Roda FawazL’histoire a toujours retenu les grands hommes. Ces hommes, de par leur travail et dynamisme, sont tout simplement inoubliables. Ces hommes se battent et se mettent à la disposition de leurs communautés tant sur le plan social que moral. Pourtant, ils sont rares ! La cherté de la vie fait que chaque homme cherche plus à se tirer d’affaire pour les intérêts personnels. Malgré cette épreuve, certains se ressaisissent et acceptent de perdre, de se sacrifier pour les plus démunis.

Tel est le cas d’un guinéen, homme d’affaires guinéo-libanais vivant au Maroc. Un pays connu pour l’individualisme qui y règne à l’encontre des différentes nationalités.

Ce guinéen est souvent remarqué et apprécié à toutes les rencontres. Ce n’est pas étonnant ! Son nom ? Roda Fawaz.

Consul général de la Guinée à Casablanca, Roda Fawaz est d’un sens de patriotisme élevé.

Chez lui, les Guinéens sont d’une même famille. Sourire remarquable aux lèvres devant le compatriote, chez lui l’ethnie ou la région importe peu.

Au Maroc, quand un guinéen a un problème, c’est en ce moment Roda Fawaz qui a un problème. Il use  de toutes ses forces pour trouver une solution au problème qui arrive. Qu’il soit étudiant ou non, Roda apprenant un problème touchant un guinéen, a le tempérament d’un père de famille.

« M. Roda est un papa en quelque sorte. Il remplace valablement nos parents ici au Maroc », témoigne Mohamed Dioumassy, étudiant en relations internationales au royaume chérifien.

Même son de cloche chez Fatoumata Hann, ancienne miss Guinée : « Cet homme (Roda ndlr) est toujours aux côtés des guinéens qui sont dans le besoin. Il est toujours là à faire faire de son mieux pour aider les gens. Nous sommes fiers de lui », reconnait cette étudiante en comptabilité et management au Maroc.

Parfois, Roda Fawaz va jusqu’à toucher son salaire surtout quand il s’agit des problèmes sociaux, notamment sanitaires.

Ces genres de compatriotes sont rares à l’extérieur du pays. Un geste d’homme social généreux qui est à reconnaître et à encourager. Pour dire qu’un travail bien fait mérite d’être bien récompensé et reconnu.

Ibrahima Diallo, depuis Casablanca (Maroc) pour Guineematin.com

Commentaires