Depuis l’avènement des grandes pluies, les habitants de la commune de Labé éprouvent d’énormes difficultés à se déplacer. Les voiries de la ville sont en effet, fortement dégradées. Cette situation emmène les conducteurs de taxis motos à éviter plusieurs quartiers où l’accès est difficile. Et cela, au grand dam des habitants de ces localités, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Il n’est un secret pour personne en Guinée que les routes de l’intérieur du pays sont difficilement praticables en saison hivernale. Mais à Labé, ce ne sont pas seulement les routes en rase campagne qui sont dans cet état. Les voiries urbaines sont aussi fortement dégradées, ce qui rend certaines localités de la ville quasiment inaccessibles.

Aujourd’hui, les habitants les secteurs Domby, Maléyah, Gadha Pounthioun, ainsi que les quartiers Kouroula, Daka et Pounthioun vivent un véritable casse-tête. En plus de la dégradation des routes menant à ces endroits, les caniveaux sont aussi complètement bouchés. Les eaux de ruissellement et la boue ont bloqué le passage.

Les conducteurs de taxis motos ont boudé donc ces quartiers, au grand dam de leurs habitants : « Nous, pour se rendre en ville, il faut qu’on contourne notre quartier parce que la boue est partout et les taxis motos ne viennent pas chez nous. Nous souffrons énormément, car notre secteur est presque coupé du reste de la ville », déplore Mamadou Saliou Barry.

« Actuellement, l’état des routes de la commune urbaine de Labé est vraiment défectueux. Pour aller chez nous, il est très difficile pour nous d’avoir un taxi moto pour nous déposer. Ils refusent carrément d’aller dans notre quartier sous prétexte que la boue n’est pas bonne pour leurs engins », renchérit un autre citoyen.

Interrogé sur cette situation, Saidou Pita Diallo, Directeur Régional des Travaux Publics de Labé, se dit conscient de cette défectuosité des voiries urbaines de Labé. Mais, selon le représentant du ministère des travaux publics, son service n’a aucun moyen pour faire le reprofilage d’une quelconque route. Saidou Pita Diallo indique que son service ne fait qu’alerter le gouvernement sur l’état critique des voiries urbaines, et c’est à l’Etat de faire face à cette situation, a-t-il dit.

En attendant que les autorités n’interviennent, les citoyens de certains quartiers de la commune urbaine de Labé se mobilisent eux-mêmes pour colmater les points critiques. Cela, en vue d’éviter que la circulation ne soit complètement coupée.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin