Ouverture de la session parlementaire : Faya Millimono « profondément choqué »

20 avril 2020 à 13 01 53 04534

Dr Faya Millimono, président du BL

Comme annoncé précédemment, la première session inaugurale de la nouvelle Assemblée nationale est prévue demain, mardi 21 avril 2020, à Conakry. Celle-ci se tient dans un contexte de crise sanitaire marquée par la propagation inquiétante du coronavirus dans le pays. Une situation qui met en colère le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimono. Au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, ce lundi 20 avril, l’opposant a dénoncé « l’irresponsabilité » du pouvoir guinéen, qui continue, selon lui, d’exposer les Guinéens à la maladie de Covid-19 pour des raisons purement politiques.

Lire

Fermeture des mosquées : un imam plaide pour l’allègement de cette mesure

17 avril 2020 à 16 04 47 04474

La fermeture des mosquées, décidée par le président Alpha Condé, continue de susciter un débat au sein de l’opinion. Pour le grand imam d’Ansoumanyah Plateau 2, dans la préfecture de Dubréka, cette mesure n’est pas du tout souhaitable et elle doit être allégée. Il l’a dit au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, ce vendredi 17 avril 2020.

Lire

COVID-19 : le panier de la ménagère durement impacté à Conakry

8 avril 2020 à 22 10 26 04264

La pandémie du coronavirus qui sévit en Guinée depuis quelques semaines, affecte tous les domaines. Et comme lors de la plupart des crises, le panier de la ménagère n’est pas en reste. Plusieurs produits agricoles qui quittent l’intérieur du pays pour Conakry ont connu la hausse de leur prix. C’est le constat fait par un reporter de Guineematin.com au marché de Matoto.

Lire

Mesures d’accompagnements annoncées par le Premier ministre réelles ou virtuelles ?

7 avril 2020 à 9 09 53 04534

Ibrahima Kassory Fofana, Premier ministre, chef du Gouvernement

Comme dans une course contre la montre, les gouvernements du monde entier se livrent actuellement à un exercice : celui d’estimer le coût de la prise en charge de la pandémie mais aussi les conséquences de cette pandémie sur leurs économies. Le nôtre n’a pas fait exception. Dans une adresse à la Nation, le Premier ministre a déroulé ce lundi soir toute une panoplie de mesures pour faire face à la pandémie.

Lire

Bah Oury sur la nouvelle constitution : « cela nous ramène à avoir un guide suprême à la tête du pays »

7 avril 2020 à 9 09 04 04044

Bah Oury, président du parti UDD

Dans un décret rendu public hier, lundi 6 avril 2020, le président de la République a promulgué sa nouvelle constitution, issue du très controversé référendum du dimanche 22 mars dernier. Joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com quelques minutes après la publication de ce décret, Bah Oury, le président de l’Union pour la Démocratie et le Développement, a parlé de grave recul démocratique visant à instaurer une oligarchie à la tête du pays.

Lire

Koundara : des gendarmes accusés d’exactions sur des citoyens

6 avril 2020 à 16 04 41 04414

Les accusations contre les forces de sécurité se multiplient depuis l’instauration d’un couvre-feu nocturne en Guinée. Une décision prise par le président de la République dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus dans le pays. Après Conakry et Dubréka, c’est à Koundara où des citoyens se plaignent d’exactions perpétrées par des agents de sécurité.

Lire

Dubréka : la police accusée de profiter du couvre-feu pour commettre des exactions

3 avril 2020 à 13 01 50 04504

image d’archive

Plusieurs plaintes se font entendre ces derniers jours à Ansoumanyah Plateau 2, dans la préfecture de Dubréka. Des habitants de cette localité, collée à la capitale, Conakry, accusent des agents de la police de profiter du couvre-feu nocturne décrété par le président de la République pour y commettre des exactions. Un reporter de Guineematin.com est allé à la rencontre de quelques victimes de ces abus des forces de l’ordre.

Lire

Etat d’urgence sanitaire ou un simple faire-semblant ?

31 mars 2020 à 9 09 44 03443

Alpha Condé, président de la République

Si les Guinéens ne connaissent pas l’état d’urgence, ils connaissent en revanche l’état de siège. Au pire moment de la crise de janvier et février 2007, le gouvernement avait instauré un état de siège. Lequel était très contraignant pour le citoyen, privé de sa liberté. Sur la base de cette réalité vécue il y a 13 ans, les citoyens s’attendaient à une certaine restriction de leur liberté après l’instauration de l’état d’urgence sanitaire. Rien n’en est. Cet état d’urgence n’a eu pour le moment aucun impact sur le quotidien du citoyen.

Lire

Lutte contre le COVID-19 : des guinéens sur les mesures contraignantes annoncées par Alpha Condé

27 mars 2020 à 19 07 26 03263

Comme annoncé précédemment, le président de la République a décrété hier, jeudi 26 mars 2020, « l’Etat d’urgence sanitaire » en Guinée. Le président Alpha Condé a annoncé plusieurs mesures « contraignantes » qui visent à limiter la propagation de la maladie de COVID-19 dans le pays. Ces mesures vont de la fermeture des écoles à la limitation du nombre de passagers dans le transport urbain, en passant par la fermeture des lieux de cultes et des bars entre autres.

Lire

Coronavirus : 3 nouveaux cas confirmés en Guinée

27 mars 2020 à 9 09 39 03393

La pandémie de Coronavirus gagne du terrain en Guinée. Trois nouveaux cas viennent d’être détectés dans le pays, a appris Guineematin. L’annonce a été faite dans la matinée de ce vendredi, 27 mars 2020, par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire. Il s’agit de deux citoyennes de nationalité française et d’une guinéenne.

Lire

Détournement à l’OGC : un témoin charge l’ancien directeur général et son comptable

17 mars 2020 à 10 10 46 03463

Le procès de Mamadou Saliou Barry, ancien comptable de l’Office Guinéen des Chargeurs (OGC), s’est poursuivi hier, lundi 16 mars 2020, au tribunal de première instance de Kaloum. Cette audience a été marquée par la comparution à titre de témoin, d’Ibrahima Sorel Sankhon, ancien directeur général adjoint de l’OGC. Ce dernier a chargé ses ex collaborateurs impliqués dans ce dossier, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters qui était sur place.

Lire

Riposte contre le coronavirus : voici les nouvelles mesures prises par Alpha Condé

13 mars 2020 à 12 12 02 03023

Face à la propagation du coronavirus, qui vient de toucher la Guinée (un premier cas a été confirmé à Conakry), les autorités du pays renforcent le dispositif de surveillance pour contrôler la situation. C’est dans ce cadre que le président de la République, Alpha Condé, a annoncé de nouvelles mesures à mettre en œuvre.

Lire

Tenue des élections le 15 mars : la Cour Constitutionnelle désavoue le président de la CENI

12 mars 2020 à 16 04 43 03433

Mohamed Lamine Bangoura, président de la Cour Constitutionnelle

On en sait un peu plus sur les raisons pour lesquelles le double scrutin législatif et référendaire ne se tiendra pas le 15 mars prochain. On apprend que le président de la CENI avait effectivement introduit une requête auprès de la Cour Constitutionnelle pour que celle-ci l’autorise à saisir le président de la République pour la fixation de la date des élections législatives et référendaire le dimanche, 15 mars 2020.

Lire

Guinée : Alpha Condé face à la terrible épreuve de quitter le pouvoir

2 mars 2020 à 9 09 52 03523

Il est vrai qu’avant de s’engager en politique on est déjà psychologiquement prêt à recevoir tous les coups. Au figuré comme au propre. Il est tout aussi vrai qu’Alpha Condé en a reçu beaucoup de coups. Particulièrement après l’élection présidentielle de 1998. Période durant laquelle il a été privé de sa liberté par le régime auquel il était farouchement opposé. Paradoxalement, cette traversée du désert, que l’homme a connue, semble être moins difficile pour lui que cette autre épreuve de quitter le pouvoir.

Lire

La Guinée classée meilleure destination des investissements miniers en Afrique : le ministre Magassouba s’engage

2 mars 2020 à 7 07 41 03413

Abdoulaye Magassouba, ministre des Mines et de la Géologie

Publireportage : La République de Guinée vient d’être placée à la tête du tableau des pays africains les plus attractifs et favorables pour les investissements miniers en Afrique. C’était à la faveur de la publication du dernier rapport de l’Institut Fraser pour l’année 2019 rendu public le 25 février dernier.

Lire

Nouvelle constitution ou le complot contre le RPG et son leader

26 février 2020 à 14 02 21 02212

Alpha Condé tient coûte que coûte à changer la Constitution pour avoir un mandat à vie à la tête de la République de Guinée

Pour convaincre le président Lansana Conté de modifier la constitution en 2001, les thuriféraires l’avaient supplié de ne pas « abandonner le pays entre les mains d’un aventurier ». Allez savoir à qui ils faisaient allusion ! Avec moins de difficulté qu’aujourd’hui, ils atteindront leur objectif. La constitution fut taillée sur la meure du général. Sept ans plus tard, la nature fit son travail.

