vendredi 9 juillet 2021, dans les écoles d’enseignement technique et professionnel de la Guinée. A N’Zérékoré, c’est le gouverneur de la région qui a procédé au lancement officiel des épreuves au centre de formation professionnel (CFP) de la ville. Le général Mohamed Gharé était accompagné du maire de N’Zérékoré, du secrétaire général chargé des collectivités décentralisées et de l’inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. S’adressant aux candidats, il leur a rappelé le principe de tolérance zéro qui caractérise ces évaluations, tout en les encourageant à faire du sérieux dans leur travail.

Le gouverneur de N’Zérékoré, Mohamed Gharé, au lancement des examens de sortie

« Chers candidats, nous commençons par vous souhaiter bonne chance et plein succès à l’examen de sortie. Vous savez, l’enseignement technique est la base du développement d’un pays. Aujourd’hui donc, vous commencez les examens pratiques. Retenez que tous les examens nationaux en République de Guinée sont incarnés par la tolérance zéro en matière de fraude. Parce que nous voulons avoir sur le marché de l’emploi de véritables techniciens et professionnels. J’ose croire qu’après ces examens, vous aurez de très bons résultats. Parce que moi-même, souvent je passe dans ce centre, je vois comment les étudiants se mettent au travail », a déclaré le général Mohamed Gharé.

Des candidats aux examens de sortie en évaluation pratique à N’Zérékoré

Sur le terrain, l’autorité régionale a déploré le faible nombre de candidats dans certaines filières. C’est le cas notamment de la menuiserie qui n’a que deux candidats à ces examens de sortie. Une situation, dit-il, qui n’est ni à l’avantage des jeunes qui ont besoin de travail, ni à l’avantage du pays qui a besoin de techniciens pour son développement. « Je profite de l’occasion pour demander aux jeunes et aux parents d’élèves de s’intéresser à l’enseignement professionnel. Parce qu’un jeune qui fait une étude technique et professionnelle ne chôme pas dans la vie pratique. Il se prend toujours en charge.

Et autant qu’il fait du sérieux, il est accompagné par l’Etat. La remarque que j’ai pu faire ici, c’est qu’au niveau de la menuiserie, il n’y a malheureusement que deux candidats. Alors que la menuiserie a une importance capitale. Comme nous le savons, notre pays est totalement en chantier avec le développement amorcé. C’est pourquoi les jeunes doivent s’intéresser à l’enseignement technique et à la formation professionnelle », a lancé le gouverneur de la région de N’Zérékoré.

Il faut noter qu’ils sont au total 2 094 candidats dont 1 105 filles à affronter les épreuves des examens de sortie dans la région de N’Zérékoré. Ils sont répartis dans 7 centres, dont 4 dans la ville de N’Zérékoré et 3 dans les préfectures de Guéckédou, Macenta et Beyla.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com
Tel : +224620166816/666890877

Lire

Examens de sortie : le message du gouverneur de Kankan aux candidats

9 juillet 2021 à 17 05 22 07227
Des candidates aux examens de sortie dans la filière Santé

Les épreuves pratiques des examens de sortie ont débuté ce vendredi, 9 juillet 2021, dans les écoles d’enseignement technique et professionnel de la Guinée. A Kankan, c’est le gouverneur Sadou Keïta qui a procédé au lancement officiel des épreuves, au centre de santé Titi Camara, sis au quartier Briqueterie. Le premier responsable de la région a mis l’occasion à profit pour prodiguer des conseils aux candidats, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Sadou Keïta, gouverneur de Kankan

« Je vous demande de ne pas vous précipiter. Cet examen est différent des autres, vous le constaterez parce qu’on passe maintenant à la véritable pratique. Moi, je ne suis pas médecin, mais je sais qu’il y a des gens qui viennent se plaindre de paludisme, et on leur donne directement un sérum. Pourtant, il faut d’abord faire le diagnostic pour savoir si l’intéressé n’a pas le diabète ou la tension. Je voudrais vous dire de beaucoup réfléchir avant de sauter sur le thème. Et je vous rappelle qu’on ne copie pas en pratique », a dit Sadou Keïta, gouverneur de la région de Kankan.

Aly Kaké, inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle de Kankan

1913 candidats dont 1123 filles prennent part à ces examens de sortie dans la région de Kankan. Et selon l’inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, chacun d’eux sera mis à l’épreuve pour jauger son niveau. « Nous avons les candidats de la santé qui font leurs travaux pratiques dans les structures sanitaires et les autres qui font leurs travaux pratiques sur le terrain dans la réalisation de certains ouvrages. Chaque candidat aura à participer à l’exécution de ces travaux. Ils sont suivis par leurs formateurs et par nous-mêmes. Donc chacun sera évalué dans un domaine bien défini », indique Aly Kaké.

Youssouf Diallo, candidat

Youssouf Diallo est l’un des candidats à ces examens de sortie, dans la filière chaudronnerie. Il soutient que les épreuves ont bien débuté et se déroulent bien pour le moment. « Comme vous le voyez, tout se passe bien pour l’instant. Ces évaluations pratiques se passent de façon collective et individuelle, ça dépend des travaux. Et comme je l’ai dit, pour l’instant, nous n’avons pas de problèmes. Tous les matériels de travail sont là », a dit ce candidat.

A noter que cette phase pratique prendra fin le 21 juillet prochain. Elle sera suivie de la phase théorique, qui va débuter le 22 juillet 2021.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire