Port de pêche de Téminètaye : début de la réhabilitation du hangar et de la construction d’un bloc de latrine

Les travaux de la réhabilitation du hangar de fumage de poissons et de reconstruction d’un bloc de latrines ont été lancés ce mercredi au port de pêche artisanale de Téminètaye, à Kaloum. Le projet, financé à hauteur de 520 millions de francs guinéens, par l’UNICEF, devrait être exécuté dans un délai contractuel de deux mois. C’est l’entreprise Falcom BTP qui a été retenue pour l’exécution des travaux.

Selon l’ingénieur chargé du projet, la surface d’occupation du hangar passera de 300 à 705 m². Toute chose qui permettra d’accroître sa capacité d’accueil, améliorera le système de ventilation et favorisera l’extraction des fumées très nocives à la santé.

« La réalisation des latrines qui étaient quasi inexistante permettra d’assainir d’avantage ce site qui accueille une population hétérogène. Ces infrastructures seront réalisées en totalité dans un délai de deux mois et répondront aux normes en vigueur en terme de salubrité et de sécurité », précise Akoumia Roland.

Charlotte Daffé, ministre de la pêche de l’aquaculture et de l’économie maritime

Présente à la cérémonie, la ministre de la pêche de l’aquaculture et de l’économie maritime affirme que cet acte vient à point nommé et va améliorer les conditions de vie et de travail des femmes mareyeuses du port de Teminètaye. « En Guinée, le sous secteur de la pêche artisanale maritime occupe une communauté qui est estimée à plus 60.000, dont plus de la moitié est constituée de mareyeuses pratiquant leurs activités dans les conditions extrêmement difficiles en raison des insuffisances des infrastructures. Selon les statistiques de l’année 2020, la contribution de la pêche artisanale à l’approvisionnement du marché intérieur en produits de pêche a été de 201 000 tonnes par an. Cette importante quantité de débarquement de produits de pêche artisanale est souvent mise sur le marché avec des risques de putréfaction liés à l’insuffisance des installations de conservation. Et, le seul salut pour ses laborieux pêcheurs, est l’existence par endroit des centres de fumage », a affirmé Charlotte Daffé, ministre de Pêche de l’aquaculture et de l’économie maritime.

Hadja Salimatou Bangoura, cheffe de port de Téménétaye

Au nom de toutes les femmes mareyeuses et fumeuses de Téminètaye, la cheffe du port se réjouit à plus d’un titre et sollicité d’autres aides pour d’autres infrastructures. « Nous remercions Unicef et nos autorités pour cet appui. Mais ce que je demande encore aux bailleurs, c’est de ne pas se fatiguer pour nous apporter leur aide, parce qu’on est nombreux ici, dans ce port. Les autorités n’ont qu’à nous aider encore. De l’autre côté, où on nous avait dépossédé à un moment donné, aujourd’hui il semble que c’est pour nous à nouveau. Mais il n’y a rien là-bas comme infrastructures. Absolument rien ! », a indiqué Hadja Salimatou Bangoura.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 669681561

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS