impotsDans la matinée d’hier, vendredi 16 septembre 2016, une grogne des transitaires a secoué la direction nationale des impôts. Les protestataires entendaient exprimer leur colère face au retard dans le payement niveau des guichets qui fonctionnaient avec beaucoup de lenteurs à la direction nationale des impôts, a appris Guineematin.com, sur place.

Cette lenteur aux guichets des impôts entraîne souvent des surestaries. Ce que les transitaires ont pris comme une arnaque bien organisée par les services publics qui asphyxient actuellement le secteur du commerce en Guinée.

Hier par exemple, plusieurs transitaires rencontrés aux impôts par le reporter de Guineematin.com ont dit y avoir passé trois jours rien que récupérer leur quittance ! Et, cela entraîne évidemment d’énormément frais à leurs clients, ce qui crée un déficit de confiance. « Nous disons à nos clients le prix du dédouanement. Et, à la fin, on revient avec un autre prix ! C’était un désordre total… », a dit Mohamed Fernandez, avant de rappeler la bizarrerie de la douane guinéenne : « hier (jeudi 15 septembre), il y avait au moins quatre guichets ; mais, un seul a travaillé ! », a-t-il révélé. Et, pour ce vendredi, monsieur Fernandez s’interroge : « Avec la masse là, est-ce que deux guichets peuvent s’occuper de cette masse ? ». Le transitaire répond évidemment par la négative avant de parler des changements des personnes au niveau des guichets.

amadou-makissa-camara-directeur-national-des-impotsEgalement interrogé par Guineematin.com, le directeur national des impôts, Aboubacar Makissa Camara, a parlé d’une incompréhension ! « Ce matin, il y a eu une incompréhension entre les transitaires et le guichet Ecobank, nos partenaires de sécurisation des recettes. C’est une procédure qu’on a mise en place pour sécuriser les versements effectués par les transitaires. La méthode, c’est que, quand les transitaires viennent faire leur demande de MIF, cette demande est prise en charge par nos services. Ensuite, le bon de versement leur est remis. Ils vont vers la banque pour faire le versement. Au niveau de la banque, j’ai installé trois guichets. Mais, vue l’affluence des véhicules et l’arrivée successive des bateaux, on a constaté que bon nombre de transitaires demandent en même temps leur quittance à Ecobank. Le système qui a été mis en place s’est révélé insuffisant pour répondre  à cette affluence là. Donc, la direction a été saisie. On a pris systématiquement les dispositions pour installer trois guichets ce matin, pour répondre efficacement aux besoins des transitaires », a expliqué monsieur Camara.

 Parlant du retard actuel au niveau des impôts, Camara Aboubacar Makissa dit qu’au départ, le fait de passer à la banque centrale prenait trois jours aux transitaires « pour effectuer simplement le payement, avant de venir ici aux impôts pour délivre les quittances. On a voulu suspendre leur calvaire au niveau de la banque centrale pour ramener les guichets uniques chez nous, afin de leur permettre en trente, quarante minutes ou une heure de temps, de rentrer en possession de leurs documents. Ce système a fonctionné jusqu’à maintenant parfaitement bien. Mais, aujourd’hui, vu l’affluence des bateaux, on a constaté qu’il y a un petit retard des opérations au niveau de la banque. Mais, la direction a pris des dispositions ce matin », a dit le numéro UN des impôts en République de Guinée, après une très chaude matinée, faite de manifestation que le reporter de Guineematin.com n’a pas pu couvrir, arrivé en retard…

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél.: (00224) 620848501

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin