Forum des jeunes de Kakandé : Abdoulaye Magassouba réitère l’intérêt du Pr. Alpha Condé pour le développement de Boké

16 août 2019 à 17 05 16 08168

Par le ministère des Mines : Le ministre des Mines et de la Géologie, continue de donner un sens au mot d’ordre du président Alpha Condé, qui prône la notion de ‘’Ministres à l’écoute du peuple’’. Après Siguiri, le week-end dernier, où il a gratifié les lauréats de cette préfecture aux différents examens nationaux, Abdoulaye Magassouba, était aux côtés de la jeunesse du Kakandé, à l’occasion de l’ouverture de leur forum.

Un geste d’encouragement qu’il a également réédité au bénéfice des lauréats de cette préfecture de la Basse Guinée. Ainsi, à Boké, des cadeaux dont des ordinateurs, des clés internet et leurs recharges, plus des Larousses ont été offerts aux lauréats du BEPC et du BAC toutes options confondues. Abdoulaye Magassouba, 1er de la République, option Sciences maths aux bacs 1 et 2, des sessions 1994 et 1995, a aussi remis à chaque lauréat de l’entrée en 7éme année, un sac, des fournitures scolaires, plus un montant pour l’achat de leurs tenues de nouveaux collégiens.

Apprécié à sa juste valeur, cet acte, selon les bénéficiaires, les poussent à persévérer, tout en incitant les autres à redoubler d’efforts. « Nous sommes contents, et n’avons pas de mots pour remercier et qualifier l’acte du Ministre », a dit l’un des lauréats.

Dans la foulée, le Ministre des Mines et de la Géologie, s’est exprimé sur le Forum des jeunes de Kakandé dont il est venu participer à l’ouverture en tant que parrain de l’événement . Tout d’abord, Abdoulaye Magassouba a, au nom du Président de la République et de son Premier ministre, salué l’initiative juvénile.

Toujours préoccupé par le sujet, il a ensuite parlé du développement de la préfecture de Boké, érigée par le Prof Alpha CONDE, au rang de ‘’Zone Economique Spéciale ’’. « Que cela soit au cœur des réflexions et actions de la jeunesse de Boké n’est que légitime, parce que le développement est l’affaire de tous. Nous ne sommes pas ici pour donner des leçons à une jeunesse qui démontre sa responsabilité par une telle initiative », insistera M. Magassouba. « Boké a connu de nombreuses actions de développement au cours des dernières années, en particulier dans le secteur minier », a souligné le Ministre des Mines et de la Géologie.

Toutefois, M. Magassouba admet qu’il reste d’importants défis à relever. Il s’agit en particulier de la gestion des impacts environnemental, social et économique, la diversification de l’économie, les infrastructures et services sociaux de base. « Le choix du thème de cette année portant sur le Développement communautaire et la création de richesse répond donc à l’un des principaux enjeux de développement de la préfecture. Nous sommes convaincus que les débats seront francs, responsables, constructifs et pertinents », a-t-il conseillé. En tout cas, Abdoulaye Magassouba assure que : « Nous porterons les résultats de ce forum auprès du Gouvernement dans le cadre du plaidoyer en faveur du développement de Boké. Un développement qui n’est possible que dans la paix que nous invitons les jeunes de Boké à préserver à toute épreuve », a conclu le Ministre des Mines et de la Géologie.

Laye Mamadi Condé (LMC) du ministère des Mines

Lire

Léro (Siguiri) : des femmes manifestent contre la SMD Nord Gold

31 juillet 2019 à 10 10 51 07517

Des femmes de Léro, dans la préfecture de Siguiri, où est implantée la Société Minière de Dinguiraye (SMD) Nord Gold, ont barricadé la route sur le site ce mercredi, 31 juillet 2019. Ces manifestantes réclament plus d’emplois pour leurs maris et leurs enfants ainsi que l’amélioration de leurs conditions de vie, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les femmes de Léro, très en colère, ont pris d’assaut ce mercredi matin la route qui mène sur le site de la Société Minière de Dinguiraye (SMD) Nord Gold. Habillées en foulards rouges, munies de bâtons et de cailloux, les manifestantes ont barricadé la route principale pour bloquer les travailleurs de la société. Elles ont brûlé des pneus et réclament ainsi de l’emploi pour leurs époux, leurs enfants et de l’électricité pour leur localité.

Selon Mata Kourouma, une des manifestantes, la Société Minière de Dinguiraye (SMD) Nord Gold doit faire plus pour la communauté. « Nous sommes sorties très tôt ce matin pour barricader la route. La société ne travaillera pas, tant que nous ne sommes pas satisfaites. C’est une société qui ne tient pas compte de la préoccupation de la communauté. Nos maris n’ont pas de travail ainsi que nos enfants. Il n’y a pas d’eau, ni d’électricité. Nous demandons également la dissolution du bureau de la relation communautaire de l’entreprise qui est à la solde de la société », a-t-elle laissé entendre.

Pendant que nous mettons en ligne cette dépêche, les femmes sont toujours sur place et continuent d’exprimer leur mécontentement.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire

Siguiri : un éboulement fait 4 morts et 2 blessés à Kintinia

28 juillet 2019 à 12 12 00 07007
image d’archive

Un nouvel éboulement s’est produit hier, samedi 27 juillet 2019, dans une mine d’or dans la sous-préfecture de Kintinia (Préfecture de Siguiri). Il a coûté la vie à quatre personnes et causé deux blessés graves, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Les drames se poursuivent et continuent d’endeuiller des familles dans les mines d’or de la préfecture de Siguiri. Ce dernier en date est survenu dans une mine appelée Sékélè, située dans la commune rurale de Kintinia. 4 personnes dont deux jeunes femmes et une petite fille ont été tuées dans ce nouvel éboulement.

Il s’agit de Hawa Mara, âgée de 23 ans, mariée et mère d’une fille ; sa fille Tènin Kourouma, âgée de 2 ans ; Sira Madeleine, âgée 26 ans, mariée, mère d’une fille ; et Tamba Léno, âgé de 40 ans, célibataire sans enfant. Deux autres personnes qui étaient dans le trou au moment de l’éboulement ont été grièvement blessées.

Selon Alpha Oumar Diallo, agent de la Croix-Rouge de Kintinia, ces victimes travaillaient dans une ancienne mine d’or interdite d’exploitation. « En raison des risques d’éboulement palpables, les autorités locales ont interdit l’exploitation de ces lieux. Mais, les gens se cachent pour venir y travailler. Ils étaient dans la mine en train de creuser lorsque le trou s’est refermé sur eux. 4 d’entre eux ont trouvé la mort et nous avons pu récupérer les 2 autres qui sont blessés pour les envoyer à l’hôpital », a-t-il expliqué.

Les quatre victimes ont été inhumées ce même samedi à Kintinia.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Gisement de fer de Simandou (Blocs I et II) : voici l’Appel d’offres

26 juillet 2019 à 8 08 54 07547

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

Ministère des Mines et de la Géologie

AVIS D’APPEL D’OFFRES

Les gisements de Simandou sont les plus grands gisements de minerai de fer inexploités au monde connus à ce jour. Plusieurs sociétés y ont mené des activités de recherches. Les Blocs I et II sont entièrement situés dans la préfecture de Kérouané dans le Sud-Est de la République de Guinée en Afrique de l’Ouest. Ils sont centrés le long de la partie Nord de la chaîne de Simandou et s’étendent sur une superficie de 369 Km2.

A la faveur d’une entente amiable complète au mois de mars 2019, la République de Guinée et BSGR ont mis définitivement fin à leur différend devant le CIRDI sur les Blocs I & II du Simandou qui se retrouvent dans le portefeuille de l’Etat libre de tout contentieux.

Fermement attachée au développement du projet Simandou, la République de Guinée procède aujourd’hui à une procédure d’appel d’offres compétitif, transparent, ouvert et international pour l’octroi de droits miniers portant sur les Blocs I et II.

A l’issue de la présente procédure ouverte par le Décret D/2019/0194/PRG/SGG du 13 juillet 2019 portant ouverture de l’appel d’offres pour l’attribution d’un titre minier sur les gisements de minerai de fer des Blocs I et II de Simandou, la République de Guinée entend accorder à l’adjudicataire une concession minière sur les blocs I et II du Simandou. L’exploitation des gisements de fer du Simandou nécessitant des infrastructures de transport et d’évacuation portuaire, il sera signé en outre avec l’adjudicataire une convention relative aux infrastructures.

Le dossier d’appel d’offres et les conditions de participation sont disponibles au CPDM à tout soumissionnaire sous réserve du paiement préalable de frais de retrait du cahier spécial des charges fixés à 300 000US$.

Les 2/3 des frais de retrait seront remboursés aux soumissionnaires n’ayant pas été retenus à l’issue de la procédure d’appel d’offres. Les montants remboursés aux soumissionnaires non retenus au titre de frais de retrait seront mis à la charge de l’adjudicataire.

Les frais de retrait sont payables au compte Client du cabinet Phanar Legal.

La période de retrait du cahier spécial des charges préalablement fixée du 22 juillet au 05 août 2019, s’étend du 05 jusqu’au 19 août 2019 inclus.

Pour tout renseignement relatif au paiement de frais et au retrait du cahier spécial des charges, prière s’adresser au Centre de Promotion et de Développement Miniers (CPDM), Immeuble CPDM, quartier Coronthie, commune de Kaloum, Conakry, République de Guinée : DG Tel+224 628685236 courriel : dgcpdm@mines.gov.gn /DGA : Tel : +224 626234884, courriel : dgacpdm@mines.gov.gn disponibles du lundi au jeudi de 8 :30 à 17h00 et le vendredi de 8 :30 à 13 :00.

Avis d’Appel d’Offres Blocs I et II Simandou

Lire

Minerai de fer de Simandou : l’appel d’offres lancé par le Chef de l’Etat

13 juillet 2019 à 21 09 53 07537

Dans un décret rendu public dans la soirée de ce samedi, 13 juillet 2019, sur les ondes des médias d’Etat, le président de la République, le professeur Alpha Condé, a lancé la procédure d’appel d’offres relative à l’attribution de droit minier sur le gisement de minerai de fer situé sur les blocs un et deux de Simandou.

Indiquant que ce décret est signé suite à une proposition du ministre des Mines et de la Géologie, le décret précise que cet appel d’offres permet d’appliquer l’arrêté numéro A 2019 42 68 Ministère des Mines et de la Géologie/SGG du 27 juin 2019.

Cet acte du pouvoir central précise que ce gisement de fer dont l’appel d’offres vient d’être lancé couvre une superficie de 369 kilomètres carrés et est situé dans la préfecture de Kérouané.

Enfin, le décret indique que la procédure se déroulera suivant les modalités prescrites par le cahier spécial des charges élaboré à cet effet.

A vos offres ! Partez !

Décret suivi et décrypté par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Lettre ouverte : 37 anciens travailleurs d’Inter-con à l’ambassadeur des Etats-Unis

13 juillet 2019 à 10 10 34 07347

« Nous avons travaillé pendant 7 ans en qualité d’agents de sécurité de l’Ambassade des USA en Guinée, au compte d’inter-con, et 13 ans dans les sociétés de mines en Guinée »

A Monsieur SIMON HENSHAW, Ambassadeur des USA en Guinée-Conakry

Lettre ouverte

Monsieur l’Ambassadeur,

Nous 37, anciens travailleurs d’Inter-con Sécurity Systems, nous vous adressons cette lettre ouverte pour vous informer ; que nous avons travaillé pendant 7 ans en qualité d’agents de sécurité de l’Ambassade des USA en Guinée, au compte d’inter-con, et 13 ans dans les sociétés de mines en Guinée.

En tout, nous avons travaillé pendant 20 ans pour la société d’Inter-con Sécurity Systems en Guinée.

Nous avons été licenciés le 07 septembre 2017 sans préavis ni règlement, en violation des lois et règlements en vigueur. Nous avons engagé plusieurs démarches auprès des autorités compétentes y compris l’Ambassade des USA en Guinée. Ces démarches sont restées infructueuses, c’est pourquoi, nous demandons votre implication personnelle pour une solution définitive et respectueuse des droits de l’homme à ce contentieux.
Conakry, le10 Juillet 20198

Les représentants des EX-Employés

Thierno Moussa CAMARA Tel: +224 622 35 60 63
Thierno tafsir BAH Tel: +224 620 32 04 08
Email: thiernotafsirbah68@gmail.com
Isaac kaba KAMARA Tel: +224 622 07 71 07
Email: pittykay15yahoo.com

Lire

Référendum constitutionnel en vue : « Boffa votera 100% OUI »

29 juin 2019 à 7 07 50 06506
Tidjane Soumah, préfet de Boffa
Tidjane Soumah, préfet de Boffa

Dans un entretien qu’il a accordé à un journaliste de Guineematin.com, ce vendredi 28 juin 2019, Tidjane Soumah, le préfet de Boffa, s’est prononcé sur le débat en cours autour d’un changement de constitution qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. L’administrateur assure que sa préfecture va plébisciter la nouvelle constitution lorsque celle-ci sera soumise à l’approbation populaire. Il a évoqué également d’autres sujets, dont la cohabitation entre les communautés et les sociétés minières.

Selon Tidjane Soumah, le changement de constitution que le pouvoir actuel souhaite faire est une nécessité. Car, dit-il, « la constitution actuelle ne colle pas à la réalité du terrain. C’est diamétralement opposé. Donc à Boffa, je peux vous rassurer qu’il n’y a pas réticence par rapport à la nouvelle constitution. Donc tout Boffa votera 100% OUI au référendum. Nous sommes les premiers à nous prononcer favorablement au changement constitutionnel. C’est Boffa qui a donné le ton pour la première fois, après Kindia a entériné », a-t-il souligné.

Le préfet n’occulte pas cependant le fait que ce projet de nouvelle constitution est loin de faire l’unanimité dans le pays. Mais, il estime que les opposants de ce projet ne peuvent pas empêcher l’organisation du référendum prévu par le pouvoir. « Ce qui serait peut-être possible pour ceux qui ne veulent pas de la nouvelle constitution, c’est de faire la campagne pour le NON. Mais, ils ne peuvent pas empêcher la tenue du référendum », a dit monsieur Soumah.

En plus de la politique, l’administrateur a évoqué la situation locale, avec notamment les remous enregistrés souvent dans les zones minières. Il indique que quatre (4) sociétés minières évoluent dans la préfecture de Boffa, dont seulement Alufer est en phase d’exploitation. Chalco, Bauxite de Kimbo et SBGC sont, quant à elles, en phase de construction. Aux dires du préfet, toutes ces entreprises respectent le contenu local et s’acquittent convenablement des taxes à payer. En ce qui concerne les manifestations enregistrées souvent dans les zones minières, il affirme qu’elles sont causées par certains ressortissants de la préfecture.

Tidjane Soumah, préfet de Boffa

« Les sociétés minières respectent bien le contenu local en donnant la priorité aux fils du terroir dans les recrutements. Bon nombre de jeunes des localités impactées travaillent dans ces sociétés. Alufer, aujourd’hui, est à 115 jeunes formés et qui seront employés. Elles accompagnent aussi les femmes dans les cultures maraîchères, les jeunes dans leurs activités génératrices de revenu. Au niveau des compensations minières il y a des petits problèmes, mais pas au niveau des communautés.

Le plus souvent, ce sont les ressortissants qui viennent avec les problèmes. Quand les sociétés font le recensement, elles payent les compensations. Mais lorsque les fonds payés sont pour la communauté, il y a des gens qui interfèrent pour détourner l’orientation de cet argent. Alors que ces fonds devraient servir à réaliser des infrastructures communautaires. Les fonds individuels aussi, ils attendent quelques mois après la perception par les impactés, ils viennent dire que les montants reçus sont petits par rapport aux plantations touchées », a expliqué le préfet.

De Boffa, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Boké : La maison des jeunes de la CR de Kolaboui remise à la jeunesse après sa rénovation par le consortium SMB-WINNING

21 juin 2019 à 11 11 48 06486

Communiqué : Après trois mois de travaux de construction d’un centre d’accueil et la rénovation de la maison des jeunes de kolaboui, le Consortium SMB-Winning a procédé jeudi, 19 juin 2019 à la remise desdites infrastructures.

C’était en présence des autorités locales de Boké et d’une forte délégation du consortium ainsi que les bénéficiaires massivement mobilisés pour la circonstance.

Les travaux de rénovation ont consisté entre autres à la couverture de la maison des jeunes, construction de deux terrasses, les menuiseries métalliques et vitrées en allure coulissante de plafonnage, à l’électrification et à la peinture. A cela s’ajoute la construction d’un centre d’accueil composé de trois chambres, d’une terrasse, d’un salon en annexe, d’un bar dancing avec un magasin et un bloc de latrine de trois cabines.

Les travaux ont été réalisés par ENCOTRAP, une entreprise locale, sur une durée de trois mois.

Le nouveau visage que présente désormais ces infrastructures est un réel ouf de soulagement pour les jeunes de kolaboui qui par la voix de leur porte-parole Alseny Soumah, délégué sous préfectoral de la jeunesse de kolaboui a indiqué : « C’est grâce à l’engagement et à la promesse du PDG du conseil d’administration de la SMB M. Fadi Wazni et de PDG de Winning Group M.SUN que ces actions sont réalisées. »

Pour M. Wu directeur des relations communautaires de la SMB, ce geste est un symbole d’amitié entre le Consortium et la jeunesse de kolaboui : « Surtout en cette période de CAN. Ce nouveau bijou va permettre aux jeunes de suivre dans le confort, les matchs de la CAN et de soutenir le syli de Guinée », a-t-il déclaré.

Au nom des autorités locales de Boké, le secrétaire général chargé des collectivités de Boké, Jean Béavogui a félicité et remercié le consortium SMB-WINNING pour cette œuvre salvatrice avant d’inviter les bénéficiaires à en faire bon usage. Plus loin, il dira que l’initiative permettra de répondre aux besoins des jeunes.

« Ainsi », dit-il, « ce bijou vient encore s’ajouter à la longue liste des infrastructures que la SMB a réalisées dans la préfecture de Boké depuis son implantation sur le sol guinéen. Désormais cette maison et ce centre d’accueil pourront générer des revenus et créer des emplois pour des jeunes ».

Une manière de lutter contre le chômage des jeunes ou l’aventure incertaine.

Le service de communication du Consortium SMB-WINNING

Lire

Relance de la mine de Forécariah par Ashapura : les retombées pour la Guinée, selon le ministre des mines

6 juin 2019 à 12 12 50 06506

La société Ashapura Guinea ressources SARL a repris le projet de Forécariah Guinea Mining SAU, société qui était mise en liquidation. Le contrat d’acquisition de ce projet par cette société indienne a été signé hier mercredi, 05 juin 2019, à Conakry. C’est le ministre des Mines et de la Géologie et le Directeur général de Ashapura Guinea ressources SARL qui ont coprésidé cette cérémonie. L’objectif est de relancer la mine de Forécariah, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le projet de la société Forécariah Guinea Maning Mining SAU a été provisoirement déclaré insolvable le 28 septembre 2014. Le syndic FICADEX a été nommé liquidateur de la société Forécariah Guinea Mining, afin de procéder à la liquidation des actifs de la société. Au terme d’un appel d’offre compétitif, Ashapura, une société de droit indien, a été retenue comme entité pouvant reprendre le projet à travers une procédure de redressement judiciaire en vue de le développer. Ashapura a ainsi payé, dans le cadre de cette procédure, 25 000 000 de dollars.

Ousmane Sylla, expert-comptable, commissaire aux comptes de la société et syndic de liquidation,
Ousmane Sylla

A l’occasion de la cérémonie de signature de cette convention, Ousmane Sylla, expert-comptable, commissaire aux comptes de la société et syndic de liquidation, a indiqué que la principale mission qu’il a eu à mener dans le cadre de la réalisation de ce projet, a été « d’éviter de faire une liquidation classique, c’est-à-dire de vendre les bien individuellement.

Et, j’ai eu le soutien du département, du ministre, du secrétaire général et des autres, pour effectuer, trouver un repreneur potentiel. C’est pour cette raison, que ça a pris un certain temps. Et, il fallait intervenir aussi auprès de la population, pour leur expliquer la procédure que le cabinet avait à prendre. La population, les autochtones, ont compris et nous ont toujours soutenus pendant la période de négociation », a-t-il expliqué.

Sudheer Godobole, Directeur Général de la société Ashapura en Guinée,
Sudheer Godobole

De son côté, monsieur Sudheer Godobole, Directeur Général de la société Ashapura en Guinée, a commencé par dire sa joie de voir cette signature se concrétiser. Selon lui, sa société est présente en Guinée depuis 2016. « La première fois, nous avons signé avec l’Etat guinéen un contrat par rapport à l’exploitation d’un site minier de bauxite à HODA à Télimélé. Par rapport à la présente cérémonie de signature, elle ne concerne pas que la signature d’un contrat, mais il s’agit d’un engagement que nous prenons devant l’Etat guinéen sur ce que nous allons faire dans la réalisation de ce projet.

Après cette signature, la compagnie et le liquidateur, nous irons vers les communautés à Forécariah pour leur expliquer le planning que nous avons en vue, qui est celui de la réhabilitation du port de Konta. Ce projet ouvre un nouveau corridor à part le corridor de Boké et le corridor central de RUSAL à Kindia. Forécariah, c’est un nouveau corridor qui s’ouvre non seulement au fer, mais aussi à la bauxite, parce qu’il y a la bauxite dans cette zone. Donc, le port sera à multi-usage. Après la réhabilitation de ce port qui, avant n’exportait que du fer, nous exporterons la bauxite et d’autres minerais. La capacité va passer de 3 millions (avant) à 10 millions de tonnes par an », a-t-il annoncé.

Abdoulaye Magassouba

Pour sa part, le ministre des Mines et de la Géologie a dit que cette signature concerne différents accords qui portent sur les ententes qu’il y a eues pour la relance de la mine de Forécariah. « Nous avons accompagné le syndic de liquidation de la société Forécariah Guinea Mining dans ce processus et dans ses démarches de consultations. Nous lui avons signifié la priorité du Chef de l’Etat concernant cette mine de Forécariah, cette priorité, c’était la relance de la mine. Et, nous lui avons apporté notre disponibilité, notre appui dans le processus judiciaire de liquidation qui était en cours. Et donc, à l’issue de la mise à concurrence que le syndic a effectuée, une société, en l’occurrence Ashapura, a été sélectionnée.

Le syndic nous est revenu pour demander l’accompagnement de l’Etat, pour donner de la substance à ce projet-là en termes miniers. Parce qu’il y avait les équipements, les installations, les infrastructures mais la mine avait été récupérée par l’Etat. Donc, conformément aux instructions du président de la République, nous lui avons signifié que l’Etat allait accompagner le processus en mettant dans le paquet la mine de Forécariah.

Pour faire simple, nous avons exigé à ce que les actifs portuaires soient rendus à l’Etat en contrepartie de l’appui que l’Etat apportait en mettant à disposition l’actif minier. Et, c’est ce qui a été accepté par le syndic de liquidation après les procédures internes bien-sûr de consultations d’usages », a notamment expliqué Abdoulaye Magasouba.

Enfin, le patron du département des Mines et de la Géologie a dit que ce projet est important en ce sens « qu’il va non seulement permettre de créer de l’activité avec les emplois qui vont avec. Malgré la taille modeste de la mine, l’activité portuaire pourra quand-même apporter des bénéfices au niveau local. Au-delà de ces bénéfices-là, il y a aussi le fait que nous pourrons aussi produire le fer dans le cadre de la diversification de la production minière portée par le président Alpha Condé », a indiqué le ministre.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Genre et Mines : Publiez Ce Que Vous Payez/Guinée met les femmes au centre de ses préoccupations

21 juillet 2018 à 18 06 51 07517

La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP)/Guinée ambitionne d’inverser la tendance à la marginalisation et autres défis qui assaillent la couche féminine dans l’exploitation des ressources minières en Guinée. C’est dans cette dynamique qu’elle a organisé ce samedi, 21 juillet 2018 à Conakry, un atelier de lancement du projet Genre et Mines, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Barrage d’Amaria : Taliby Sylla qualifie Alpha Condé de « bâtisseur de la Guinée »

20 janvier 2018 à 12 12 32 01321

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a lancé hier vendredi 19 janvier 2018, les travaux de construction du barrage hydroélectrique d’Amaria, sur le fleuve Konkouré. La cérémonie a connu une forte mobilisation des populations de la commune rurale de Ouassou, dans la préfecture de Dubréka. Le ministre de l’énergie a qualifié le président Condé « de bâtisseur de la Guinée », un non qui doit lui être collé pour toujours, a constaté sur place Guinnematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

GAC et le support au développement des communautés

31 octobre 2017 à 15 03 07 100710

La société « Guinea Alumina Corporation » («GAC SA »), un acteur majeur du secteur minier en République de Guinée, a communiqué son bilan en termes d’apports et d’investissements communautaires depuis le début de son projet en Guinée.

Lire

Émeutes de Kolaboui (Boké) : plus de 17 blessés enregistrés (Croix-Rouge)

21 septembre 2017 à 22 10 24 09249

La sous-préfecture de Kolaboui, située à 22 kilomètres de Boké (chef lieu de la préfecture et de la région administrative) a enregistré de violentes manifestations, ce jeudi 21 juillet 2017. Les manifestants qui réclament la fourniture du courant électrique et d’eau ont mis à sac plusieurs bâtiments administratifs, a constaté Guineematin.com, à travers deux de ses journalistes.

Lire

Alpha Condé s’énerve sur les « magouilles » dans les mines guinéennes avec AMR : vidéo

18 septembre 2017 à 0 12 51 09519

Il y a un peu plus d’un an (en mai 2016), c’est l’ONG britannique Global Witness qui avait pointé du doigt le fils unique du président guinéen, Mohamed Condé, dans un rapport qui dénonçait la corruption dans les mines guinéennes. Mais, pour masquer la gravité des faits et sans doute aussi des dégâts causés sur les ressources minières guinéennes, le régime Alpha Condé s’était empressé de publier des communiqués pour annoncer l’ouverture d’une enquête dont on entendra plus parler…

Lire

Manifestation contre le manque d’électricité : la citée de Kamsar toujours fermée par les jeunes

17 septembre 2017 à 18 06 29 09299

Depuis la soirée d’hier, les jeunes de Kamsar village sont dans la rue pour réclamer la fourniture du courant électrique. Comme cela s’est passé dans la commune urbaine de Boké, les manifestants de Kamsar ont érigé des barricades et fermé l’entrée et la sortie de la cité à tous les véhicules, a appris Guineematin.com ce dimanche, 17 septembre 2017.

Lire

Retrait du débat d’orientation par le Gouvernement : la réaction de l’Hon. Eva Cross

10 septembre 2017 à 9 09 27 09279

Les députés, contrairement à l’annonce de la tenue d’un débat parlementaire au cours de cette session extraordinaire consacrée à l’examen et l’adoption de la loi de finances rectificative 2017, ne pourront pas aborder le second point à l’ordre du jour, relatif au débat d’orientation budgétaire 2018. Selon Eva Cross de la majorité parlementaire (le Rpg-arc-en-ciel) et rapporteur de la commission des mines, industrie, commerce, hôtellerie et tourisme, ce changement est dû au fait que « le gouvernement n’est pas prêt ».

Lire

Assemblée nationale : le groupe « Alliance républicaine » contre un nouvel avenant pour Rusal

10 septembre 2017 à 8 08 56 09569

Le 7 septembre 2017, les députés étaient en séance plénière pour l’adoption d’un nouveau chronogramme de travail de la session extraordinaire. Un chronogramme qui intègre désormais l’examen et l’adoption de deux nouveaux avenants en faveur de la compagnie Rusal, détentrices des gisements de Balaya à Kindia par la CBK et de Dian Dian à Boké par la COBAD. Rusal qui peine à démarrer les travaux d’extraction de la bauxite de Dian Dian depuis 2000, exige un nouveau délai de 25 ans à la Guinée.

Lire

Makalé Camara, ministre des AE aux députés : « la question de l’immigration est préoccupante »

14 juin 2017 à 15 03 48 06486

A l’image de ses collègues ministres du Plan, du budget et des mines, Madame la ministre des Affaires étrangères, Makalé Camara, a fait le déplacement à l’Assemblée nationale ce mercredi, 14 juin 2017, pour défendre un certain nombre de textes, notamment l’accord de coopération avec l’Ethiopie, rapporte à Guineematin.com son équipe de reportage.

Lire