Inondations au secteur de Demoudoula : d’énormes dégâts matériels enregistrés

insalubrité à Conakry, la capitale guinéenne dans l'eau  (5)Les pluies diluviennes qui se sont abattues hier soir, mardi 09 juin 2015, ont créé d’importantes inondations dans certains quartiers de Conakry. C’est le cas du secteur 7 (Demoudoula) au quartier Kaporo-rails, dans la commune de Ratoma, a constaté Guineematin.com dont un reporter s’est rendu sur les lieux.

Du petit marché local aux maisons d’habitation, rien n’a été épargné par les vagues qui ont envahi ces lieux. Certains habitants du secteur ont été inondé jusqu’au niveau des genoux, si l’on en croit leurs explications. « C’est la pluie de 21 heures qui nous a surpris. L’eau ne faisait que monter et beaucoup de nos biens ont été mouillés, d’autres emportés. On a passé une grande partie de la nuit à évacuer ces eaux usées, avec des odeurs nauséabondes. On a été obligé de monter sur le lit avec nos enfants, mais cela ne nous a pas épargné. », a témoigné, Safaiou Baldé, mécanicien et père de 3 enfants qui avait beaucoup de ses meubles entassés à l’extérieur de la maison.

Au niveau du petit marché, plusieurs boutiques ont été inondées et leurs propriétaires ne pouvaient que constater les dégâts ce mercredi matin. « Quand on ouvert le ce matin, l’eau s’était un peu retirée mais beaucoup de mes marchandises sont mouillées. Des sacs de sucre, de farine et de riz, des produits cosmétiques appartenant à des marchands qui me confient chaque soir leur marchandise, tout est détruit et irrécupérable », s’est plaint El hadj Ousmane Sow, propriétaire d’un magasin.

Sur les raisons de cette situation, les commerçants du marché accusent un opérateur économique de la place d’avoir construit un bâtiment à étage sans laisser de la place suffisante pour les eaux de ruissellement. « Le vieux a fait semblant de faire un fossé mais qui est si étroit qu’il ne laisse que peu d’eau passée. A cause de ça, l’année dernière une autre inondation avait causé ici les mêmes dégâts et même la clôture du cimetière n’avait pas été épargnée. Les vagues avaient exhumer 2 corps qu’on avait été obligé de remettre dans la tombe le lendemain », a expliqué sous réserve de l’anonymat un des sinistrés.

Alpha Mamadou Diallo pour guineematin.com

Tel. 628 17 99 17

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS