Sanction contre Amadou Diaby : ses avocats réclament des preuves

Le camp Amadou Diaby a réagi suite à la sanction infligée au vice-président suspendu de la Féguifoot par la commission d’éthique de la Fédération guinéenne de football. Ses avocats dénoncent vigoureusement cette décision et demandent à la commission de fournir les preuves qui ont motivé cette sanction. Ils se sont fait entendre à travers une conférence de presse animée ce samedi, 17 août 2019, à Conakry, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Interdiction d’exercer toute activité liée au football en Guinée pendant 7 ans dont 5 fermes et payement d’une amende de 25 000 euros, c’est la sanction infligée à Amadou Diaby, reconnu coupable de corruption au sein de l’équipe nationale de football. « Cette décision cabale, usant du même modus operandi que la décision de suspension (…), prise contre M. Amadou Diaby par la même commission d’Ethique, sur la foi de dénonciations calomnieuses de M. Paul Put (…), n’a guère surpris M. Amadou Diaby qui est serein et reste confiant que cette décision injuste et sans fondement sera sanctionnée par toute structure sérieuse et professionnelle de l’éthique », ont réagi les avocats d’Amadou Diaby.

Me Maliki Ibrahim, avocat inscrit au Barreau du Mali
Me Maliki Ibrahim, avocat au Barreau du Mali, venu à Conakry défendre Amadou Diaby

« Nous sommes venus dire à la presse notre indignation. Parce que dans le dossier qui nous occupe, la commission d’éthique à qui incombe le fardeau de la preuve n’a pas pu apporter la preuve, n’a pas pu apporter un seul élément, même pas un indice pouvant asseoir la culpabilité d’Amadou Diaby. S’agissant de faits de corruption, le seul passage substantiel pour éclairer la lanterne de tout le monde, c’est une confrontation entre Amadou Diaby et Paul Put », ajoute Me Maliki Ibrahim, avocat inscrit au Barreau du Mali.

Les conseils d’Amadou Diaby accusent le président de la commission d’Ethique de la Féguifoot, Amadou Tham Camara, d’avoir empêché cette confrontation. « Ce qui est bizarre, c’est que c’est le président de la commission qui refuse cette confrontation. C’est lui a appelé Paul Put pour lui dire de ne pas venir être confronté à Amadou. Aujourd’hui, nous apprenons que ça s’est fait le 07 août. Ils nous appellent le 13 août pour dire vous allez être confrontés le 14 août. Ce même jour, on nous dit que l’instruction est clôturée, allez-y en prendre connaissance.

Et nous apprenons hier par un huissier commis par Paul Put que déjà le lendemain ou le président de la commission l’a dissuadé d’être confronté à Amadou Diaby. Il a quitté, il a disparu. Alors, qui a intérêt au crime ? Nous nous posons cette question. En tout état de cause, ce qui transparait, c’est qu’il y a un conflit d’intérêt manifeste entre les faits en cause et le président de la commission d’Ethique de le Féguifoot », estime Me Maliki Ibrahim.

Pour lui, « Amadou Diaby, il est d’une innocence pure et sans tache. Amadou Diaby n’est pas le genre, étant un passionné de la réussite et du rayonnement du football guinéen, à recevoir les broutilles de la part Paul Put dont on connait la moralité (…) La question simple c’est de dire que la commission nous montre quels sont les éléments de preuve ».

Les avocats d’Amadou Diaby annoncent que si cette décision est maintenue, ils vont saisir les instances supérieures.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: (+224) 622 07 93 59

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS