Madame  Fatoumata Binta Diallo, ministre de l’Industrie des PME, Mme  Aicha Sako, préfet de Dubréka, de Mr Eby Aly Jean, DG des «Moulins de Taiba»L’usine de fabrique de farine les « Moulins de Taiba », sise à Kabgelen (Dubréka), a fait un don de kits d’hygiène aux Dubrékakas, d’une valeur de 100 millions de francs guinéens et un chèque de 30 millions, pour les familles confinées. C’est leur contribution dans la lutte contre l’épidémie qui a déjà fait 14 décès dans la zone.

La cérémonie de remise s’est déroulée dans l’enceinte du bloc administratif de Dubréka, sous la Présidence de madame  Fatoumata Binta Diallo, ministre de l’Industrie des Petites et Moyennes Entreprise et de la Promotion du secteur privé, en compagnie des cadres de son département et en présence de Mme  Aicha Sako, préfet de la localité, de Mr Eby Aly Jean, directeur général des « Moulins de Taiba »,  ainsi que des cadres préfectoraux et quelques habitants de la localité.

A l’entame, Mme la préfet a souhaité la bienvenue aux hôtes et remercié les donateurs qui sont les premiers, parmi les industrielles installés dans la Zone à faire un tel geste qui va droit au cœur des citoyens et autorité de Dubreka qui subit de plein fouet l’épidémie d’Ebola. Sur la situation de la maladie à Dubréka, Mme Aicha Sako a expliqué : « Depuis l’apparition du premier cas d’Ebola, nous avons mis en place un comité préfectoral et des comités sous-préfectoraux de riposte à Ebola. Ces comités se réunissent par semaine pour faire la situation de l’épidémie. Le plan d’action est axé sur la surveillance au niveau des structures sanitaires et la sensibilisation sur le changement de comportement. Cela nous a permis de former 15 agents de santé, huit chefs de centre de santé, deux directeurs d’hôpitaux, cinq médecins-chefs et 40 agents communautaires. Ensuite toutes les structures sanitaires publiques ont été dotées de kits d’hygiène, des sentinelles de surveillance ont été installées dans 12 unités industrielles, dont la zone de Kaléta. 22 chefs de quartiers, 202 imams et 12 prêtres ont été formés pour sensibiliser dans les différents marchés et quartiers. » Pour lutter contre la réticence des populations qui ne croient pas à l’existence de l’épidémie. Dubréka a enregistré 29 cas dont 14 décès, six guéris et 145 sont en observation.

De son coté, Eby Aly Jean, directeur général des « Moulins de Taiba », s’en est expliqué aussi : « Nous avons décidé de ne pas être en marge de la lutte contre l’épidémie Ebola qui gagne du terrain dans notre préfecture. Les valeurs de notre entreprise qui fait parti du groupe AON, consistent à associer notre vie à celles des  populations environnantes. Ce mal qui frappe Dubreka nous concerne donc à plus d’un titre. C’est pourquoi, nous participons à travers ces kits d’hygiène à hauteur de 100 millions de francs guinéens et un chèque de 30 millions pour les familles  déjà confinées afin de leur permettre de vivre dignement cette période  en limitant du cout leur mobilité facteur important de la propagation de la maladie.  Nous espérons que ce don va aider à bloquer la chine de contamination et enrayer le mal dans le pays. »

Pour Fodé Tass Sylla, chargé de Com de la Coordination nationale de riposte à Ebola, « le problème n’est plus l’épidémie, mais la réticence. Aujourd’hui, aucun Guinéen ne peut nier l’existence de la maladie. Nous passons les consignes d’hygiène à respecter en boucle dans tous les médias, mais les gens refusent d’accepter et cela complique la tâche. Nous avons quatre centres de traitement, trois centres de transit, des ambulances et véhicules pour la prise en charge des malades et des corps. Il faut que tout le monde s’y mette pour que les populations ouvrent leurs portes à nos équipes, car on peut guérir d’Ebola. Dubréka est beaucoup en avance selon les explications de Mme le préfet et l’acte que viens de poser les Moulins de Taïba est un acte citoyen qui bénéficie directement aux populations locales suffisamment éprouvées… »

Pour Dame Fatoumata Binta Diallo, ministre de l’Industrie des PME et de la promotion du secteur privé, Ebola est une maladie méconnue par les Guinéens. C’est pourquoi les sensibilisations ne sont jamais assez. « Tous les Guinéens doivent être déterminés dans la lutte contre cette maladie. Le geste que vient de faire la direction générale des « Moulins de Taiba » doit être suivi par toutes les autres unités industrielles. », a martelé Mme la ministre qui fortement apprécié l’acte.

                                                                                                                    Boubacar Diallo

Facebook Comments