Lire

Appel au départ d’Alpha Condé du pouvoir : réactions de quelques citoyens

25 février 2020 à 16 04 58 02582

Comme annoncé précédemment, le FNDC a annoncé hier, lundi 23 février 2020, qu’il ne reconnait plus Alpha Condé comme le président de la République de Guinée. Lassé par l’obstination de l’actuel chef de l’Etat guinéen à changer la Constitution pour se donner la possibilité de briguer un troisième mandat, le Front National pour la Défense de la Constitution a demandé le départ d’Alpha Condé du pouvoir. Cette sortie des opposants au régime en place suscite aujourd’hui beaucoup de commentaires à Conakry. Un reporter de Guineematin.com a donné la parole à quelques habitants de la capitale guinéenne, qui ont dit ce qu’ils pensent de cette situation.

Mamadou Bangoura : je pense qu’il est trop tôt pour les leaders du FNDC de tenir de tels propos, disant qu’ils ne reconnaissent plus le pouvoir d’Alpha Condé, parce que jusqu’à preuve du contraire, il reste et demeure toujours le président de la Guinée. Son mandat prendra fin en décembre 2020. Mais, en ce qui concerne son probable 3ème mandat, je suis contre. Il faut qu’il respecte l’actuelle Constitution qui l’a déjà porté deux fois au pouvoir. Et plus loin, je m’en vais vous dire que même ce couplage des élections, prévu le 1er mars 2020, aura du mal à se dérouler convenablement parce que les grands partis ne participeront pas à ces échéances électorales.

Ibrahima Yansané : je suis d’avis avec les leaders du FNDC quand ils disent qu’ils ne reconnaissent Alpha Condé comme étant le président de la République. Vous ne pouvez pas vous rendre compte que ce monsieur, qui a lutté pendant près 42 ans pour qu’il y ait une vraie démocratie dans notre pays, arrive au pouvoir en 2010 et veuille tenter de nous ramener en arrière en voulant changer l’actuelle Constitution pour se tailler un éventuel 3ème mandat. Pour cela, il veut mettre note pays dans une instabilité politique, et ça, nous n’allons pas l’accepter parce que la Guinée, depuis son indépendance, a toujours connu la paix et la quiétude sociale. A partir de l’instant, j’adhère à l’idée du FNDC pour chasser Alpha Condé du pouvoir.

Aboubacar Condé : cette fois-ci, les leaders du FNDC sont allés vite en besogne en disant qu’ils ne connaissent plus désormais Alpha Condé comme président de la République. Pour cela, je ne suis pas trop d’accord avec eux parce qu’Alpha Condé est un président élu démocratiquement par deux fois. Donc, je veux que le FNDC reconnaisse cela. C’est vrai que pendant les deux mandats d’Alpha Condé, la gouvernance économique du pays n’a pas été à la hauteur des attentes des citoyens, l’école guinéenne a aussi toujours été perturbée par les grèves du SLECG ces dernières années. Tout cela laisse croire qu’Alpha Condé doit obligatoirement déposer le tablier pour une nouvelle génération. Mais, le FNDC doit mettre de l’eau dans son vin, et ne rester que dans sa stratégie de manifestations dans le but d’empêcher un éventuel 3ème mandat d’Alpha Condé.

Propos recueillis par Léon Kolié pour Guineematin.com

Tél : 661 74 99 64

Lire

Tensions au sein du RPG à Kankan : Alpha Condé coupe la poire en deux

22 février 2020 à 10 10 38 02382

A quelques jours de la tenue des élections législatives et du référendum constitutionnel, l’antenne locale du RPG Arc-en-ciel à Kankan est plus que jamais divisée. Le directoire de campagne, mis en place par Dr Mohamed Diané, reproche à Taliby Dabo, ex directeur de campagne, de mener une campagne parallèle dans les sous-préfectures. A l’occasion de sa visite à Kankan, hier vendredi 21 février 2020, le président Alpha Condé n’a pas manqué de rappeler à l’ordre les principaux concernés. C’était à l’occasion d’un meeting organisé à la place des martyrs, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Comme on pouvait s’y attendre, le président Alpha Condé a tenu à dire aux responsables du RPG de Kankan qu’ils doivent travailler de concert et non en rangs dispersés dans le cadre de la conquête de l’électorat. « Il y a trop de petits chefs à Kankan. Au RPG, il n’y a pas de petit ni de grand. Quand on met en place un directoire de campagne, tout le monde doit travailler dans l’harmonie. J’ai entendu que tel va à gauche, tel autre va à droite et tel autre monte. Tout le monde doit travailler ensemble. N’acceptez pas d’aller en rangs dispersés. Si le parti a mis un directoire de campagne, tout le monde doit travailler dans ledit directoire. Ne faites pas la guerre à quelqu’un aussi parce qu’il peut mobiliser. Donnez-vous les mains pour l’intérêt de Kankan, parce que pour le référendum, c’est le taux de participation qui compte », a-t-il laissé entendre.

Le chef de l’Etat a saisi l’occasion pour rappeler plusieurs avantages liés à la nouvelle constitution, notamment la prise en compte de la préoccupation des personnes démunies, l’équité, la question de l’environnement et autres.

Alpha Condé a également invité ses militants à retirer leurs cartes d’électeurs et de voter massivement pour le Oui au référendum constitutionnel du 1er mars 2020.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Alpha Condé à Faranah : les citoyens impatients de voir la réalisation de ses promesses

20 février 2020 à 14 02 28 02282

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé est arrivé ce matin jeudi, 20 février 2020, dans la ville de Faranah, au compte d’une tournée en Haute et en Forêt. De nombreux citoyens étaient mobilisés pour attendre le président de la République dans une ville de Faranah qui semble être oubliée par la gouvernance actuelle. Interrogés par le correspondant de Guineematin.com, certains citoyens disent que l’heure des promesses est passée et qu’il faut passer maintenant passer aux actes.

Les attentes des citoyens de Faranah sont nombreuses et ils veulent que le président Alpha Condé pense enfin à leur ville : maison des jeunes, stade préfectoral, écoles, santé, sécurité, infrastructures, emploi pour les jeunes…

Kassim Doukouré, de l’Institut des Sciences Agronomiques et Vétérinaires de Faranah : « nous voulons la reconstruction de la maison des jeunes, la reconstruction du stade préfectoral de Faranah, ensuite des bourses de formation pour être bien formés afin de pouvoir œuvrer pour le développement de la Guinée ».

Bandjou SAMOURA, chef du secteur BTGR, quartier Aviation : « nous sommes là pour accueillir le chef de l’Etat, toute la population est sortie. Vraiment, nous demandons au chef de l’Etat de faire face à Faranah. Nous tous on s’inscrit dans sa vision qui n’est rien d’autre que le développement de Faranah. Regardez aujourd’hui, nous n’avons pas une école digne de ce nom, pas de gendarmerie, pas de police à Faranah et il y a assez de jeunes qui ont terminé leurs études… il n’a qu’à aider la jeunesse. S’il aide la jeunesse, il a aidé les hommes et les femmes, puisque la jeunesse pourra aider les parents. »

De son côté, un citoyen très amer qui a préféré gardé l’anonymat, a fait une longue liste des besoins de la ville de Faranah. Selon lui, les promesses n’arrangent plus. « Pendant les 10 ans, Faranah n’a rien bénéficié du régime. Je demande au chef de l’Etat d’achever maintenant les chantiers de la Cité Niger et le bâtiment de Nèrèdouni, démarrés depuis 2014 ; la reconstruction de la résidence du gouverneur qui est logé en location au quartier Tonkolonko2 ; la relance de l’usine de gari ; l’intégration de Faranah dans le programme AGRIFARM ; la réhabilitation de la route nationale Faranah-Mamou, à défaut, elle sera coupée pendant la saison des pluies ; le démarrage de l’usine de canne à sucre de Banian ; la reconstruction de la résidence du préfet, de la sûreté régionale et du commissariat central de Police ; la reconstruction de la gendarmerie départementale ; l’extension des réseaux de distribution de l’EDG et la SEG ; l’achèvement de la piste rurale de Kalankö ; la construction de 2 lycées et collège modernes ; le bitumage des voiries de Faranah ; la reconstruction de la gare routière, la reconstruction de l’aéroport international de Faranah ; le réaménagement du micro barrage agricole Founkama ; la construction du stade régional… En termes de développement, Faranah est la dernière des régions administratives dont tous les indicateurs sont au rouge. Donc, les promesses ne nous arrangent vraiment plus », a martelé ce citoyen.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620 24 15 13 / 660 27 27 07

Lire