Marche de POTTAL FII BHANTAL-JUSTICE-GUINEA SOLIDARITÉ AUX VICTIMES DES MASSACRES du 28 Septembre 2009 en Guinée

Treize ANS DE DÉNI DE JUSTICE ET D’IMPUNITÉ EN GUINÉE

Enfin, la junte du colonel Mamadi Doumbouya autorise la justice Guinéenne de procéder ce mois de Septembre 2022, au jugement des personnes inculpées pour les massacres du 28 Septembre 2009. Ce jour fatidique, le monde fut témoin de viols et d’assassinats en plein jour de Guinéens non-armés dans un stade sportif à Conakry.  Ces guinéens manifestaient pacifiquement pour exiger que la junte militaire du CNDD qui s’était emparé du pouvoir en Décembre 2008, restaure la constitution et organise des élections.

Pottal Fii Bhantal Fouta-Djallon et le Collectif Justice-In-Guinea appelle à une manifestation le Mercredi, 28 Septembre 2022 à partir de 10:00 à partir de la représentation diplomatique de la Guinée, 140 East 39th Street, New York, N.Y. 10016 et à l’esplanade de l’ONU, United Nations Plaza New York.

  Un mémorandum sera adressé aux représentants de l’ONU pour interpeller les organisations des droits de l’homme, les agences multilatérales et bilatérales de développement ainsi que les citoyens guinéens dans leur ensemble. 

Treize ans d’efforts de la communauté internationale foulés à pied

La commission d’enquêtes de l’ONU établit sans équivoque que les massacres et les viols étaient prémédités et constituaient des crimes imprescriptibles contre l’humanité. Durant les 13 dernières années, il n’y a pas eu de progrès en dépit de l’intervention de la CPI, d’experts de l’ONU et des USA, et des ONG des défense des droits de l’homme. Les Etats-Unis ont offert 1.4 millions à la Guinée pour l’organisation des procès.

Treize ans de manœuvres dilatoires du gouvernement guinéens

Mr. Alpha Condé et les ministres de la justice guinéens ont répondu à tous les appels par des manœuvres dilatoires et déployé un sabotage concerté du processus judiciaire : assimilation des crimes à des ethnies, amalgames avec des crimes passés, promesses de tenue des procès systématiquement trahis, agitation de spectres de troubles sociaux si les forces de sécurité mis en cause seraient traduits en justice. Dans un acte de moquerie à la communauté internationale, les autorités guinéennes ont disqualifié les conclusions de l’ONU et ravalé les crimes de Septembre 2009 en simples crimes ordinaires.

Treize ans de mépris et d’abandon des victimes !

Les femmes violées sont les victimes d’une forme abjecte de violence politique. Elles vivent traumatisées, dans un état d’abandon total, sans soutien social et sans support économique.  Ce manque de protection de victimes au bas de l’échelle social se double d’une collusion du gouvernement avec des criminels présumés. Cette situation est une forme de banqueroute morale que notre collectif condamne sans appel.

Treize ans – ça suffit !

●        Nous demandons qu’une enquête soit diligentée pour savoir les raisons du refus du gouvernement de monsieur Alpha Condé de juger les personnes inculpées.

●        Si pour une raison quelconque, le procès prévu ce mois de Septembre est saboté ou bâclé par la justice Guinéenne, nous exigerons que la CPI prenne en charge les enquêtes et procède à l’organisation des procès des accusés.

●        A la classe politique et la société civile de la Guinée, nous rappelons que la léthargie sur les 13 ans de déni de justice sur les crimes de Septembre 2009 a enhardi Alpha Condé et ses complices. Du fait de cette impunité, ils sont devenus arrogants au point d’organiser le coup d’état constitutionnel du mois de Mars 2020.

Plus que jamais, la vie et l’avenir de million de citoyens guinéens sont en péril.  Le chaos n’est pas une fatalité. Il est possible de le prévenir. Pour ce faire, il est indispensable d’intensifier le combat pour que justice soit rendue aux victimes de viols et d’assassinats politiques et – de façon plus générale – la lutte pour l’éradication de l’impunité en Guinée.

Cette journée de commémoration est dédiée à Bashir Bah, secrétaire général de Pottal-Fii-Bhantal Fouta Djallon et docteur Maajou Sow, ancien président de l’OGDH qui se sont donnés corps et âme pour voir les perpétrateurs de ces crimes traduits en justice. Que le tout puissant Allah les accueille dans son paradis. Amen !

POTTAL-FII-BHANTAL-JUSTICE-IN-GUINEA-SOLIDARITÉ-AUX-VICTIMES

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS