Siguiri : les étudiants de l’ERAM dans les rues pour réclamer des formateurs et l’électricité

Le manque criard de formateurs et de courant électrique pour rendre opérationnel l’Ecole Régionale des Arts et Métiers (ERAM) de la préfecture de Siguiri n’est pas du goût des étudiants de cette école professionnelle. C’est pour protester contre cette situation qu’ils sont descendus dans les rues et érigé des barricades pour se faire entendre dans la matinée de ce lundi, 23 janvier 2023, rapporte le correspondant de Guinéematin.com basé dans la préfecture.

Ouverte, il y a de cela deux ans, l’Ecole Régionale des Arts et Métiers (ERAM) de Siguiri traverse une zone de turbulence. Le manque d’enseignants compétents, l’absence d’électricité et la position géographique de l’école par rapport à la ville découragent les apprenants. Ils l’ont fait savoir ce lundi à travers une manifestation dans la ville.

Sidiki Diakité, président des étudiants de l’ERAM de Siguiri, est revenu sur les difficultés qui les assaillent. « Nous sommes aujourd’hui dans les rues pour mettre des barricades parce que tout simplement, nous voulons nous faire entendre, car ça fait des années que nous sollicitons auprès des autorités préfectorales et même auprès des responsables de cette école une assistance nécessaire pour renforcer la capacité de notre école. Imaginez-vous, une école professionnelle où il n’y a même pas de courant électrique alors que nous avons des filières ici qui ont nécessairement besoin du courant, notamment l’Electricité bâtiment et l’Electricité industrielle. Donc, c’est pour vous dire que rien ne va dans cette école, car on n’a même pas de formateurs dignes du nom pour assurer notre formation. Pour être clair avec vous, cette école professionnelle de Siguiri, depuis son ouverture, va du coq à l’âne au vu et au su des responsables de l’école. On a mené plusieurs démarches, on a frappé à toutes les portes, mais jusqu’à présent, rien de potable, rien de concret sinon que des promesses. Nous comptons poursuivre nos manifestations dans les jours à venir tant qu’on ne sera pas satisfait », promet-il.

De son côté, le directeur général de l’ERAM de Siguiri a demandé aux étudiants de garder la sérénité pour attendre la réaction de l’État guinéen. « Les étudiants ont vraiment raison, mais ils n’ont qu’à savoir qu’il y a un manque criard aussi de formateurs dans les trois autres ERAM du pays, et même au niveau du Ministère de l’Enseignement Technique. En ce qui concerne le problème de courant, nous avons déjà contacté l’EDG pour ça et on aura une suite favorable d’ici la fin de l’année. S’agissant des moyens de déplacement, parce que l’école est à quinze kilomètres de la ville, nous comptons aussi négocier avec un propriétaire de bus pour faciliter le déplacement des étudiants. Je vous précise aussi que nous avons dix formateurs titulaires pour plus de 200 apprenants et je me suis battu à travers mes propres moyens pour amener également cinq formateurs contractuels pour que les cours se poursuivent », a expliqué Doré Luopounan.

Cinq filières sont enseignées à l’ERAM de Siguiri : Electricité bâtiment, Electricité industrielle, Mécanique générale, Mécanique auto, Froid et climatisation.

De Siguiri, Mamadou Fanta Diallo pour Guineematin.com

Tél : 611154621

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS