Elhadj Sekhouna contre un 3ème mandat : le PADES applaudit le Kountigui…

5 octobre 2019 à 19 07 55 105510

Autrefois célébrée avec faste, la fête de l’indépendance guinéenne attire de moins en moins. Sa célébration, le mercredi 02 octobre 2019, n’a pas échappé à ce triste constat où l’ambiance était plus que morose. Les responsables du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) ont fustigé cet état de fait ce samedi, 05 octobre, à l’occasion de leur assemblée générale hebdomadaire, tenue au siège du parti à Nongo, dans la commune de Ratoma, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour Mohamed Kaba, coordinateur des affaires administratives du PADES, le fait que la fête ne soit pas célébrée à Kindia, conformément au programme initial du gouvernement, renvoi une mauvaise image du pays. « Cette fête, c’est le symbole de notre souveraineté. Malheureusement, vous avez pu le constater, elle n’a pas été célébrée à la hauteur de ce qu’elle représente pour notre nation. Quelque soit les difficultés, nous devons essayer quand même de montrer que ce jour est un jour important pour nous, c’est aussi un jour important pour la nouvelle génération et pour la génération future. Ces enfants qui doivent s’identifier culturellement et historiquement par rapport aux hauts faits de notre pays et je pense qu’il ne faut pas les en priver. La fête n’a pas pu se tenir parce que les dispositions prévues pour l’organisation de la fête, dans le cadre des fêtes à Kindia, les infrastructures n’étant pas prêtes, le gouvernement ne l’a pas officiellement célébré. Ce que nous fustigeons, parce que pour nous, la gouvernance a plusieurs piliers. L’un des piliers importants, c’est la prévoyance. Il faut pourvoir prévoir, pouvoir prendre des dispositions pour qu’on soit vraiment au rendez-vous de l’histoire, qu’on ne soit pas toujours absent », préconise monsieur Kaba.

Mohamed Kaba, coordinateur des affaires administratives du PADES

Pour ce responsable du PADES, « nous Guinéens aurions aimé célébrer cette fête dans la ferveur et dans l’unité. Parce que cela est important. Ce sont des occasions qui permettent aux peuples de manifester leur intérêt commun, leur avenir commun et leur devenir commun, c’est le lieu de réunir toute la famille, toute la nation guinéenne au tour des valeurs de notre République, c’est extrêmement important et cela devrait se faire. Nous souhaitons que ce qui s’est passé cette année ne se reproduise plus », a laissé entendre le président de la séance.

Par ailleurs, Mohamed Kaba a exhorté les autorités à organiser des élections législatives transparentes pour que l’Assemblée nationale retrouve sa légitimité. « C’est important cette question d’élections législatives, parce qu’elles vont nous permettre de tourner une page importante de notre pays. Aujourd’hui, nous avons une Assemblée qui est caduque et une assemblée illégitime, parce que son mandat dévolue par le peuple est échu depuis très longtemps… Donc, il est important que des dispositions soient prises pour que ces élections soient organisées de façon transparente, de façon inclusive, de façon crédible. C’est ce qui va permettre au peuple de Guinée de renforcer sa démocratie et ça va nous permettre d’éviter des troubles dans le pays », soutient-il.

Elhadj Sekhouna Soumah, Kountigui de la Basse Côte

En outre, le coordinateur administratif du PADES a salué la sortie médiatique d’Elhadj Sékhouna Soumah, le Kountigui de la Basse Côte, opposé au projet de nouvelle Constitution. « L’intervention du sage, Elhadj Sékhouna… voilà un monsieur qui prend ses responsabilités vis-à-vis de l’histoire, de façon claire et nette, et il l’a dit. Nous adhérons à ce qu’il a dit. Parce que ce qu’il a dit, c’est la vérité. Aujourd’hui, il faut faire attention, nous sommes dans une situation où si nous ne faisons pas attention, nous risquerions ce que nos pays voisins ont connu. Ce monsieur l’a dit, il faut combattre le troisième mandat et nous avons compris qu’en Basse côte, le troisième mandat ne passera pas ».

Enfin, Mohamed Kaba a fait référence à la réunion de Niamey où des chefs d’Etat ont affirmé clairement qu’il faut combattre leurs homologues qui veulent s’accrocher au pouvoir au-delà de leurs mandats légaux. « Vous avez vu la réaction de certains chefs d’Etat, la réaction du président en exercice de la CEDEAO, Mahamadou Issoufou. Il a dit ceci : « le plus grand bonheur pour moi, c’est de pouvoir passer le témoin à un président démocratiquement élu.. » Aujourd’hui, en Guinée, nous sommes en train de nous battre contre vents et marées pour que ce principe là soit accepté, pour que notre pays puisse aller dans ce sens. A l’extérieur, nous avons un écho favorable ; et, cela, je pense que ça doit avoir des répercussions », a dit monsieur Kaba.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Conseil des ministres : voici le compte rendu de ce 03 septembre

4 octobre 2019 à 9 09 35 103510

Conakry, le 3 Octobre 2019 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 03 octobre 2019, de 10h à 13h, avec l’ordre du Jour suivant :

I. MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

II. COMPTE RENDU DES SESSIONS ORDINAIRE DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DES MARDIS 10, 17, 24 SEPTEMBRE ET 1er OCTOBRE 2019

III. QUESTIONS DIVERSES

Au titre du premier point de l’ordre du jour

Le Président de la République a invité le Ministre de la justice à poursuivre et intensifier les reformes au niveau de son département tout en veillant au respect strict des lois de la République, en vue de qualifier davantage le cadre légal dans lequel évoluent les Guinéens et les étrangers résidant en Guinée

Le Chef de l’Etat a exigé des Ministres en charge de la Jeunesse et du Budget le règlement à temps des subventions destinées au financement des activités du Fonds National d’Insertion des Jeunes (FONIJ)

Le Président de la République a instruit le Ministre en charge de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale de faire un recensement exhaustif des nombreuses avancées enregistrées dans le domaine de la protection des Droits Humains afin d’alimenter et mieux motiver le rapport national sur le 3eme Examen Périodique Universel (UPU) sur la Guinée, notre pays péchant souvent par un déficit de transmission des progrès significatifs réussis dans ce domaine, aux institutions internationales

Le chef de l’Etat a insisté sur le respect des dispositions règlementaires relatives au Contenu local, particulièrement à la notion de préférence nationale privilégiant dans certaines limites, les sociétés de nationalité guinéenne par rapport aux société de droit guinéen dans l’attribution de marchés publics

Le Président de la République a instruit les départements ministériels et les services publics concernés à diligenter la mise en place des filières de café, du cacao et de l’anacarde tout en procédant à l’homologation de prix bord champs incitatifs pour les producteurs et en règlementant les circuits de commercialisation et en organisant les chaines de valeur. Les départements en charge de l’agriculture, de l’Economie, du Budget et du Commerce sont invités à la mise en place de ces filières

Le Chef de l’Etat a instruit d’étendre la mission des Brigades mixtes chargées de l’interdiction des occupations illicites des domaines publics aux activités de contrôle liées à l’assainissement et à l’insalubrité de lemme qu’au contrôle de commercialisation de produits prohibés et médicaments et aliments périmés

Le Président de la République a demandé aux départements ministériels concernés de diligenter la formation professionnelle des jeunes destinés à l’exploitation des boulangeries en conteneurs déjà livrées afin d’en faire également des formateurs pouvant initier d’autres jeunes à cette activité

Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de prendre à temps toutes les dispositions requises afin de garantir une réussite totale à la fête tournante de l’indépendance nationale qui sera célébrée en 2020, dans la région administrative de Kindia

Le Président de la République a informé le Conseil de la visite d’amitié que doit effectuer en Guinée à partir du 04 décembre prochain, le Président de la République d’Afrique du Sud, Mr Cyril Ramaphosa. Il a indiqué que les Chefs d’Etat du de Djibouti et du Kenya sont également attendus à Conakry au courant du mois de Décembre 2019

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel des 10, 17, 24 septembre et du 1er octobre 2019.

Dans ce cadre, le Conseil a entendu successivement

Le Ministre de la Fonction Publique de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration a soumis pour examen le projet de Loi portant Code de Conduite de l’Agent Public.

Il a indiqué que parmi les maux qui entravent l’efficacité de l’action publique et affectent la délivrance des services de qualité aux populations, figurent le manque de professionnalisme et le déficit d’intégrité morale et d’éthique professionnelle des agents publics.

Le Ministre a souligné qu’à l’examen de ces facteurs de déficience de l’action publique, il est apparu nécessaire de mener des reformes énergiques avec l’élaboration d’un code de bonne conduite en vue d’améliorer la gouvernance et lutter efficacement contre la corruption.

Il a indiqué que le présent code comprend 50 articles, chacun d’eux traitant de manière précise un élément particulier de la mise en forme de l’éthique publique.

Au terme de la Présentation, le Conseil a soutenu l’esprit de réforme qui guide le Ministre et approuvé le projet de code de bonne conduite de l’Agent Public

Le Ministre des Transports a soumis à l’attention du Conseil trois séries de documents pour approbation portant respectivement sur : la Lettre de Politique Sectorielle des Transport (LPST), le Plan de Déplacement Urbain de Conakry (PDU) et le Plan national de Sécurité Routière (PNSR).

S’agissant du Plan de Déplacement Urbain de l’agglomération de Conakry, il a indiqué que ce document a été soumis, après études, au Comité Interministériel pour l’Aménagement du territoire (CIAT), le 26 Juin 2019, sous la présidence du Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Quant à la sécurité routière, il a rappelé que ce sont les Etats Généraux qui ont clairement ouvert la voie pour la mise en œuvre des cinq piliers du Plan National de Sécurité Routière.

Le Ministre a rappelé que dès la constitution du Gouvernement, le Premier Ministre a fixé à son département la responsabilité de trouver des solutions à la circulation routière dans la capitale. Ainsi, avec l’appui de l’équipe d’assistance technique du Projet d’appui au secteur des transports, financé par l’Union Européenne, son département a lancé l’étude d’un Plan de Déplacement Urbain (PDU) pour la mobilité dans la capitale.

L’étude a abouti à des recommandations dont entre autres :

La reconstruction d’un réseau de transport en commun multimodal desservant toute l’agglomération de Conakry ;
L’articulation des transports en commun avec un développement urbain résolument polycentrique, validé par l’étude du ‘‘Grand Conakry, vision 2040’’ ;
L’amélioration de l’efficacité économique des transports collectifs des communes de l’agglomération incluant CoyaH et Dubréka, en maitrisant les couts d’exploitation pour limiter les subventions d’Etat, par la création d’une Autorité Organisatrice du Transport Urbain de Conakry.

En ce qui concerne la sécurité routière sur le territoire, l’analyse a porté sur les cinq piliers reconnus par les Nations-Unies sur la base desquels son département a lancé un certain nombre de réformes comme le projet de code de la route, le décret de création de l’AGUISER.

A côté de ses réformes proposées, le Ministre a avancé des constats sur l’état de nos routes sur le manque des moyens alloués à la sécurité routière et à l’assurance des victimes des accidents de routes.

Afin de faire face à ces problématiques, le Ministre a soumis pour adoption, les résolutions issues de l’atelier de présentation du Plan de Déplacement Urbain de Conakry et les Etats Généraux de la sécurité Routière.

Au terme des débats, le Conseil a salué le travail remarquable fait par le Ministère des Transports et adopté les projets de Décret proposés. Le Conseil a également recommandé au Ministre de travailler à une base institutionnelle minimale afin de tenir la date de novembre prochain pour la tenue de la table ronde avec les bailleurs de fonds pour le financement des projets identifiés

Le Conseil reste par ailleurs attentif aux résultats de la rencontre entre le Ministère des Mines et le Ministère des Transports autour de la Loi ferroviaire

Le Gouverneur de la Banque Centrale a soumis pour examen le projet de Loi relative aux Bureaux d’Information sur le Crédit en République de Guinée.

Le Gouverneur a rappelé qu’en dépit des reformes monétaires et financières engagées ces dernières années, le système financier guinéen, à l’instar de celui de la plupart des pays en développement, ne joue pas encore pleinement son rôle dans le financement de l’économie.

Il a indiqué que les études menées ont montré qu’une des principales contraintes au développement du crédit bancaire en Guinée réside dans les difficultés que les institutions financières éprouvent à disposer d’information fiables cohérentes sur les demandeurs de crédit.

Il a souligné que ce bureau d’information sur le Crédit permettra de faciliter la prise de décision au niveau du financement, de réduire le taux des créances douteuses et litigieuses et de rendre encore plus accessible le crédit au profit des PME/PMI et des particuliers. Ce bureau permettra également d’améliorer le rang de la République de Guinée au niveau du classement « Doing Business » de la Banque Mondiale.

Au terme des débats, le Conseil a approuvé le projet de Loi à soumettre à la plus prochaine session du Parlement

Le Ministre chargé des Investissements et des Partenariats Publics Privés a fait une communication relative au Programme Millenium Challenge Corporation (MCC) : avantages, enjeux et défis.

Le Ministre a souligné que l’atteinte de l’émergence à l’horizon 2040, passe nécessairement par la construction d’infrastructures solides et modernes. Le programme Millenium Challenge Corporation est l’une des solutions pour répondre à cette épineuse préoccupation du Gouvernement.

Pour cela, il faudrait être éligible au programme. Ainsi pour chaque pays candidat, l’éligibilité au programme du MCC est basée sur l’évaluation de vingt (20) indicateurs de performance de bonne gouvernance, de capital humain, de libertés politiques et économiques traités et notés par des institutions indépendantes.

Il a rappelé que le programme MCC offre aux pays sélectionnés deux types d’aide financière selon leur performance :

Le programme Seuil (Threshold)
Le programme Compact. Le montant moyen de cette subvention est de 350 millions de dollars US.

Il a précisé que pour être éligible au programme Compact du MCC, il faudrait un travail constant et un engagement sur plusieurs années. Pour y arriver, le Ministre a ajouté qu’il faudrait une forte volonté politique. Aussi les actions suivantes sont à mener :

Procéder à la vulgarisation dans la plupart des ministères des reformes ont été menées mais elles sont très peu vulgarisées,
Mener des réformes sur certains indicateurs,
Présenter un bilan sur la lutte contre la corruption et l’organisation d’élections législatives.
Le Ministre a rappelé que pour pouvoir évoluer dans le programme MCC, la stratégie du MIPPP a été de créer une unité de coordination avec pour unique objectif l’atteinte du programme seuil d’ici 24 mois. L’Unité de coordination a identifié huit (8) indicateurs sur lesquels elle travaille actuellement en étroite collaboration avec les ministères concernés en vue d’atteindre les objectifs du programme MCC

Au terme des débats, le Conseil a retenu la nécessité de coordonner les efforts des équipes travaillant dans l’amélioration de la perception pays. Qu’il s’agisse du CPI, du Doing Business ou du MCC.

Le Ministre des Mines et de la Géologie a fait une communication relative à la Mise en œuvre de l’Accord Intergouvernemental de Facilitation du Transport des Ressources Naturelles d’origine guinéenne via les infrastructures situées en territoire libérien, signé le 25 octobre 2013, entre la République de Guinée et la République du Libéria.

Il a rappelé que le dernier accord intergouvernemental conclu entre la Guinée et le Libéria pour l’évacuation de produits miniers guinéens par le territoire libérien est le Protocole de Facilitation du Transport des Ressources Naturelles d’origine guinéenne qui date de 2013.

Depuis son département a ouvert des consultations avec les autorités libériennes qui ont abouti au recrutement d’un consultant qui a rédigé l’accord d’Implémentation, visant à définir le mode opératoire détaillé du Protocole intergouvernemental du 25 octobre 2013. La partie libérienne a validé ces principes à la veille de la visite de travail et d’amitié que S.E.M. le Président de la République du Libéria a effectuée en Guinée en juillet 2019.

Ce projet d’Accord d’Implémentation est organisé en 5 chapitres et se fixe comme objectif général de promouvoir une utilisation partagée des infrastructures de transport au Libéria, et des objectifs spécifiques.

Le Ministre a indiqué que ce projet d’Accord d’Implémentation est à la fois suffisamment précis pour encadrer et faciliter la rapide concrétisation du passage de produits miniers guinéens par le territoire libérien, et suffisamment ouvert, afin d’élargir si nécessaire le champ de la coopération entre les deux pays au-delà des infrastructures existantes.

Au terme des débats, le Conseil a reconnu l’intérêt pour la partie guinéenne de privilégier la stabilité juridique dans les délais d’évaluation du contrat. Le Conseil a en outre approuvé le texte

Le Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale a fait une communication relative à la Présentation du Rapport National sur le troisième Examen Périodique Universel (EPU) de la République de Guinée.

Le Ministre a rappelé que depuis son avènement, en 2010, à la magistrature suprême de la République de Guinée du Professeur Alpha Condé notre pays a retrouvé, progressivement et remarquablement, sa place d’antan comme Etat fréquentable capable de tenir ses engagements internationaux.

Il a souligné que c’est cette volonté ferme qui a abouti aux résultats dont entre autres :

La participation de la Guinée à toutes les rencontres internationales sur les droits de l’homme ;
La mise à jour de la Guinée en matière de dépôt des différents rapports devant les organes de traités des Nations Unies et de la Sous-région ;
Le passage de la Guinée pour les différents Examens Périodiques Universels (EPU) devant le Conseil des Droits de l’homme à Genève : EPU 2010, 2015 et 2020 ;
Le passage, en 2013 et 2018, de la Guinée devant le comité contre la torture des Nations Unies et ce après plus de 30 ans d’absence.

Le Ministre a expliqué que l’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme unique du Conseil des droits de l’homme ayant pour but d’améliorer la situation des droits de l’homme dans chacun des États membres des Nations Unies. Il consiste à examiner, dans les sessions de janvier/février, avril/mai et octobre/novembre, tous les cinq ans les réalisations des Etats.

Le résultat de chaque examen est un « document final » listant les recommandations faites à l’État examiné qu’il devra mettre en œuvre avant l’examen suivant.

Le Ministre a souligné que dans la perspective de ce troisième examen prévu en janvier 2020, son département a élaboré un rapport au nom de la Guinée comportant les avancées en matière de promotion et protection des droits de l’homme dans notre pays. Il ressort aussi les défis auxquels notre pays fait face dans sa perpétuelle volonté de mettre cette problématique au cœur de ses préoccupations.

Il a signifié au Conseil que l’adoption de ce rapport permettra sa soumission, en octobre 2019, au Conseil des droits de l’homme à Genève pour son examen en janvier 2020.

Au terme des débats, Sous réserve de la prise de ses observations, le Conseil a approuvé le texte

III. AU TITRE DES QUESTIONS DIVERSES

Le Ministre du Budget a informé le Conseil de l’arrivée de la délégation du Fonds Monétaire International en République de Guinée. Il a invité le Ministère des Travaux et des Investissements à s’impliquer fortement dans les négociations.

Le Ministre des Transports a informé le Conseil des dispositions qu’il a pris suite au communiqué de la compagnie Royal Air Maroc faisant planer de fortes présomptions sur l’identité et l’origine du jeune homme mort retrouvé dans le train d’atterrissage d’un avion en provenance de Conakry.

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a attiré l’attention du conseil sur la nécessité d’appliquer les mesures de contenu local aux projets de construction des infrastructures afin de favoriser la relocalisation des ressources.

Avant de lever la séance le Président de la République a donné au Conseil de larges informations sur la situation nationale et internationale

Le Conseil des Ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Lire

02 octobre : quand la pluie gâche la fête à Conakry

2 octobre 2019 à 15 03 54 105410

A l’occasion de la célébration du 61ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance ce mercredi, 02 octobre 2019, le président de la République, Alpha Condé, a déposé une gerbe de fleurs à la place des martyrs située tout près du palais présidentiel, dans le centre-ville de Kaloum. Une façon pour le chef de l’Etat de rendre hommage à tous ceux qui ont perdu la vie dans le combat pour la décolonisation de notre pays. Mais, la célébration de cette fête nationale a été perturbée par la pluie qui s’est abattue sur la capitale guinéenne, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Selon le programme préalablement établi, après le dépôt de la gerbe de fleurs, le président Alpha Condé devait s’adresser à ses compatriotes à l’occasion de cette fête nationale. Mais, les choses ne se sont finalement pas déroulées comme prévu. Car, dès l’arrivée du cortège présidentiel à la place des martyrs, une forte pluie s’est abattue sur les lieux. Alpha Condé lui-même a été mouillé, ce qui l’a emmené à écourter la cérémonie. Il s’est contenté de déposer la gerbe de fleurs et de serrer la main des officiels présents avant de se retirer sans prononcer le moindre discours.

Ibrahima Kassory Fofana, Premier ministre

Les messages de Kassory, Bouréma Condé et Mouctar Diallo

Les membres du gouvernement, les présidents des institutions nationales, les diplomates accrédités en Guinée ainsi des compagnons d’indépendance ont pris part à l’événement. Et, certains ministres en ont profité pour adresser des messages au peuple de Guinée. C’est le cas du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana. Le chef du gouvernement guinéen a exprimé sa joie d’avoir participé à cette fête nationale.

« C’est avec beaucoup de plaisir que nous vivons ce moment. Et nous remercions Dieu ne nous avoir donné l’opportunité de vivre l’an 61 de notre indépendance. Nous remercions également Dieu de nous avoir permis, sous la bannière du professeur Alpha Condé, de participer tant soit peu au développement de notre pays et à la consolidation de l’unité nationale, d’aider au progrès social et économique. Les défis de la Guinée, c’est celui de la paix, de la sécurité et le plus grand défi est celui du développement de la Guinée. Parce qu’après tout, c’est le bonheur des uns et des autres. Bonne fête aux Guinéens », a dit Kassory Fofana.

Mouctar Diallo, ministre de la jeunesse

Mouctar Diallo, le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, a mis l’occasion à profit pour inviter tous les Guinéens à jouer leur rôle pour le développement de la Guinée. « Je voudrais souhaiter à toute la jeunesse guinéenne, à tous les Guinéens, qu’ils soient en Guinée ou à l’étranger, joyeuse fête d’indépendance, en même temps leur dire que le chemin que nous avons fait est un chemin important. Que chacun joue pleinement sa partition pour surmonter les défis qui nous interpellent. Des défis en termes de promotion de la jeunesse, de développement économique suivant la consolidation des acquis démocratiques, de renforcement des institutions républicaines. Tout cela pourra effectivement contribuer à faire de notre pays, une Guinée véritablement unie, démocratique et prospère dans l’intérêt de tout le monde », a-t-il dit.

Général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation

De son côté, le Général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, est revenu sur les motifs du report des festivités officielles qui étaient prévues cette année à Kindia. « La fête est belle quand les infrastructures sont là au grand complet. On a reporté la célébration de la fête de l’indépendance d’un an pour permettre aux différents entrepreneurs qui sont sur les chantiers d’avoir leurs chantiers achevés. Mais, quand une fête est reportée, la date n’est jamais reportée. Le 02 octobre reste pour l’éternité la date anniversaire de l’indépendance guinéenne. Et, c’est pour cette raison que vous avez le gotha administratif réuni aujourd’hui autour du chef de l’Etat à la place des martyrs pour le dépôt de la gerbe de fleurs. Je souhaite à tous les Guinéens un joyeux anniversaire », a lancé le ministre.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 224 623 53 25 04

Lire

02 octobre : grande mobilisation et ambiance festive à Yomou

2 octobre 2019 à 15 03 47 104710

Les habitants de la préfecture de Yomou se sont massivement mobilisés ce mercredi, 02 octobre 2019, pour participer à la célébration du 61ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance. Ils ont salué la mémoire et la bravoure des anciens qui ont lutté pour permettre à notre pays d’avoir sa souveraineté, rapporte le correspondant de Guineeematin.com sur place.

Ambiance festive, c’est ce qui a prévalu ce mercredi, 02 octobre 2019, dans la commune urbaine de Yomou. Dans la matinée, les autorités locales, les différentes couches socioprofessionnelles ainsi que de nombreux anonymes dont des femmes et des enfants, ont rallié la place des martyrs de la ville. Le secrétaire général chargé des affaires administratives de la préfecture, au nom du préfet de Yomou en mission à Conakry, a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire de ceux qui ont perdu la vie dans le combat pour l’indépendance de la Guinée.

Christophe Lamah, SG chargé des affaires administratives de la préfecture de Yomou

« Je me rappelle du 02 octobre 1958, date à laquelle notre cher président Ahmed Sékou Touré a déclaré devant Charles De Gaulle que nous préférons la liberté dans la pauvreté qu’à l’opulence dans l’esclavage. Pour lui, la liberté n’a pas de prix. Parlant toujours de cette fête, lors du 55ème anniversaire célébré en 2013, la préfecture de Yomou avait bénéficié de plusieurs infrastructures comme la rénovation de ce bijou qui est le bloc administratif avec tout son équipement, la construction de la police et de la gendarmerie pour ne citer que ceux-là. Tout cela, grâce à l’initiative du président de la République, professeur Alpha Condé, d’organiser cette fête de façon tournante à travers le pays. J’ose croire cette fête appartient à tous les Guinéens et Guinéennes sans compter l’appartenance religieuse, politique, sociale », a déclaré Christophe Lamah, secrétaire général chargé des affaires administratives de la préfecture de Yomou et président de la commission d’organisation de ces festivités.

Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, président du parti UDRP

Des festivités qui ont connu aussi la présence des responsables locaux des différents partis politiques, présents dans cette préfecture. C’est le cas de Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, président du parti UDRP, qui réside aux Etats-Unis. « La fête de l’indépendance est une fête pour tous les Guinéens sans compter une coloration politique, religieux et ethnique. Nous sommes là cette année parce que nous sommes tous guinéens. J’ai décidé de fêter cette fête ici parce que je suis de Yomou et je suis guinéen. Je remercie les autorités pour la forte mobilisation et tous les citoyens de Yomou qui se sont comportés en bons guinéens du 02 octobre 1958 », a dit l’acteur politique.

Après le déroulé du programme d’activités de ce 61ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée, les citoyens se sont dispersés dans la joie et le calme.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Lire

Fête du 2 octobre à Conakry : ce qu’ont dit Kory Kondiano, Rabiatou Sérah et Alya Diaby

2 octobre 2019 à 15 03 14 101410

La Guinée a célébré ce mercredi, 2 octobre 2019, le soixante-unième (61ème) anniversaire de son accession à l’indépendance. A Conakry, le président de la République, le professeur Alpha Condé, a déposé une gerbe de fleur à la place des martyrs à Kaloum sous une pluie battante a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

De nombreuses personnalités ont pris part à cette cérémonie solennelle organisée au centre ville de la capitale guinéenne. Après avoir déposé la gerbe de fleurs à l’honneur des martyrs qui se sont sacrifiés pour notre pays, Alpha Condé est reparti sans avoir prononcé un seul mot, contrairement à la tradition.

Par contre, des présidents de certaines institutions républicaines, présents à la cérémonie, ont exprimé leurs sentiments face à cette célébration. Ils ont tous véhiculé des messages de paix, d’unité et de cohésion sociale entre guinéens.

Le président de l’Assemblée Nationale, Claude Kory Kondiano, a invité tous les guinéens à l’unité nationale. « J’invite tous mes compatriotes à comprendre que si nous sommes devenus indépendants, c’est pour nous prendre en charge à tout point de vue, sur le plan politique, sur le plan économique pour pouvoir travailler, afin de se prendre en charge. Pour cela, il faut qu’il y ait l’entente, la cohésion, l’unité. Et j’ai toujours invité mes compatriotes dans cette unité qui n’est pas possible si les guinéens ne se comprennent pas, ne cessent pas ces rapports de conflit qu’ils ont entre eux. Donc, encore une fois, bonne et heureuse fête, au travail pour la création des richesses afin d’être effectivement indépendants », a conseillé le président du parlement.

Pour Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente du Conseil Economique et Social (CES), chaque guinéen doit œuvrer pour préserver la paix. « Le 02 octobre est un grand jour. Chacun doit le fêter partout en famille. Il faut reconnaître que tout le peuple de Guinée est fier. Chacun va le fêter à sa manière. Pour le dépôt de la gerbe de fleurs, oui. Mais, il faut aussi continuer la fête à tous les niveaux. Parce qu’aujourd’hui, nous devons aussi préserver la paix. Les acquis sont très grands. Tout n’est pas rose, mais il y a eu des avancées, il y a eu des acquis qu’il faut préserver. C’est pourquoi nous souhaitons aujourd’hui qu’il y ait la paix dans notre pays. Sans la paix on ne peut pas faire le développement. Le guinéen a besoin d’accéder aux soins de santé, à l’éducation, se nourrir, se vêtir. C’est de ça que le guinéen a besoin. Que le guinéen accepte d’avoir l’amour de son prochain au quotidien, s’entre-aider pour que le pays puisse avancer », a laissé entendre l’ancienne syndicaliste.

Pour sa part, Dr Alya Diaby, président de l’Institut National Indépendante de Droit de l’Homme (INIDH), a rendu un vibrant hommage à ceux qui se sont battus pour l’indépendance de la Guinée. « Nous sommes jeunes, mais nous rendons hommage à tous nos devanciers qui se sont battus, qui se sont tous réunis comme un seul homme pour donner à la Guinée son indépendance. A travers tout ce qui se passe aujourd’hui, nous ressentons l’espoir de vivre ensemble et de nous entendre pour l’avenir de la Guinée. Je souhaite la paix du cœur à tout le monde et que la Guinée aille en avant. Vous allez remarquer que si au début, il y a eu beaucoup de violation des Droits de l’Homme, au fur et à mesure que l’Etat s’est libéralisé, les Droits de l’Homme se sont mieux sentis. Et aujourd’hui, depuis l’avènement de la 3ème République, il faut reconnaitre que d’abord les droits économiques, socioculturels connaissent un progrès notable. Il y a certes des difficultés en matière de droit civil et politique, mais il faut reconnaitre qu’il y a des avancées notoires. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problèmes, mais il faut aller avec », estime-t-il.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Lire

02 octobre 2019 : le président Alpha Condé déposera une gerbe de fleurs à la place des martyrs

1 octobre 2019 à 20 08 44 104410
Alpha Condé, président de la République, et le doyen Elhadj Biro Kanté, compagnon de l’indépendance

A l’occasion du 61ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance, Son Excellence le Professeur Alpha Condé, Président de la République, Chef de l’Etat, procédera au dépôt d’une gerbe de fleurs le mercredi 2 octobre à la place des martyrs dans la commune de Kaloum.

Sont conviées à prendre part au cérémonial prévu à partir de 9 heures les personnalités ci-après :

• Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
• Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
• Monsieur le Président de la Cour Constitutionnelle ;
• Monsieur le Président de la Cour Suprême ;
• Monsieur le Président de la Cour des Comptes ;
• Madame la Présidente de la Haute Autorité de la Communication;
• Madame la Présidente du Conseil Economique et Social ;
• Monsieur le Médiateur de la République ;
• Monsieur le Grand Chancelier des Ordres Nationaux de Guinée ;
• Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante ;
• Monsieur le Président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains ;
• Monsieur le Chef de File de l’Opposition ;
• Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
• Mesdames et Messieurs les ministres conseillers membres du cabinet présidentiel ;
• Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées ;
• Monsieur le Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale;
• Messieurs les Chefs des Etats-majors des Armées de Terre, de l’Air et de la Marine ;
• Monsieur le Chef d’Etat-major Particulier de la Présidence ;
• Messieurs les Directeurs Généraux de la Police, de la Douane et des Conservateurs de la Nature ;
• Mesdames et Messieurs les Chefs des Missions Diplomatiques et les Représentants des Organisations Internationales ;
• Messieurs les co-présidents de la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale ;
• Les compagnons de l’indépendance ;
• Messieurs les leaders des partis politiques ;
• Messieurs les représentants des centrales syndicales et de la société civile ;
• Monsieur le Gouverneur de la ville de Conakry.

Conakry, le 1er octobre 2019

Mamady Sinkoun Kaba

Ambassadeur, Directeur du Protocole d’Etat

Lire

Sacrifice à la mémoire d’Elhadj Saïkou Yaya : témoignages de Cellou Dalein, Ousmane Kaba, Taran Diallo et Louncény Nabé

1 octobre 2019 à 11 11 12 101210
Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et chef de file de l’opposition

Comme annoncé récemment, un grand sacrifice a été organisé le dimanche, 29 septembre 2019, à la mémoire de feu Elhadj Saïkou Yaya Barry, ancien président de la coordination nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée. La cérémonie a eu lieu au domicile du défunt à Hafia, dans la commune de Dixinn. Outre le président de la République, des membres du gouvernement et de l’administration, des leaders de l’opposition et de nombreux autres citoyens ont pris part à l’événement. Plusieurs d’entre eux ont pris la parole pour encore une fois, rendre hommage à ce compagnon de l’indépendance, décédé à l’âge de 86 ans.

Décryptage !

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, chef de file de l’opposition guinéenne : je suis venu prendre part aux prières qui étaient en train d’être faites pour le repos de l’âme d’Elhadj Saïkou Yaya. J’étais déjà là pour les condoléances. Je suis content de savoir que beaucoup de guinéens sont venus lui rendre hommage. C’est un homme qui mérite le respect et la considération, qui mérite les hommages qui lui sont en train d’être rendus. C’est un homme d’une droiture exceptionnelle, quelqu’un qui aimait la vérité, qui aimait le droit, et qui s’est battu toute sa vie d’abord pour l’indépendance de la Guinée, mais aussi il s’est battu pour l’instauration d’un Etat de droit, pour la justice pour les Guinéens.

Et, chaque fois que c’était nécessaire, il s’est exprimé pour prendre position contre l’injustice, contre la négation du droit chaque fois que des Guinéens étaient persécutés, chaque fois que les Guinéens étaient violentés, chaque fois que les Guinéens étaient victimes d’injustice. Je garde de lui le souvenir d’un homme humble, un homme honnête, un homme courageux.

Dr Lonceny Nabé, Gouverneur de la Banque centrale de Guinée

Dr. Lonceny Nabé, gouverneur de la Banque centrale de Guinée : Elhadj Saïkou Yaya Barry était un homme de sagesse et tout entier féru de l’histoire de la Guinée. Il était un bon guinéen mais surtout un bon gendre. Parce que vous ne savez pas que mon épouse est sa nièce. De ce point de vue, il a usé de tous les droits et devoirs que doit et que peut éprouver un gendre vis-à-vis de son beau-fils. Donc, je sais que c’était un homme de dialogue, un homme de paix, un homme de sagesse. Et donc, je suis fier que je me sois marié dans sa famille et j’ai profité pour faire des prières et des bénédictions pour le repos de son âme. Et, en effet, l’œuvre gigantesque accomplie par Elhadj Saïkou Yaya ne peut être récompensé par Dieu que par le paradis. Et je souhaite que le paradis éternel soit sa dernière demeure et que la terre de Guinée qu’il a aimée, qu’il a servi lui soit légère.

Dr Ousmane Kaba, président du PADES

Dr Ousmane Kaba, président du PADES : je présente mes condoléances en tant que figure nationale dans ce pays. C’est aussi mon oncle, nous sommes très habitués depuis mon enfance. C’est un papa, c’est aussi pourquoi je viens saluer la famille puisque je fais partie aussi de cette famille. Elhadj Saïkou Yaya était aussi la figure nationale. Ailleurs comme en Guinée, tous les grands hommes se battent pour l’indépendance et pour la démocratie. Ce sont les deux mamelles du combat en Guinée. Il y a la première génération qui s’est battue pour l’indépendance, il en fait partie, il y a la deuxième génération qui se bat pour la démocratie, il en fait aussi partie, voyez-vous ? C’est un homme exceptionnel qui fait partie de tous les combats guinéens.

Mamadou Taran Diallo, ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale

Mamadou Taran Diallo, ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté : comme vous avez vu, conformément à nos traditions, Son excellence monsieur le président de la République est venu lui-même présenter les condoléances à l’occasion du décès du président de la coordination Haali Poular. Il vous souviendra que lorsqu’il était en séjour aux Etats-Unis, il avait déjà envoyé une délégation composée de sept (7) ministres. Mais en plus, comme dans ses habitudes et dans ses traditions dans les affaires sociales, lui-même il tient à renforcer. C’est dans ce cadre qu’il est venu là.

Et, vous avez entendu les mots, les messages de paix, de solidarité et d’unité qui ont été prononcés et par ceux qui accueillent, par la famille, par Son Excellence monsieur le président de la République, et les sages qui ont fait les bénédictions. Elhadj Saïkou Yaya, c’est le doyen, c’est la sagesse, c’est la culture, c’est l’intellectuel. Et, comme vous avez entendu, c’était le souci permanent d’unité et de paix pour la Guinée.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Déclaration : les commerçants dénoncent la politisation de la chambre de commerce

30 septembre 2019 à 16 04 20 09209

L’union des Commerçants pour la Prospérité des Activités Economiques (UCPAE) a suivi la déclaration de certains opérateurs économiques pour un soutien à l’idée d’une nouvelle constitution, dans le cadre des consultations initiées par Monsieur le Président de la République et menées par son Premier Ministre depuis le 20 Septembre 2019.

Pour un rappel, le rôle des opérateurs économiques à travers les confédérations patronales et la chambre de commerce est loin de s’immiscer dans un débat politique. Au contraire, les acteurs économiques contribuent étroitement, en collaboration avec l’Etat, à l’essor du Secteur Privé : vecteur de développement et de croissance par le biais de l’entrepreneuriat et des investissements locaux et étrangers au niveau du secteur primaire (agriculture, élevage, pêche, exploitation forestière, mines, industries, etc.) afin de favoriser le développement socio-économique et culturel dans tous les pays à travers le monde.

Par conséquent, l’UCPAE informe l’opinion nationale et internationale que ces déclarations n’engagent que les personnes qui les ont faites et se désolidarise totalement de cette prise de position qui expose dangereusement la vie et les activités des opérateurs économiques locaux et étrangers en République de Guinée.

Sur ce, il est inadmissible et inacceptable à nos yeux de politiser la chambre de commerce et les confédérations patronales et cela, quels que soient les motifs.

Ainsi, au vu de la situation actuelle, l’UCPAE lance un appel aux autorités du Pays, à un sens de responsabilité pour éviter à la Guinée un lendemain incertain qui aura un impact négatif sur les activités socio-économiques en Guinée et dans la Sous-Région.

Conakry, le 30/09/2019

Pour le Bureau Exécutif

Le Vice-Président

Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO

Lire

29è Journée nationale de la Jeunesse à Siguiri : communiqué

28 septembre 2019 à 11 11 29 09299
Mouctar Diallo, ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes

Sous le haut patronage du Président de la République, la célébration du 29ème anniversaire de la Journée Nationale de la Jeunesse se tiendra du 04 au 06 Octobre 2019 à Siguiri, dans la région de Kankan sous le thème : « Jeunesse, Paix et Développement Durable ».

Lire

5 Guinéens (de Conakry) meurent à Bissau : le président Mario Vaz au lieu du drame

21 septembre 2019 à 13 01 33 09339

Comme indiqué dans une précédente dépêche de Guineematin.com, cinq de nos compatriotes ont perdu la vie la nuit d’hier suite à l’effondrement d’un immeuble à Bissau. Appartement à un ressortissant libanais, l’immeuble qui s’est effondré abrite le siège du Haut Conseil des Guinéens de Bissau, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Le président de la République, José Mario Vaz, accompagné d’une forte délégation dont des membres du gouvernement, est venu en personne voir les victimes de ce drame et consoler les membres de la communauté guinéenne de Bissau. Le chef de l’Etat Bissau-Guinéen a d’ailleurs demandé que l’enterrement, initialement prévu cet après-midi, soit reporté à demain, dimanche, à 10 heures.

Outre le président de la République, plusieurs personnalités et responsables d’institutions sont venus témoigner leur sympathie à nos compatriotes et prier pour les défunts. Entre autres, Domingo Simon Perera (le président du PAIGC, le parti au pouvoir), Général Umaro El Mokhtar Sissoco Embalo, président de MADEM G 15 (deuxième à l’Assemblée nationale) et le PRS (troisième parti à l’Assemblée nationale, a diffusé un communiqué de condoléances).

Evidemment, les commerçants ont été représentés au plus haut niveau. Le président de la chambre de commerce de la Guinée Bissau, Aliou Seidy, est venu présenter ses condoléances à la communauté guinéenne de Bissau et partager ces moments de douleur.

Enfin, notre ambassade à Bissau- qui a pris en charge les frais de la morgue et de l’enterrement- est représentée ici par le consul, monsieur Kalil Kaba.

A suivre !

De Bissau, Elhadje Mouctar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Drame au Libéria : voici le communiqué de la Présidence

18 septembre 2019 à 21 09 12 09129

C’est avec une vive émotion que son Excellence Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a appris l’incendie qui s’est produit dans la nuit du mardi au mercredi 18 septembre 2019 en banlieue de Monrovia au Libéria, dans un centre scolaire coranique et qui a coûté la vie à au moins 28 personnes dont plusieurs guinéens.

En cette douloureuse circonstance, Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, présente ses condoléances les plus attristées au peuple libérien, à la communauté guinéenne du Libéria et à la nation toute entière.

La Guinée suit de près l’évolution des enquêtes diligentées par le Gouvernement libérien pour déterminer les origines du sinistre et remercie le président Georges Weah qui s’est rendu avec une forte délégation sur les lieux du sinistre.

Communiqué transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

Lire

Législatives le 28 décembre : Fodé Oussou avertit Me Kébé et Alpha Condé

17 septembre 2019 à 13 01 20 09209
Dr Fodé Oussou Fofana, président du groupe parlementaire Libéral Démocrate

Les réactions continuent de se faire entendre suite à l’annoncé de la date proposée par le président de la CENI pour la tenue des élections législatives en Guinée. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, a dénoncé une date illégale et non réaliste. L’opposant a mis en garde Me Amadou Salif Kébé, le président de la commission électorale et Alpha Condé, le président de la République, contre les conséquences d’une telle décision.

Pour lui, le chronogramme annoncé par le président de la CENI s’inscrit dans la logique « de créer le chaos dans le pays, de créer une instabilité dans le pays, de mettre les institutions du pays en danger et de créer toutes les conditions pour que le pays rentre dans une transition… Me KEBE donne une date fantaisiste qui n’est basée ni sur la loi ni sur les délais légaux comme si la CENI était logée à la présidence de la République. En cas de trouble, en cas de danger pour les institutions, il sera tenu pour responsable », a averti le président du groupe parlementaire Libéral Démocrate à l’Assemblée nationale.

Dr Fodé Ousssou Fofana fait remarquer que cette date viole systématiquement tous les délais prévus par la loi pour la mise en œuvre des opérations liées au processus électoral, et ne permettra nullement d’organiser des élections transparentes et crédibles. C’est pourquoi, il estime qu’au-delà des partis politiques, c’est le peuple de Guinée qui doit se lever pour s’opposer à cela. « Il faut se demander est-ce que Me Kébé peut violer la loi, proposer une date, et que cette date soit validée par le président de la République sans oublier que les représentants de l’opposition à la CENI ont désavoué leur président ? Si c’est le cas, si les Guinéens acceptent cette date, il faut considérer que Monsieur Alpha Condé n’a même plus besoin de faire un référendum.

Il lui suffira juste de prendre un décret pour dire qu’à partir de maintenant là, vous êtes devenus des sujets et je fais de vous ce que je veux… Karl Max a dit : quand la conscience pénètre la masse, elle devient une force matérielle. Me Kébé a fait une proposition, c’est le président de la République qui doit valider cette proposition. Si le président valide cette date et que cela réussisse, je saurai qu’on n’est plus dans un Etat, je saurai qu’on n’est plus des Guinéens, je saurai qu’il n’y a plus de guinéens de 1958, je saurai que le Guinéen a perdu l’honneur et la dignité, je saurai que le Guinéen est capable d’accepter tout », a-t-il dit.

Mais, l’opposant se dit certain que cela n’arrivera jamais. « Pour l’heure, je pense que Me Kébé amuse la galerie. Comme il a annoncé la date au Premier ministre, nous attendons que le Premier ministre rencontre M. Alpha Condé. Le jour où le président va prendre le décret pour valider cette date, ils verront la réaction du peuple de Guinée », promet Fodé Oussou Fofana.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Employabilité des jeunes : plusieurs équipements mis à la disposition du ministère de la Jeunesse

11 septembre 2019 à 10 10 34 09349

Dans le cadre de la lutte contre le chômage, le président de la République a commandé plusieurs matériels et équipements en faveur des jeunes guinéens. Ces matériels, composés de décortiqueuses de riz, de machines pour la fabrication du jus, machines de fabrique du savon, des boulangeries conteneurs, des moissonneuses batteuses, des tracteurs… ont été présentés à la presse dans la soirée d’hier mardi, 11 septembre 2019, par le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeunes, en compagnie de l’administrateur-directeur général d’Afriland First Bank, partenaire du projet, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son intervention, Guy Laurent FONDJO est revenu sur les objectifs de cette démarche présidentielle. « Ces matériels visent à permettre aux jeunes de disposer des industries de production qui peuvent non seulement générer des revenus, générer des ressources mais également être sources d’emploi pour eux-mêmes et source d’emploi pour les autres. Donc, l’idée du président de la République à travers cela, c’est de créer de l’emploi au niveau de chaque jeune, mais aussi permettre aux jeunes d’être créateurs d’emploi et de façon cyclique, ça fera que toutes les populations, tous les jeunes bénéficient d’un emploi et nous allons chasser certainement la pauvreté dans notre pays », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, monsieur FONDJO a indiqué que ces matériels viennent de plusieurs pays, comme la Chine, le Brésil, les Emirats Arabes Unis et des pays africains. C’est-à-dire des pays « qui ont eu de l’expérience dans l’employabilité des jeunes et qui ont à peu près les mêmes contraintes environnementales et sociologiques que nous. Le projet sera sous forme de leasing. Ça veut dire qu’on va mettre à la disposition des jeunes les différents équipements et en contrepartie des recettes qu’ils vont produire, ils affecteront une partie à l’amortissement du coût d’acquisition de ces machines.

Et après un certain temps, la machine leur reviendra puisqu’ils auront déjà payé la machine. Donc, le jeune ne sort aucun franc, dispose d’un outil de production et rembourse progressivement. Donc, pas de garantie à fournir, il faut juste travailler, produire de l’argent et être propriétaire de l’équipement après un certain temps», a-t-il fait remarquer.

Abondant dans le même sens, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mouctar Diallo, est allé en profondeur dans les détails de ces équipements. « L’acquisition de ces équipements exprime concrètement la bonne volonté du Chef de l’Etat de faire des jeunes de Guinée les acteurs de leur propre épanouissement, mais aussi des citoyens qui participent activement à la création de richesse et qui participent au processus de développement du pays. (…)

Ici par exemple, vous constaterez des équipements micro agro-industries du riz au nombre de 80, des micros agro-industries de chips au nombre de 60, des micros agro-industries de jus au nombre de 20, cinquante micros agro-industries de savon, 300 décortiqueuses de riz, 100 conteneurs boulangeries, 150 pirogues qui sont parqués de l’autre côté, sur 500 prévues », a-t-il énuméré.

Parlant de l’exécution du projet sur le terrain, Mouctar Diallo a indiqué que des jeunes seront sélectionnés et constitués en groupements. « Nous allons organiser les jeunes en groupements. Nous allons leur donner la formation qu’il faut pour bien exploiter tous ces équipements et nous allons les accompagner vers les résultats escomptés », a dit le ministre de la jeunesse.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Guinée : le RPG-ARC appelle « tous les patriotes » à la consultation nationale

7 septembre 2019 à 17 05 01 09019

Le discours du président Alpha Condé appelant à l’ouverture de larges consultations avec les acteurs sociopolitiques continue de dominer les débats dans notre pays. Le RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, salue cette initiative présidentielle et invite toutes les parties prenantes à y prendre part. L’annonce en a été faite ce samedi, 7 septembre 2019, à l’occasion de l’assemblée générale du parti, présidée par Djalikatou Diallo en présence de nombreux militants, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Comme on pouvait s’y attendre, l’ouverture de consultations nationales avec tous les acteurs nationaux pour débattre de toutes les questions concernant la vie de la nation, y compris celles qui fâchent, est saluée dans les rangs du parti au pouvoir.

L’assemblée générale de ce samedi a commencé par la lecture d’une déclaration du Bureau Politique National saluant le discours du président de la République. Dans cette déclaration, lue par Lansana Komara, le parti au pouvoir a exprimé sa confiance au Premier ministre et demandé aux politiques et aux acteurs de la société civile à accepter d’aller à ces consultations.

Pour Sanoussy Bantama Sow, ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique, il n’y a même pas lieu de lire une déclaration pour exprimer un soutien au Chef de l’Etat.

Sanoussy Bantama Sow, ministre des Sport, de la Culture et du Patrimoine Historique et membre du RPG

« Nous n’avons pas besoin de dire que nous soutenons le professeur Alpha Condé. Nous sommes collés à la peau d’Alpha Condé. Après le brillant discours du professeur Alpha Condé il y a quelques jours, j’ai presque lu la plupart des leaders qui ont fait des commentaires là-dessus, mais j’ai remarqué que c’est un seul leader qui a bien écouté et qui a compris. Le président a dit consultation des forces vives de la Nation. Il n’a pas dit négociation. J’ai suivi les gens dans les médias dire : voilà les conditions. Il n’y a pas de conditions. Le président a réitéré sa confiance au Premier ministre. Il lui a confié la mission de consulter les forces vives de la nation. Mais, nous savons tous que la constitution en vigueur reconnait que c’est le Premier ministre qui est en charge du dialogue social et politique. La moindre des choses, ceux qui se disent qu’ils soutiennent ou qu’ils défendent cette constitution, la première des choses c’est d’aller devant le Premier ministre pour qu’ils donnent leur point de vue. Mais, tu ne peux pas vouloir d’une chose et de son contraire. Donc, nous demandons à tous les patriotes de Guinée, de se mettre à la disposition du Premier ministre pour qu’il puisse accomplir la mission que le Chef de l’Etat, notre président, notre bien aimé Alpha Condé, lui a bien confié ».

Par ailleurs, Sanoussy Bantama Sow a dit que jamais le RPG arc-en-ciel n’a parlé de 3ème mandat. « Les gens ont peur, ils sont paniqués. Parce que pour eux, dès qu’on parle d’une nouvelle Constitution, ils disent 3ème mandat. Mais, je demande à tous ceux qui sont dans cette salle, est-ce qu’une seule fois ici au RPG, on a parlé de 3ème mandat ? Nous, nous respectons les lois du pays. Le RPG arc-en-ciel ne parle pas de 3ème mandat, nous parlons d’une nouvelle Constitution. Parce que la constitution actuelle, n’a pas été soumise au peuple de Guinée. C’est vous, peuple de Guinée, c’est vous qui devez décider », a-t-il dit avec insistance.

L’honorable Saloum Cissé, 1er vice-président à l’Assemblée nationale et secrétaire général par intérim du RPG arc-en-ciel

Abondant dans le même sens, Saloum Cissé, secrétaire général par intérim du parti au pouvoir, a dit que la Guinée a changé positivement sous l’ère Alpha Condé. Selon lui, ceux qui critiquent le régime actuel sont ceux-là même qui sont à la base du retard que connait notre pays. « Est-ce que la Guinée d’hier et la Guinée d’aujourd’hui, ce sont les mêmes Guinée ? Je ne parle pas au hasard. La chance au niveau du RPG, c’est que ceux qui sont à la pâte au niveau de l’opposition ont tous dirigé la Guinée. C’est notre chance. On connait leur quitus politique, on connait leur quitus d’action, on connait leur quitus moral. Voilà les trois quitus qui sont en balance. Voilà la question fondamentale que les Guinéens doivent se poser. Quand on dit que la Guinée était dans un puits, qui a mis la Guinée dans le puits ? Posez-vous la question. Mais moi, il y a seul point que je salue chez le professeur Alpha Condé, il n’a pas ouvert la vanne de la vengeance, premièrement. Deuxièmement, même en faisant l’état des lieux, il n’a pas tenu compte des contraintes endogènes de la Guinée pour mettre les gens, les uns et les autres, qui sont responsables de ce déficit», a-t-il salué.

Lansana Komara, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation professionnelle, de l’emploi et du travail et membre du BPN du RPG

Parlant des élections législatives annoncées pour bientôt, Lansana Komara, ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, a invité les militants et sympathisants à se préparer pour les opérations d’enrôlement. « Comme vous le savez, nous rentrons petit-à-petit dans les phases décisives des élections législatives. Et, comme vous avez pu le constater, l’opposition guinéenne dans sa logique de contestation permanente, commence déjà à contester les résultats, on n’a même pas commencé les élections. Donc, incapables de trouver un consensus pour les démembrements de la CENI, ils se mettent déjà à crier au loup. Vous savez pourquoi ils font ça ? C’est de préparer l’opinion à leur défaite ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Préfecture de Boffa : Tidiane Soumah passe le témoin au Lieutenant-colonel Abdourahmane Keita

2 septembre 2019 à 22 10 40 09409

Le remplacement de Tidjane Soumah, par un décret présidentiel à la tête la préfecture de Boffa par le Lieutenant-colonel Abdourahmane Kéita, avait provoqué des manifestations de colère de certains citoyens de la commune urbaine. Après la tempête, le calme est revenu dans la cité avec la passation de service entre les deux hommes, organisé ce lundi, 2 septembre 2019. C’est le bloc administratif local qui a servi de cadre à la cérémonie, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’évènement était placé sous la présidence du gouverneur de la région administrative de Boké, le Général Siba Lohalamou. Il a mobilisé plusieurs personnalités de la région mais aussi les sous-préfets, maires, secrétaires généraux des communes, chefs religieux, acteurs de la société civile de Boffa et une importante délégation des fils ressortissants de ladite préfecture.

Dans son discours, Tidjane Soumah, le préfet sortant a vanté les mérites de son successeur. « J’ai accueilli votre nomination avec joie, parce que je sais que vous êtes un cadre compétent sur le plan administratif à travers votre passage à Coyah. Ensuite, je remercie la population de Boffa. Par conséquent, je me mets entièrement à la disposition de la population de Boffa. Je tiens à vous assurer que les cadres préfectoraux, communaux et sous-préfectoraux sont dévoués et j’ai travaillé avec eux main dans la main », a fait savoir monsieur Soumah.

Pour sa part, le préfet entrant a remercié le président Alpha Condé pour la confiance placée sur sa modeste personne. « Je suis très content de cette grandiose mobilisation. Je remercie le président de la République, chef de l’État, pour m’avoir porté sa confiance en me nommant à la tête de cette grande préfecture de Boffa. A mes yeux, cette confiance est inestimable, car les tâches qui nous attendent tant sur le développement que sur la consolidation de la paix sont immenses ».

Après avoir remercié son prédécesseur, le Lieutenant-colonel Abdourahmane Kéita a invité les habitants de Boffa à une unité d’actions pour l’épanouissement de la préfecture. « Je remercie les efforts consentis par mon prédécesseur, Tidjane Soumah, pour le développement de Boffa à travers les projets initiés par le président de la République dans les domaines de la pêche, de l’agriculture et toutes autres activités génératrices de revenu. Pour ma part, je me joins à tous les responsables administratifs et politiques, citoyens et citoyenne de Boffa, pour continuer cette belle œuvre qui s’inscrit en droite ligne dans la politique du développement de son excellence le professeur Alpha Condé, président de la République, et de son gouvernement, conduit par Dr Ibrahima Kassory Fofana, Premier ministre, chef du gouvernement. Donc, je demande l’apport de la population de Boffa pour poursuivre les taches de mon prédécesseur », laissé entendre le nouveau préfet de Boffa.

De Boffa, François Donat Bangoura pour Guineematin.com

Lire

Barrage de Souapiti : le ministre Taliby Sylla fait fermer les vannes

26 août 2019 à 19 07 46 08468

Le ministre de l’Energie, Dr Cheikh Taliby Sylla, a procédé à la fermeture officielle des vannes du barrage hydroélectrique de Souapiti, en chantier, ce lundi, 26 août 2019. On notait la présence du ministre de la Communication, de l’Administrateur Général d’EDG, des responsables du projet d’aménagement de Souapiti et de nombreuses autres personnalités, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lancés le 22 décembre 2015 par le président de la République, le professeur Alpha Condé, les travaux du projet d’aménagement hydroélectrique de Souapiti sont arrivés à une phase très importante. Selon le ministre de l’Energie, Dr Cheick Taliby Sylla, la mise en eau du barrage, qui constitue la fermeture des deux vannes, est un acte majeur.

Dr Cheick Taliby Sylla, ministre de l'Energie
Dr Cheick Taliby Sylla, ministre de l’Energie

« Cette fermeture des vannes veut dire que dans la construction du barrage, on a atteint le point de non-retour. Le compte à rebours a commencé pour la fin des travaux du barrage. Les côtes qui sont atteintes déjà ont dépassé les côtes programmées. C’est ça qui permettra de voir le temps de la première mise à l’eau, comment l’ouvrage se comporte. Avec les appareils d’auscultation incorporés dans le corps du barrage, ça permet de connaître exactement le niveau de l’infiltration, si toutefois il y a infiltration, et l’équilibre physique de l’ouvrage. Ça permet aussi d’accumuler suffisamment d’eau, nous sommes en période humide, cette première phase a 1 milliard 650 millions de mètres cubes d’eau, sachant que la mise en eau continuera. Parce que bien que nos fleuves ne soient pas réguliers, surtout en saison sèche, mais l’arrivée du débit va continuer, le débit va faiblir après la saison sèche ; mais, l’accumulation continuera. Il faut retenir que six milliards trois cent millions de mètres cubes d’eau seront accumulées dans cette retenue. C’est une activité non seulement conventionnelle, mais obligatoire. Parce que si on ne met pas de l’eau dedans, on ne pourra pas faire fonctionner les turbines », a expliqué le ministre de l’Energie.

Selon Cheick Taliby Sylla, la fermeture des vannes ne sera pas sans conséquences, puisqu’elle va entraîner un délestage du courant électrique au niveau de la ligne interconnectée Conakry-Labé. Cependant, le ministre de l’Energie dit avoir pris des dispositions pour minimiser l’impact au niveau des populations.

« Vous avez vu avec la fermeture qu’on a effectuée, quelques minutes après, on est venu à Kaléta, le niveau d’eau avait chuté. On a trouvé les trois turbines qui étaient en train de tourner mais avec un débit diminué. En moyenne, on était autour de 170 mégawatts alors qu’en plein temps, c’est 220, 230 voire 238. Aujourd’hui, ça va diminuer parce que tout simplement la quantité d’eau qui a l’habitude d’arriver sur Kaléta va être réduite. Ce qui va provoquer des faiblesses dans la production de l’énergie. Mais, qu’à cela ne tienne, toutes les centrales disponibles à Conakry vont être lancées à partir d’aujourd’hui pour pouvoir combler ce déficit. Mais, il y aura à peu près 50 à 60 mégawatts ; et, EDG sera dans l’obligation de délester. Mais, nous avons grand espoir qu’avec la pluie qui tombe énormément dans la zone, le niveau d’eau va remonter au plus vite. Donc, peut-être dans une semaine, ce problème de délestage sera réglé », estime-t-il.

Amara Somparé, ministre de l’Information et de la Communication

De son côté, Amara Somparé, le ministre de l’Information et de la Communication, a dit sa joie de constater le niveau d’évolution des travaux. « A peine réélu dans la plus haute fonction de la République de Guinée, le président de la République a lancé les travaux du barrage Souapiti. Aujourd’hui, 4 ans après, nous venons pour réaliser la mise en eau du barrage. Ce qui veut dire que le barrage est en très bonne voie d’avancement. Et, nous espérons que très bientôt son électricité sera mise sur le réseau et venir satisfaire la grande attente des populations de Conakry et du réseau interconnecté ».

Pour sa part, Amara Camara, le directeur général de la Société de Gestion et d’Exploitation de Souapiti (SOGES) a indiqué que les travaux de construction de ce barrage vont finir conformément au délai contractuel.

Amara Camara, Directeur général de la Société de Gestion et d’Exploitation de Souapiti (SOGES)
Amara Camara, Directeur Général de la Société de Gestion et d’Exploitation de Souapiti

« Nous avons un dépassement de planning de plusieurs mois. Vous avez visité le barrage, rien qu’à vue d’œil, vous voyez à quel niveau il s’est élevé. Les hauteurs sont entre 80 et 100 mètres aujourd’hui. Ça, c’est par rapport au sol. Et, c’est ce qui nous a permis aujourd’hui d’obtenir la fermeture des vannes. Les travaux de Génie Civil sont à 90% ; la composante Hydromécanique est à 55% ; pour un avancement global de 85%. Je pense que c’est une fierté. Cela nous rassure que nous serons dans le délai contractuel », a-t-il rassuré.

A noter que la délégation ministérielle s’est aussi rendue sur le site du barrage hydroélectrique de Kaléta. Là, Cheick Taliby Sylla s’est réjoui de la gestion et de l’entretien faits sur les lieux.

De Souapiti, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

PNDES : le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique attendu à Conakry

24 juillet 2019 à 16 04 05 07057

Communiqué : CONAKRY, 24 juillet 2019— Le Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Hafez Ghanem, effectuera une visite en Guinée du 27 au 30 juillet prochains pour échanger avec le Président de la République, Son Excellence le Professeur Alpha Condé et les autorités guinéennes sur les opportunités et les priorités pour le développement de la Guinée.

La visite de M. Ghanem fait suite au lancement du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) 2016 – 2020 et du nouveau Cadre de Partenariat Pays (2018-2023) avec la Banque mondiale.

M. Ghanem est Vice-président de la Banque mondiale depuis le 1er juillet 2018. Expert du développement ayant à son actif plus de trente années d’expérience, il est responsable d’un portefeuille régional de plus de 600 projets, pour un engagement total supérieur à 71 milliards de dollars. Sous son leadership, la Banque mondiale en Afrique s’attache à promouvoir la croissance inclusive et la réduction de la pauvreté en finançant des projets qui visent à développer le capital humain, soutenir l’essor du secteur privé, accroître la productivité agricole, améliorer l’accès aux infrastructures, renforcer la résilience au changement climatique et promouvoir l’intégration régionale.

La vision de M. Ghanem pour la Région Afrique accorde une place centrale à l’intensification de l’aide en faveur des pays fragiles et en conflit, à la promotion de l’égalité des sexes et au développement d’opportunités économiques pour les jeunes.

La Guinée est membre du Groupe de la Banque mondiale depuis 1963. L’enveloppe totale de financements en faveur de la Guinée en 2019 s’élève à 895.97 millions de dollars, répartis sur 24 projets.

Communiqué transmis par la représentation guinéenne de la Banque mondiale

Lire

Fodé Baldé de l’UFR devant la justice : « ma tribune ne fait que renforcer les acquis démocratiques »

22 juillet 2019 à 14 02 36 07367
Fodé Baldé, responsable de la communication digitale de l’UFR

Comme annoncé précédemment, les débats ont démarré ce lundi, 22 juillet 2019, dans le procès de Fodé Baldé, responsable de la communication digitale de l’UFR, et Mohamed Bangoura, directeur de publication du site d’informations Mosaïqueguinee. Après le journaliste, c’est autour de l’opposant de passer à la barre pour s’expliquer sur ce qui lui est reproché. Et, il dit avoir agi dans le respect des principes démocratiques auxquels a souscrit notre pays, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est dans la salle d’audience.

Répondant aux questions de la présidente du tribunal, Fodé Baldé a dit qu’il assume tout ce qui est dans la tribune qu’il a écrite et envoyée aux médias dont le site Mosaïqueguinee, et qui est incriminée dans cette affaire. « Ma tribune ne fait que renforcer les acquis démocratiques de notre pays. En tant que membre d’un parti politique j’ai dit que je peux donner mon opinion sur une actualité politique qui concerne mon président de la République. J’ai pris position sur une actualité qui concerne mon pays. J’ai dit que je souhaite que le président Issoufou prenne les destinées de la CEDEAO parce que le Niger est en même de trouver des solutions contre le terrorisme. Aussi, l’autre raison défendue dans ma tribune est que le président du Niger a fait emprisonner des gens qui ont voulu qu’il modifie la constitution en vue de s’accrocher au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel », s’est-il défendu.

A son tour, le procureur de la République, Abdoulaye Israël Kpoghomou, a interrogé le prévenu : « Monsieur Baldé, ne croyez-vous pas que le président de la République, à l’image de ses pairs, est à l’avant-garde de la lutte contre le terrorisme ? »

« Tout président doit être à l’avant-garde dans la lutte contre le terrorisme. Mais, j’ai exprimé le souhait que le président Issoufou soit porté à la tête de la CEDEAO parce que son pays est confronté à ce problème. Il a donc une expérience », a répondu Fodé Baldé.

« Monsieur Baldé, en quoi l’élection du président Alpha Condé à la tête de la CEDEAO sera suicidaire pour la démocratie en Guinée ? », ajoute le procureur.

Et, Fodé Baldé de répondre : « je l’ai dit à cause des velléités du président Alpha Condé de s’accrocher au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel. Plusieurs communications du président de la République lors des interviews ont montré qu’il veut s’accrocher au pouvoir. Récemment, lors du conseil des ministres, Alpha Condé a dit avoir pris acte de la volonté des ministres de proposer une nouvelle constitution. Donc, c’est pour toutes ces raisons que j’ai écrit cette tribune et où j’ai exprimé mon soutien au président Issoufou au détriment du président Alpha Condé pour la présidence de la CEDEAO », a dit ce membre du parti de Sidya Touré.

Les débats se poursuivent devant le TPI de Kaloum. À suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 621 09 08 18

Lire

Assassinat de Mamoudou Barry : Alpha Condé annonce un entretien avec l’Ambassadeur de France

21 juillet 2019 à 20 08 16 07167

Communiqué de la présidence guinéenne : Sékhoutouréya, 21 Juillet 2019 – Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, très touché par le meurtre, le 19 Juillet 2019 à Rouen (France), du docteur Mamoudou Barry, présente ses condoléances les plus attristées à la famille Barry et au Peuple de Guinée.

Le Gouvernement Guinéen suit de très près l’évolution des enquêtes diligentées par les autorités françaises.

Le Président Alpha Condé s’entretiendra avec l’Ambassadeur de France en Guinée pour la suite à donner.

Le Docteur Mamoudou Barry était Enseignant-chercheur en Guinée et en France, docteur en Droit de l’Université de Rouen en Normandie et a été agressé par des supporters avant le match Algérie-Sénégal le 19, juillet 2019 et perdra la vie le 20 juillet par suite de ses blessures. Que l’âme du défunt repose en paix ! Amen !

Communiqué transmis par le Bureau de presse de la Présidence de la République

Lire

Labé: le forum régional du développement reporté à cause d’une incompréhension avec le gouvernement

7 juillet 2019 à 8 08 09 07097

Le forum régional du développement qui devait avoir lieu initialement le 13 juillet 2019 à a été reporté sine die à cause d’une incompréhension entre le gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané et certains ministres ressortissants du Fouta, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Le gouverneur de la région administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané en collaboration avec les 5 préfets de la région (Elhadj Safioulahi Bah de Labé, Elhadj Harouna Souaré de Mali, Elhadj Abdourahmane Baldé de Tougué, Mohamed Deen Camara de Lélouma et Mamadou Dian Barry intérimaire à Koubia) préparait activement un forum régional de développement. En accord avec ses proches collaborateurs, l’autorité régionale voulait placer l’évènement (qui était initialement prévu pour le 13 juillet 2019 prochain) sous la présidence d’honneur du chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé, président de la République.

Mais, selon une information qui vient de parvenir à la rédaction régionale de Guineematin.com, le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané a été invité à surseoir à cette activité jusqu’à nouvel ordre.

Notre source précise que cette injonction de dernière minute est liée à une plainte déposée contre le gouverneur de Labé devant le gouvernement par les ministres ressortissants de la Moyenne Guinée qui l’accusent d’avoir boycotter sans raisons valables, la rencontre de lancement des activités de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC) organisée le dimanche, 16 juin 2019, à Dalaba par les ministres et hauts cadres de l’Etat ressortissants de la Moyenne Guinée sur instruction du président Alpha Condé.

L’on se rappelle que toutes les autorités régionales, préfectorales et communales des Régions Administratives (RA) de Mamou et Labé étaient conviées ce dimanche, 16 juin 2019, à Dalaba pour plancher sur les problèmes de développement de la Moyenne Guinée en liens avec les fonds de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC). Les participants avaient également peaufiné des stratégies appropriées pour faire comprendre à la population de cette région l’intérêt qu’elle peut tirer de l’adoption d’une nouvelle constitution en République de Guinée.

Mais, le contrôle des présences révélé que si la Région Administrative (RA) de Mamou a réalisé 100% de mobilisation, celle de Labé n’était représentée que par son gouverneur, Elhadj Madifing Diané.

C’est ce refus de mobiliser les préfets, sous-préfets et maires de sa région qui vaut à Elhadj Madifing Diané aujourd’hui tous les ennuies qu’il a actuellement avec les ministres ressortissants de la région.

De Labé, Kawou Seydi pour Guineematin.com

Lire