« Didier Six n’est pas l’entraîneur dont la Guinée a besoin »

14 septembre 2019 à 16 04 26 09269
Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif

Le consultant sportif, Thierno Saïdou Diakité n’approuve pas le choix de Didier Six pour diriger le Syli national de Guinée. Il estime que le technicien français n’est pas l’homme de la solution pour le football guinéen. Il l’a dit au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com ce samedi, 14 septembre 2019.

« J’ai été désagréablement surpris du choix opéré par la fédération guinéenne du football. Parce que sur la liste des 17 présélectionnés, je m’attendais au choix d’un autre », a réagi Thierno Saïdou Diakité, rappelant que Didier Six a été suspendu en 2015, lorsqu’il entraînait l’équipe de l’Île Maurice. Il a eu un comportement indélicat, on lui a infligé une amende de 2000 dollars et il a été suspendu par la fédération. Je me demande si cette suspension est levée. Et je me demande sur la base de quels critères on lui a attribué la note de 9 et quelques sur 10 pour être choisi comme sélectionneur de l’équipe nationale ».

Pour ce consultant sportif, le choix de Didier Six n’est pas judicieux « parce que Didier Six ne répond pas aux termes de référence déclinés dans l’appel à candidature qui a été lancé au mois d’août par la fédération. Il n’a pas une expérience africaine avérée, et je pense qu’il n’est pas l’entraîneur de haut niveau dont la Guinée a besoin pour reconstruire l’équipe après tout ce qui s’est passé en Égypte et nous permettre d’aller très loin. Si on se qualifie à la CAN 2021 au Cameroun, est-ce que lui il pourra nous qualifier pour la coupe du monde programmée au Qatar en 2022 », s’interroge-t-il.

Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif

Il en profite pour rappeler que Didier Six a été battu à la CAN 2013 par Paul Put, celui qu’il vient remplacer à la tête du Syli national. « Ironie de l’histoire, Didier Six entraînait le Togo qui a été battu en quarts de finale de la CAN 2013 par le Burkina qui était entraîné par Paul Put. Aujourd’hui, Paul Put est limogé en Guinée et curieusement, par un hasard de circonstances peut-être, c’est Didier Six qui vient prendre les rênes du Syli national », déplore monsieur Diakité.

Même s’il dit n’avoir aucun choix particulier sur les candidats qui étaient en lice, ce consultant sportif estime qu’on aurait mieux fait en choisissant le seul guinéen qui était dans la course. « A partir du moment où notre compatriote Lappé Bangoura avait postulé, je pense qu’on aurait pu lui accorder une seconde chance. Parce qu’il a été limogé lors des éliminatoires de la coupe du monde en 2018 pour avoir perdu contre la Tunisie par le score de 4 buts à 1. Mais, on aurait pu lui accorder une seconde chance pour qu’il se rachète et donner des résultats à la Guinée », soutient Thierno Saïdou Diakité.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Syli national : 3 techniciens déjà entendus par la FEGUIFOOT

12 septembre 2019 à 10 10 46 09469

La Fédération Guinéenne de Football a organisé hier mercredi, 11 septembre 2019, à son siège la séance d’interview pour les candidats retenus pour le poste de sélectionneur du Syli national Senior en vue de succéder à Paul Put.

Kanfory Lappé Bangoura, François Zahoui (Côte d’Ivoire) et Daniel Bréard (France) ont été les premiers à passer devant la commission de recrutement, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour cette première séance, ce sont trois techniciens qui ont été entendus par la commission chargé du recrutement du futur sélectionneur national. Ils ont fait un exposé devant la commission composée de membres du comité exécutif de la fédération, de la direction technique nationale, de la ligue guinéenne de football professionnel, de la ligue amateur, de l’association des entraîneurs et du département des sports.

Selon nos informations, ces trois entraîneurs ont dit leur motivation et énuméré leurs différents projets pour le Syli national et leur contribution dans le développement du football des jeunes.

Un deuxième contingent est attendu ce jeudi pour la suite de ces entretiens. La séance finie demain vendredi avec au total 17 techniciens concernés par ce grand oral.

Au terme de cette séance, la Guinée connaitra enfin son nouvel entraîneur qui ne devra pas tarder à se mettre à la tache eu égard aux nombreux défis qui attendent notre onze national.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

Guinée : quel sélectionneur pour le Syli National Sénior ?

3 septembre 2019 à 8 08 29 09299

Engluée dans un pétrin de racket et de corruption, la Fédération Guinéenne de Football (FGF) peine à retrouver son équilibre. Alors que les équipes africaines sont entrain en ce moment d’affûter leurs armes en prélude aux journées FIFA de ce début du mois de septembre, consacrées aux matches amicaux, la Guinée peine encore à se trouver un sélectionneur national, au lendemain du limogeage du controversé Paul Put.

La liste de 5 techniciens retenus par la Direction Technique Nationale, sur les 87 postulants, a suscité une vague de réactions indignées au sein de l’opinion publique à un moment où notre pays cherche à repartir du bon pied, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« Les mêmes causes, dans les mêmes conditions, produisent les mêmes effets », a-t-on coutume d’entendre. La Guinée, à travers le Sily National Sénior, risque de se retrouver encore au tapis si les responsables de notre football ne prennent pas le taureau par les cornes. C’est une autre déconvenue qui se profile à l’horizon et la Guinée risque d’être prise au dépourvue pour les prochaines joutes continentales tant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2022 (Qatar) que pour celles de la CAN 2021 (au Cameroun).

Actuellement, de nombreuses sélections africaines sont dans la perspective de ces échéances. En Guinée, on peine encore à se trouver un successeur à Paul Put depuis le feuilleton malsain de la CAN 2019 en Egypte. Récemment, une liste de cinq techniciens étrangers a été publiée par la FGF pour reprendre la tête du Syli : Didier Six, Noël Tosi, Pascal Janin, Denis Lavagne, Daniel Bréard. Un choix critiqué à tort et à travers par de nombreux compatriotes qui ont ouvertement exprimé leur préférence pour un sélectionneur local.

Devant le tollé suscité par la publication de cette liste, le président de la FGF, Antonio Souaré aurait tapé du poing sur la table pour intimer à la direction technique nationale de reprendre à zéro son travail. C’est la preuve, s’il en était besoin, que dans cette affaire du Syli Sénior, connu sous le nom de Syligate, on est loin d’être sorti de l’auberge.

Cette situation est la conséquence de la gestion de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) passée qui a conduit au limogeage d’Amadou Diaby, jusque-là premier vice-président de la FGF, accusé d’avoir perçu une partie (10%) du salaire de Paul Put et interdit d’exercer toute activité liée au football pendant 7 ans. Son complice, Paul Put, en plus de son limogeage, est à son tour interdit à vie d’exercer dans le football en Guinée.

L’on se souvient qu’au lendemain de la débâcle contre l’Algérie en huitièmes de finale (3 à 0), et du début du déballage dans ce dossier carabiné, la Primature avait promis que toute la lumière serait faite sur ce dossier. Où en est-on aujourd’hui dans les enquêtes ? Amadou Diaby et Paul Put sont-ils les seuls coupables de ce fiasco du Syli Sénior ? N’y a-t-il pas d’autres gros bonnets, tapis dans l’ombre, qui doivent être débusqués ? A quel moment précis va-t-on trouver un entraineur pour le Syli National ?

Autant de questions jusque-là sans réponses et qui inquiètent de nombreux observateurs, amoureux du football guinéen, plus que jamais à la croisée des chemins. La Guinée et l’éternel recommencement…

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Sanction contre Amadou Diaby : ses avocats réclament des preuves

17 août 2019 à 19 07 45 08458

Le camp Amadou Diaby a réagi suite à la sanction infligée au vice-président suspendu de la Féguifoot par la commission d’éthique de la Fédération guinéenne de football. Ses avocats dénoncent vigoureusement cette décision et demandent à la commission de fournir les preuves qui ont motivé cette sanction. Ils se sont fait entendre à travers une conférence de presse animée ce samedi, 17 août 2019, à Conakry, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Interdiction d’exercer toute activité liée au football en Guinée pendant 7 ans dont 5 fermes et payement d’une amende de 25 000 euros, c’est la sanction infligée à Amadou Diaby, reconnu coupable de corruption au sein de l’équipe nationale de football. « Cette décision cabale, usant du même modus operandi que la décision de suspension (…), prise contre M. Amadou Diaby par la même commission d’Ethique, sur la foi de dénonciations calomnieuses de M. Paul Put (…), n’a guère surpris M. Amadou Diaby qui est serein et reste confiant que cette décision injuste et sans fondement sera sanctionnée par toute structure sérieuse et professionnelle de l’éthique », ont réagi les avocats d’Amadou Diaby.

Me Maliki Ibrahim, avocat inscrit au Barreau du Mali
Me Maliki Ibrahim, avocat au Barreau du Mali, venu à Conakry défendre Amadou Diaby

« Nous sommes venus dire à la presse notre indignation. Parce que dans le dossier qui nous occupe, la commission d’éthique à qui incombe le fardeau de la preuve n’a pas pu apporter la preuve, n’a pas pu apporter un seul élément, même pas un indice pouvant asseoir la culpabilité d’Amadou Diaby. S’agissant de faits de corruption, le seul passage substantiel pour éclairer la lanterne de tout le monde, c’est une confrontation entre Amadou Diaby et Paul Put », ajoute Me Maliki Ibrahim, avocat inscrit au Barreau du Mali.

Les conseils d’Amadou Diaby accusent le président de la commission d’Ethique de la Féguifoot, Amadou Tham Camara, d’avoir empêché cette confrontation. « Ce qui est bizarre, c’est que c’est le président de la commission qui refuse cette confrontation. C’est lui a appelé Paul Put pour lui dire de ne pas venir être confronté à Amadou. Aujourd’hui, nous apprenons que ça s’est fait le 07 août. Ils nous appellent le 13 août pour dire vous allez être confrontés le 14 août. Ce même jour, on nous dit que l’instruction est clôturée, allez-y en prendre connaissance.

Et nous apprenons hier par un huissier commis par Paul Put que déjà le lendemain ou le président de la commission l’a dissuadé d’être confronté à Amadou Diaby. Il a quitté, il a disparu. Alors, qui a intérêt au crime ? Nous nous posons cette question. En tout état de cause, ce qui transparait, c’est qu’il y a un conflit d’intérêt manifeste entre les faits en cause et le président de la commission d’Ethique de le Féguifoot », estime Me Maliki Ibrahim.

Pour lui, « Amadou Diaby, il est d’une innocence pure et sans tache. Amadou Diaby n’est pas le genre, étant un passionné de la réussite et du rayonnement du football guinéen, à recevoir les broutilles de la part Paul Put dont on connait la moralité (…) La question simple c’est de dire que la commission nous montre quels sont les éléments de preuve ».

Les avocats d’Amadou Diaby annoncent que si cette décision est maintenue, ils vont saisir les instances supérieures.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: (+224) 622 07 93 59

Lire

Paul Put exige des preuves à la Féguifoot : « j’ai été victime de racket »

17 août 2019 à 17 05 34 08348

« Je n’ai corrompu personne et personne ne m’a corrompu. J’ai juste été victime de racket sur mon salaire, d’extorsion d’argent sous pression et c’est différent de la corruption », a indiqué Paul Put dans un communiqué transmis à Guineematin.com ce samedi.

« Le président Antonio SOUARE m’a demandé un rapport, j’ai donné mon rapport à la date du Vendredi 16 Juillet. Il m’a instruit l’ordre ne pas l’envoyer au ministre des sports qui me l’avait aussi demandé et j’ai informé le ministre de cela par SMS. Tout est clair dans mon rapport. Dans mon rapport, il n’y a jamais été question de corruption de la part de qui que ce soit », a notamment écrit Paul Put, ancien entraîneur du syli national de Guinée, qui a récemment été limogé par la Fédération guinéenne de football, suite à la défaite de notre équipe nationale à la CAN Egypte 2019 .

Réagissant à la sanction qui lui a été infligée par la Guinée, l’ancien coach du syli national exige des preuves : « Elles sont où les preuves de racket et de corruption ? Apportez vos preuves, je vous apporterai toutes les preuves de ce que j’ai écrites dans mon rapport. J’ai aussi expliqué dans mon rapport les raisons de notre défaite contre l’Algérie ».

Guineematin.com vous propose de cliquer sur le lien ci-dessous pour visionner le communiqué de Paul Put :

COMMUNIQUE DE PAUL PUT

Lire

Corruption au sein du Syli national : Amadou Diaby et Paul Put lourdement sanctionnés

16 août 2019 à 20 08 13 08138

La commission d’Ethique de la Fédération guinéenne de football a rendu sa décision sur l’enquête qui était en cours autour des allégations de corruption au sein de l’équipe nationale guinéenne. Elle a reconnu Amadou Diaby, premier président de la Féguifoot, et Paul Put, ancien entraîneur de l’équipe nationale guinéenne, coupables des accusations portées à leur encontre.

Pour cela, la commission a interdit Amadou Diaby d’exercer toute activité liée au football en Guinée pendant 7 ans et l’a condamné au payement d’une amende de 25 000 euros. De son côté, Paul Put est interdit d’exercer à vie toute activité relatives au football en Guinée et est sommé de payer une amende de 100 000 euros.

Voir ci-dessous la décision de la commission d’Ethique de la FGF.

Lire

Affaire du Silygate : « Paul Put n’est plus obligé de se présenter à la commission d’Ethique »

15 août 2019 à 10 10 30 08308

C’est une lapalissade de dire que la gestion scabreuse de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) de football, Egypte 2019, est loin d’avoir livré tous ses secrets. La confrontation tant attendue entre Paul Put et Amadou Diaby, ex sélectionneur du Sily et premier vice-président suspendu de la Féguifoot, respectivement, peine à avoir lieu.

Le face-à-face qui vise à tirer au clair les accusations de corruption dont les deux en sont les principaux protagonistes n’a pu avoir lieur hier, mercredi 14 août 2019. Une source proche de Paul Put, qui a joint un reporter de Guineematin.com, soutient que c’est sur la demande d’Amadou Diaby que la rencontre n’a pu avoir lieu.

« Paul Put n’a aucunement pas posé un lapin à la commission d’Ethique de la fédération. Le matin du mercredi, c’est Amadou Diaby qui a appelé la commission pour dire qu’il est malade. Suite à l’appel de Diaby, la commission a décidé de reporter l’audition au vendredi, 16 août 2019 », a dit notre interlocuteur qui a requis l’anonymat.

Pour ce qui est de l’absence de Paul Put pour le face-à-face de la semaine dernière, ce proche du technicien Belge accuse le camp adverse d’avoir envoyé des policiers au siège de la Féguifoot pour procéder à l’interpellation de l’ex sélectionneur du Syli. « Mercredi dernier, Paul Put a voulu venir pour rencontrer la Commission. Mais, pour ne pas que la confrontation ait lieu, Amadou Diaby a fait venir des policiers dans la cour de la fédération pour arrêter Paul Put pour diffamation. Pour un fait de diffamation, ce n’est pas comme ça que cela fonctionne, il faut qu’il y ait un mandat d’un juge ».

En ce qui concerne la suite de la procédure, notre interlocuteur a laissé entendre que « Paul Put n’est en aucun cas obligé de répondre à la commission. Il ne fait plus partie de la Féguifoot, il n’est plus salarié du ministère des Sports. La FIFA nous a bel et bien précisé que Paul Put n’est sous l’autorité que de la FIFA elle-même. Il a voulu se présenter mercredi dernier par courtoisie. Mais, on a voulu se jouer de cette courtoisie. Donc, Paul Put n’est plus du tout obligé de se présenter à la commission ».

En outre, le proche de Paul Put reste catégorique : « nous maintenons toutes les accusations de racket que Diaby a fait ».

Pour rappel, Paul Put accuse Amadou Diaby d’avoir perçu 10% de son salaire mensuel pendant les 16 mois que le Belge a dirigé le Sily Sénior. Ce qui pourrait constituer un pactole non négligeable quand on sait que Paul Put percevait 30 mille Euros par mois. Soit un montant de 48 mille Euros pour les 16 mois.

Mais, tout ceci reste à prouver.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Lire

Gestion trouble de la CAN 2019 : Paul Put pose un lapin à la commission d’éthique de la Féguifoot

14 août 2019 à 18 06 18 08188

Le feuilleton du Silygate, ou la gestion scabreuse de la participation de notre onze national à la Coupe d’Afrique des Nations de football, Egypte 2019, n’a pas encore livré tous ses secrets. Les soupçons de corruption qui pèsent sur Amadou Diaby et Paul Put (premier vice-président et ex sélectionneur du Sily, respectivement) sont venus alourdir l’atmosphère déjà délétère consécutive à la raclée infligée à la Guinée (3 à 0) en huitièmes de finale par l’Algérie.

La confrontation tant attendu entre les deux hommes (l’un accuse l’autre d’avoir perçu 10% de son salaire) n’a toujours pas pu avoir lieu, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Après avoir évoqué des raisons de sécurité suite à son absence lors du premier rendez-vous pour la confrontation, Paul Put a une nouvelle fois posé un lapin au comité Ethique de la Fédération Guinéenne de Football. Attendu au siège de l’institution ce mercredi, 14 août 2019, Paul Put ne s’est pas présenté sur les lieux pou une confrontation avec Amadou Diaby, qu’il accuse d’avoir perçu 10% de son salaire à la fin de chaque mois. Ce qui pourrait constituer un pactole non négligeable.

Selon nos informations, la commission qui attendait le technicien Belge a été tout simplement mise devant le fait accompli. N’ayant plus le choix, la commission a écourté la partie alors qu’Amadou Diaby était bien présent pour ce face-à-face tant attendue.

Le prochain rendez-vous est fixé au vendredi, 16 août 2019. Il reste à savoir sir Paul Put va continuer à faire le vide ou s’il sera présent pour tirer les choses au clair dans cette affaire qui fait couler un flot d’encre à travers la Guinée.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Lire

Football : qui va remplacer Paul Put à la tête du Syli national ?

2 août 2019 à 10 10 07 08078

Le nouveau sélectionneur de la Guinée devrait- être connu dans les prochaines semaines. Après avoir viré Paul Put pour « insuffisance de résultats » au retour de la CAN 2019, la Fédération Guinéenne de Football a lancé hier, jeudi 1er août 2019, un appel à candidature pour le recrutement de son remplaçant, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon le communiqué de l’instance dirigeante du football guinéen, le profit recherché est celui d’un entraîneur/sélectionneur qui a une bonne connaissance de la langue française ; qui a une grande expérience du football africain ; qui est disposé à résider en permanence en Guinée pendant la durée du contrat ; qui a un bon palmarès en tant qu’entraîneur/sélectionneur ; qui a une forte personnalité pour imposer une discipline au sein de l’équipe entre autres. Les candidats ont jusqu’au 12 août 2019 pour déposer leurs dossiers.

Lire

Paul Put limogé : voici ce qu’en pensent certains citoyens

16 juillet 2019 à 15 03 51 07517
Paul Put, ancien sélectionneur du Syli national

Comme annoncé précédemment, le sélectionneur du Syli national, Paul Put, a été limogé hier, lundi 15 juillet 2019. La Fédération Guinéenne de Football l’a viré pour insuffisance de résultats suite à la débâcle de l’équipe guinéenne à la Coupe d’Afrique des Nations Egypte 2019. Au lendemain de l’annonce de cette décision, Guineematin.com a donné la parole à certains citoyens de la capitale guinéenne qui ont réagi à cette décision. Nous vous proposons ci-dessous leurs avis sur la question.

Djibril Sylla, informaticien rencontré à Dixinn Terrasse
Djibril Sylla

Djibril Sylla, informaticien rencontré à Dixinn Terrasse : la décision que le ministère des sports et la Féguifoot ont prise concernant le limogeage de Paul Put, c’est une bonne décision à mon avis. Vous avez vu ce qui s’est passé en Egypte à la Coupe d’Afrique des Nations. La sélection que l’entraîneur a envoyée était une mauvaise sélection. Un entraîneur qui a fait combien de matchs et qui n’a toujours pas son onze type. Il ne fait que faire des changements à chaque match. Chaque match, c’est un autre classement. Ce n’est pas bon. Donc, pour moi, la décision que le président de la Fédération Guinéenne du Football, monsieur Antonio Souaré a prise, vraiment c’est une bonne décision. En ce qui concerne la suspension des personnes supposées être impliquées dans la fraude au niveau du Syli cadet, je suis d’accord avec monsieur Antonio Souaré là aussi. Parce que tous ces gens y compris l’entraîneur sont intéressés par ce problème de falsification des passeports des deux joueurs mis en cause. Pour moi, ils doivent même être radiés du football guinéen parce qu’ils ont fait perdre la nation comme ça.

Issiaga Fadiga, ancien entraîneur adjoint du Horoya AC
Issiaga Fadiga

Issiaga Fadiga, ancien entraîneur adjoint du Horoya AC : connaissant monsieur Antonio Souaré, personnellement je ne suis pas étonné et je ne suis pas surpris. Je savais qu’il allait prendre cette décision parce que c’est un monsieur qui met tout à la disposition du football guinéen. Donc, il ne peut pas se permettre à trainer avec des gens comme ça. Si ça ne va pas, il prend sa décision. Pour les U17, je trouve la sanction très bien. La solution c’est ça, et trop c’est trop. Il est venu pour aider la fédération. Mais, il y a des gens aussi qui ne sont jusqu’à présent pas correctes, c’est des malhonnêtes. Donc, c’est des gens à sanctionner et à renvoyer.

Mamadou Sylla, sociologue de formation
Mamadou Sylla

Mamadou Sylla, sociologue de formation : compte tenu du bilan de la Coupe d’Afrique des Nations passée, il fallait remercier l’entraîneur parce que son équipe n’était pas à la hauteur. Une équipe, c’est d’abord la cohésion. Mais, on a constaté qu’il n’y avait pas de cohésion entre nos footballeurs. On dirait des mercenaires réunis. Donc, c’était normal de remercier Paul Put. On doit maintenant chercher à renforcer les capacités de nos entraîneurs locaux pour qu’ils puissent gérer notre équipe nationale. Ensuite, qu’on trouve un centre pour former nos jeunes joueurs pour qu’ils puissent évoluer ensemble dans la cohésion. Cela nous permettra d’avoir une équipe solide, capable de gagner parce que ça trouvera que les joueurs se connaissent et sont soudés les uns des autres.

Camara Sékou

Sékou Camara : moi, je trouve que ces sanctions sont inutiles. Nous voulons savoir d’abord où sont passés tous les fonds déboursés pour la participation de notre équipe nationale à la CAN 2019. Il faut que le ministère des sports et la Féguifoot nous disent comment tout cet argent a été utilisé. L’élimination de la Guinée, je ne pense pas que ça soit la faute à Paul Put. Je pense que c’est l’administration et la fédération guinéenne de football qui en sont responsables. On a appris même que certains joueurs ont été imposés à l’entraîneur. Donc moi je ne suis pas d’accord avec le limogeage de Paul Put.

Propos recueillis par Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : (00224) 622 07 93 59

Lire

Antonio Souaré sévit : Paul Put viré, des têtes tombent dans le dossier du Syli cadet

15 juillet 2019 à 19 07 50 07507

Paul Put n’est plus le sélectionneur de la Guinée. Le technicien belge a été limogé ce lundi, 15 juillet 2019, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes. Cette décision des autorités sportives de notre pays est la conséquence directe de la débâcle du Syli national à la CAN 2019.

C’est une nouvelle qui ne surprend personne. Puisque depuis l’élimination honteuse de la Guinée en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations Egypte 2019 par l’Algérie (0-3), les relations n’étaient pas en odeur de sainteté entre le sélectionneur du Syli national et les autorités sportives du pays. Le technicien belge a d’ailleurs a livré une bataille médiatique ces derniers jours avec le président de la Fédération Guinéenne de Football, avec des attaques et contre-attaques.

C’est au terme d’une réunion restreinte entre le ministère des sports et la Féguifoot, tenue ce lundi à Conakry, que la décision est tombée. Paul Put est limogé pour mauvais résultats, a annoncé le président Fédération Guinéenne de Football, Mamadou Antonio Souaré, qui a animé une conférence de presse à cet effet. Il a annoncé que le staff technique est également dissout.

La FGF sévit aussi dans le dossier du Syli cadet

L’entraîneur belge quitte la Guinée avec un bilan de 5 défaites, 4 nuls et 3 victoires en 12 matchs joués.

Au cours de cette même sortie médiatique, le président de la Féguifoot a annoncé des sanctions contre les responsables présumés de la fraude au niveau du Syli cadet qui a entraîné la sanction infligée récemment à la Guinée par la CAF. Selon Antonio Souaré, Alhassane Youla, président de la commission compétition, Marie Madeleine, en service au secrétariat général, Mohamed Maléah Camara, l’entraîneur du Syli cadet et les deux joueurs mis en cause (Aboubacar Conté et Ahmed Tidiane Keita), sont tous suspendus de toutes activités jusqu’à ce que lumière soit faite sur le dossier qui se trouve au niveau du Tribunal Arbitral du Sport (TAS).

Dans le même temps, toutes les commissions et l’administration de l’instance dirigeante du football guinéen sont dissoutes jusqu’à nouvel ordre.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

SCANDALE A LA CAN 2019 : comptes et mécomptes de la Féguifoot…

10 juillet 2019 à 13 01 59 07597

Par Saliou Samb : Selon certaines indiscrétions, la commission éthique de la Fédération guinéenne de football pourrait se saisir du dossier lié à la participation de la Guinée à la 32è édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Le ministère des sports devrait suivre l’exemple. A l’heure des comptes, tous les acteurs impliqués dans le plus révoltant scandale jamais mis au jour dans le football guinéen doivent s’expliquer.

Je me suis frotté les yeux pour être sûr qu’on ne me tirait pas d’un mauvais rêve quand, par un détour sur le web, j’ai vu l’actuel président de la Féguifoot, Mamadou Antonio Souaré, animer un point de presse, où il alignait les révélations aussi affligeantes les unes que les autres, au sujet du staff technique de l’équipe nationale de Guinée. Selon lui, l’entraîneur Paul Put est le principal responsable de l’humiliation subie au Caire par la délégation guinéenne, après une CAN qui a viré à la bérézina.

La Féguifoot a exigé un rapport détaillé à l’entraîneur de nationalité belge. On ne sait pas si le fameux rapport a été déposé, par celui qui, en 2014 a été condamné à 2 ans de prison avec sursis dans une scandaleuse affaire de paris sportifs truqués, quand il était entraîneur de Lierse en Belgique. Lire : Procès des paris truqués: Paul Put, ancien entraîneur du Lierse, condamné à deux ans de prison avec sursis.

On remarque que si Put a, au cours de sa sulfureuse carrière, dirigé des équipes nationales comme la Gambie, le Kenya, le Burkina Faso, et la Jordanie, il a également été entraîneur de Lokeren (de 2001 à 2003), le club cité dans cette affaire d’arnaque et de racket. A l’analyse, puisque selon Souaré le coach Put a admis du bout des lèvres le système de racket, deux hypothèses se dégagent : soit au-dessus du Belge, à l’insu des dirigeants guinéens ( ?), une tierce personne plus puissante que Put profitait des « pourcentages » versés par les membres du staff technique qui ont dénoncé la manœuvre (et qui sait ce qui s’est passé avec certains joueurs !), ce qui serait extrêmement grave, soit Paul Put himself est lui-même la tête de gondole de ce réseau mafieux installé en Belgique, en feignant de fermer les yeux sur les pratiques d’un parrain imaginaire, ce qui serait impardonnable. Pour le moment, il refuse de communiquer mais, de toute évidence, il ne s’agira pas seulement de limoger un technicien qui a manqué lamentablement à ses objectifs et étalé un niveau d’irresponsabilité notoire : il doit être poursuivi en justice.

Paul Put n’a pas daigné informer à temps les membres de la Feguifoot des « pressions » et des « menaces » subies par son staff, il ne les pas non plus prévenus à temps de la fuite des membres de son staff technique (comme par hasard !) ; à ce stade des informations rendues publiques par Souaré, il demeure clair que l’homme, qui a démissionné du Kenya pour foncer vers la Guinée, a du mal à abandonner ses pratiques qui lui ont valu des déboires judiciaires. Pourquoi ? Il serait bon de le savoir. Il y a de quoi enquêter sur cet homme « amoureux de l’Afrique » (mon œil !), mais également sur celui qui l’a mis en contact avec la Féguifoot. Il faudra surtout découvrir l’identité du « parrain » qui se cache derrière un entraîneur qui révèle un visage de mercenaire pathétique et sans scrupules.
Toutefois, Put ne devrait pas être l’agneau du sacrifice, le mouton noir sur lequel tout le monde est libre de tirer à loisir pour se défausser. La Féguifoot a une grande part de responsabilité dans cette tragi-comédie qui a sérieusement affecté l’image de l’équipe nationale A. Et les questions ne manquent pas.

Pourquoi n’avoir pas enquêté en amont autour d’un technicien controversé, condamné dans son pays pour des histoires de paris truqués, avant de décider de son recrutement ? Pourquoi lui avoir laissé isoler la sélection de la Direction technique nationale au point d’abandonner les internationaux guinéens entre les griffes d’une organisation mafieuse où on rackette et menace ? Quand est-ce que Antonio Souaré a pris connaissance des textos compromettants échangés entre Put et les membres de son staff en fuite ? Pourquoi Antonio Souaré, après avoir pris connaissance des textos et des rumeurs autour de toutes ces pratiques n’a pas pris de mesures conservatoires pour éviter ce genre de situation catastrophique ? Pourquoi n’a-t-il pas réagi vigoureusement quand le Belge lui a présenté une sélection bancale pour la CAN ? Il est clair que si Paul Put avait l’obligation d’informer les dirigeants sportifs des pratiques peu orthodoxes autour de l’équipe nationale, le président de la Féguifoot aurait dû se montrer beaucoup plus réactif et ferme au regard des enjeux.

Je préfère ne pas revenir sur les sommes débloquées par l’Etat (Ndlr : notre confrère Guinéenews a indiqué un montant de plus de 60 milliards GNF) et renforcées par la collecte d’environ 7 milliards GNF (selon les chiffres connus) en faveur du Syli au compte de cette CAN, car un simple audit pourrait donner une idée exacte du montant total réel, des dépenses et du reliquat, mais le ministère des Sports, et au-delà le gouvernement, devraient prendre beaucoup plus au sérieux cette affaire scandaleuse. L’équipe nationale n’est pas une équipe de copains de quartier : elle incarne des valeurs fondamentales et devrait se retrouver dans tout sauf dans une spirale malhonnête où la cupidité de certains apprentis sorciers ridiculise tout un pays.

Morceaux choisis du POINT DE PRESSE DU PRÉSIDENT DE LA FEGUIFOOT (à vous de désigner la déclaration la plus hallucinante !) : « Il y a eu des manquements et ces manquements je les fait savoir à l’entraîneur et j’ai informé le bureau exécutif. (…) J’ai dit à l’entraîneur qu’il y a des informations qui circulent et il faut qu’il nous dise la vérité »

« J’ai jamais vu ça dans l’histoire du football. Qu’un match qui se joue la nuit et qui se termine à minuit, le matin on vient qu’on nous dise que tout le staff (technique) a disparu. Où ils sont partis, pourquoi ils sont partis ? (…) Et c’est pas nous qui avons payé les billets de retour. Donc c’était prémédité. Pourtant nous on ne les connait ni d’Adam ni d’Eve, c’est toi qui les a amenés. Et tous ont été payés »

« J’ai dit ça à l’entraîneur et il était absolument obligé de le reconnaître. Et la réponse qu’il nous a donnée ne m’a pas satisfait. Pour dire que lui-même n’était pas informé et que ces gens-là lui ont envoyé un texto à 2 heures du matin pour dire qu’ils s’en vont et qu’ils a tout fait que ces gens sont partis. C’est un manque de respect, c’est une irresponsabilité qui ne dit pas son nom »

« Chaque fois qu’on parle d’un joueur il (Put) dit non. Ce joueur-là il ne joue pas, il vient d’avoir un club, il n’a joué que 2 matches, 3 matches, Sadio (Diallo), joue en deuxième division, des trucs. Mais d’ici là tu vas prendre des joueurs de National (Ndlr : 3è et 4è division française)… Il y a un bruit pertinent et persistant que moi je n’arrive pas à comprendre dans le football sur le plan éthique : c’est le problème des primes. »

« J’ai dit (à Paul Put) il faut nous dire: il paraît que tes membres du staff technique disent qu’ils sont rackettés sur les primes qu’ils reçoivent. J’ai des est-ce que c’est vrai ? Est-ce que c’est faux ? Parce que ça vient de chez toi-même et c’est toi qui les as amenés : nous on ne les connait pas. Ils dépendent de toi, ils ne dépendent pas de la Guinée et après le match ils ont tous disparu. Nous voulons comprendre pourquoi (…) Et ils le disent même :il y a des gens qui sont prêts faire des témoignages là-dessus (…) Qu’on leur dit même si tu ne paies pas ici, tu paieras en Belgique. J’ai d’abord c’est une menace, c’est très grave. Au point de vue éthique c’est très très grave. Mais si ça s’avère vrai, tu ne pourras plus jamais entraîner dans ta vie. Il faut que tu fasses maintenant un rapport immédiatement et que vous me remettez ou bien vous prenez la décision ; c’est un choix la vie. Parce qu’en ce moment, nous avons été trahis »

« Il (Put) a dit tout simplement que lui aussi, il a appris comme ça. Que mais c’est pas lui mais qu’il y a quelqu’un qui est dans le clubs là-bas en Belgique qui les a envoyés et qui certainement leur prend des pourcentages. Que le gars se trouve dans le club de Lokeren »

« C’est des choses irréfutables : il n’a pas la main sur le groupe, il n’a pas la main sur l’équipe, ni sur son staff et que les choses qu’on lui reproche il y a quand même une part de vérité. Quand vous dites que c’est pas moi mais c’est quelqu’un qui est derrière moi qui les rackette c’est qu’il y a une part de vérité ».

« Je lui ai même dit Paul, moi j’ai des informations sur les textos que tu as envoyés : j’ai vu des textos où tu dis ne demandez pas 20000 (USD), c’est 30000 (USD)… J’ai dit ils sont prêts à témoigner contre toi. Parce que quand les choses ses gâtent les langues se délient »

Par Saliou Samb

Lire

Le Syli humilié à la CAN : les internautes guinéens réclament la tête d’Antonio Souaré

9 juillet 2019 à 14 02 35 07357

L’humiliation subie par la Guinée à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 continue d’alimenter le débat au sein de l’opinion nationale. Antonio Souaré, le président de la Fédération Guinéenne de Football, a animé une conférence de presse hier, lundi 08 juillet 2019, en Egypte. Il a pointé un doigt accusateur sur le sélectionneur, Paul Put, et son staff. Mais, cette sortie est loin de disculper le puissant homme d’affaires aux yeux des citoyens. Sur les réseaux sociaux, beaucoup tirent sur le dirigeant du football guinéen et souhaitent son remplacement à la tête de la FEGUIFOOT. Guineematin.com a compilé quelques réactions des internautes sur le sujet.

La déception est générale chez les supporters guinéens. Tous sont mécontents de la piètre prestation de leur équipe nationale dans cette compétition et surtout de sa correction (3-0) par l’Algérie en huitièmes de finale. Si la Fédération Guinéenne de Football accuse l’entraîneur et le staff technique, certains citoyens pensent plutôt que c’est la FEGUIFOOT elle-même le problème. C’est pourquoi, ils souhaitent le départ du président de l’instance dirigeante du football guinéen et son remplacement par Lucien Beindou Guilao.

Thierno Souleymane Diallo : « l’homme providentiel du football guinéen ne s’appellerait plus Antonio Souaré, mais Lucien Beindou Guilao. Lucien Beindou Guilao, la solution ? », S’interroge-t-il.

Abondant dans le même sens, Sory Sow est encore plus clair : « Guilao Lucien Beindou, président de la FEGUIFOOT, une chance pour la Guinée. Il a tout pour offrir à la Guinée la sélection qu’elle mérite. Un vrai patriote sans démagogie aucune ».

Mamadi Therna Kamissoko, lui, n’appelle pas au départ de Mamadou Antonio Souaré. Mais, il dit n’avoir plus aucune confiance au dirigeant sportif après sa conférence de presse d’hier, lundi. « Après cette sortie honteuse et déshonorante, je retire le peu de crédit que j’avais pour Antonio Souaré », a-t-il dit.

Dans le même ordre d’idée, Aboubacar Camara s’interroge sur le recrutement de Paul Put par la FEGUIFOOT : « avant son recrutement savaient-ils (les dirigeants de la Fédération, ndrl) que Paul Put était en procès pour négociation de matchs en Belgique et a été condamné ? ». Une façon pour lui de répondre à Antonio Souaré qui a accusé le sélectionneur guinéen de racketter les joueurs.

Bella Bah pense également que le président de la Fédération Guinéenne de Football n’est pas saint dans cette affaire comme il le fait croire : « Antonio Souaré savait tout ce qui se passait, mais il a attendu l’humiliation pour nous faire croire qu’il est le saint dans cette affaire. La vraie question est : qui se cache derrière cette affaire ? S’il est sincère, qu’il présente sa démission et Paul Put suivra aussi. Il y a un jeu de cache-cache et une volonté de manipuler l’opinion. Ça ne marchera pas.

Tu dois faire faire preuve de bonne foi avant de l’exiger aux autres. Le passé de Paul Put était sur des deals de matchs truqués, donc pourquoi le choix porté sur lui ? Ne faisait-il pas les affaires d’Amadou Diaby, premier vice-président de la Fédération Guinéenne de Football, et par ricochet Antonio Souaré ? Et si Antonio Souaré aussi faisait l’affaire du RPG en leur fournissant un financement ? Il figurait sur les affiches de campagne lors des élections communales avec KPC. Je salue le courage du doyen Amadou Diouldé qui a été l’un des rares à alerter. Antonio Souaré et Paul Put démissionnez ! ».

Kallo Diplomate aussi pense qu’Antonio Souaré et son vice-président, Amadou Diaby, sont les seuls responsables de l’échec cuisant de la Guinée : « les deux businessmen à la tête de la FEGUIFOOT viennent de faire des farces aux guinéens ».

Par contre, certains internautes estiment que le président de la Fédération Guinéenne de Football n’est en rien coupable de la débâcle du Syli national en Egypte. C’est le cas de Mamady Karfamoriah Kaba : « ceux qui s’acharnent contre monsieur Antonio Souaré sont vraiment des comédiens. L’homme est la solution du football », soutient ce citoyen.

De son côté, Arfamoussaya Macka Diaby prend position aussi pour Antonio Souaré. « Antonio Souaré ou l’homme indispensable pour le rayonnement du football guinéen et la promotion des jeunes joueurs. Président, suis ton chemin sans bruit. Président, exécute ton projet de société. Président, engage ton ménage et ta réforme. Président, c’est toi, et nous comptons sur toi. Prési, Kotila », a-t-il écrit.

Mariam Barratou Camara vient clore le débat en ces termes : « Guilao Lucien Beindou, Paul Put, Antonio Souaré et tout son clan doivent être dehors. La FEGUIFOOT doit être réinitialisée ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

CAN 2019 : lourde défaite et élimination pour la Guinée

7 juillet 2019 à 22 10 29 07297

L’aventure est terminée pour la Guinée à la Coupe d’Afrique des Nations de football qui se joue en Egypte. Le Syli national a été éliminé de la compétition après sa défaite (3-0) face à l’Algérie ce dimanche, 07 juillet 2019.

Le défi était grand pour Paul Put et ses poulains. Car, ils affrontaient ce dimanche la meilleure équipe de la CAN jusque-là. Mais, avec l’élimination du Maroc et de l’Egypte ( deux équipes qui, comme l’Algérie, ont remporté leurs trois premiers matchs avec aucun but encaissé) par respectivement le Bénin et l’Afrique du Sud (deux équipes qui, comme la Guinée, ont terminé parmi les meilleurs troisièmes du premier tour), l’espoir était permis pour la Guinée.

Mais, l’espoir n’a été que de courte durée. Car, dès après le coup d’envoi, les Algériens prennent les choses en main. Ils obtiennent trois coups francs intéressants à la 3ème, à la 7ème puis à la 8ème minutes. Tous les trois n’ont pas été bien exécutés, mais les Guinéens étaient déjà avertis. Ils tentent de réagir par l’intermédiaire de Mady Camara, titularisé à nouveau en l’absence de Naby Keïta, blessé. Mais, la frappe lointaine du joueur de l’Olympiakos est sans danger pour M’Bolhi, le gardien Algérien (9ème minute).

Les Fennecs continuent de pousser et ils passent tout près de l’ouverture du score à la 11ème minute. Bien alerté sur le flanc gauche de la surface guinéenne, Bounedjah se retrouve tout seul face au portier guinéen, Ibrahima Koné. L’attaquant contrôle bien le ballon avant d’enchaîner par une frappe qui fuit le cadre. Deux minutes plus tard, le n°9 algérien parvient à trouver le fond des filets mais l’arbitre avait déjà sifflé une position de hors-jeu. Très actif depuis le début du match, le même Bounedjah s’illustre à nouveau à la 21ème minute dans la surface guinéenne.

Mais cette fois aussi, ton tir passe au-dessus du cadre.
Les occasions se multiplient pour les Fennecs à l’image de la reprise acrobatique de Bensebaini repoussée par Ibrahima Koné (23ème). Deux minutes plus tard, Belaili parvient à ouvrir le score pour les siens en s’offrant un bijou de but après une belle combinaison avec Bounedjah (25ème). Ce but ne change en rien le cours du match. Les Algériens maintiennent leur domination et les Guinéens, en manque d’inspiration, continuent de subir sans se montrer dangereux jusqu’à la pause.

Au retour des vestiaires, les Guinéens se montrent plus agressifs sur le porteur du ballon. Ce qui les amène à commettre beaucoup de fautes, à l’image de Martinez Kanté, qui écope d’un carton jaune à la 54ème minute pour une faute sur Benlamri. C’est le deuxième guinéen averti dans ce match après Mady Camara, en première période. Juste après son avertissement, l’attaquant du Syli national est remplacé par Fodé Bangaly Koita (55ème).

Il a fallu attendre la 56ème minute pour voir le premier tir cadré de la Guinée dans cette rencontre. A 25 mètres du algérien, Mady Camara adresse une bonne frappe à M’Bolhi. Le portier des Fennecs repousse le ballon en corner. Le milieu de terrain guinéen s’illustre à nouveau sur le corner suivant mais son tir ne trouve pas le cadre. Alors qu’ils tentaient de revenir au score, les hommes de Paul Put sont douchés par un deuxième but algérien. Après un bon travail sur le flanc gauche, Bennacer adresse un très bon centre à Mahez sur le côté droit de la surface guinéenne. Le capitaine algérien a le temps de contrôler et de tromper Ibrahima Koné (58ème).

Paul Put réagit en lançant Lass Bangoura à la place d’Ibrahima Cissé puis François Kamano, laissé pour la première fois sur le banc, à la place de Mohamed Yattara. Après ces changements, la Guinée se sent mieux sur le terrain. Elle se procure plusieurs situations intéressantes sans parvenir à marquer. Au contraire, c’est l’Algérie qui aggrave le score à la 83ème minute par l’intermédiaire d’Ounas, entré en jeu quelques minutes plutôt.

La Guinée s’incline logiquement (0-3) et quitte cette Coupe d’Afrique des Nations avec un bilan de quatre matchs disputés et un seul remporté face au Burundi (2-0). Les Algériens, eux, poursuivent leur belle aventure en gardant toujours leurs buts inviolés depuis le début de cette compétition.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628124362

Lire

Le retour de Naby Déco, la punition d’Aly Keïta : voici le onze guinéen face au Nigeria

26 juin 2019 à 13 01 36 06366

Dans une heure (14h30’ GMT), la Guinée disputera son deuxième match de la CAN 2019 face au Nigeria. Paul Put, le sélectionneur guinéen, a dévoilé la liste des 11 titulaires pour ce match. On note trois changements par rapport au onze qui a débuté face à Madagascar.

Après une première sortie qui s’est soldée par une déception pour le Syli national, l’entraîneur de la Guinée a tiré les leçons de ce match. Pour cette deuxième rencontre, très décisive pour son équipe, Paul Put a procédé à trois changements dans son onze de départ.

Comme on pouvait s’y attendre, il a titularisé le meilleur joueur du moment, Naby Keïta. Tout juste revenu de blessure, le champion d’Europe en titre avec Liverpool avait été laissé sur le banc lors du match face à Madagascar. Il avait fait son entrée en jeu après le second but malgache. Et, la Guinée avait réussi à égaliser quelques minutes seulement après son apparition sur la pelouse. Le meneur de jeu guinéen retrouve donc logiquement sa place de titulaire.

Paul Put a décidé aussi de procéder à un changement de gardien de but. Le technicien belge a puni Aly Keïta qu’il a accusé d’être responsable du mauvais résultat de la Guinée face aux Malgaches. Il a mis le portier d’Ostersunds sur le banc au profit d’Ibrahima Koné.

Le troisième changement opéré par l’entraîneur de la Guinée, c’est au niveau de la défense. Pas convaincant lors du premier match, Julian Jeanvier laisse aussi sa place à Ernest Seka dans l’axe.

Voici le onze de départ de la Guinée

Gardien : Ibrahima Koné

Défenseurs : Issiaga Sylla – Simon Falette – Ernest Seka – Mikael Dyrestam

Milieux : Ibrahima Cissé – Amadou Diawara – Naby Keïta –

Attaquants : Ibrahima Traoré ©- François Kamano – Sory Kaba

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Lire

Guinée – Madagascar : Quel pourrait être le onze entrant guinéen ?

17 juin 2019 à 11 11 14 06146

Lire Opinion : Logé dans la poule B au côté du Nigéria, du Madagascar, et du Burundi, le Syli National de la Guinée fera face à l’un des néophytes de la Compétition. Le Madagascar sera le premier adversaire des protégés de Paul Put pour son premier match à la CAN. En prélude à la compétition, le technicien Belge venu en 2018 a dévoilé une liste de 23 joueurs conformément aux exigences de la CAF. Malgré une blessure contractée avant la finale de la champions league Européenne, le joueur de Liverpool Naby Kéita a son nom qui y figure. Sachant qu’il ne peut pas compter sur l’ancien milieu de terrain de Leipzig, Paul va devoir trouver une solution au milieu de terrain. Son arrivée en sélection a procuré à ses coéquipiers autant de joie qu’on peut en trouve sur le casino en ligne betFIRST. Son onze de départ contre le Madagascar reste aussi un souci, car pour tous ces matchs de préparation, sa formation n’a connu que des défaites. La dernière en date est celle contre le Bénin concédée le 11 mars dernier à Marrakech au Maroc. Quel onze de départ pourrait aligner Paul Put pour son entrer en lice contre les Malgaches ? Plusieurs possibilités s’offrent au Belge. Il peut s’appuyer sur le onze d’un match référence ou se baser sur les performances de ses poulains au cours des rencontres amicales.

Première alternative : Un onze proche de celui contre la Côte d’Ivoire à Conakry

Pour éviter les calculs lors du dernier match de groupe, il faudra mieux démarrer la compétition en remportant le premier match. Pour cette raison, il faut ainsi miser sur les hommes en mesure de livrer les batailles et de les gagner. Le onze de départ dans ce cas pourrait être proche de celui qui a obtenu le match nul contre les Éléphants de la Côte d’Ivoire à domicile lors de la 5ème journée des éliminatoires de la CAN, ou encore celle qui a qualifié le pays. Si Paul Put choisi cette option, la seule équation qu’il aura à résoudre sera celle de Naby Kéita. Dans ce cas, Put pourrait le remplacer par l’un de ses milieux avec qui il a fait les rencontres de préparation.

Autre option

Au vu des résultats obtenus au cours des rencontres amicales, Paul Put peut décider de chambouler son effectif et opérer quelques changements. La forme du moment joue beaucoup dans une compétition d’une grande envergure telle que la CAN. Or, après les rencontres amicales, d’autres joueurs peuvent afficher une baisse de forme, tandis que certains livreront une copie parfaite de leur rendement. Cette situation pourrait faire changer d’avis au technicien Belge.

Le onze probable

Gardien de but : Paul Put devrait faire vraisemblablement confiance Aly Keita. Le gardien de but de Ostersunds SK en Suède a les faveurs de son coach. Il a l’avantage d’avoir livré la plupart des rencontres des éliminatoires de la CAN. Sauf grande surprise ou blessure, il sera le dernier rempart du Syli National en terre Egyptienne.

Défense : En défense, on pourrait retrouver le Nancéen Ernest Séka, le joueur de Francfort en Allemagne Simon Fallette, le Toulousain Issiaga Sylla, et le Caenais Baissama Sankoh. Cette défense a déjà joué ensemble une fois. Elle peut être reconduite pour ce match d’ouverture.

Milieu de terrain : Le milieu de terrain connaîtra nécessairement de modification à cause de l’absence de Naby Kéita. Cette situation va obliger Paul à changer ses plans pour le début de la compétition. Nous pourrons aussi avoir au milieu de terrain le Napolitain Amadou Diawara, le joueur de l’Olympiakos en Grèce Mady Camara et Ibrahim Cissé, le joueur de Fulham en Angleterre. Ibrahima Cissé fera son entrée en place de Naby Kéita.

Attaque : En attaque, on peut avoir Ibrahima Traoré de Borussia Mönchengladbach, le Bordelais François Kamano et Mohamed Yattara de l’AJ Auxerre. Ce trio a aussi déjà joué ensemble de par le passé.

Sorti premier de sa poule lors des éliminatoires dans le groupe H devant la Côte d’Ivoire, le Syli National de la Guinée connait une légère difficulté pour sa préparation. La véritable équation qui se dresse devant Paul Put et son staff technique est quel onze il faut aligner contre le Madagascar pour son premier match de la CAN. La réponse à ce problème pourrait se retrouver dans l’ossature ayant battu la Côte d’Ivoire au Stade Félix Hounphoët Boigny et ayant contraint la même formation au partage des points au stade du 28 Septembre. Mais un facteur peut être déterminant : La prestation des joueurs lors des rencontres amicales.

Ce contenu n’engage pas Guineematin

Lire

Football : bonnes opérations pour la Guinée au Sénégal et en RCA

24 mars 2019 à 21 09 27 03273

La Guinée était engagée sur deux fronts ce dimanche, 24 mars 2019 dans le domaine sportif, particulièrement le football. Le Syli national sénior était en déplacement en Centrafrique dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2019, tandis que les Espoirs sont allés défier le Sénégal dans le cadre des éliminatoires de la CAN de leur catégorie. Et, les équipes guinéennes ont fait, chacune, une bonne opération à l’extérieur, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour le Syli national sénior, le déplacement à Bangui était sans enjeu. Car, l’équipe guinéenne était déjà qualifiée et elle était même assurée de terminer première de son groupe. Cette 6ème et dernière journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Egypte 2019 n’était donc qu’une formalité pour la Guinée.

Privé de plusieurs joueurs : certains blessés et d’autres qui ont fait défection, le sélectionneur de la Guinée, Paul Put, a joué avec une équipe remaniée. Et le technicien belge a fait une bonne opération en évitant de terminer par une défaite. Le Syli a tenu en échec les Fauves, déjà éliminés, sur leur terrain. Score final (0-0). La Guinée termine première de son groupe avec 11 points, soit 3 points de plus que Côte d’Ivoire, deuxième.

De son côté, le Syli Espoir était en déplacement à Thiès pour affronter le Sénégal en match retour des éliminatoires de la CAN des moins de 23 ans, prévue également cette année en Egypte. Et contrairement à leurs ainés, les Espoirs guinéens n’étaient pas encore qualifiés, malgré leur victoire (2-1) à l’aller à Conakry.

Dans cette rencontre, la Guinée ne cherchait qu’un match nul pour se qualifier pour le dernier tour de ces éliminatoires. Et, ce fut mission réussie pour Souleymane Camara « Abédi » et ses poulains qui ont arraché un nul (0-0). La Guinée élimine ainsi le Sénégal et attend l’issue de la rencontre Côte d’Ivoire-Niger pour connaitre son adversaire lors du dernier tour de ces éliminatoires de la CAN U23.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

Guinée-Centrafrique : les 23 joueurs convoqués par Paul PUT

14 mars 2019 à 14 02 50 03503

Le sélectionneur guinéen, Paul PUT, a dévoilé ce jeudi, 14 mars 2019, la liste des 23 joueurs retenus pour le match qui opposera la Guinée à la Centrafrique, le 24 mars prochain, à Bangui. Un match comptant pour la 6ème et dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019.

Déjà qualifiée et assurée de terminer première de son groupe, la Guinée jouera ce match dans la plus grande sérénité. C’est pourquoi d’ailleurs, le technicien belge a procédé à quelques remaniements pour certainement donner la chance à d’autres joueurs.

Il a rappelé des anciens (Sadio Diallo et Idrissa Sylla), qui n’étaient plus convoqués depuis un certain temps, et fait appel à de nouveaux. Il s’agit de Steev Elana, un gardien de but de 38 ans qui évolue en France, Ousmane Kanté du Paris FC ainsi que Paye Camara et Boniface Haba du Horoya AC de Conakry.

Naby Keïta et Ibrahima Traoré, tous blessés, ne sont pas convoqués pour cette rencontre.

Voici la liste complète de Paul PUT

Gardiens : Elana Steeve (FC Tours, France), Naby Yattara (Excelsior, Îles de la Réunion), Aly Keita (Östersund, Suède).

Défenseurs : Ousmane Sidibé (Béziers, France), Ernest Séka (Nancy, France), Simon Falette (Francfort, Allemagne), Fodé Camara (Gaz.Ajaccio, France), Issiaga Sylla (Toulouse, France), Baissama Sankoh (SM Caen, France), Mohamed Aly Camara (Young Boys, Suisse).

Milieux : Abdoulaye Paye Camara (Horoya, Guinée), Mohamed Mady Camara (Olympiakos, Grèce), Boubacar Fofana (Metan Media, Roumanie), Amadou Diawara (Naples, Italie), Sadio Diallo (Hatayspor, Turquie).

Attaquants : José Martinez Kanté (Gymnastic, Espagne), Boniface Haba (Horoya, Guinée), Hadji Barry (USA), Idrissa Sylla (Zulte Waregem Belgique), François Kamano (Bordeaux, France), Sory Kaba (Dijon, France) Mohamed Yattara (Auxerre France).

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628124362

Lire

CAN 2019 : Orange Guinée remet un chèque de 300 millions au Syli National

10 janvier 2019 à 20 08 25 01251

Absente à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017, la Guinée est de retour sur la scène africaine avec une qualification pour la prochaine phase finale prévue en Egypte l’été prochain. Pour féliciter notre onze national, la société de téléphonie mobile Orange Guinée a offert un chèque de trois cent (300) millions de francs guinéens au Syli National. La remise officielle dudit chèque a eu lieu ce jeudi, 10 janvier 2019, au siège de la Fédération Guinéenne de Football, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Durant les qualifications pour la CAN, Orange Guinée, un des partenaires de la Féguifoot, avait promis au Syli de Guinée une somme de trois cent millions de nos francs s’il parvenait à se qualifier pour la CAN. La démarche vise à encourager l’équipe nationale de football de la Guinée. C’est dans ce cade qu’Orange Guinée a procédé à la remise de ce chèque de trois cent millions de FG.

La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs membres de la fédération guinéenne de football.

Dans son allocution, le Directeur Général d’Orange Guinée, Aboubacar Sadik Diop, a félicité les poulains de Paul Put avant de réaffirmer son engagement qui est d’accompagner l’équipe nationale jusqu’à la victoire finale.

Sadikh Diop

« En effet, en 2017, Orange Guinée s’est engagé auprès de la fédération guinéenne de football pour accompagner les équipe nationale Sénior. Depuis, nous n’avons cessé de renouveler notre partenariat parce que fidèle à notre crédo d’entreprise citoyenne et parce que déterminer à être aux côtés de tous les fans de football, du peuple Guinéen et des joueurs. C’est ça notre crédo. Notre vision a été juste et notre engagement dernière le Syli national à été payant. Que de matchs intenses, que de larmes de joie, des émotions et une fierté de voir les joueurs donner le meilleur à chaque rencontre et nous apporter cette brillante qualification. En notre qualité de sponsor officiel et partenaire privilégié du Syli National, il était important pour nous aujourd’hui de venir vous exprimer, de vive voix, nos félicitations et notre satisfaction. Bravo, bravo, bravo pour cette qualification à la CAN 2019. Avec ce chèque, nous entendons à la fois vous témoigner notre soutien indéfectible, mais aussi le soutien à l’ensemble des passionnés et des patriotes du peuple de Guinée. Vivement la CAN 2019, je prie que le Syli nous ramène la coupe à la maison. Syli national, Wontanara », a dit le numéro un de la société.

Le président de la fédération guinéenne de football, Mamadou Antonio Souaré, n’a pas manqué de remercier le géant de la téléphonie mobile qui est Orange Guinée et a promis que les objectifs qu’ils se sont fixés seront atteints.

Antonio Souaré

« Pour aller à l’excellence, il faut des moyens et pour cela, il faut des sponsors, un très bon marketing et à partir de là, je crois qu’on peut mieux préparer l’équipe pour la mettre dans des conditions optimales, pour lui permettre de gagner des matchs et des qualifications. Je crois que c’est ce qui fût fait grâce à l’effort d’Orange Guinée qui accompagne le Syli National et qui n’a pas manqué à son devoir d’une seconde. Nous allons encore pas à pas. Le premier pas a été franchi. Le second pas va être franchi, c’est à dire la prime de qualification ; et le troisième pat, ça sera la compétition. Il faut remercier les sponsors Orange Guinée pour le travail qu’ils font, par l’accompagnement qu’ils donnent au Syli c’est ce qui fait qu’aujourd’hui nous pouvons dire avec beaucoup de fierté que l’impossible n’est pas Syli. Pour que cela soit une réalité, il faut que vous ayez dernière vous des baromètres et que vous soyez un géant aux pieds de fer, pas d’argile. C’est grâce à Orange Guinée. Bravo Orange Guinée, nous ferons tout pour que la collaboration continue et on fera tout pour que la visibilité soit respectée et les conditions soient aussi respectées. Nous ne manquerons pas à notre devoir », a promis Antonio Souaré.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Lire

Guinée-Rwanda : Paul Put promet la victoire aux guinéens

11 octobre 2018 à 19 07 35 103510

Peu après son homologue rwandais, le sélectionneur guinéen, Paul PUT a tenu sa conférence de presse d’avant match ce jeudi, 11 octobre 2018 à Conakry. Le technicien belge a promis de remporter ce match pour faire plaisir aux guinéens et garder la tête du groupe, rapporte un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lire