Projet de Loi de Finances Rectificative : poursuite des travaux en commission

Les travaux sur le projet de la Loi de Finances Rectificative (LFR) 2018 se sont poursuivis hier, mercredi 22 août 2018, à travers l’inter-commission parlementaire portant sur le volet recettes. A la fin des travaux, les acteurs impliqués dans ces travaux se sont exprimés face aux médias dont Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Dr Joachim Lamah a résumé les préoccupations des honorables députés qui tournent au tour du statut de certains établissements et sociétés publiques mais également de la mobilisation et de sécurisation des recettes administratives. « Les députés pensent que les recettes provenant de ces sociétés sont insuffisantes. Nous leur avons rassuré que les mesures visant à doter ces structures de statut et de cadre institutionnel se poursuivent pour non seulement mobiliser mais sécuriser les recettes. Dans ce projet de Loi de Finances Rectificative, il y a une forte croissance des recettes qui est envisagée », a-t-il dit.

Pour faciliter cet engagement, ajoute Dr Lamah, une batterie de mesures est envisagée et porteront sur la mise en application de la loi sur la gouvernance financière des entités économiques.

De son côté, le vice-président de la commission économique, financière, plan et coopération internationale, Alpha Ousmane Diallo, a souligné que « nous avons eu des séances de travail avec des cadres des régies financières de l’Etat… Il y a eu des chiffres qui nous ont été présentés et nous avons tenu à voir clair. Nous avons exprimé nos préoccupations par rapport à la transparence liée au versement des recettes provenant des sociétés et établissements publics ».

Au cours des échanges, les députés se sont également intéressés à des régies financières qui doivent faire un plus dans la mobilisation des recettes. Selon l’honorable Alpha Ousmane, il s’agit des « établissements comme l’ARPT, l’ANAIM,…dont les statuts et le cadre institutionnel doivent être nécessairement élaborés pour permettre à ces structures de participer efficacement à la mobilisation des recettes de l’Etat ».

Pour y parvenir, l’inter commission envisage de faire accompagner l’adoption du volet recettes de la Loi de Finances Rectificatives par d’importantes recommandations, a-t-il indiqué.

En outre, le député a laissé entendre qu’au cours des débats, « plusieurs questions ont été soulevées et nous savons par exemple qu’au niveau du secteur minier, les quantités ne sont pas maîtrisées, il y a des résultats qui ne sont pas satisfaisants. Nous pensons qu’il faut travailler à la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel cohérent. Mieux, il faut avoir des textes clairs et cohérents qui, une fois adoptés, doivent être appliqués par les cadres impliqués. Ce qui permettra de les sanctionner soit positivement ou négativement, selon le résultat de leurs prestations, satisfaisantes ou non, sur le terrain ».

Selon le chronogramme adopté le 14 août dernier, une plénière sur le volet recettes de la LFR 2018 va se tenir le vendredi prochain dans l’après-midi, précédée de la rédaction du rapport et de l’explication de vote dans les différents groupes politiques au parlement.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS