Le groupe scolaire privé Francophonie, situé au quartier Condéta 3, dans la commune urbaine de Kindia, a été victime d’actes de vandalisme. Les auteurs des actes ont également laissé des tracts dans lesquels ils profèrent des menaces contre l’établissement. Les faits se sont produits dans la nuit du jeudi au vendredi 16 février 2018, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses correspondants basé à Kindia.

Les fenêtres de certaines salles de classe ont été brisées par des inconnus. Selon monsieur Soriba Savané, fondateur de ladite école, « ce n’était pas pendant les heures de cours ; mais, la nuit. Des gens mal intentionnés sont venus casser les vitres des fenêtres des salles de classe en proférant des menaces à l’endroit de mon école tout en laissant des tracts. Dans ces tracts, il est écrit qu’ils viendront m’attaquer à 12 heures dans mon école par ce que nous continuons à donner des cours ».

Choqué, le fondateur est aussitôt allé faire une déclaration au près des autorités, notamment en portant plainte contre X à la gendarmerie.

En outre, monsieur Soriba Savané fait une promesse à « à toute personne qui trouverait de cet acte indigne. Il aura une somme de 500 000 francs guinéens et une année scolaire gratuite ».

Pour l’heure, les enquêtes sont ouvertes.

Affaire à suivre !

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin