Tribunal de Dixinn : l’informaticien, sa nièce et le bidon de 20 litres d’eau

Le Tribunal de première instance de Dixinn a condamné hier, mardi 12 avril 2022, Aboubacar Bangoura, informaticien de profession, pour coups et blessures volontaires. Le prévenu a été reconnu coupable de violence à l’égard de sa nièce, Fatoumata Yarie Touré, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est une affaire banale au départ qui a finalement pris une grande ampleur. Tout est parti d’une dispute qui a eu lieu le 6 février 2022, au quartier Simbaya, entre Aboubacar Bangoura et sa nièce Fatoumata Yarie Touré. Cette dispute a été suivie d’une altercation au cours de laquelle le premier a administré de violents coups à la seconde. Cette dernière a porté plainte contre son oncle paternel, qui a été interpellé le même jour et placé le lendemain (le 7 février 2022) en détention préventive. A l’ouverture de son procès, ce mardi 12 avril 2022, Aboubacar Bangoura a plaidé non coupable. Le prévenu assure qu’il n’a administré aucun coup à sa nièce.

« Le 6 février, j’ai trouvé de l’eau devant ma porte. Et il se trouve que j’ai toujours dit à ma nièce de ne pas se laver dans la cour pour éviter que l’eau (de son bain) ne stagne devant ma porte. Je lui ai dit d’aller se laver dans les toilettes, parce qu’il y a deux toilettes vides à la maison. Mais elle n’a pas accepté. Ce jour, lorsqu’elle a versé de l’eau devant ma porte, moi aussi, j’ai pris un bidon de 20 litres d’eau, je l’ai vidé devant la porte de sa chambre. Elle aussi, pour répliquer, elle est allée chercher un bidon d’eau, mais je l’ai empêchée de verser son contenu devant ma porte. C’est ainsi qu’elle s’est énervée, elle est allée chercher un couteau pour venir me menacer. Mais les voisins l’ont interceptée et ont retiré le couteau. Mais je n’ai jamais porté la main sur elle. Je  ne l’ai pas du tout touchée », a-t- déclaré devant le tribunal.

Faux, réagit la plaignante. Fatoumata Yarie Touré soutient mordicus que son oncle lui a donné de violents coups qui lui ont fait prendre connaissance. « Lui, c’est le grand frère de ma mère, mais il ne veut pas me voir dans cette maison. Avant cet acte, il m’avait déjà menacée. Ce jour, ce n’est même pas moi qui ai versé de l’eau devant sa porte. Et lorsqu’il est venu frapper à ma porte, je lui ai dit que ce n’est pas moi. Mais il a insisté en disant que c’est bien moi. Il m’a poussée,  je suis tombée, il m’a donné deux violents coups au niveau de la poitrine, je me suis évanouie », a dit la plaignante.

Dans ses réquisitions, le ministère public, par la voix de Moustapha Mariama Diallo, a estimé que le prévenu est coupable des faits qui lui sont reprochés. C’est pourquoi, le procureur a demandé au tribunal de le retenir dans les liens de la prévention de coups et blessures volontaires en le condamnant à six mois d’emprisonnement avec sursis et 500 000 francs guinéens d’amende. De son côté, l’avocat de la défense, Me Paul Lazard Gbilimou, a regretté l’acte commis par son client, tout en sollicitant des circonstances atténuantes en sa faveur.

Dans sa décision, le tribunal a reconnu Aboubacar Bangoura coupable des faits de coups et blessures volontaires au préjudice de sa nièce et l’a condamné à trois mois d’emprisonnement assorti de sursis.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS