A la veille du début de la coupe du monde de football qui démarre le 14 juin en Russie, une vive tension est lisible au sein de la jeunesse de Siguiri. En colère contre le manque de courant qui dure depuis plusieurs semaines, les jeunes de la ville ont tenu une réunion de concertation hier, lundi 11 juin 2018.

Ils ont menacé de se faire entendre si la SAG ne reprend pas au plus vite la fourniture de l’électricité à la ville, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Depuis plus d’un mois maintenant, la commune urbaine de Siguiri ainsi que la sous-préfecture de Kintinia sont privées de courant électrique. C’est dans ce contexte qu’intervient donc la coupe du monde de football qui s’ouvre jeudi en Russie. Et les jeunes de Siguiri ne veulent rater cette compétition en raison d’un manque de courant. C’est pourquoi, ils ont tenu une réunion de concertation le lundi, 11 juin 2018 autour de cette question. A l’issue de la rencontre, la jeunesse a décidé d’envoyer une alerte à la SAG, la société aurifère basée dans la préfecture et qui assure la desserte de la ville en électricité.

« La SAG doit se rappeler que c’est sous une pluie de cailloux qu’on a eu le courant en 2008, une manifestation du même genre nous a permis aussi en 2009, d’avoir un groupe de plus. Nous ne voulons plus qu’on dise que Siguiri est une ville de violence, c’est pourquoi nous avons suivis les autorités jusque-là, mais que la SAG retienne que le chien ne change jamais sa façon de s’assoir. Si la SAG ne fait rien pour nous fournir le courant avant le début de la coupe du monde, nous allons reprendre la rue », a déclaré Aboubacar M’Moba Condé, vice-président de la commission chargée de la gestion des contentieux électriques, à l’issue de cette rencontre.

Peu après cette menace des jeunes, le préfet de Siguiri, Elhadj Ibrahima Kalil Keita, a convoqué une réunion d’urgence avec les autorités de la SAG pour plancher autour de cette question. Mais rien n’a filtré pour le moment sur ce qui a été décidé au cours de cette réunion. Pendant ce temps, la jeunesse de la ville reste mobilisée et prête à passer à la vitesse si sa revendication n’est pas vite satisfaite.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin