La présentation des condoléances des artistes aux familles des victimes du drame (vidéo)

1 août 2014 à 22 10 58 08588
King Salomon du groupe "Les Banlieuz'arts"

King Salomon du groupe « Les Banlieuz’arts »

Comme mentionné par les dépêches précédentes, les artistes guinéens qui étaient sur scènes le mardi 29 juillet dernier à la plage de Taouyah ont rencontré les médias, ce vendredi 1er août 2014, au jardin du 2 octobre, après les obsèques officielles des défunts, pour délivrer un message de condoléances fort. Guineematin.com vous propose ci-dessous des tranches vidéos de cette rencontre.

Lire

Sommet extraordinaire de la Mano River contre Ebola à Conakry : le communiqué des Chefs d’Etat

1 août 2014 à 21 09 29 08298
Les chefs d'Etat libérien et léonais entourent le guinéen, Alpha Condé

Les chefs d’Etat libérien et léonais entourent le guinéen, Alpha Condé

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement mandatent le Professeur Alpha Condé, Président de la République de Guinée, Président  en Exercice de l’Union du Fleuve Mano, à porter le message de l’Union relatif à la Fièvre EBOLA au Sommet des dirigeants des Etats-Unis d’Amérique/Afrique devant se tenir les 5 et 6 Août 2014 à Washington DC.

Lire

Sommet de Conakry contre Ebola : une zone rouge inter-Etat est créée entre Guékédou, Foya et Kailahun

1 août 2014 à 21 09 24 08248
Les chefs d'Etat libérien et léonais entourent le guinéen, Alpha Condé

Les chefs d’Etat libérien et léonais entourent le guinéen, Alpha Condé

Ce vendredi 01 août 2014, les Chefs d’Etats et de Gouvernement des Etats membres de l’Union du Fleuve Mano (la Côte d’ivoire, la Guinée, le Libéria, et la Sierra Léone) et leurs partenaires au développement se sont réunis en session extraordinaire à Conakry pour revoir la situation de l’épidémie de la  fièvre hémorragique à virus Ebola et adopter des stratégies communes en vue de la riposte dans leur espace.

Lire

Le message de condoléances des artistes et opérateurs culturels, après l’enterrement des victimes

1 août 2014 à 17 05 19 08198
Des corps entassés à la morgue de Donka, peu après le drame

Des corps entassés à la morgue de Donka, peu après le drame

Cet après midi, les artistes et promoteurs culturels étaient devant les médias pour délivrer leur message de condoléances suite au drame de la plage de Rogbané où ils étaient les vedettes. Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de cette déclaration, lue il y a quelques minutes par Marcuis du groupe du rap urbain, les ‘’Banlieuz’arts’’.

Lire

Culture : Souleymane Koly de Kotéba n’est plus

1 août 2014 à 16 04 52 08528

Souleymane KolyNous venons juste de l’apprendre, Monsieur Souleymane Koly vient de rendre l’âme ce vendredi 1er Août 2014 des suites d’une crise cardiaque à son domicile à Lambandji, dans la commune de Ratoma en haute banlieue de Conakry. 

Lire

Les parents des victimes prendront-ils l’argent du concert de Rogbané ? « les artistes sont prêts à le leur reverser », dixit King Salomon des Banlieuz’arts

1 août 2014 à 15 03 45 08458
Morgue : des corps entassés

Morgue : des corps entassés

« Nous sommes des artistes et homme de culture meurtris à jamais par la perte des fans venus communier avec nous sur cet espace », déclarent les organisateurs et acteurs du concert de Rogbané, le 29 juillet 2014, qui a entraîné 34 morts, suite à une bousculade

 

C’était cet après-midi, au jardin du 02 octobre où une vingtaine d’artistes et quelques promoteurs culturels ont lu une déclaration aux médias.

La ministre des Sports, Domani Doré, présente à ce point de presse, a estimé que tout le monde est coupable de ce drame qui a emporté la vie de 34 jeunes mélomanes guinéens.

 

Lire

Des navires de Sonit pêche et de Sabou Guinée qui doivent des milliards à l’Etat : le ministre Loucény Camara indexe les pêcheurs illégaux de la Guinée

1 août 2014 à 14 02 35 08358
Ali Saadi, le PDG de Sonit Pêche

Ali Saadi, le PDG de Sonit Pêche, accusé ce vendredi 1er août de devoir deux milliards GNF à l’Etat

Le ministre de la pêche et de l’aquaculture a déploré le fait que certains navires continuent de violer l’arrêté ministériel portant sur l’interdiction de la pêche industrielle et semi-industrielle pendant deux mois sur les eaux guinéennes. C’était au cours d’une conférence de presse animée ce vendredi 1er  août 2014 à Coleah.

Le  03 juillet dernier, le ministre de la Pêche et de l’aquaculture, Loucény Camara, avait annoncé la fermeture de la pêche industrielle et semi industrielle pendant deux mois (allant du 01 juillet au 31 août prochain) sur les eaux de Guinée. Une fermeture qui vise à permettre la régénération de certaines espèces marines en voie de disparition de nos eaux.

Seulement, dans les faits, certains navires ne se sont pas pliés à cet arrêté du ministre. Selon le ministre lui-même, Louceny Camara, « Depuis le 01 juillet, sept navires ont été arraisonnés pour violation du repos biologique  par les autorités de la pêche », a annoncé le ministre, avant de préciser : Le premier navire appartenant à la société Sonit pêche a été arraisonné en mi-juillet, soit deux semaine après l’interdiction. Ce navire qui- devrait payer 1 milliard de frans guinéens d’amende- doit désormais payer  2 milliards de nos francs.1 milliard pour la violation et 1 autre milliard pour l’absence de licence par le navire » dit-il

Quant aux six autres navires, tous appartenant  à la société Sabou-Guinée, poursuit le ministre Loucény Camara, ils vont subir, comme le premier, le même sort, en fonction de la gravité des infractions commises.

Pour Loucény Camara, si cette campagne a été une réussite, après un mois, le chemin est encore long  pour annoncer une victoire contre la pêche illégale. « Ça ne fait que commencer » promet-il.

Aïssatou Diallo

 

 

Lire

Sommet de la Mano River (en cours) à Conakry : la responsabilité des chefs d’Etat face à la grave recrudescence de la fièvre Ebola

1 août 2014 à 13 01 51 08518

Le dernier bilan disponible (du 27 juillet) de l’organisation mondiale de la santé est très lourd : un million trois cent mille (1.300) cas avec 728 morts dans les trois pays. La République de Guinée, notre pays, (où cette grave épidémie s’est déclarée depuis janvier) a subi plus de dégâts : 339 morts, la Sierra Léone 233 et le Libéria 156 morts.

Lire

Ebola: la Côte d’Ivoire épargnée, mais jusqu’à quand ?

1 août 2014 à 8 08 12 08128

MSF Sierra LéoneUn sommet spécial se tient aujourd’hui, vendredi 1er août, à Conakry, en Guinée. Il réunit les quatre pays membres de l’Union de la rivière Mano. Trois d’entre eux sont touchés par l’épidémie d’Ebola depuis le début de l’année : la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Des quatre pays concernés, seule la Côte d’Ivoire est encore épargnée.

Lire

Bousculade meurtrière sur une plage de Conakry : témoignages des  »Observateurs » (france24)

1 août 2014 à 8 08 07 08078
Des corps entassés à la morgue de Donka, peu après le drame

Des corps entassés à la morgue de Donka, peu après le drame

Ils étaient venus assister à un concert pour fêter la fin du ramadan, mais la fête a tourné au cauchemar. Sur une plage de Conakry, au moins 33 personnes sont mortes et plusieurs dizaines ont été blessées dans une gigantesque bousculade. Nos Observateurs nous ont fait parvenir des images et dénoncent de graves dysfonctionnements de la part des organisateurs.

La bousculade a eu lieu mardi soir sur la plage Rogbané, dans la commune de Ratoma située dans le nord de la capitale Conakry. Un concert y était organisé pour fêter la fin du ramadan et le début de l’Aïd par la société événementielle « Meurs libre production ». Deux groupes de « musique urbaine », Instinct Killers et Banlieuz’art, extrêmement populaires en Guinée, se produisaient lors de cet événement.

« Certains escaladaient les barricades autour du concert pour fuir et se sont blessés sur des barbelés »

Joseph Mina Mira habite à Ratoma à quelques mètres de la plage Rogbané. Il s’est rendu au concert à la mi-journée.

« J’étais très surpris de voir que les gens continuaient à rentrer alors que nous étions tous déjà très serrés. En plus, j’ai été étonné de voir dans la foule de très jeunes enfants, âgés de 12 à 14 ans. Certains étaient avec leurs parents, mais d’autres semblaient être venus sans adultes.

Vers 20h45, alors que le concert approchait de la fin, les gens qui étaient du côté de la mer, à notre droite, ont commencé à nous pousser [d’autres témoins affirment que la marée montante a poussé les spectateurs à se bousculer NDLR]. Pris de panique, beaucoup ont essayé de sortir.

Le problème, c’est qu’il n’y avait qu’une sortie, et que dehors, beaucoup de personnes continueraient de pousser pour rentrer gratuitement, car le prix de la place n’était pas à la portée de toutes les bourses [l’entrée était de 25 000 francs guinéens soit environ 3 euros NDLR]. C’est là que ça a dégénéré. Ça faisait un peu comme des dominos : plusieurs personnes sont tombées, dont des enfants, et ont été piétinées. D’autres essayaient d’escalader les barricades autour du concert pour fuir et se sont blessés sur des barbelés.

J’ai vu un enfant très jeune, qui s’était fait marcher dessus et qui avait les deux bras fracturés. Il criait à la mort. J’ai moi-même extirpé deux jeunes filles que j’ai ramenées chez moi. L’une d’entre elles qui s’était fait marcher dessus n’arrivait plus à respirer. Ses parents sont venus la chercher pour l’amener à l’hôpital. Ils m’ont appelé après pour me dire qu’elle était décédée durant le chemin. Ce qui me révolte, c’est qu’on ait laissé rentrer des enfants très jeunes, sans aucun contrôle. »

Le bilan provisoire communiqué par des sources médicales de l’hôpital Donka de Conakry fait état de 33 morts, dont onze mineurs, et d’une soixantaine de blessés. Des Observateurs de la commune de Ratoma contactés par France 24 affirment pour leur part que le bilan total pourrait être d’une cinquantaine de morts.

« Les plages ne sont pas adaptées pour de tels rassemblements »

Johnny M. (psonyme) faisait partie du staff qui gérait l’événement. Il pointe de graves dysfonctionnements de la part des organisateurs.

« Les portes ont ouvert vers midi pour un concert qui devait débuter à 14 heures. Mais il n’a commencé qu’à 17h40 car du monde continuait d’affluer. Je ne peux pas dire précisément combien de spectateurs étaient là, mais ce qui est sûr c’est qu’il y en avait beaucoup trop.

Certains membres du staff avaient le sentiment que la situation n’était pas sous contrôle. Il y avait seulement un pick-up avec une dizaine de policiers et le même nombre d’agents de sécurité. Des membres du staff, dont moi, ont demandé qu’on arrête le concert pour évacuer dans le calme les spectateurs, mais les managers ont refusé. [La société de production a refusé de commenter cette affirmation] Qui plus est, chaque groupe est resté en moyenne 45 minutes alors qu’il était prévu qu’il ne reste que 30 minutes sur scène. Le retard s’est accumulé, et le concert a fini à 21 h, lorsque la nuit était tombé, au lieu de 19 h. On n’y voyait pas grand-chose malgré les spots, ça a clairement amplifié la panique dans la foule.

Pour moi la responsabilité des organisateurs est donc claire. Mais il y a un autre problème de fond : il n’y a pas d’infrastructures à Conakry qui puisse accueillir ce type de concert de musique urbaine très populaire. Le seul qui aurait la capacité suffisante, le stade du 28-Septembre, n’accueille plus aucun événement depuis le massacre de 2009. Les autres salles sont soit trop chères, soit trop petites. Les sociétés de production se tournent donc vers les plages, suffisamment grandes et bon marché, mais pas du tout adaptées pour l’évacuation en cas de bousculade.
Ça fait deux fois en 2014 qu’un tel drame a lieu sur une plage : dans la nuit du 31 décembre, six personnes étaient mortes à cause d’une bousculade similaire lors d’un concert de reggae. Combien de morts faudra-t-il pour entrainer une prise de conscience ? »

Les organisateurs récusent les accusations, scènes de désolation sur la plage

Contacté par France 24, Ablaye Mbaye, le directeur de la société de production qui a organisé le concert affirme être « en deuil » et regrette qu’un « concert qui s’est bien déroulé ait dégénéré à la fin ». S’il refuse de commenter les accusations à son encontre, il estime que sa société a « l’habitude d’organiser de tels concerts » et « n’a pas vendu plus de tickets que d’habitude ».

Au lendemain du drame, le président Alpha Condé a décrété une semaine de deuil national et suspendu provisoirement le Directeur général de l’agence guinéenne de spectacles. Une délégation gouvernementale s’est rendue sur place dans la journée, tout comme certains de nos Observateurs qui nous ont fait parvenir les photos ci-dessous. Ils décrivent des scènes de désolation sur la plage : chaises cassées, chaussures, téléphones portables et vêtements abandonnés dans la fuite.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Alexandre Capron (@alexcapron), journaliste pour les Observateurs de France 24

http://observers.france24.com/fr/content/20140730-bousculade-meurtriere-drame-plage-rogbane-ratoma-conakry-guinee

 

Lire

Ligue 1 de football : l’ASK est champion de Guinée (brève)

1 août 2014 à 0 12 35 08358

ASKL’association sportive de Kaloum (ASK) a remporté hier soir (jeudi 31 juillet 2014) la couronne de champion de Guinée 2013-2014. Selon nos informations, c’est donc ce champion, l’ASK, qui représentera le Guinée en ligue des champions africaines…

Lire