Manifestation de l’UFDG et de l’ANAD : notre constat sur la route le Prince

25 novembre 2020 à 11 11 03 110311

Malgré l’interdiction de toutes les manifestations de rue en Guinée par les autorités, l’UFDG et l’ANAD appellent leurs partisans à manifester ce mercredi, 25 novembre 2020, dans tout le pays pour exiger la libération des opposants « illégalement » détenus. A Conakry, cet appel ne semble pas avoir été entendu, car aucune manifestation n’a été signalée pour le moment dans la capitale guinéenne, rapportent les journalistes de Guineematin.com déployés sur le terrain.

Lire

Arrestations de nombreux citoyens en Guinée : Samba Bah et Sory Diallo libérés par la justice

25 novembre 2020 à 10 10 37 113711

Arrêtés à Conakry en marge des violences post-électorales qui ont secoué la Guinée au lendemain du scrutin présidentiel du 18 octobre dernier, Mamadou Samba Bah, Ibrahima Sory Diallo et Ismael Cherif Haïdara viennent d’être fixés sur leur sort. En audience correctionnelle hier, mardi 24 novembre 2020, le tribunal de première instance de Dixinn a relaxé deux des trois prévenus. Par contre, le tribunal a condamné Ismael Cherif Haïdara à un an de prison dont six mois assortis de sursis, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Interdiction de manifester en Guinée : Saïkou Yaya Barry dénonce une volonté « d’oppresser le peuple »

24 novembre 2020 à 6 06 35 113511

Saîkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, le gouvernement guinéen a annoncé la suspension des manifestations sur toute l’étendue du territoire national. Officiellement, cette mesure (qui empiète sur un droit constitutionnel du peuple) a été prise pour des raisons de « crise sanitaire » liée à la COVID-19. Mais, du côté de l’opposition, cette décision du pouvoir est perçue comme une provocation et une volonté d’enraciner un peu plus une dictature dans le pays. Saïkou Yaya Barry, le secrétaire exécutif de l’union des forces républicaines (UFR) soupçonne le régime Alpha Condé de vouloir brimer et oppresser le peuple.

Lire

Interdiction de manifester en Guinée : l’OGDH dénonce une violation de la constitution

23 novembre 2020 à 16 04 59 115911

Elhadj Mamadou Malal Diallo, président par intérim de l’OGDH

La décision du gouvernement d’interdire toute manifestation de rue en Guinée passe mal dans le milieu politique et chez les défenseurs des droits de l’homme. Réagissant à cette mesure, le président par intérim de l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH), dénonce une violation de la constitution guinéenne. Elhadj Mamadou Malal Diallo trouve incompréhensible la raison invoquée pour justifier cette décision et rappelle que les autorités guinéennes ne sont pas à leur coup d’essai. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce lundi 23 novembre 2020.

Lire

Tribune : « FNDC, ne mélangez pas les pédales »

23 novembre 2020 à 11 11 16 111611

Le FNDC est né d’une volonté commune d’hommes politiques, de membres de la société civile et des citoyens partageant les mêmes valeurs démocratiques, lesquelles se sont entendues sur l’impossible troisième mandat de Alpha Condé. 

Lire

Interdiction des manifestations : le FNDC dénonce une décision « absurde et ridicule »

23 novembre 2020 à 10 10 12 111211

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, le gouvernement guinéen a interdit les manifestations publiques au lendemain d’une élection présidentielle très contestée. Ce que les opposants au troisième mandat rejettent, rappelant le droit au peuple de Guinée de désobéir cette décision du gouvernement que le FNDC accuse le régime Alpha Condé d’utiliser la Covid19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Ci-dessus le communiqué du FNDC de ce lundi 23 novembre 2020

Front National pour la Défense de la Constitution

COMMUNIQUE N°152

Ce dimanche 22 novembre, le Gouvernement Guinéen s’est fendu d’un communiqué anachronique et liberticide visant à formaliser l’interdiction des manifestations sociales et politiques dans tout le pays.

Le FNDC rappelle que depuis le mois de mars 2020, tous ses appels à manifester ont été systématiquement interdits par les autorités communales sur injonction du Ministère en charge de l’administration du territoire. Cette décision illégale du gouvernement Guinéen ne surprend guère le peuple de Guinée qui a le droit de désobéir à toutes les décisions de ce clan d’oppresseurs.

Le FNDC dénonce cette décision absurde et ridicule du gouvernement guinéen, quand on sait que la crise sanitaire que notre pays peine à endiguer a été provoquée et entretenue par ce clan qui s’est servi de la COVID-19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Malgré les nombreuses dénonciations et interpellations de la communauté nationale et internationale, et des organisations de défense des droits de l’Homme, le Gouvernement continue de profiter de cette pandémie pour tuer, kidnapper et emprisonner des leaders et militants du FNDC. Aujourd’hui, plus de 400 militants et sympathisants du FNDC sont illégalement emprisonnés au mépris de toute procédure légale.

Le Gouvernement irresponsable et sanguinaire d’Alpha Condé a violé toutes les mesures d’urgence sanitaire et de distanciation sociale en drainant les masses humaines lors des meetings ou rassemblements politiques, tandis que les citoyens opposés au projet de troisième mandat étaient sauvagement tués et emprisonnés au nom de la COVID-19 lors des rassemblements pacifiques.

Le FNDC ne saurait obéir à cette interdiction illégale et travaille déjà sur un schéma adapté au contexte de répression, d’abus de pouvoir et de totalitarisme.

Le FNDC réaffirme son soutien à tous les prisonniers politiques et exige leur libération immédiate.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

Conakry, le 23 novembre 2020.

La coordination nationale du FNDC

Lire

Manifestation de rue : le gouvernement barre la route au camp Cellou Dalein

23 novembre 2020 à 9 09 25 112511

À la veille de la manifestation appelée par l’UFDG et l’ANAD, le 25 novembre 2020, les autorités guinéennes prennent des dispositions pour barrer la route aux opposants. Dans un communiqué publié dimanche soir, 22 novembre, le gouvernement a annoncé la suspension de toutes les manifestations de masse dans le pays. Les autorités invoquent la pandémie du coronavirus pour justifier cette décision.

Lire

Conakry : le responsable du FNDC à Sonfonia, inhumé sous une vive émotion

18 novembre 2020 à 22 10 32 113211


Tué par balle le 21 octobre dernier, en marge des violences post-électorales, le coordinateur du FNDC à Sonfonia a été inhumé ce mercredi, 18 novembre 2020. De nombreux citoyens se sont mobilisés pour accompagner Boubacar Baldé à sa dernière demeure, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Les mots et les maux de l’opposant : « je tiens à récupérer ma victoire »

16 novembre 2020 à 6 06 59 115911

Habib Yembering Diallo

Par Habib Yembering Diallo : «…l’adversaire a pris les devants en décapitant mon parti par l’arrestation de mes principaux lieutenants. L’objectif est de nous faire avaler les couleuvres et d’émousser notre revendication pour récupérer la victoire. Il se trompe lourdement. Nous continuerons la lutte jusqu’à la récupération effective de notre victoire. Cependant, et comme tu me connais, je n’utiliserai que les moyens légaux pour parvenir à mes fins. Pour rien au monde je ne renoncerai à mon idéal : celui de la paix et de la fraternité entre tous mes compatriotes ».

Lire

Arrestation d’opposants en Guinée : la réaction du président du PUP, Elhadj Fodé Bangoura

15 novembre 2020 à 14 02 16 111611

Elhadj Fodé Bangoura, président du PUP


En marge de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti hier, samedi 14 novembre 2020, le président du PUP (Parti de l’Unité et du Progrès) s’est exprimé sur les arrestations des responsables de certains partis politiques d’opposition à Conakry. Elhadj Fodé Bangoura a appelé les acteurs impliqués dans cette situation à privilégier les intérêts de la nation. Cet ancien bras droit de feu le Général Lansana Conté a demandé la libération des acteurs politiques et le règlement des conflits politiques par le dialogue, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au siège de l’ancien parti au pouvoir.

Lire

Guinée : 5 ans de prison requis contre Saïkou Yaya Diallo

9 novembre 2020 à 13 01 53 115311


Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, le procès de Saïkou Yaya Diallo se poursuit devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Cet activiste de la société civile, membre de la coordination nationale du FNDC (Front national pour la défense de la constitution) est à la barre pour « menaces, injures, violences et voie de fait ».

Lire

Affaire Saïkou Yaya Diallo : la partie civile réclame 4 téléphones et un agenda de service

9 novembre 2020 à 13 01 02 110211

Saikou Yaya Diallo, membre de la Coordination nationale du FNDC


Poursuivi pour « menaces, injures, violences et voie de fait », Saïkou Yaya Diallo comparait de nouveau ce lundi, 09 Novembre 2020, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. On apprend que l’activiste de la société civile guinéenne et membre de la coordination nationale du FNDC (Front national pour la défense de la constitution) a été trimbalé en justice par madame Aminata Traoré, en service aux renseignements généraux de la République de Guinée. Et, la présente audience est axée sur les réquisitions et plaidoiries des parties au procès, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est actuellement au tribunal de première instance de Dixinn.

Lire

Réélection du président Alpha Condé : le message du ministre Mouctar Diallo

8 novembre 2020 à 14 02 02 110211

Mouctar Diallo, président du parti NFD, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes

C’est dans la journée d’hier, samedi 07 novembre 2020, que la Cour Constitutionnelle a rendu public les résultats définitifs de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier. Sans surprise, cette autre institution guinéenne (qui juge en dernier ressort de la légalité ou non de l’élection) a confirmé la tendance de la Commission Électorale Nationale Indépendante. Le chef de l’État sortant a donc été déclaré élu dès le premier tour et les recours des autres candidats rejetés…

Lire

Aliou Diallo, tué à Koloma (Conakry) : « il a reçu une balle tirée par un gendarme »

7 novembre 2020 à 8 08 04 110411

Mamadou Aliou Diallo, tué par balle à Koloma 2

Mamadou Aliou Diallo, 17 ans, élève en classe de 9ème année, est l’une des victimes des violences qui ont éclaté en Guinée au lendemain de la présidentielle du 18 octobre 2020. Le jeune homme, qui est originaire de la sous-préfecture de Sinta (Télimélé), a été tué par balle le jeudi 22 octobre, à Koloma 2, un quartier de la commune de Ratoma. Interrogé par Guineematin.com hier, vendredi 6 novembre, son père a accusé un gendarme d’avoir tiré délibérément son fils.

Lire

Obtenir une alternance en Guinée et éviter un bain de sang : le président français interpellé

6 novembre 2020 à 9 09 32 113211

William BOURDON et Vincent Brengarth, avocats français du FNDC

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron, les avocats français du FNDC ont dénoncé les graves violations des droits de l’Homme et le coup d’État constitutionnel en République de Guinée. Maîtres William BOURDON et Vincent BRENGARTH ont demandé au président français d’inviter la CEDEAO, l’Union Africaine, les Nations Unies et les partenaires européens de la France « à prendre toutes les initiatives requises pour une alternance démocratique réclamée par le Peuple de Guinée afin d’éviter le bain de sang qui menace ».

Lire

Attaque du siège des NFD : le parti de Mouctar Diallo accuse des militants de l’UFDG

13 octobre 2020 à 20 08 11 101110

Le siège des NFD (Nouvelles Forces Démocratiques), parti dirigé par le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Mouctar Diallo, a été victime d’une attaque dans l’après-midi de ce mardi, 13 octobre 2020, à Conakry. Un groupe de jeunes est venu jeter des cailloux sur le local, situé à Hamdallaye Pharmacie, dans la commune de Ratoma. Un responsable de la formation politique trouvé sur les lieux par un reporter de Guineematin.com, déplore des blessés et quelques dégâts matériels, pointant un doigt accusateur sur des militants de l’UFDG.

Lire

Le ministre Saïd Oumar Koulibaly sur les violences de Kankan : « c’est malheureux qu’on en soit arrivé là… »

13 octobre 2020 à 19 07 39 103910

Saïd Oumar Koulibaly, ministre des télécommunications et de l’économie numérique

Les condamnations se multiplient en Guinée sur les violences enregistrées à Kankan les dimanche et lundi 12 octobre 2020. Le dernier cas en date est celui de Saïd Oumar Koulibaly, ministre des télécommunications et de l’économie numérique qui, dans un point de presse organisé à son domicile, dans la soirée du lundi, 12 octobre 2020, a déploré ces évènements qu’il qualifie de malheureux, avant d’appeler à la retenue, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan

Lire

Kassory à Siguiri : affrontement entre deux groupes rivaux du RPG

12 octobre 2020 à 21 09 08 100810

Un incident a éclaté ce lundi, 12 octobre 2020, en marge de la visite de campagne du Premier ministre guinéen et Directeur de campagne du RPG arc-en-ciel, le président Alpha Condé, à Siguiri. Deux groupes rivaux du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel, se sont accrochés à l’aéroport de Siguiri, endommageant un véhicule, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

L’opposant guinéen Cellou Dalein sur le blocage de son cortège : « ce que vous ne saviez pas… »

12 octobre 2020 à 18 06 01 100110

Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce lundi, 12 octobre 2020, à Mamou, Cellou Dalein Diallo est revenu sur les événements qu’il a subis hier en Haute Guinée. Il s’agit du blocage de son cortège à Tokounou, dans la préfecture de Kankan, et les attaques contre son cortège à Faranah. Le président de l’UFDG a désigné un seul coupable de cette situation : le président de la République, candidat à un troisième mandat. Selon lui, c’est Alpha Condé qui a orchestré ces attaques pour l’empêcher d’aller battre campagne dans le fief du parti au pouvoir, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Lire