Conakry : l’AVCB commémore les pendaisons du 25 janvier 1971

L’Association des victimes du camp Boiro (AVCB) a commémoré ce mardi, 25 janvier 2022, les pendaisons du 25 janvier 1971. Les membres de la structure ont fait des prières pour le repos des âmes des victimes, mais aussi interpellé encore une fois les autorités guinéennes sur la nécessité de leur rendre justice, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est au domicile de Diallo Telli, ancien ministre de la justice, mort au camp Boiro (la tristement célèbre prison du régime Sékou Touré) que l’Association des victimes du camp Boiro (AVCB) a entamé la commémoration du 51ème anniversaire des pendaisons du 25 janvier 1971. Après la lecture du coran et les prières effectuées sur les lieux, les parents des victimes ont organisé une marche qui les a conduits au camp Boiro. Ils ont déposé une gerbe de fleurs sur les fausses communes qui se trouvent à l’intérieur de l’ancienne prison, où seraient enfuis les corps des personnes exécutées dans la nuit du 24 au 25 janvier 1971 par le régime du président Ahmed Sékou Touré.

Abdoulaye Conté, président de l’AVCB

 « Le 25 janvier 1971, d’innombrables illustres guinéens ont été exécutés. Le même jour, plus de 80 personnes ont été exécutées, et la plupart pendues. C’est pour cela que chaque année, depuis 1985 (après la mort de Sékou Touré, ndlr), l’association des enfants des victimes du camp Boiro commémore la disparition de ces illustres devanciers de la Guinée. Chaque 25 janvier, nous nous retrouvons dans un recueillement, dans une commémoration pour prier pour nos défunts. C’est ça le sens du 25 janvier 1971 pour nous. Il y a eu tellement de disparus que dans un pays normal, on ne peut pas laisser ce jour sans le commémorer au niveau national », a déclaré Abdoulaye Conté, président de l’AVCB.

Contrairement aux années précédentes, les proches du régime Sékou Touré ont eu cette fois-ci l’autorisation d’accéder à l’intérieur du camp Boiro pour commémorer ce triste anniversaire. Pour cela, ils ont exprimé leur gratitude aux autorités de la transition. « C’est une occasion pour nous de remercier très sincèrement le président de la République. Le 18 octobre 2021, il nous a ouvert le camp Boiro, nous sommes venus commémorer. Aujourd’hui, le 25 janvier 2022, il nous ouvre encore les portes de ce camp. Nous le remercions, nous remercions toute l’équipe du CNRD qui est sensible à ce que nous demandons », a dit le président de l’AVCB, tout en formulant d’autres doléances à l’endroit des autorités.

« Ce que nous demandons, c’est que nous allions véritablement vers une commission de vérité, de justice et de réconciliation dans ce pays. Nous demandons aussi que la partie carcérale où nous sommes aujourd’hui, revienne à l’Association des victimes du camp Boiro. Que nous n’ayons pas chaque année à demander l’autorisation qui peut arriver tard ou qui peut nous être refusée. Que cette partie carcérale, chargée de l’histoire de la Guinée dans la partie la plus douloureuse, revienne à l’AVCB afin que chaque année, on vienne commémorer pour que nos défunts puissent reposer en paix », a souhaité Abdoulaye Conté.

Mohamed Guéasso DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS