Alpha Boubacar Bah de l’UFDG

Dans une déclaration publiée sur Guineematin.com avant-hier, vendredi 19 janvier 2018, Alpha Boubacar Bah, coordinateur adjoint de la cellule de Communication de l’UFDG, s’en est pris au président du CNOSCG, Dr. Dansa Kourouma, qu’il a accusé d’être un militant du RPG déguisé en acteur de la société civile. Cette sortie de l’opposant faisait suite à une autre sortie médiatique de l’activiste de la société civile, qui avait dénoncé une implication de responsables de l’UFDG à Yomou dans la tentative d’assassinat contre la présidente de la CEPI de cette préfecture.

Et, comme on pouvait s’y attendre, la réaction d’Alpha Boubacar Bah suite aux propos de Dr Dansa Kourouma, n’a pas laissé indifférent le conseil national des organisations de la société civile guinéenne.

En réagissant à la sortie de l’opposant, Gabriel Haba, responsable de la communication du CNOSCG, reconnaît d’abord qu’il y a eu une erreur de communication de la part de sa structure, mais il précise qu’elle avait été aussitôt corrigée et que le CNOSCG avait même présenté des excuses à l’UFDG. Il se dit surpris donc de la réaction de la cellule de communication du principal parti d’opposition, teintée de haine et d’irresponsabilité selon lui…

Gabriel Haba du CNOSCG

« Ça dénote que l’UFDG est un parti haineux, hypocrite et irresponsable. C’est suite à la menace de mort contre la présidente de la CEPI de Yomou, qu’une erreur d’appréciation s’est glissée par la faute du journaliste qui a interviewé le président du CNOSCG. Parce que le journaliste qui a posé la question, a dit que c’est l’UFDG qui est à la base de cela. Et dès que nous nous sommes rendu compte de cette erreur, automatiquement nous avons corrigé. Notre cellule de communication a corrigé l’erreur et a même présenté des excuses au parti. Mais cela n’a pas suffi à l’UFDG, ils sont allés jusqu’à insulter le CNOSCG et son président. Ça c’est une réaction haineuse, hypocrite et irresponsable. Nous avons été très surpris de cela. Cette réaction confirme de nos jours que c’est que la majorité des guinéens dit que l’UFDG est un parti qui ne regorge pas d’intellectuels est vrai. Sinon, notre excuse suffisait pour des gens réfléchis. Si vous voyez aujourd’hui qu’après toutes ces années de lutte politique l’électorat de l’UFDG n’a jamais positivement changé, c’est parce qu’ils ne s’entendent avec aucune autre entité, sauf eux-mêmes », a déclaré au téléphone de Guineematin.com, Gabriel Haba.

Pour le responsable de la cellule de communication du CNOSCG, cette réaction du responsable de l’UFDG n’était pas opportune, surtout à la veille des élections locales du 04 février prochain : « Nous sommes dans une période très sensible, qui correspond aux élections locales tant attendues par les guinéens. Le commun de tous les partis politiques devrait être l’instauration d’un climat de paix et de quiétude entre toutes les parties prenantes de cette élection. L’UFDG ne devrait pas se servir d’une si petite erreur déjà corrigée par notre cellule de communication, pour avancer des propos diffamatoires et créer la haine et la méfiance entre nos entités. Mais comme ils se sont spécialisés à créer des crises, nous leur mettons en garde et veillons à leur comportement sur le terrain comme les autres partis politiques. Nous invitons d’ailleurs à cette occasion toutes les organisations de la société civile, à rester en marge de cette provocation de l’UFDG, car nous ne devons pas céder à un tel piège qui ouvre la porte aux hostilités colériques. Si l’UFDG n’a rien à faire que d’insulter, qu’ils s’en prennent à eux-mêmes », a ajouté l’activiste de la société civile, qui précise que la seule préoccupation du CNOSCG de nos jours, « est de faire en sorte que ces élections qui constituent l’occasion pour les citoyens de participer à la gestion du patrimoine de leurs collectivités, se passent dans les conditions les meilleures ».

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin