Lutte contre la pauvreté à Mamou : le FDSI sensibilise les acteurs politico-administratifs sur le processus de ciblage des ménages indigents

L’atelier de sensibilisation des acteurs politico-administratifs sur le processus de ciblage des ménages indigents a été lancé ce vendredi, 10 juin 2022, dans la région administrative de Mamou. La cérémonie a réuni à la maison des jeunes de Mamou les préfets, les sous-préfets et les maires des communes urbaines et rurales des préfectures de Mamou, Dalaba et Pita. Elle a été présidée par le gouverneur de région, colonel Aly Badara Camara, en présence du directeur général du fonds de développement social et d’indigence (FDSI), Lansana Diawara, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Organisé par fonds de développement social et d’indigence, le présent atelier vise à informer et sensibiliser les administrateurs territoriaux et les élus locaux sur le processus de mise en place d’un registre social unifié (RSU) fiable qui servira désormais de base données pour les structures concernées par la protection social en Guinée.

Selon le directeur général du fonds de développement social et d’indigence, Lansana Diawara, les responsables chargés de l’exécution des politiques de réduction de la pauvreté ont souvent deux options pour que les avantages des projets et programmes sociaux atteignent les populations défavorisées.

Lansana Diawara, directeur général du fonds de développement social et d’indigence

« La première est d’investir les budgets dédiés à la lutte contre la pauvreté dans les secteurs profitant majoritairement aux pauvres (les services sociaux de base). Mais, cette première option profite aussi aux non pauvres et n’est pas socialement juste.

La seconde option consiste à identifier les pauvres pour leur allouer de façon exclusive les bénéfices d’un programme. Les pauvres sont donc ciblés de sorte qu’ils soient les seuls bénéficiaires du programme ou de la politique. Ainsi, les dépenses effectuées par l’Etat vont aux pauvres seuls. Ces politiques sont plus efficaces et contribuent à réduire les inégalités », a-t-il indiqué.

Dans la région administrative de Mamou, 590176 personnes (soit 84311 ménages) sont ciblées par ce programme pour être enregistrées dans la base de données du RSU. Mais, les opérations de ciblage doivent être précédées d’une phase préparatoire basée sur la sensibilisation afin d’obtenir l’adhésion de toutes les composantes de la société. D’où la tenue ce vendredi à la maison des jeunes de Mamou de l’atelier de sensibilisation des acteurs politico-administratives sur le processus de ciblage des ménages indigents.

« Je lance un appel à tous les niveaux pour accompagner le FDSI dans ses opérations de ciblage au niveau de la région de Mamou. En d’autres termes, aidez nous pour que nous puissions bien aider les communautés… D’après les données de l’INS, la région de Mamou compte environ 329 quartiers/districts, 7215 secteurs. Les messages de sensibilisation doivent pourtant parvenir dans toutes ces agglomérations. Mais, nous ne pouvons pas arriver seuls. Votre participation est inévitable pour que les agents qui seront déployés trouvent les ménages préparés à les écouter pour un ciblage parfait en termes de quantité et de qualité. La stratégie de ces missions de sensibilisation nous amène à commencer par vous les autorités au niveau régional, préfectoral et communal. Cette rencontre nous donne ainsi l’occasion de faire un plaidoyer pour que chacun s’implique. Pour le volet communautaire, l’équipe se rendra ensuite dans chaque préfecture pour porter le message de sensibilisation auprès des présidents de districts, des chefs de quartiers, les notabilités et autres leaders communautaires », a expliqué Lansana Diawara.

Le processus de ciblage des ménages pauvres passe par le recrutement et la formation des enquêteurs, la collecte des données auprès des ménages, le traitement et migration des données dans le système RSU, l’identification des indigents, extrêmes pauvres, pauvres et vulnérables. Ce ciblage sera couronné par la confection des cartes biométriques pour les bénéficiaires des aides sociales. Mais, la réussite de ces activités passe forcément par l’implication effective des communautés, en premier lieu les autorités. C’est pourquoi, dans son allocution d’ouverture des travaux de l’atelier de sensibilisation des acteurs politico-administratifs à la maison des jeunes, le gouverneur de la région administrative de Mamou, colonel Aly Badara Camara, a invité les administrateurs territoriaux et élus locaux de sa juridiction géopolitique à adhérer à ce projet.

Colonel Aly Badara Camara, gouverneur de la région administrative de Mamou

« Je lance un appel solennel à tous les préfets, sous-préfets et maires de la région de Mamou pour la formulation d’un plan de communication efficace de nature à permettre un meilleur partage de l’information au sein de la population… D’après l’institut national des statistiques, la région de Mamou souffre de façon non moins importante de la pauvreté avec un indice de 45%. C’est pourquoi il est important que cette région participe massivement à ce projet de ciblage des ménages pauvres et indigents pour renforcer le registre social unifié au sein du fonds de développement social et d’indigence », a indiqué le colonel Aly Badara Camara.

Pour les participants à cet atelier de sensibilisation, ce projet de ciblage est un grand espoir dans la lutte contre la pauvreté dans leurs localités.

Elhadj Thierno Macka Diallo, maire de la commune rurale de Porédaka

« En tant qu’élu local, je suis très heureux de ce lancement. Je trouve que c’est un très bon projet qui va apporter des solutions à beaucoup de nos problèmes à la base. Parce que nos villages sont remplis d’indigents et de pauvres. Si ce projet peut apporter des solutions à leurs problèmes, je ne peux que saluer », a dit Elhadj Thierno Macka Diallo, maire de la commune rurale de Porédaka (dans la préfecture de Mamou).

De Mamou, Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS