Dr Souleymane Sy Savané, le président de l’Union des Républicains de Guinée (URG) a rendu visite à Guineematin.com ce lundi, 27 août 2018. Et, nous en avons profité pour lui poser quelques questions liées, entre autres à l’accord politique du 08 août dernier, qui a permis de mettre fin à la crise post-électorale qui durait depuis février dernier, la concession du Terminal conventionnel du Port autonome de Conakry à la société turque Albayrak.

Le jeune leader politique guinéen a également dit ce qu’il pense de la classe politique actuelle et parlé aussi de la vision de sa formation politique pour la Guinée.

Nous vous proposons, ci-dessous, le décryptage de notre entretien.

Guineematin.com : la Guinée s’apprête à installer enfin ses conseillers communaux élus à l’issue des élections locales du 04 février 2018. Cela suite à la récente signature d’un accord politique entre la mouvance et l’opposition républicaine ayant permis de mettre fin au contentieux électoral à l’origine de la crise politique qui secouait notre pays  depuis 6 mois. Mais on sait que cet accord a été vigoureusement dénoncé par certains de la classe politique notamment, vous à l’URG comment l’avez-vous accueilli ?

Dr Souleymane Sy Savané : merci. Je commencerai par demander aux guinéens de dire aux autorités de respecter le vote du peuple, on ne peut pas appeler les citoyens à aller aux urnes et qu’au final le résultat des urnes ne soit pas respecté. On ne peut pas gérer un contentieux électoral par des accords politiques, donc moi je dénonce la négativité de cet accord qui ne sera pas bénéfique pour la Guinée. Si vous appelez les citoyens à aller aux urnes, donnez-leur le résultat sorti des urnes, on n’a pas besoin de s’asseoir autour d’une table pour définir quoi que ce soit par rapport à ce que les urnes nous ont donné comme résultat.

Donc, moi j’interpelle surtout les autorités religieuses qui interfèrent souvent dans ce genre de situations, ils n’ont pas leur place dans les décisions électorales. Nous avons un code électoral, il faut tout simplement respecter le contenu de ce code, il n’y a pas raison de polémiquer là-dessus. Il faut donner au peule les résultats sortis des urnes. Si on a confié l’organisation d’une élection à une structure, personne n’a le droit d’interférer dans ce processus.

Guineematin.com : vous pensez donc que cet accord ne respecte pas la volonté du peuple ?

Dr Souleymane Sy Savané : de toutes les façons, tous ceux qui ont signé cet accord seront rattrapés par cet acte. Dans la mesure où ils encouragent la délinquance électorale dans ce pays. Si on a déjà donné goût à ces délinquants électoraux, ils vont récidiver et personne ne pourra les en empêcher, parce qu’on s’est donné comme habitude de trafiquer les élections en Guinée.

Guineematin.com : actuellement, l’heure est aux préparatifs de l’installation des élus locaux même si aucune date n’est encore annoncée pour cela. Est-ce que vous pensez que l’entrée en fonction de ces élus permettra d’améliorer la gouvernance locale, d’améliorer le développement à la base ?

Dr Souleymane Sy Savané : je ne suis pas partisan d’un collectif qui a pour emblème le désaccord total, on n’a pas créé ce parti pour ne voir que du négatif. Je pense qu’on doit donner la chance aux élus de montrer s’ils sont effectivement capables de donner à leurs électeurs ce qu’ils attendent d’eux. Les promesses électorales, c’est une chose, mais dans la constitution il y a ce qu’on appelle le devoir d’Etat, qu’est-ce que le peule attend de nous. Ils nous donnent leurs voix, et en retour ils attendent l’amélioration de leurs conditions de vie. Donc sur ça, nous n’allons pas nous lancer dans des préjugés, donnons la chance aux élus de nous montrer de quoi ils sont capables.

Guineematin.com : vous, vous n’avez pas participé à ces élections locales alors que votre parti, l’URG, existe depuis 2016, qu’est-ce qui explique cela ?

Dr Souleymane Sy Savané : c’est parce que ces élections sont intervenues à un moment où nous sommes en pleine implantation. Vous savez qu’un parti politique c’est d’abord les comités de base, on ne peut pas créer un parti politique et se lancer directement dans des joutes électorales. Comme je le dis souvent, tout ce qui prétend être important, prend le temps pour s’étendre. La densification du parti sur le territoire national est une chose primordiale pour l’évolution du parti. Donc nous nous comptons d’abord mettre des représentants de l’URG sur toute l’étendue du territoire national pour qu’on puisse participer aux prochaines élections.

Donc, je pense que ce n’est pas regrettable de ne pas participer aux élections locales. Vu l’issue de ces élections d’ailleurs, moi je n’ai aucun regret de n’avoir pris part à ce scrutin. Nous mettons toutefois en garde l’autorité guinéenne contre toute tentative de fraude lors des élections législatives à venir et auxquelles nous allons participer, nous disons que toute tentative de fraude sera condamnée par la loi. Et si les appareils judiciaires de ce pays ne sont pas en mesure de condamner une telle situation, nous allons trouver des voies de recours à l’échelle internationale pour condamner une telle démarche qui n’honore pas notre pays.

Guineematin.com : vous avez dit que pour l’heure, la préoccupation première c’est l’implantation du parti, à quel niveau vous en êtes aujourd’hui ?

Dr Souleymane Sy Savané : on a commencé ce travail depuis 2017. Aujourd’hui, nous avons nos représentants dans tous les quartiers de Conakry, nous sommes passés aussi à Forécariah, à Kindia et actuellement on est en train de s’étendre sur tout le pays. Le schéma des déplacements est déjà fait. C’est vrai que c’est un travail qui va nous prendre du temps, mais tout ce qui peut servir ce peuple mérite de grands sacrifices et je pense qu’au bout du compte l’objectif sera atteint.

Guineematin.com : on en sait que très peu encore sur l’URG. Quel est positionnement politique de ce parti ? Vous êtes de l’opposition ou proche de la mouvance présidentielle ou centristes comme se réclament certains ?

Dr Souleymane Sy Savané : nous sommes un parti politique d’opposition, mais pas de l’opposition actuelle qu’on appelle opposition républicaine, dans la mesure où nous ne nous inscrivons pas dans la même idéologie que cette opposition républicaine. Donc nous combattons avec la dernière énergie la méthode de gouvernance que je dénonce d’ailleurs à chaque fois dans mes interventions. Vous savez très bien que ce pays a de la chance d’avoir des ressources minières qui sont très mal gérées, je pense que la population guinéenne devait plutôt être enviable.

Mais aujourd’hui c’est la Guinée qui est en train de regarder ailleurs, ce qui est paradoxal par rapport à tout ce que le pays regorge comme ressources minières. Donc, nous dénonçons la mauvaise gouvernance de ce pays, c’est pourquoi en aucun cas, l’URG qui a pour devise : éducation, justice, développement, ne peut s’aligner derrière cette mouvance présidentielle. Et de l’autre côté, si l’opposition républicaine souhaiterait collaborer avec l’URG, elle doit changer de stratégies, de méthodes de travail, mettre fin à la collaboration avec Alpha qui est en train de torpiller les lois de ce pays et piétiner tout ce que la Guinée a comme valeurs.

Guineematin.com : vous pensez que l’opposition républicaine dirigée par Cellou Dalein Diallo est en train de collaborer avec le président Alpha Condé, de l’aider à faire ce qu’il veut plutôt que de s’opposer à lui ?

Dr Souleymane Sy Savané : absolument ! Qu’est-ce que moi je conseille à monsieur Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition ? Il perçoit 500 millions de francs guinéens par mois, il n’a qu’à nous montrer déjà ce qu’il est capable de faire avec l’argent de l’Etat avant de prétendre être chef de l’Etat. Cet argent peut aider à rénover des écoles et des hôpitaux notamment. Il faut s’inscrire dans l’esprit d’exemplarité, il faut en découdre avec les pratiques actuelles de cette gouvernance qui est en train de détruire ce pays-là. C’est pourquoi, je pense qu’il est nécessaire que nous reformions totalement la classe politique guinéenne qui est complètement révolue. Aucun leader politique parmi ceux qui se partagent actuellement le gâteau en Guinée ne peut faire l’affaire de ce pays.

Ils se battent tous pour leurs intérêts égoïstes qui n’arrangent pas ce bas peuple. Donc c’est le moment de dire aux jeunes  qui ont pris l’habitude de dire qu’ils ne feront pas la politique parce que les politiciens sont des menteurs, de se départir de cette idée et de s’engager dans la politique pour faire changer les choses. Si vous ne faites pas politique, qui est-ce qui va venir vous secourir ? C’est pourquoi l’engagement de l’URG, c’est d’inviter tous les jeunes, la jeunesse guinéenne à s’investir en politique afin qu’on puisse sortir ce pays de cette situation calamiteuse qui est en train de jeter la honte sur la Guinée devant le monde entier.

Guineematin.com : vous pensez que le pouvoir actuel n’est pas bon, l’opposition républicaine non plus, qu’est-ce qui vous différencie vous URG de ces formations politiques notamment le RPG Arc-en-ciel et l’UFDG ?

Dr Souleymane Sy Savané : alors, l’outil principal de l’URG qui nous différencie des autres c’est le discernement. C’est-à-dire, il faut qu’on apprenne qui veut quoi en Guinée, qui veut faire quoi en Guinée. C’est pourquoi, nous nous avons notre kit d’emploi, de quoi s’agit-il ? Nous pensons que si nous voulons créer de l’emploi pour les jeunes de Guinée, il faudrait que nous nous inscrivions dans la recherche de la qualification parce que nous avons insisté là-dessus : pour trouver de l’emploi, il faut être qualifié ; pour être qualifié, il faut évidemment être bien formé ; et pour être bien formé, il faut être outillé. Le manque d’outils d’apprentissage en Guinée, est un élément clé du chômage des jeunes.

Avec l’URG, nous nous inscrivons sur ce chemin-là afin que les jeunes puissent comprendre qu’est-ce que c’est que le bien-être. Le bonheur est un privilège qui s’acquiert par la volonté de se battre pour le bien-être de son prochain. Si vous voulez être heureux, il faut vous battre d’abord pour le bonheur de votre prochain. C’est dans ce sens que nous avons développé aussi ce qu’on appelle la connaissance du peuple guinéen, parce que nous avons dit que pour aider un peuple, il faut connaitre d’abord ce peuple et connaitre ses problèmes. Identifier les causes et la nature de ses problèmes, prendre conscience du ferment réel de ses souffrances et disposer d’un outil efficace pour mesurer le degré de précarité que le peuple traverse.

Vous savez très bien que nous n’avons pas besoin d’appareils pour la lisibilité de la précarité dans laquelle nous pataugeons en Guinée. Vous sortez tout de suite dans la rue pour chercher à emprunter un taxi ou bien vous partez au marché vous regardez l’écart qu’il y a entre les prix des denrées alimentaires. Que fait le ministère de l’industrie ? Que fait le ministère des Transports si ce n’est de ficeler des contrats qui ne sont pas en faveur de la Guinée ? Moi je pense que les jeunes doivent se réveiller, il ne faut pas laisser la politique dans les mains de ces vieux prédateurs qui ne vont pas faire notre affaire. Si on ne le fait pas, personne ne viendra le faire à notre place, c’est le moment de se lever pour mettre en place des stratégies pour l’alternance en 2020.

Guineematin.com : vous croyez que l’alternance est possible en 2020 ?   

Dr Souleymane Sy Savané : absolument ! Vous savez très bien que la mémoire, c’est la béquille de l’intelligence, il faut qu’on ait le temps de se remémorer pour dire qui a fait quoi dans ce pays.  Nous devons mettre en place des critères à respecter pour être leader politique en Guinée. Quand on vous a confié la gestion d’un département, qu’est-ce que vous avez fait dans ce département. C’est pourquoi, il faut que nous rompions avec cette pratique, dès qu’un ministre est débarqué du gouvernement, il crée un parti politique pour séduire encore le pouvoir en place pour gagner un autre département.

Moi je pense que tous les leaders politiques que nous avons actuellement en Guinée sont des prédateurs économiques qui ont mis à plat l’économie de ce pays. Ils veulent revenir au pouvoir pour récidiver, refaire leur sport favori qui n’est autre que le détournement des deniers publics. Nous URG, nous avons travaillé en Guinée, mais personne ne peut montrer du doigt un responsable de notre parti qui a détourné un fonds public pour créer un parti politique. Nous nous sommes lancés en politique par conviction avec un ferme engagement de mettre fin à ces vieilles habitudes. Donc personne ne peut nous enlever cet engagement et nous mènerons notre combat tant que le peuple de Guinée ne sera pas heureux.

Guineematin.com : vous avez dit que personne ne peut pointer du doigt un de vos responsables pour l’accuser de détournement de deniers publics, vous sur quoi vous vous basez pour accuser les autres responsables politiques ? Est-ce que vous avez des preuves qui prouvent effectivement qu’ils ont détourné l’argent du pays pour des fins personnelles ?

Dr Souleymane Sy Savané : c’est pourquoi il y a un comité d’enquête que nous avons initié et qui verra le jour. Vous savez qu’on peut nier tout ce qu’on a fait, mais s’il y a des outils qui justifient cela, on ne peut pas le nier. Si un cadre est incapable de justifier la source de sa fortune, c’est déjà un délit, c’est comme ça dans le monde entier. Tout cadre qui réussira à justifier la source de sa fortune, il pourra échapper à notre comité d’enquête et celui qui ne sera pas en mesure de le faire sera considéré comme un prédateur économique.

Guineematin.com : si j’ai bien compris, vous êtes en train de mettre en place un comité d’enquête indépendant, quelle sera exactement sa mission ?

Dr Souleymane Sy Savané : c’est de faire la lumière sur les détournements de fonds publics dans ce pays pendant les 30 dernières années.

Guineematin.com : vous comptez prendre aux prochaines élections législatives, ça sera la première consultation nationale à laquelle l’URG participe. Et en prélude à ces élections justement, il y a des travaux d’audit du fichier électoral qui ont été lancés récemment, que pensez-vous de cet audit du fichier ?

Dr Souleymane Sy Savané : j’ai toujours dit que si on ne s’intéresse pas tous à l’assainissement du fichier électoral, ça va nous rattraper d’ici 2020. Si on ne fait pas attention, on sera obligé de donner un temps de bonus à ces prédateurs économiques qui nous gouvernent aujourd’hui pour qu’ils restent ici au-delà de 2020, ce qu’il faut éviter. Et pour réussir à éviter cela, il faut s’inscrire dans l’anticipation en essayant d’abord de faire face à tout ce qui peut bloquer l’avènement de l’alternance en 2020. Donc, c’est le bon moment d’assainir le fichier électoral, et si les autorités guinéennes ne sont pas prêtes à organiser la présidentielle en 2020, c’est le bon moment de voir qu’est-ce qu’il faut faire pour que nous ne rations pas ce rendez-vous important.

Guineematin.com : vous personnellement, est-ce que vous croyez que les autorités actuelles vont respecter le délai constitutionnel prévu pour la tenue de cette élection ?

Dr Souleymane Sy Savané : je ne m’inscris pas dans les préjugés encore une fois. Qu’il soit prêt ou pas, nous nous disons qu’en 2020, le régime Alpha Condé est terminé.

Guineematin.com : et s’il tente de briguer un nouveau mandat ?

Dr Souleymane Sy Savané : non, il ne va pas le tenter. Jusqu’à présent, monsieur Alpha Condé n’a jamais manifester un désir de briguer un troisième mandat, en tout cas moi je ne l’ai pas senti encore. Alpha Condé sait d’ailleurs pertinemment que les Guinéens ne lui feront pas ce cadeau-là. Et aujourd’hui, tout le monde a pris conscience qu’il n’est pas possible de briguer un troisième mandat en Afrique de l’Ouest en tout cas. Et si malgré tout il tente de le faire, les Guinéens ne lui feront pas ce cadeau, la première fois que je vais descendre dans la rue pour manifester, ça sera pour empêcher Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin