DPJ : suspendu pour « faute lourde », Malick Koné est remplacé par Aboubacar Fabou Camara

3 décembre 2019 à 20 08 57 125712
Abdoul Malick Koné, ancien directeur central de la police judiciaire

Accusé d’avoir commis une « faute lourde », Abdoul Malick Koné avait été suspendu le dimanche 13 octobre dernier. Dans la soirée de ce mardi, 03 décembre 2019, le président Alpha Condé a nommé Aboubacar Fabou Camara à la tête de la Direction centrale de la police judiciaire (DPJ), en remplacement de Malick Koné…

Nommé Directeur central de la police judiciaire le 19 juillet 2018, en remplacement du commissaire divisionnaire de police Abdoul Gadiri Condé, Abdoul Malick Koné a sauté peu avant l’interpellation de son jeune frère, le vice-maire de la commune de Matam et patron de la jeunesse de l’UFR, Badra Koné. Certains avaient même cité la tentative ratée de cette arrestation comme cause de l’énervement de Sékhoutouréya qui aurait motivé sa suspension.

En tous les cas, Badra Koné a été arrêté, emprisonné, jugé et condamné, avant de bénéficier d’une liberté provisoire de la Cour d’Appel de Conakry, en attendant le verdict qu’on espère plutôt clément. Comme on le sait, ces interpellations des leaders de la société civile et des jeunes de l’opposition sont consécutives au rejet de l’écrasante majorité des Guinéens du projet pouvoir actuel de changer la constitution pour adopter une nouvelle qui permettrait au président Alpha Condé de rester au pouvoir après son dernier mandat.

A suivre !

Lire

Labé : Safatou 1 remporte la première édition de la coupe ministre Mouctar Diallo

3 décembre 2019 à 9 09 45 124512

Le quartier Safatou 1 a remporté avant-hier, dimanche 1er décembre 2019, la première édition de la coupe du ministre Mouctar Diallo, président des Nouvelles Forces Démocratique (NFD) qui se jouait au stade municipal de Popodara, à 22 km du côté Nord du chef-lieu de la préfecture de Labé, depuis le 12 octobre 2019, avec la participation effective de 16 équipes, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le stade municipal de Popodara, situé à 22 km du chef-lieu de la préfecture de Labé, sur la route nationale du Nord, menant vers Koundara a abrité dimanche, 1er décembre 2019, la finale de la première édition du tournoi de football doté du trophée « Mouctar Diallo », ministre de la jeunesse et président des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD). L’évènement était rehaussé de la présence du directeur de cabinet du gouvernorat de Labé, Ouremba Traoré entouré du secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de la préfecture, Lanciné Sangaré.

Le score est resté nul et vierge entre les deux équipes finalistes pendant les 90 minutes du temps règlementaire. C’est à l’épreuve des tirs aux buts que l’équipe de Safatou 1, venue de la commune s’est imposée avec 5 frappes réussies contre 2 pour l’équipe de la sous-préfecture de Popodara.

Il est à préciser que cette compétition qui s’est jouée pendant un mois avec la participation de 16 équipes a été organisée par la fédération des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) de Labé en collaboration avec la Direction Sous-préfectorale de la Jeunesse de Popodara et l’Association des Jeunes Agriculteurs et Apiculteurs de Popodara (AJAPP).

En marge de la cérémonie, le secrétaire fédéral des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) de Labé, Mamadou Dian N’Gadjiko a exprimé ses sentiments de satisfaction avant d’inviter la jeunesse guinéenne à soutenir le ministre Mouctar Diallo.

« Il est en train de fournir beaucoup d’effort pour l’émancipation de la jeunesse guinéenne. Cette initiative de Labé va faire tache d’huile dans toute la République de Guinée. Ce n’est pas seulement à Popodara. La préfecture de Mali va constituer la prochaine étape. Le moment venu vous serez informé » a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le chargé de la communication des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD), Ibrahima Kalil Kourouma, venu à Labé pour représenter son président, le ministre Mouctar Diallo, voit en cet évènement sportif un témoignage éloquent de l’adhésion des populations locales aux idéaux de développement du président Alpha Condé.

« Aujourd’hui, les populations de Popodara et de Labé sont sorties pour venir accompagner, soutenir leur fils, leur frère, le ministre Mouctar Diallo chargé de la Jeunesse de de l’Emploi des Jeunes, qui est en train de se battre aux côtés du président de la République. Le Pr Alpha Condé est en train de poser des actes concrets partout en République de Guinée, mais plus particulièrement dans la région foutanienne. Aujourd’hui, cette grande mobilisation est le symbole de l’adhésion totale de ces populations de la Moyenne Guinée aux idéaux de développement du président de la République, le Pr Alpha Condé » a-t-il indiqué.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Signature d’un Accord avec le Groupe de la Banque Mondiale pour un Appui Budgétaire à la Guinée

29 novembre 2019 à 13 01 34 113411

(Conakry, le 28 novembre 2019) Mme la Ministre du Plan et du Développement Économique, Gouverneur Pays de la Banque Mondiale pour la Guinée, a , au nom de Monsieur le Président de la République, Chef de l’État et du Gouvernement, l’honneur d’annoncer au Peuple de Guinée et à la communauté des Partenaires Techniques et Financiers que le Gouvernement guinéen et le Groupe de la Banque Mondiale ont signé, ce jeudi 28 novembre 2019 à Conakry, un accord d’Appui Budgétaire d’un montant de 90 millions de dollars USD.

Cet important appui budgétaire vise à soutenir les efforts du Gouvernement pour renforcer la gestion budgétaire, appuyer le cadre institutionnel et règlementaire pour promouvoir la compétitivité du pays et améliorer la performance financière du secteur de l’électricité en Guinée.

En effet, cet accord qui récompense surtout les performances macroéconomiques affichées ainsi que les réformes structurelles engagées permettra au Gouvernement d’avancer en profondeur dans la réforme du secteur de l’électricité tout en confortant les dépenses d’investissements publics de nature à promouvoir une croissance forte et inclusive susceptible de lutter efficacement contre la pauvreté et la précarité conformément au PNDES 2016-2020.

Il est important de rappeler que le Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé avait personnellement plaidé, entre autres, en faveur de cet appui budgétaire auprès de la Banque Mondiale lors de sa visite, au début du mois de septembre dernier. Il avait permis de déblayer le terrain à l’equipe des ministres, hauts cadres et techniciens qui avaient pris part à Washington, aux assemblées annuelles des Institution de Brettons Woods à la mi-octobre 2019.

A noter par ailleurs que la Banque Mondiale (partenaire stratégique de la Guinée) s’était également engagée à Washington pour le financement du Projet de Développement de l’Agriculture Commerciale en Guinée (PDACG) à hauteur de 200 millions de dollars US tout comme, la possibilité pour la Guinée de bénéficier d’appui financier plus consistant au titre de l’IDA 19.

Mme la Ministre du Plan et du Développement Economique, Gouverneur Pays de la Banque Mondiale pour la Guinée se réjouit de la signature de cet accord d’appui budgétaire, témoignage éloquent de la qualité du Dialogue et du partenariat stratégique avec cette grande Institution de financement du développement. Mme Kanny Diallo rassure surtout, le Groupe de la Banque Mondiale, de l’engagement réaffirmé du Gouvernement guinéen, de tout mettre en œuvre pour une utilisation judicieuse et efficace des ressources allouées conformément aux orientations stratégiques du PNDES 2016-2020 en faveur du développement socio-économique du pays et de l’amélioration des conditions de vie des populations guinéennes.

Service de Communication MPDE

Lire

Guinée : STOP À CE DISCOURS

26 novembre 2019 à 9 09 23 112311

Par Algassimou DIALLO : Organiser des élections présidentielles libres et transparentes & rendre le pouvoir à la fin de son second et dernier mandat n’est pas une CHARITÉ que Alpha Condé offre à la Guinée, ce n’est pas non plus un gage d’apaisement et de patriotisme. C’est une OBLIGATION constitutionnelle à laquelle aucun Président de la République ne doit/peut se dérober.

Ceux qui estiment qu’il faut le dorloter, le rassurer et l’encourager afin qu’il favorise l’alternance ont d’autres références que celles des lois de la République. Et, en le faisant, ils encouragent ceux et celles qui nous dirigent à violer nos principes démocratiques et à insulter le PEUPLE.

Dites à Alpha Condé et à tous ceux et celles qui l’aident actuellement dans le pillage systématique des ressources publiques que les crimes économiques et les crimes de sang ne sont pas susceptibles de bénéficier de grâce. La loi s’appliquera dans toute sa rigueur. Ils seront jugés et condamnés tôt ou tard. Le pouvoir sur lequel ils s’adossent injustement depuis 9 ans pour tuer et violenter des Guinéens innocents, pour attribuer frauduleusement des marchés publics, pour enrôler illégalement leurs proches dans la fonction publique, pour s’octroyer des actions dans les entreprises publiques et parapubliques, pour remplacer le trésor public par leurs comptes privés, pour priver certaines parties du pays des services publics… sera celui-là même qui les punira le moment venu.

La situation chaotique actuelle de notre pays s’explique entre autres par le fait qu’aucun dignitaire des régimes précédents, de l’indépendance à nos jours n’a été interpellé, jugé et condamné pour ses pratiques publiques non conformes aux lois de la République. L’impunité est un gage d’incitation de la violation des lois. Il faut absolument qu’on y mette fin. Le népotisme, le clientélisme et la corruption au sommet de l’appareil étatique constituent la menace la plus grave à la stabilité politique, à la cohésion sociale et surtout au développement économique et social d’un pays.

La fin du règne de Alpha Condé devrait servir d’opportunité pour enfin ériger la Guinée en une République normale et démocratique conformément à la volonté exprimée (théoriquement) dans notre CONSTITUTION.

Soyons objectifs !
Soyons exigeants !
Soyons démocrates !
Soyons légalistes !

La République ou Rien.
La Justice avant tout.

Algassimou DIALLO

Membre du FNDC

Observateur outré par la situation chaotique de son pays

Lire

Réception d’Alpha Condé à Siguiri : un mort et 16 blessés

25 novembre 2019 à 8 08 07 110711

Après Kankan samedi, le président de la République était hier, dimanche 24 novembre 2019, à Siguiri. Alpha Condé a été accueilli triomphalement dans cette autre ville de la Guinée. Mais sa réception a été émaillée de plusieurs cas d’accidents de la circulation ayant fait un mort et 16 blessés, a appris Guineematin.com de la police locale.

« Nous avons enregistré de nombreux cas d’accidents. Une personne a trouvé la mort et 16 autres ont été blessées. La victime est venue de Kintinian pour la réception du président, c’est en ville ici qu’il a fait l’accident. Il a percuté un motard avant de tomber devant un autre motard. Mais malheureusement, nous n’avons pas retrouvé ce dernier. Les enfants sont sous l’effet de l’alcool », a indiqué le commandant Jean Marie Doumbouya, commissaire spécial de la sécurité routière.

A noter que tous les cas d’accidents enregistrés impliquent des conducteurs de motos.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Campagne pour une nouvelle constitution : Alpha Condé est déjà à Kankan

23 novembre 2019 à 11 11 57 115711

Selon des informations en provenance de Kankan, c’est aux environs de 10 heures que l’avion transportant le chef de l’Etat guinéen, le professeur Alpha Condé, s’est posé à l’aéroport Djankana, une sous-préfecture située à 14 kilomètres de la commune urbaine de Kankan.

A sa descende de l’avion, le président de la République a été accueilli par le gouverneur de Kankan, l’inspecteur général de police Mohamed Gharé, accompagné des autorités préfectorales, communales et d’autres dignitaires du régime.

Après Djankana, le président Alpha Condé devrait aller faire la pose de la première pierre de la nouvelle université Julius Nyerere de Kankan, dans le district de Fadou, relevant de la sous-préfecture de Gbérédou Gbaranama. Le chef de l’Etat reviendra ensuite dans la commune urbaine de Kankan pour présider la finale du tournoi qui porte son nom et qui a mobilisé les sept régions administratives et la zone spéciale de Conakry. Le tout sous fond de campagne déguisée pour un référendum qui lui permettrait de changer la constitution actuelle par une nouvelle qui lui donnerait la possibilité de rester au pouvoir après son deuxième et dernier mandat, en 2020.

A rappeler que plusieurs personnalités ont quitté la capitale guinéenne pour aller attendre le chef de l’Etat dans son bastion politique. Depuis trois jours, Kankan accueille des ministres parmi les plus influents du régime comme le patron de la Défense nationale, Dr. Mohamed Diané, le ministre en charge des Hydraucarbures, Diakaria Koulibaly, celui des Sports, Sanoussy Bantama Sow, de la jeunesse, Mouctar Diallo, du patron de l’Administration du territoire, le Général Boureima Condé…

Nous y reviendront !

Lire

125 manifestants tués sous le régime Alpha Condé : Dembo Sylla (UDG) dénonce

19 novembre 2019 à 8 08 53 115311
Elhadj Dembo Sylla, vice-président de l’Assemblée nationale et du parti UDG

En Guinée, la répression sélective des citoyens laisse penser que le pouvoir cherche à opposer les ethnies les unes aux autres pour les pousser à un affrontement. Aujourd’hui, beaucoup d’intellectuels et de responsables politiques dénoncent cette stratégie et appellent les Guinéens à l’unité dans la défense de la Constitution et le respect des Lois de la République.

Ci-dessous, la réaction de l’honorable Elhadj Dembo Sylla, vice-président de l’Assemblée nationale :

Lorsque sous le régime de Alpha Condé on tue à balles réelles 125 citoyens, une vingtaine en une semaine, tous de la même ethnie, habitant la même Commune (Ratoma) et ressortissants de la même région naturelle (la Moyenne Guinée) sans que le président de la République ne fasse une seule adresse à la Nation à propos et le gouvernement ne se préoccupe que d’un bus de transport incendié, que comprendre de cette attitude ?

Les guinéens pensent que la situation n’est pas encore grave pour être la préoccupation majeure de tous les hommes raisonnables ? Et les imams de la République, le cas n’est pas suffisant selon le Coran pour que vous vous impliquez ?

Ces faits renforcent chaque jour l’unité des guinéens et guinéennes contre la répression, la division des guinéens sous des faux alibis, le régionalisme, l’ethnocentrisme ne passera plus jamais dans notre pays. Nous sommes tous unis contre la nouvelle constitution. La limitation à deux mandats présidentiels ne sera plus jamais violée en Guinée.

Honorable Elhadj Dembo Sylla

Vice-président de l’assemblée nationale

Premier vice-président de l’UDG

Lire

N’Zérékoré : le ministre Frédéric Loua ovationné par la foule

16 novembre 2019 à 18 06 28 112811

Le ministre des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie maritime, a eu droit à un bain de foule ce samedi, 16 novembre 2019, à N’Zérékoré. A son arrivée à la place des martyrs de la ville où le Président Alpha Condé était attendu pour un meeting, Frédéric Loua a été ovationné par une foule en liesse, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Cris de joie, applaudissements, chants et danses, c’est ce qui a rythmé l’entrée du ministre à la place des martyrs de N’Zérékoré. Habillé en tenue traditionnelle, Frédéric Loua a été fortement applaudi avant de rejoindre la loge officielle. Ce qui a attiré l’attention de toute l’assistance. A travers cet accueil chaleureux, les habitants de N’Zérékoré expriment leur reconnaissance à l’endroit de Frédéric Loua, natif de la ville, pour ses efforts en faveur du développement de la région.

Artisan majeur de cette mobilisation pour accueillir le Président de la République, le ministre des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie maritime a salué « la forte adhésion » des citoyens de N’Zérékoré à la politique de développement du chef de l’Etat et à son projet de changement de l’actuelle constitution. Il a remercié les uns et les autres pour leur reconnaissance à son égard mais aussi à l’endroit du Président de la République.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Macenta : les maires des communes rurales disent OUI à la nouvelle constitution

12 novembre 2019 à 17 05 57 115711

Après Kissidougou et Guéckédou, la délégation du pouvoir en tournée dans la région forestière de la Guinée, était à Macenta dans la soirée du dimanche, 10 novembre 2019. Les émissaires du président de la République ont été accueillis par les autorités locales et plusieurs citoyens. L’occasion pour les maires des 14 communes rurales de la préfecture, d’exprimer leur soutien au controversé projet de constitution ambitionné par le régime Alpha Condé, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

A l’exception du maire de la commune urbaine de Macenta, issu de l’UFDG, les élus des différentes communes de la préfecture ont fait une déclaration commune qui a été lue par leur porte-parole Morigbè Camara, maire de Sengbèdou. Ils ont d’abord salué les actions de développement engagées dans la préfecture dans le cadre de l’ANAFIC, avant d’exprimer leur soutien au projet de nouvelle constitution. « Les Communes de Macenta, à l’instar des autres communes du pays, ont bénéficié au titre de leurs Programmes Annuels d’Investissement (PAI) 2019, de la part de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC) mise en place sur votre initiative (du président de la République, ndlr), d’une importante somme de 16 milliards 560 millions 349 mille 450 francs guinéens en vue de :

La Réhabilitation de la gare routière de Zimodou pour permettre le désengorgement de l’actuelle gare qui constitue un véritable danger public pour nos populations ; la construction de postes de santé dans les communes rurales et urbaines de Macenta ; la réalisation des dalots ; la construction d’écoles, pour ne citer que celles-là. C’est le lieu pour nous de vous dire monsieur le Président de la République, notre détermination à soutenir inconditionnellement le projet de révision constitutionnelle proposé par le gouvernement guinéen. Macenta dit OUI à la nouvelle constitution », a lancé maire de la commune rurale Sengbèdou, Morigbè Camara.

Morigbè Camara

Ces autorités locales ont mis également cette occasion à profit pour solliciter d’autres actions de développement dans la préfecture. « Nous profitons de cette occasion qui nous est offerte pour vous exprimer notre profonde gratitude quant à la réalisation d’importantes infrastructures socio-économiques dans nos collectivités et vous soumettre certaines urgences qui sont : le bitumage de la voirie urbaine de Macenta ; l’aménagement de la rivière Zazazia dont les crues causent assez de dégâts matériels et de pertes en vies humaines chaque année ; la relance du barrage hydroélectrique sur la Lofa ;

La finalisation du projet de rénovation du stade Ahmed Ben Bella de Macenta pour redynamiser les activités sportives de la jeunesse ; la relance de l’usine de Thé de Macenta ; la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Sérédou ; le reprofilage des pistes rurales de Macenta ; la réhabilitation de la route du café ; la construction du Mausolée de l’illustre N’Zébéla Togba PIVI ; la finalisation du reprofilage de la route Macenta-Kossankoro ; l’adduction d’eau de la ville de Sérédou par gravitation », a énuméré le porte-parole des maires.

Après Macenta, la délégation a mis le cap sur N’Zérékoré, la capitale de la Guinée forestière.

À suivre !

De Macenta, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Lire

Ministère de la Santé : Rémy Lamah remplace Niankoye Lamah

11 novembre 2019 à 21 09 03 110311

Dans la série de décrets publiés dans la soirée de ce lundi, 11 novembre 2019, le président de la République, le professeur Alpha Condé a choisi l’ancien ministre Rémy Lamah pour remplacer le ministre Edouard Niankoye Lamah à la tête du Département de la Santé.

Le colonel Rémy Lamah est le ministre de la santé qui avait géré l’épidémie à fièvre hémorragique Ebola.

A suivre !

Lire

Ministère de la Justice : Alpha Condé confirme Mohamed Lamine Fofana

11 novembre 2019 à 20 08 32 113211
Elhadj Mohamed Lamine Fofana, ministre de la Justice

Dans un décret publié dans la soirée de ce lundi, 11 novembre 2019, le président de la République, le professeur Alpha Condé, a confirmé l’intérimaire Mohamed Lamine Fofana à la tête du Département de la Justice.

Le remplaçant du démissionnaire Cheick Sako est également confirmé chargé des relations avec les institutions républicaine avec un titre de ministre d’Etat.

A rappeler que l’ancien ministre d’Etat en charge de la Justice, Maître Cheick Sako, a quitté le Gouvernement le 20 mai dernier, dénonçant la volonté du président Alpha Condé de changer la Constitution guinéenne pour s’accrocher au pouvoir après son deuxième et dernier mandat.

A suivre !

Lire

Confirmé à son poste, l’IRE de Kankan réagit : « je suis très ravi »

6 novembre 2019 à 12 12 54 115411

Comme annoncé précédemment, le président de la République a procédé le lundi, 04 novembre 2019, à des remaniements à la tête des inspections régionales de l’éducation. Certains inspecteurs ont été remplacés et d’autres comme celui de Kankan ont été confirmés. Au micro du correspondant de Guineematin.com sur place, l’IRE de Kankan Famoro Keita a réagi à cette décision du chef de l’Etat. Se disant heureux de la confiance renouvelée en sa personne, le responsable éducatif n’a pas manqué de remercier le président Alpha Condé et tous ceux qui l’aident dans son travail.

« Je remercie le président de la République, Alpha Condé, pour m’avoir renouvelé sa confiance. Je remercie aussi tous les enseignants de la région administrative de Kankan, tous les élèves, les parents d’élèves et les amis de l’école, sans oublier le gouverneur de région, les préfets qui nous appuient dans notre noble tâche qui est l’éducation, sans oublier aussi ma maman. En tout cas moi je suis très ravi », a-t-il déclaré.

Assis dans son bureau et entouré de plusieurs cadres régionaux et préfectoraux mais aussi des responsables de la coordination régionale du RPG Arc-en-ciel venus le féliciter, Famoro Keïta estime que c’est avec le concours de tous qu’il réussit sa mission. « Tout seul, je ne peux rien. Dans ma région, c’est les enseignants, les élèves, les parents d’élèves, les autorités administratives et politiques qui m’appuient. Parce que quand nous prenons l’an passé, on a été appuyé par les partis politiques, sinon ce n’était pas facile de gérer l’année passée 2018-2019. Donc nous remercions aussi le RPG Arc-en-ciel », a-t-il dit.

L’inspecteur régional de l’éducation de Kankan dit mesurer les nouveaux défis qui l’attendent et promet de redoubler d’ardeur pour pour maintenir le cap de la réussite.

Selon plusieurs observateurs, la confirmation de monsieur Keïta dans ses fonctions n’a rien de surprenant, d’autant plus que le secteur éducatif est fortement politisé à Kankan. Les grèves des enseignants appelées par le SLECG d’Aboubacar Soumah n’ont jamais eu d’effet dans la région. Et tout récemment, les écoles de la commune urbaine ont été fermées à l’occasion de la mobilisation organisée à Conakry pour accueillir le président Alpha Condé, qui rentrait d’une mission à l’étranger.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Kindia : véritable démonstration de force du FNDC dans la rue

4 novembre 2019 à 17 05 55 115511

Pour sa première marche organisée depuis le début des manifestations contre un troisième mandat en Guinée, l’antenne du FNDC à Kindia a réussi une véritable démonstration de force. La structure a drainé une impressionnante foule dans la rue pour dire non au changement de l’actuelle constitution ambitionné par le pouvoir en place, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Avant le début de cette manifestation, les organisateurs se montraient optimistes quant à la mobilisation des citoyens. Et ils n’ont pas été déçus en fin de compte. Car les habitants de Kindia sont massivement sortis pour répondre à leur appel. La marche est partie de la gare routière pour s’achever sur l’espace de la place des martyrs, en passant par le grand marché du centre-ville. Les manifestants ont fait ce défilé avec des cris et des coups de sifflet. Sur leurs pancartes, on retrouvait plusieurs slogans comme : « Libérez Sanoh ; non au 3ème mandat ; Deux mandats ça suffit ; Amoulanfé ».

« Tous ces slogans ce résument en deux aspects : le premier aspect, nous avons exigé la libération immédiate et sans condition de nos leaders détenus à la maison centrale, parce que ce sont des personnes innocentes qui ont été injustement arrêtées. Deuxièmement, c’est pour empêcher le président Alpha Condé et le clan mafieux qui l’entoure à obtenir un mandat de plus après le 21 décembre 2020 », a déclaré Alsény Farinta Camara, le coordinateur régional du FNDC à Kindia.

De son côté, Abdoulaye Bah, ancien président de la délégation spéciale de Kindia et chargé des affaires juridiques de l’antenne locale du FNDC, a expliqué aux citoyens qu’il n’y a aucune raison légale qui puisse justifier le changement de l’actuelle constitution voulu par les autorités guinéennes. « Il n’est écrit nulle part dans la constitution guinéenne, qu’un parti politique, un président, un député ou une coopération peut changer la constitution. Une constitution se change pour 4 raisons en science politique.

Lorsqu’un pays vit la catastrophe comme l’Allemagne qui a connu la guerre mondiale ; lorsque le pays sort d’un génocide, d’un crime comme Rwanda ; lorsque le pouvoir en place est renversé par un régime militaire ou lors que le pays change de forme d’Etat, on peut changer la constitution. Voici les 4 raisons en droit constitutionnel qui motivent le changement, le remplacement d’une constitution. Autrement, on modifie des articles précis dans la constitution. On appelle ça amendement. Les Etats-Unis en ont fait 30. Depuis 1776, l’Amérique a révisé, amendé, modifié des articles qui ne sont plus adaptés aux contextes social, économique, culturel et surtout politique », a-t-il rappelé.

Le FNDC Kindia se félicite de la réussite de cette manifestation qui, en plus d’avoir connu une forte mobilisation des citoyens, s’est déroulée sans incident. La structure promet de poursuivre le combat jusqu’à ce que le président de la République, Alpha Condé, renonce à son projet de nouvelle constitution qui lui ouvrirait la voie à un troisième mandat.

De Kindia, Mohamed M’Bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Lire

Mobilisation pour accueillir le Pr. Alpha Condé à Conakry : « c’est l’Arc-en-ciel de la Guinée »

31 octobre 2019 à 12 12 12 101210

De nombreuses personnes sont mobilisées ce jeudi, 31 octobre 2019, devant l’aéroport international de Conakry-Gbessia pour accueillir le président Alpha Condé, de retour d’un séjour à l’étranger.

Cette réception organisée par le pouvoir est une réponse à la dernière manifestation du FNDC contre un troisième mandat pour l’actuel chef de l’Etat guinéen. Une façon pour les autorités du pays de prouver qu’il y a aussi des Guinéens qui sont favorables au projet de nouvelle Constitution qui permettrait au professeur Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Interrogés par un reporter de Guineematin.com, certains jeunes mobilisés au rond-point de l’aéroport de Conakry, ont expliqué le motif de leur présence sur les lieux.

Décryptage !

Mamady Djenèba Condé

Mamady Djenèba Condé : l’objectif de notre mobilisation de ce matin, c’est d’accueillir le père de la nation, le professeur Alpha Condé ici à l’aéroport international de Conakry et lui dire que nous sommes pour la nouvelle Constitution. Notre slogan est que nous préférons les urnes à la rue. Au lieu d’aller manifester dans la rue, casser les biens des gens, nous avons dit que nous voulons aller aux urnes (le référendum constitutionnel, ndlr).

Ahmed Kassory Fofana

Ahmed Kassory Fofana, secrétaire général de la section universitaire du RPG Arc-en-ciel à l’université de Sonfonia : nous sommes là pour réserver un accueil chaleureux à notre président, le professeur Alpha Condé. Le président Alpha Condé est une chance pour la Guinée. Rares sont les présidents qui peuvent se comparer au professeur Alpha Condé. Le président Alpha Condé, c’est l’Arc-en-ciel de la Guinée, l’Arc-en-ciel de l’Afrique et l’Arc-en-ciel du monde. Alpha Condé est un président qu’il faut pour la Guinée et pour l’Afrique.

Donc, Alpha Condé a besoin une fois encore de servir la Guinée. Il faut donner l’opportunité au président de donner à la Guinée ce qu’il a dans la tête. Il a des projets pour la Guinée. Ceux qui sont contre le projet de nouvelle Constitution s’y opposent parce qu’ils ne savent pas ce qui est dans cette nouvelle Constitution. Cette nouvelle Constitution va donner des opportunités à la jeunesse que nous sommes de se porter candidate à une présidentielle. Donc la Guinée a besoin de cette nouvelle constitution.

Idrissa Bakayoko

Idrissa Bakayoko : nous sommes venus accueillir notre président, le bâtisseur de la Guinée. Vous savez, il y a deux sujets qui font l’actualité en Guinée actuellement : le débat sur la nouvelle Constitution et les élections législatives. Nous sommes là aujourd’hui pour le premier sujet. C’est-à-dire que nous voulons montrer à l’opinion nationale et internationale que les 90% de la population sont derrière le professeur Alpha Condé. Ceux qui sont contre cette nouvelle Constitution se trompent. Tout jeune conscient, soucieux de son avenir doit soutenir ce projet de nouvelle Constitution. L’actuelle Constitution a beaucoup de lacunes notamment en ce qui concerne les prérogatives du président de la République et de son Premier ministre. Il y a beaucoup d’amalgames entre les rôles. C’est pour cette raison que nous voulons d’une nouvelle Constitution.

Oumar Kéïta

Oumar Keïta : la raison de mon arrivée ici est simple. Je viens accueillir mon président, mon champion, le professeur Alpha Condé. Notre parti, c’est le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG). Donc, nous voulons rassembler tout le peuple pour soutenir notre projet de nouvelle Constitution. L’homme est un être de la culture et non un être de la nature. Je suis là par conviction, je n’ai pas reçu de l’argent pour être là comme le font croire certains.

À noter que l’ambiance est festive aux alentours de l’aéroport et des sonorisations sont installées sur les lieux pour la circonstance. Même des élèves sont visibles dans la foule mobilisée sur place.

De l’aéroport de Conakry, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. (00224) 621 09 08 18

Lire

Energie : Dr Cheick Taliby Sylla confère avec Constantin Temcheff, président de Stratégic Governance Groupe Inc

18 octobre 2019 à 16 04 03 100310

Communiqué : C’est un ministre de l’énergie attentif qui a reçu en audience l’équipe de Stratégic Governance Group Inc, conduite par son Président, le Canadien Constantin Temcheff. Elle a été introduite auprès du Ministre de l’énergie par Monsieur Yussuf UWOMAHORO. Responsable de programme IDA/BM, qui, au premier abord a décliné l’objet de la visite du groupe et situer les enjeux qui consistent au recrutement du prochain Directeur Général d’EDG et des autres dirigeants de la Société.

En prenant la parole, le Canadien Constantin Temcheff, dira que sa compagnie à l’habitude de faire ce genre de recrutement dans plusieurs pays. Pour le cas spécifique de la Guinée, ledit recrutement est une sélection inclusive ouverte à tous les guinéens et sera en conformité avec les statuts en vigueur. Selon lui, c’est une procédure rigide qui permettra à trouver le meilleur profil pour le poste de Directeur Général et des autres postes en jeu.

S’adressant à ses hôtes, Docteur Cheick Taliby, a, au nom du Président de la République, le professeur Alpha Condé et du Premier Ministre, Docteur Ibrahima Kassory Fofana, saluer à justes raisons l’apport de la Banque Mondiale, pour le développement du secteur de l’énergie en Guinée. Il a rappelé que le développement du secteur de l’électricité est une grande priorité pour l’Etat guinéen, qui y investi d’énormes ressources. « Les efforts déployés par le Gouvernement pour maintenir EDG en l’état sont constants ». Instillera – t –il avant de formuler ses souhaits de réussites de ce programme de recrutement.

Pour le Ministre de l’énergie, suite à ce recrutement, il s’attend à des actes concrets que poseront les nouvelles Directions en vue de faire face aux difficultés inhérentes à la gestion et à la production électrique. Aussi, pour lui, les grands axes de gestion et de la production électrique à EDG se feront au rythme des nouveaux usages électriques, c’est-à-dire au rythme de la forte demande exponentielle des clients. Toutes choses qui mettraient en exergue la responsabilité collective des citoyens et du monde de l’énergie électrique pour préserver les acquis posés par le gouvernement.

En somme, tout le souhait ardent du Ministre de l’énergie est que celui qui sera recruté apportera une nouvelle démarche de gestion qui consistera à transformer cette entreprise.

Le message du Ministre de l’Energie est passé. Quant au Président, de Stratégic Governance Group Inc, le Canadien Constantin Temcheff et le représentant de la Banque Mondiale, ils promettent de s’y atteler dans la plus grande transparence.

L’Unité fonctionnelle de Communication du Ministère de l’énergie

Lire

Affaire 3ème mandat : voici ce que BAKAYOKO demande à Alpha Condé

17 octobre 2019 à 18 06 08 100810

Lettre Ouverte : A Monsieur le président de la République, professeur Alpha Condé

Monsieur le président de la République,

Aucun pays n’interdit la modification de sa Constitution. Les plus civilisés, la France, l’Allemagne, l’Angleterre, le Canada, les Etats-Unis… le font très souvent. Ce qui est interdit, c’est de la modifier en sa faveur. Moi je n’ai pas lu votre texte mais vous qui l’avez fait rédiger, savez bien qu’il est à votre faveur, donc interdit. Il ne me s’emble pas nécessaire de commenter ce sujet parce que cela n’est pas l’objet de ma lettre.

Monsieur le président de la République,

Je vous écris uniquement pour attirer votre attention sur le fait que j’ai remarqué qu’aujourd’hui, vous et votre homologue ivoirien Alhassane Ouattara êtes en train de répéter l’histoire de vos aînés Ahmed Sékou Touré et Félix Houphouët Boigny, hier.

Hier (1958), Félix Hophouët Boigny voulait bel et bien une indépendance totale et dire « NON » à la proposition du Général De Gaulle mais sa ruse de pousser Ahmed Sékou Touré à prendre les devants, plonger dans les flots rapides du fleuve et se noyer, lui avait permis de rectifier le tir.

Aujourd’hui (2019), Monsieur le Président de la République, ne commettez pas la même erreur qu’Ahmed Sékou Touré et n’acceptez pas qu’Alassane Ouattara qui veut bel bien un 3ème mandat fasse la même ruse que Félix Hophouët Boigny, vous pousse à prendre les devants pour plonger dans les flots rapides du fleuve et vous noyer pour lui permettre, sans aucun doute, de rectifier le tir.

Monsieur le président de la République,

Contrairement aux autres opposants, moi je ne vous demande même pas de renoncer au 3ème mandat que vous désirez tant, parce que cela également n’est pas l’objet de ma lettre même si je suis conscient d’avoir le devoir de vous le dire.

Je vous demande simplement de ne pas le faire avant votre « ami » Alassane Ouattara, c’est à dire de ne pas laisser celui-ci vous faire aujourd’hui exactement ce que Félix Houphouët Boigny avait fait hier à son « ami » Ahmed Sékou Touté.

Monsieur le président de la République,

Pour éviter que les Ivoiriens se moquent de nous en disant qu’ils sont éternellement plus malins que nous, au nom du peuple de Guinée, je vous demande humblement, Monsieur le président de la République, de laisser, cette fois-ci, Alassane Ouattara prendre les devants et plonger. S’il se noie, vous aurez la chance et la bénédiction de savoir quoi faire.

Veuillez agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de ma très haute considération.

Abdourahamane BAKAYOKO

Président des DÉMOCRATES GUINÉEN

Lire

Elhadj Sekhouna contre un 3ème mandat : le PADES applaudit le Kountigui…

5 octobre 2019 à 19 07 55 105510

Autrefois célébrée avec faste, la fête de l’indépendance guinéenne attire de moins en moins. Sa célébration, le mercredi 02 octobre 2019, n’a pas échappé à ce triste constat où l’ambiance était plus que morose. Les responsables du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) ont fustigé cet état de fait ce samedi, 05 octobre, à l’occasion de leur assemblée générale hebdomadaire, tenue au siège du parti à Nongo, dans la commune de Ratoma, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour Mohamed Kaba, coordinateur des affaires administratives du PADES, le fait que la fête ne soit pas célébrée à Kindia, conformément au programme initial du gouvernement, renvoi une mauvaise image du pays. « Cette fête, c’est le symbole de notre souveraineté. Malheureusement, vous avez pu le constater, elle n’a pas été célébrée à la hauteur de ce qu’elle représente pour notre nation. Quelque soit les difficultés, nous devons essayer quand même de montrer que ce jour est un jour important pour nous, c’est aussi un jour important pour la nouvelle génération et pour la génération future. Ces enfants qui doivent s’identifier culturellement et historiquement par rapport aux hauts faits de notre pays et je pense qu’il ne faut pas les en priver. La fête n’a pas pu se tenir parce que les dispositions prévues pour l’organisation de la fête, dans le cadre des fêtes à Kindia, les infrastructures n’étant pas prêtes, le gouvernement ne l’a pas officiellement célébré. Ce que nous fustigeons, parce que pour nous, la gouvernance a plusieurs piliers. L’un des piliers importants, c’est la prévoyance. Il faut pourvoir prévoir, pouvoir prendre des dispositions pour qu’on soit vraiment au rendez-vous de l’histoire, qu’on ne soit pas toujours absent », préconise monsieur Kaba.

Mohamed Kaba, coordinateur des affaires administratives du PADES

Pour ce responsable du PADES, « nous Guinéens aurions aimé célébrer cette fête dans la ferveur et dans l’unité. Parce que cela est important. Ce sont des occasions qui permettent aux peuples de manifester leur intérêt commun, leur avenir commun et leur devenir commun, c’est le lieu de réunir toute la famille, toute la nation guinéenne au tour des valeurs de notre République, c’est extrêmement important et cela devrait se faire. Nous souhaitons que ce qui s’est passé cette année ne se reproduise plus », a laissé entendre le président de la séance.

Par ailleurs, Mohamed Kaba a exhorté les autorités à organiser des élections législatives transparentes pour que l’Assemblée nationale retrouve sa légitimité. « C’est important cette question d’élections législatives, parce qu’elles vont nous permettre de tourner une page importante de notre pays. Aujourd’hui, nous avons une Assemblée qui est caduque et une assemblée illégitime, parce que son mandat dévolue par le peuple est échu depuis très longtemps… Donc, il est important que des dispositions soient prises pour que ces élections soient organisées de façon transparente, de façon inclusive, de façon crédible. C’est ce qui va permettre au peuple de Guinée de renforcer sa démocratie et ça va nous permettre d’éviter des troubles dans le pays », soutient-il.

Elhadj Sekhouna Soumah, Kountigui de la Basse Côte

En outre, le coordinateur administratif du PADES a salué la sortie médiatique d’Elhadj Sékhouna Soumah, le Kountigui de la Basse Côte, opposé au projet de nouvelle Constitution. « L’intervention du sage, Elhadj Sékhouna… voilà un monsieur qui prend ses responsabilités vis-à-vis de l’histoire, de façon claire et nette, et il l’a dit. Nous adhérons à ce qu’il a dit. Parce que ce qu’il a dit, c’est la vérité. Aujourd’hui, il faut faire attention, nous sommes dans une situation où si nous ne faisons pas attention, nous risquerions ce que nos pays voisins ont connu. Ce monsieur l’a dit, il faut combattre le troisième mandat et nous avons compris qu’en Basse côte, le troisième mandat ne passera pas ».

Enfin, Mohamed Kaba a fait référence à la réunion de Niamey où des chefs d’Etat ont affirmé clairement qu’il faut combattre leurs homologues qui veulent s’accrocher au pouvoir au-delà de leurs mandats légaux. « Vous avez vu la réaction de certains chefs d’Etat, la réaction du président en exercice de la CEDEAO, Mahamadou Issoufou. Il a dit ceci : « le plus grand bonheur pour moi, c’est de pouvoir passer le témoin à un président démocratiquement élu.. » Aujourd’hui, en Guinée, nous sommes en train de nous battre contre vents et marées pour que ce principe là soit accepté, pour que notre pays puisse aller dans ce sens. A l’extérieur, nous avons un écho favorable ; et, cela, je pense que ça doit avoir des répercussions », a dit monsieur Kaba.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Conseil des ministres : voici le compte rendu de ce 03 septembre

4 octobre 2019 à 9 09 35 103510

Conakry, le 3 Octobre 2019 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 03 octobre 2019, de 10h à 13h, avec l’ordre du Jour suivant :

I. MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

II. COMPTE RENDU DES SESSIONS ORDINAIRE DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DES MARDIS 10, 17, 24 SEPTEMBRE ET 1er OCTOBRE 2019

III. QUESTIONS DIVERSES

Au titre du premier point de l’ordre du jour

Le Président de la République a invité le Ministre de la justice à poursuivre et intensifier les reformes au niveau de son département tout en veillant au respect strict des lois de la République, en vue de qualifier davantage le cadre légal dans lequel évoluent les Guinéens et les étrangers résidant en Guinée

Le Chef de l’Etat a exigé des Ministres en charge de la Jeunesse et du Budget le règlement à temps des subventions destinées au financement des activités du Fonds National d’Insertion des Jeunes (FONIJ)

Le Président de la République a instruit le Ministre en charge de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale de faire un recensement exhaustif des nombreuses avancées enregistrées dans le domaine de la protection des Droits Humains afin d’alimenter et mieux motiver le rapport national sur le 3eme Examen Périodique Universel (UPU) sur la Guinée, notre pays péchant souvent par un déficit de transmission des progrès significatifs réussis dans ce domaine, aux institutions internationales

Le chef de l’Etat a insisté sur le respect des dispositions règlementaires relatives au Contenu local, particulièrement à la notion de préférence nationale privilégiant dans certaines limites, les sociétés de nationalité guinéenne par rapport aux société de droit guinéen dans l’attribution de marchés publics

Le Président de la République a instruit les départements ministériels et les services publics concernés à diligenter la mise en place des filières de café, du cacao et de l’anacarde tout en procédant à l’homologation de prix bord champs incitatifs pour les producteurs et en règlementant les circuits de commercialisation et en organisant les chaines de valeur. Les départements en charge de l’agriculture, de l’Economie, du Budget et du Commerce sont invités à la mise en place de ces filières

Le Chef de l’Etat a instruit d’étendre la mission des Brigades mixtes chargées de l’interdiction des occupations illicites des domaines publics aux activités de contrôle liées à l’assainissement et à l’insalubrité de lemme qu’au contrôle de commercialisation de produits prohibés et médicaments et aliments périmés

Le Président de la République a demandé aux départements ministériels concernés de diligenter la formation professionnelle des jeunes destinés à l’exploitation des boulangeries en conteneurs déjà livrées afin d’en faire également des formateurs pouvant initier d’autres jeunes à cette activité

Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de prendre à temps toutes les dispositions requises afin de garantir une réussite totale à la fête tournante de l’indépendance nationale qui sera célébrée en 2020, dans la région administrative de Kindia

Le Président de la République a informé le Conseil de la visite d’amitié que doit effectuer en Guinée à partir du 04 décembre prochain, le Président de la République d’Afrique du Sud, Mr Cyril Ramaphosa. Il a indiqué que les Chefs d’Etat du de Djibouti et du Kenya sont également attendus à Conakry au courant du mois de Décembre 2019

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel des 10, 17, 24 septembre et du 1er octobre 2019.

Dans ce cadre, le Conseil a entendu successivement

Le Ministre de la Fonction Publique de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration a soumis pour examen le projet de Loi portant Code de Conduite de l’Agent Public.

Il a indiqué que parmi les maux qui entravent l’efficacité de l’action publique et affectent la délivrance des services de qualité aux populations, figurent le manque de professionnalisme et le déficit d’intégrité morale et d’éthique professionnelle des agents publics.

Le Ministre a souligné qu’à l’examen de ces facteurs de déficience de l’action publique, il est apparu nécessaire de mener des reformes énergiques avec l’élaboration d’un code de bonne conduite en vue d’améliorer la gouvernance et lutter efficacement contre la corruption.

Il a indiqué que le présent code comprend 50 articles, chacun d’eux traitant de manière précise un élément particulier de la mise en forme de l’éthique publique.

Au terme de la Présentation, le Conseil a soutenu l’esprit de réforme qui guide le Ministre et approuvé le projet de code de bonne conduite de l’Agent Public

Le Ministre des Transports a soumis à l’attention du Conseil trois séries de documents pour approbation portant respectivement sur : la Lettre de Politique Sectorielle des Transport (LPST), le Plan de Déplacement Urbain de Conakry (PDU) et le Plan national de Sécurité Routière (PNSR).

S’agissant du Plan de Déplacement Urbain de l’agglomération de Conakry, il a indiqué que ce document a été soumis, après études, au Comité Interministériel pour l’Aménagement du territoire (CIAT), le 26 Juin 2019, sous la présidence du Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Quant à la sécurité routière, il a rappelé que ce sont les Etats Généraux qui ont clairement ouvert la voie pour la mise en œuvre des cinq piliers du Plan National de Sécurité Routière.

Le Ministre a rappelé que dès la constitution du Gouvernement, le Premier Ministre a fixé à son département la responsabilité de trouver des solutions à la circulation routière dans la capitale. Ainsi, avec l’appui de l’équipe d’assistance technique du Projet d’appui au secteur des transports, financé par l’Union Européenne, son département a lancé l’étude d’un Plan de Déplacement Urbain (PDU) pour la mobilité dans la capitale.

L’étude a abouti à des recommandations dont entre autres :

La reconstruction d’un réseau de transport en commun multimodal desservant toute l’agglomération de Conakry ;
L’articulation des transports en commun avec un développement urbain résolument polycentrique, validé par l’étude du ‘‘Grand Conakry, vision 2040’’ ;
L’amélioration de l’efficacité économique des transports collectifs des communes de l’agglomération incluant CoyaH et Dubréka, en maitrisant les couts d’exploitation pour limiter les subventions d’Etat, par la création d’une Autorité Organisatrice du Transport Urbain de Conakry.

En ce qui concerne la sécurité routière sur le territoire, l’analyse a porté sur les cinq piliers reconnus par les Nations-Unies sur la base desquels son département a lancé un certain nombre de réformes comme le projet de code de la route, le décret de création de l’AGUISER.

A côté de ses réformes proposées, le Ministre a avancé des constats sur l’état de nos routes sur le manque des moyens alloués à la sécurité routière et à l’assurance des victimes des accidents de routes.

Afin de faire face à ces problématiques, le Ministre a soumis pour adoption, les résolutions issues de l’atelier de présentation du Plan de Déplacement Urbain de Conakry et les Etats Généraux de la sécurité Routière.

Au terme des débats, le Conseil a salué le travail remarquable fait par le Ministère des Transports et adopté les projets de Décret proposés. Le Conseil a également recommandé au Ministre de travailler à une base institutionnelle minimale afin de tenir la date de novembre prochain pour la tenue de la table ronde avec les bailleurs de fonds pour le financement des projets identifiés

Le Conseil reste par ailleurs attentif aux résultats de la rencontre entre le Ministère des Mines et le Ministère des Transports autour de la Loi ferroviaire

Le Gouverneur de la Banque Centrale a soumis pour examen le projet de Loi relative aux Bureaux d’Information sur le Crédit en République de Guinée.

Le Gouverneur a rappelé qu’en dépit des reformes monétaires et financières engagées ces dernières années, le système financier guinéen, à l’instar de celui de la plupart des pays en développement, ne joue pas encore pleinement son rôle dans le financement de l’économie.

Il a indiqué que les études menées ont montré qu’une des principales contraintes au développement du crédit bancaire en Guinée réside dans les difficultés que les institutions financières éprouvent à disposer d’information fiables cohérentes sur les demandeurs de crédit.

Il a souligné que ce bureau d’information sur le Crédit permettra de faciliter la prise de décision au niveau du financement, de réduire le taux des créances douteuses et litigieuses et de rendre encore plus accessible le crédit au profit des PME/PMI et des particuliers. Ce bureau permettra également d’améliorer le rang de la République de Guinée au niveau du classement « Doing Business » de la Banque Mondiale.

Au terme des débats, le Conseil a approuvé le projet de Loi à soumettre à la plus prochaine session du Parlement

Le Ministre chargé des Investissements et des Partenariats Publics Privés a fait une communication relative au Programme Millenium Challenge Corporation (MCC) : avantages, enjeux et défis.

Le Ministre a souligné que l’atteinte de l’émergence à l’horizon 2040, passe nécessairement par la construction d’infrastructures solides et modernes. Le programme Millenium Challenge Corporation est l’une des solutions pour répondre à cette épineuse préoccupation du Gouvernement.

Pour cela, il faudrait être éligible au programme. Ainsi pour chaque pays candidat, l’éligibilité au programme du MCC est basée sur l’évaluation de vingt (20) indicateurs de performance de bonne gouvernance, de capital humain, de libertés politiques et économiques traités et notés par des institutions indépendantes.

Il a rappelé que le programme MCC offre aux pays sélectionnés deux types d’aide financière selon leur performance :

Le programme Seuil (Threshold)
Le programme Compact. Le montant moyen de cette subvention est de 350 millions de dollars US.

Il a précisé que pour être éligible au programme Compact du MCC, il faudrait un travail constant et un engagement sur plusieurs années. Pour y arriver, le Ministre a ajouté qu’il faudrait une forte volonté politique. Aussi les actions suivantes sont à mener :

Procéder à la vulgarisation dans la plupart des ministères des reformes ont été menées mais elles sont très peu vulgarisées,
Mener des réformes sur certains indicateurs,
Présenter un bilan sur la lutte contre la corruption et l’organisation d’élections législatives.
Le Ministre a rappelé que pour pouvoir évoluer dans le programme MCC, la stratégie du MIPPP a été de créer une unité de coordination avec pour unique objectif l’atteinte du programme seuil d’ici 24 mois. L’Unité de coordination a identifié huit (8) indicateurs sur lesquels elle travaille actuellement en étroite collaboration avec les ministères concernés en vue d’atteindre les objectifs du programme MCC

Au terme des débats, le Conseil a retenu la nécessité de coordonner les efforts des équipes travaillant dans l’amélioration de la perception pays. Qu’il s’agisse du CPI, du Doing Business ou du MCC.

Le Ministre des Mines et de la Géologie a fait une communication relative à la Mise en œuvre de l’Accord Intergouvernemental de Facilitation du Transport des Ressources Naturelles d’origine guinéenne via les infrastructures situées en territoire libérien, signé le 25 octobre 2013, entre la République de Guinée et la République du Libéria.

Il a rappelé que le dernier accord intergouvernemental conclu entre la Guinée et le Libéria pour l’évacuation de produits miniers guinéens par le territoire libérien est le Protocole de Facilitation du Transport des Ressources Naturelles d’origine guinéenne qui date de 2013.

Depuis son département a ouvert des consultations avec les autorités libériennes qui ont abouti au recrutement d’un consultant qui a rédigé l’accord d’Implémentation, visant à définir le mode opératoire détaillé du Protocole intergouvernemental du 25 octobre 2013. La partie libérienne a validé ces principes à la veille de la visite de travail et d’amitié que S.E.M. le Président de la République du Libéria a effectuée en Guinée en juillet 2019.

Ce projet d’Accord d’Implémentation est organisé en 5 chapitres et se fixe comme objectif général de promouvoir une utilisation partagée des infrastructures de transport au Libéria, et des objectifs spécifiques.

Le Ministre a indiqué que ce projet d’Accord d’Implémentation est à la fois suffisamment précis pour encadrer et faciliter la rapide concrétisation du passage de produits miniers guinéens par le territoire libérien, et suffisamment ouvert, afin d’élargir si nécessaire le champ de la coopération entre les deux pays au-delà des infrastructures existantes.

Au terme des débats, le Conseil a reconnu l’intérêt pour la partie guinéenne de privilégier la stabilité juridique dans les délais d’évaluation du contrat. Le Conseil a en outre approuvé le texte

Le Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale a fait une communication relative à la Présentation du Rapport National sur le troisième Examen Périodique Universel (EPU) de la République de Guinée.

Le Ministre a rappelé que depuis son avènement, en 2010, à la magistrature suprême de la République de Guinée du Professeur Alpha Condé notre pays a retrouvé, progressivement et remarquablement, sa place d’antan comme Etat fréquentable capable de tenir ses engagements internationaux.

Il a souligné que c’est cette volonté ferme qui a abouti aux résultats dont entre autres :

La participation de la Guinée à toutes les rencontres internationales sur les droits de l’homme ;
La mise à jour de la Guinée en matière de dépôt des différents rapports devant les organes de traités des Nations Unies et de la Sous-région ;
Le passage de la Guinée pour les différents Examens Périodiques Universels (EPU) devant le Conseil des Droits de l’homme à Genève : EPU 2010, 2015 et 2020 ;
Le passage, en 2013 et 2018, de la Guinée devant le comité contre la torture des Nations Unies et ce après plus de 30 ans d’absence.

Le Ministre a expliqué que l’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme unique du Conseil des droits de l’homme ayant pour but d’améliorer la situation des droits de l’homme dans chacun des États membres des Nations Unies. Il consiste à examiner, dans les sessions de janvier/février, avril/mai et octobre/novembre, tous les cinq ans les réalisations des Etats.

Le résultat de chaque examen est un « document final » listant les recommandations faites à l’État examiné qu’il devra mettre en œuvre avant l’examen suivant.

Le Ministre a souligné que dans la perspective de ce troisième examen prévu en janvier 2020, son département a élaboré un rapport au nom de la Guinée comportant les avancées en matière de promotion et protection des droits de l’homme dans notre pays. Il ressort aussi les défis auxquels notre pays fait face dans sa perpétuelle volonté de mettre cette problématique au cœur de ses préoccupations.

Il a signifié au Conseil que l’adoption de ce rapport permettra sa soumission, en octobre 2019, au Conseil des droits de l’homme à Genève pour son examen en janvier 2020.

Au terme des débats, Sous réserve de la prise de ses observations, le Conseil a approuvé le texte

III. AU TITRE DES QUESTIONS DIVERSES

Le Ministre du Budget a informé le Conseil de l’arrivée de la délégation du Fonds Monétaire International en République de Guinée. Il a invité le Ministère des Travaux et des Investissements à s’impliquer fortement dans les négociations.

Le Ministre des Transports a informé le Conseil des dispositions qu’il a pris suite au communiqué de la compagnie Royal Air Maroc faisant planer de fortes présomptions sur l’identité et l’origine du jeune homme mort retrouvé dans le train d’atterrissage d’un avion en provenance de Conakry.

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a attiré l’attention du conseil sur la nécessité d’appliquer les mesures de contenu local aux projets de construction des infrastructures afin de favoriser la relocalisation des ressources.

Avant de lever la séance le Président de la République a donné au Conseil de larges informations sur la situation nationale et internationale

Le Conseil des Ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Lire

02 octobre : quand la pluie gâche la fête à Conakry

2 octobre 2019 à 15 03 54 105410

A l’occasion de la célébration du 61ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance ce mercredi, 02 octobre 2019, le président de la République, Alpha Condé, a déposé une gerbe de fleurs à la place des martyrs située tout près du palais présidentiel, dans le centre-ville de Kaloum. Une façon pour le chef de l’Etat de rendre hommage à tous ceux qui ont perdu la vie dans le combat pour la décolonisation de notre pays. Mais, la célébration de cette fête nationale a été perturbée par la pluie qui s’est abattue sur la capitale guinéenne, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Selon le programme préalablement établi, après le dépôt de la gerbe de fleurs, le président Alpha Condé devait s’adresser à ses compatriotes à l’occasion de cette fête nationale. Mais, les choses ne se sont finalement pas déroulées comme prévu. Car, dès l’arrivée du cortège présidentiel à la place des martyrs, une forte pluie s’est abattue sur les lieux. Alpha Condé lui-même a été mouillé, ce qui l’a emmené à écourter la cérémonie. Il s’est contenté de déposer la gerbe de fleurs et de serrer la main des officiels présents avant de se retirer sans prononcer le moindre discours.

Ibrahima Kassory Fofana, Premier ministre

Les messages de Kassory, Bouréma Condé et Mouctar Diallo

Les membres du gouvernement, les présidents des institutions nationales, les diplomates accrédités en Guinée ainsi des compagnons d’indépendance ont pris part à l’événement. Et, certains ministres en ont profité pour adresser des messages au peuple de Guinée. C’est le cas du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana. Le chef du gouvernement guinéen a exprimé sa joie d’avoir participé à cette fête nationale.

« C’est avec beaucoup de plaisir que nous vivons ce moment. Et nous remercions Dieu ne nous avoir donné l’opportunité de vivre l’an 61 de notre indépendance. Nous remercions également Dieu de nous avoir permis, sous la bannière du professeur Alpha Condé, de participer tant soit peu au développement de notre pays et à la consolidation de l’unité nationale, d’aider au progrès social et économique. Les défis de la Guinée, c’est celui de la paix, de la sécurité et le plus grand défi est celui du développement de la Guinée. Parce qu’après tout, c’est le bonheur des uns et des autres. Bonne fête aux Guinéens », a dit Kassory Fofana.

Mouctar Diallo, ministre de la jeunesse

Mouctar Diallo, le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, a mis l’occasion à profit pour inviter tous les Guinéens à jouer leur rôle pour le développement de la Guinée. « Je voudrais souhaiter à toute la jeunesse guinéenne, à tous les Guinéens, qu’ils soient en Guinée ou à l’étranger, joyeuse fête d’indépendance, en même temps leur dire que le chemin que nous avons fait est un chemin important. Que chacun joue pleinement sa partition pour surmonter les défis qui nous interpellent. Des défis en termes de promotion de la jeunesse, de développement économique suivant la consolidation des acquis démocratiques, de renforcement des institutions républicaines. Tout cela pourra effectivement contribuer à faire de notre pays, une Guinée véritablement unie, démocratique et prospère dans l’intérêt de tout le monde », a-t-il dit.

Général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation

De son côté, le Général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, est revenu sur les motifs du report des festivités officielles qui étaient prévues cette année à Kindia. « La fête est belle quand les infrastructures sont là au grand complet. On a reporté la célébration de la fête de l’indépendance d’un an pour permettre aux différents entrepreneurs qui sont sur les chantiers d’avoir leurs chantiers achevés. Mais, quand une fête est reportée, la date n’est jamais reportée. Le 02 octobre reste pour l’éternité la date anniversaire de l’indépendance guinéenne. Et, c’est pour cette raison que vous avez le gotha administratif réuni aujourd’hui autour du chef de l’Etat à la place des martyrs pour le dépôt de la gerbe de fleurs. Je souhaite à tous les Guinéens un joyeux anniversaire », a lancé le ministre.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 224 623 53 25 04

Lire

02 octobre : grande mobilisation et ambiance festive à Yomou

2 octobre 2019 à 15 03 47 104710

Les habitants de la préfecture de Yomou se sont massivement mobilisés ce mercredi, 02 octobre 2019, pour participer à la célébration du 61ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance. Ils ont salué la mémoire et la bravoure des anciens qui ont lutté pour permettre à notre pays d’avoir sa souveraineté, rapporte le correspondant de Guineeematin.com sur place.

Ambiance festive, c’est ce qui a prévalu ce mercredi, 02 octobre 2019, dans la commune urbaine de Yomou. Dans la matinée, les autorités locales, les différentes couches socioprofessionnelles ainsi que de nombreux anonymes dont des femmes et des enfants, ont rallié la place des martyrs de la ville. Le secrétaire général chargé des affaires administratives de la préfecture, au nom du préfet de Yomou en mission à Conakry, a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire de ceux qui ont perdu la vie dans le combat pour l’indépendance de la Guinée.

Christophe Lamah, SG chargé des affaires administratives de la préfecture de Yomou

« Je me rappelle du 02 octobre 1958, date à laquelle notre cher président Ahmed Sékou Touré a déclaré devant Charles De Gaulle que nous préférons la liberté dans la pauvreté qu’à l’opulence dans l’esclavage. Pour lui, la liberté n’a pas de prix. Parlant toujours de cette fête, lors du 55ème anniversaire célébré en 2013, la préfecture de Yomou avait bénéficié de plusieurs infrastructures comme la rénovation de ce bijou qui est le bloc administratif avec tout son équipement, la construction de la police et de la gendarmerie pour ne citer que ceux-là. Tout cela, grâce à l’initiative du président de la République, professeur Alpha Condé, d’organiser cette fête de façon tournante à travers le pays. J’ose croire cette fête appartient à tous les Guinéens et Guinéennes sans compter l’appartenance religieuse, politique, sociale », a déclaré Christophe Lamah, secrétaire général chargé des affaires administratives de la préfecture de Yomou et président de la commission d’organisation de ces festivités.

Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, président du parti UDRP

Des festivités qui ont connu aussi la présence des responsables locaux des différents partis politiques, présents dans cette préfecture. C’est le cas de Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, président du parti UDRP, qui réside aux Etats-Unis. « La fête de l’indépendance est une fête pour tous les Guinéens sans compter une coloration politique, religieux et ethnique. Nous sommes là cette année parce que nous sommes tous guinéens. J’ai décidé de fêter cette fête ici parce que je suis de Yomou et je suis guinéen. Je remercie les autorités pour la forte mobilisation et tous les citoyens de Yomou qui se sont comportés en bons guinéens du 02 octobre 1958 », a dit l’acteur politique.

Après le déroulé du programme d’activités de ce 61ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée, les citoyens se sont dispersés dans la joie et le calme.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Lire