L’année 2017 tire à sa fin. C’est l’occasion pour les acteurs de la vie nationale de dresser le bilan de leurs activités et de se projeter sur le futur. C’est dans cette dynamique que Guineematin.com a donné la parole, ce lundi 25 décembre 2017, à Jean Marc Telliano, président du RDIG (Rassemblement pour le Développement Intégré de la Guinée).   

Au cours de cet entretien, monsieur Telliano a évoqué le bilan annuel des activités de son parti, les faits marquants de l’année ainsi que les préparatifs pour les élections locales.

Guineematin.com : quel est le bilan des activités de votre parti courant l’année 2017 ?

Jean Marc Telliano : je dirai que le bilan est élogieux, parce qu’un parti politique est comme une locomotive et le train voyageur. Il y a des passagers qui montent, il y a ceux qui descendent. Avec tous ces soubresauts, nous avions quand même réussi à restructurer le parti. Et aujourd’hui, je suis fier de me retrouver dans ma vraie peau. Le RDIG respire aujourd’hui avec les nouvelles structures que nous avons mises en place. Avec cette la restructuration du parti, on a créé de nouvelles fédérations, de nouvelles sections et des comités de bases. Il y a surtout la création aujourd’hui à Conakry de quatre fédérations que nous avons sur place. Avant, on avait deux fédérations à Conakry, mais vu la superficie et la démographie galopante, nous avions jugé nécessaire, en assemblée générale et en conseil politique, un rajout de deux autres fédérations parce que nous avions estimé qu’il fallait rapprocher  les structures aux fidèles militants et sympathisants. Et c’est ce qui fut fait.

Guineematin.com : quels sont les faits qui vous ont beaucoup plus marqué au courant de l’année 2017 ?

Jean Marc Telliano : Le premier fait d’abord c’est le retrait d’Aboubacar Sylla de l’opposition. Cela m’a beaucoup touché. Parce que, connaissant l’homme, c’est un monsieur que j’ai beaucoup approché et pour lequel j’ai beaucoup de respect. Il m’aurait consulté avant de prendre une décision parce que nous sommes des amis. Mais, qu’à cela ne tienne, comme j’étais en déplacement depuis un bon moment,  je viendrais vers lui, parce que c’est un cadre que nous ne pouvons pas perdre. C’est un monsieur qui s’est battu pour cette opposition. Depuis sept ans, il a bravé les forces de l’ordre, il a risqué même sa vie parce qu’il faut le dire comme ça. Si je me rappelle le jour qu’on les a arrêté la nuit, avec le feu doyen Charles Pascal Tolno à G’Béssia rondpoint, n’eut été sa bravoure et le courage, surtout sa détermination qu’il avait pour une alternance, pour donner une place de choix à l’opposition.  Voir l’opposition perdre un monsieur comme ça, c’est touchant. Chacun a sa vision, ses commentaires et ses discours. Mais, ceux qui disent que c’est un non-événement, moi je dirais non. Ceux qui disent cela ne sont pas des vrais politiciens. Parce qu’un vrai politicien ne peut pas juger le départ d’Aboubacar Sylla comme un non-événement, connaissant la position stratégique qu’il occupait au sein de l’opposition républicaine. Ça, c’est un fait qui m’a vraiment marqué. Le second fait qui m’a encore beaucoup plus marqué, c’est l’insécurité et l’insalubrité dans notre pays. Aujourd’hui, quand vous prenez l’exemple sur les autres pays qui nous entourent, vous comprendrez vraiment que la Guinée est en retard. C’est comme si la Guinée vient d’accéder à son indépendance. Le pays est géré  de façon catastrophique.

Guineematin.com : comment le RDIG se prépare en ce moment pour les élections locales ?

Jean Marc Telliano : le RDIG se prépare comme tous les partis politiques. Nous n’allons pas se disperser. Nous sommes en train de préparer dans quelques circonscriptions comme Ratoma, Matoto, Dubréka, Manéah, Coyah, Guéckuédou, Kissidougou et tant d’autres. Dans tout ça, on va présenter des candidats, parce que déjà une partie des cautions est payée. Donc, c’est le complément de dossier que nous sommes en train de fournir. Vous conviendrez avec moi, aujourd’hui c’est férié. Je suis catholique de l’église, mais je suis au siège avec quelques cadres qui sont dans les bureaux pour au moins achever le travail qui reste pour la région de Conakry. Et les autres préfectures, il y a des différentes missions parce que nous avions mis un parrain dans toutes les préfectures. Donc, les régions et les préfectures où on devrait présenter des candidats pour les communales chacun est déjà sur place.

Guineematin.com : avez-vous un dernier  mot à lancer à l’endroit des guinéens ?

Jean Marc Telliano : oui ! C’est de souhaiter joyeux noël à tout le peuple de Guinée, aux militants et sympathisants du RDIG et à toute la nation guinéenne. Je lance un appel au peuple, qu’il se réveille, qu’il se donne la main comme un seul homme pour une alternance. Le peuple a su vraiment aujourd’hui qu’est-ce que l’exécutif représente, comment il gère de façon catastrophique notre pays. Pour que le pays parte de l’avant, il faudrait une alternance.

Entretien réalisé par Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin