Prix Gabriel Sultan : l’ONG Tabala récompense 15 médecins

La 6ème édition 2021 du prix Dr Gabriel Sultan a honoré 15 médecins qualifiés ce samedi, 18 juin 2022, dans la salle des fêtes de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. C’est une initiative de l’ONG « la Tabala » qui distingue chaque année les grands médecins (biologistes, pharmaciens, infirmiers, médecins généralistes, sages femmes) de Guinée, à travers des enquêtes dans les différentes structures sanitaires du pays, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le Prix Gabriel Sultan est une manière pour l’ONG la Tabala de reconnaitre et célébrer le mérite des médecins guinéens. Et, selon Dr Abdoulaye Kaba, président de l’ONG la Tabala, les récipiendaires de cette distinction sont déterminés par les résultats des enquêtes menées auprès des patients dans les différentes structures sanitaires du pays.

Dr Abdoulaye Kaba, président de l’ONG la Tabala

« Il faut moraliser les agents des structures de santé, reconnaître leur mérite. La plupart des médecins qui se sont illustrés aujourd’hui se sont battu dans la lutte contre la COVID-19 ; et, aussi, qui ont démontré leur dévouement, leur engagement dans le corps médical guinéen que ça soit ici ou à l’intérieur du pays. Nous engageons des agents pour faire des enquêtes dans toutes les structures de santé. Pour pouvoir évaluer le travail de tout un chacun, nous passons même à travers les patients. Parce que ce sont eux aussi qui peuvent déterminer la qualité d’un médecin, la façon de l’abordé dans ses soins. Cela compte beaucoup », a dit Dr Abdoulaye Kaba.

Professeur Lamine Bah, chirurgien traumatologie en service à l’hôpital Ignace Deen, a été le premier à recevoir ce Prix. Et, il demande à ses collègues de continuer à mener des recherches, de s’adapter à la technologie et de s’inspirer des modèles des grands médecins qui  ont marqué l’histoire de la recherche scientifique.

Professeur Lamine Bah, chirurgien traumatologie en service à l’hôpital Ignace Deen

« C’est une double satisfaction de recevoir ce Prix en 1er. J’ai eu la chance d’avoir été le médecin traitant de notre icône dans la médecine guinéenne, le docteur Gabriel Sultan, qui avait eu un accident de la circulation. Il a fait des fractures, il a décidé de faire confiance en moi pour ses soins, sinon il avait des moyens pour aller se faire à l’étranger. Donc, c’est ma première satisfaction. Je remercie toute sa famille.

Deuxièmement, c’est une fierté pour moi d’être reconnu parmi tant de médecins compétents en Guinée. Je remercie le bon Dieu et ma famille, j’invite tous les médecins de mettre l’argent de côté. C’est très important de continuer à mener des recherches et s’adapter à la technologie. Il faut s’inspirer des modèles des grands médecins qui ont marqué l’histoire dans la recherche scientifique. Et, aux étudiants, de continuer les études. Il n’est pas tard pour se former, la formation n’a pas d’âge », a indiqué Pr Lamine Bah.

De son côté, Tiguidanké Sacko, sage-femme à l’hôpital préfectoral de Coyah, a promis de redoubler d’efforts dans le travail.

Tiguidanké Sacko, sage-femme à l’hôpital préfectoral de Coyah

« Je remercie l’ONG la Tabala de me remettre ce Prix aujourd’hui après un travail de dur labeur sur le terrain. J’avoue que ce n’est pas facile d’être une sage-femme. Malgré les conditions de travail précaires et la manière d’aborder la société, c’est un peu compliqué ; mais, il faut s’adonner. Et, je m’engage à continuer mon travail. J’invite aussi les autres femmes et médecins à mieux faire. Il y a deux mois de cela, une femme a accouché dans la rue, selon les rumeurs. Mais, je connais cette version. Ce jour-là, cette femme est venue dans notre centre de santé, la garde du jour lui a fait une visite, elle était en manque de sang de 6 grammes. Alors, elle lui a dit qu’elle ne peut pas accoucher ici, il faut qu’on te transfère dans les grands hôpitaux. Vous connaissez nos équipements de travail sont presque rudimentaires, l’ambulance n’était pas prête pour son évacuation. C’est entretemps que cette  femme a accouché, sûrement en cours de  route. Ce sont ces difficultés qu’on rencontre fréquemment », a-t-elle expliqué.

Pour Jacqueline Sultan (la fille du docteur Gabriel Sultan), reconnaître le mérite des grandes personnalités dans leur travail est une bonne chose.

Jacqueline Sultan (la fille du docteur Gabriel Sultan)

« Un tel projet est à accompagner par les autorités. La santé qui est un élément important dans la survie, c’est de continuer à récompenser ces médecins, les accompagner dans leur lutte. J’ai encore de bons souvenirs de mon feu père. C’est une personne humble, très proche de ses patients, toujours disponible à tout moment avec la population. Il a fait une carrière professionnelle exemplaire. C’est un modèle à imiter ; et, j’invite les jeunes à faire plus », Jacqueline Sultan.

Aissatou Sadio Bah pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS