Projet Boffa-Boké : le Consortium SMB-Winning inaugure une voie ferrée de 125 kilomètres

17 juin 2021 à 10 10 05 06056

Boké (Guinée), 16 juin 2021 : Le Consortium SMB-Winning, premier producteur guinéen et africain de bauxite avec environ 40 millions de tonnes exportées en 2020, a inauguré aujourd’hui un nouveau chemin de fer d’exportation de minerai dans le cadre du Projet Boffa-Boké. Avec ce nouveau projet structurant, le leadershipdu Consortium sera renforcé et contribuera à développer une chaîne d’approvisionnement en bauxite plus durable et plus respectueuse de l’environnement.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Président de la République, Son Excellence le Professeur Alpha Condé, du Ministre des Mines et de la Géologie, M. Abdoulaye Magassouba, du Président du Consortium, M. Sun Xiushun, du Président du Conseil d’Administration de la SMB, M. Fadi Wazni, du Directeur Général de la SMB, M. Frédéric Bouzigues, et du Président de la Chambre des Mines, M. Ismael Diakité. Les autorités locales, les responsables des communautés et les sous-traitants guinéens ayant participé à la construction du chemin de fer ont également assisté à la cérémonie.

Traversant les régions de Boké et de Boffa, cette voie ferrée de 125 kilomètres est destinée à relier les gisements de Santou II et de Houda au port fluvial de Dapilon. La nouvelle ligne comprend 21 ponts, deux tunnels et six dépôts et constitue la première ligne construite dans le pays depuis les années 1970. De nombreux sous-traitants guinéens se sont engagés dans la construction de cette voie ferrée. Dans un premier temps, le chemin de fer sera exclusivement consacré au transport de minerai avant de servir également à long terme au transport d’autres produits industriels et agricoles.

L’investissement total de la SMB dans le projet Boffa-Boké atteint 3 milliards de dollars US, ce qui en fait un projet majeur et structurant pour la Guinée. Il comprend la construction de cette ligne de chemin de fer et l’exploitation des gisements de Santou II et Houda, la construction et l’exploitation d’une raffinerie d’alumine sous réserve de résultats favorables à l’issue d’une étude de faisabilité, ainsi que la création d’un corridor de croissance agricole le long de la ligne de chemin de fer.

En tant qu’entreprise citoyenne, le Consortium s’engage à ce que ses projets soient synonymes de création de richesses et d’emplois locaux, d’excellence opérationnelle, de transfert de compétences et de formation continue, de construction d’infrastructures ainsi que synonyme d’une politique RSE exigeante et ambitieuse.

« Le Consortium SMB-Winning souhaite incarner des principes d’intégrité et de responsabilité dans le cadre d’une approche gagnante-gagnante avec l’ensemble de ses parties prenantes pour contribuer à l’essor de l’industrie minière guinéenne et au développement économique de l’ensemble du pays » a déclaré M. Sun Xiushun, Président du Consortium. 

« Le dialogue et la coordination avec toutes les parties prenantes du Consortium sont au cœur du déploiement du Projet Boffa-Boké : les communautés locales, les ONG guinéennes, les autorités locales, les sous-traitants guinéens, l’administration publique, les partenaires internationaux du Consortium. Ensemble, nous saurons faire du Projet Boffa-Boké un projet structurant pour le développement de la Guinée » a déclaré M. Fadi Wazni, Président du Conseil d’Administration du Consortium SMB-Winning.

Transmis par le service de communication du Consortium SMB-Winning

Lire

Droit au développement : la Guinée vers la mise en place d’une expertise nationale

16 juin 2021 à 21 09 17 06176

Par le service de communication du ministère de la Citoyenneté et de l’Unité nationale : Madame la Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale a officiellement lancé ce mercredi, 16 juin 2021, à Conakry (Hôtel NOOM) un atelier de formation sur le droit au développement. L’initiative  est du département de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH). L’objectif est de former une expertise nationale sur le droit au développement.

Les travaux de cet important atelier dureront deux jours et  regroupent des représentants des différents Départements Ministériels, des agences des Nations Unies  et d’organisations de la Société Civile. L’atelier est animé par les  cadres du HCDH  et ceux du Ministère de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale. Ils se relayeront à tour de rôles et débattront de tout le contour de cette importante problématique. Cette première journée a été consacrée à la définition du concept, à sa différence et son interdépendance avec les autres catégories des droits de l’homme. A l’issue des exposés, des débats fort enrichissants interviendront et contribueront à la compréhension des préoccupations des uns et des autres.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose le discours de madame la ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale lors de l’ouverture officielle de la cérémonie :

Monsieur Le Représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme en Guinée ;

Mesdames et Messieurs les représentants des départements ministériels,

Chers Participants,

Mesdames et Messieurs ;

Nous voici réunis ce matin, pour lancer l’une des toutes premières activités de la mise en œuvre du programme pilote sur le droit au développement en Guinée.

A cette solennelle occasion, je voudrais remercier le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits l’homme en général et sa représentation en Guinée en particulier, pour le soutien constant qu’ils  ne cessent d’apporter au Gouvernement Guinéen dans le cadre de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans notre pays. Qu’ils trouvent ici par ma voix, la gratitude du Gouvernement de la République de Guinée, avec le ferme espoir que ce soutien  ira en s’intensifiant et en se  diversifiant, compte tenu du caractère dynamique des droits de l’homme.

Monsieur le Représentant, Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez certainement, la Guinée s’est engagée comme Etat pilote dans le cadre de la mise en œuvre du droit au développement. Cet engagement a été formalisé lors du passage de notre pays, au titre de son troisième examen périodique universel (EPU) à Genève en janvier 2020. En raison de nombreux efforts fournis par le Gouvernement de la République de Guinée en matière de promotion et de protection des droits de l’homme, sous le leadership de Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha Condé,  la demande de la Guinée a été acceptée. C’est dire que désormais, dans le cadre de la mise en œuvre effective du droit au développement, notre pays est scruté et suivi de par le monde entier. Cela implique donc, de la part de la Guinée, de donner des gages certains dans la mise en œuvre effective de cette problématique essentielle qui est au cœur de toutes les politiques de développement  notamment les Objectifs du Développement durable (ODD).

Mais comment tenir un engagement aussi important, sans développer des compétences internes qui puissent porter cette problématique afin de permettre à notre pays de respecter son engagement ? Votre présence ici ce matin constitue le premier élément de réponse à cette question.

Monsieur le représentant,

Mesdames et messieurs,

Le premier paragraphe de l’article 1 de la déclaration sur le droit au développement, adoptée dans la résolution 41/128 de l’Assemblée Générale des Nations Unies, du 04 décembre 1986, proclame généreusement « le droit au développement est un droit inaliénable de l’homme en vertu duquel, toute personne humaine et tous les peuples ont le droit de participer et de contribuer à un développement économique, social, culturel et politique dans lequel tous les droits de l’homme et toutes les libertés fondamentales puissent être pleinement réalisés et de bénéficier de ce développement ».

Une analyse fine de ce paragraphe tiré de la déclaration sur le droit au développement, qui est réaffirmée dans plusieurs instruments et résolutions, permet de conclure que le droit au développement se situe au même niveau que les autres droits de l’homme. Il n’est ni un super droit, ni un mini droit, mais un droit de l’homme au même titre que tous les autres droits qui sont universels, inaliénables, indivisibles, interdépendants et intimement liés. Il est aussi un droit individuel et collectif en ce sens qu’il appartient à tous les individus et à tous les peuples. Il met l’accent de façon particulière sur le développement de l’être humain, la participation, l’équité, la non-discrimination et l’auto détermination.  Le sujet central du droit au développement reste l’être humain, il est le participant actif et le principal bénéficiaire. Par conséquent, toutes les politiques et tous les programmes doivent être axés sur les êtres humains et conçus pour que ceux-ci en bénéficient et pour améliorer constamment leur bien-être.

Le Gouvernement de notre pays est résolument engagé à rendre effectif ce droit au développement en République de Guinée.

C’est dans cette perspective qu’au mois de juillet prochain et sous le haut patronage de Monsieur le Président de la République, le Gouvernement Guinéen, envisage l’organisation à Conakry, de la Conférence Internationale sur le droit au développement, autrement dénommée Dialogue Santa Cruz. Cet évènement de portée mondiale, permettra de prouver à la face du monde, que la République de Guinée n’est plus dans un simple engagement, mais dans les actes concrets dans la promotion effective du droit au développement.

Monsieur le représentant,

Et surtout Mesdames et Messieurs les représentants des départements ministériels,

Voici présenter de façon succincte, le défi dans lequel notre pays s’est engagé. Il vous revient donc, à vous d’abord, qui serez désormais les premiers porteurs de cet engagement, de vous impliquer sérieusement dans la mise en œuvre effective du droit au développement en Guinée. Et le premier signal que vous devrez donner de votre engagement, est le sérieux que vous accorderez à cette session de formation. Cela, pour vous permettre d’être désormais les pionniers de la République de Guinée dans sa lutte pour l’effectivité du droit au développement dans notre pays. Je compte donc sur vous, individuellement et collectivement, pour accorder un maximum de sérieux à cette formation et assumer cette responsabilité dans vos différents départements.

C’est sur ces mots que je déclare ouverte la première session de formation sur le droit au développement en Guinée.

Je vous remercie.

Transmis par le service de communication du ministère de la Citoyenneté et de l’Unité nationale

Lire

Parlement : les députés adoptent la dernière tranche du chronogramme de la session ordinaire 2020/201

12 juin 2021 à 16 04 53 06536

L’Assemblée nationale réunie en séance plénière, hier, vendredi 11 juin 2021, a  adopté un nouveau chronogramme de travail pour la période allant du 11 juin au 5 juillet 2021, date de la clôture de cette session ordinaire 2020/2021. Selon ce document, les députés vont examiner pour adoption quatre projets de loi, deux accords de prêts et de don, le document d’orientation budgétaire 2022. Le tout suivi de l’élection du Bureau de l’Assemblée nationale avant la clôture de la session prévue, le lundi 5 juillet 2021.

En marge de la présentation du document d’orientation budgétaire, programmée le 30 juin, trois communications sont annoncées. Il s’agit :

Du Conseil économique, social, environnemental et culturel

Des partenaires sociaux (Organisation de la société civile)

Des partenaires économiques (Secteur privé).

La cérémonie de clôture, fixée pour le lundi 5 juillet connaîtra en plus des discours traditionnels du Représentant du Chef de l’Etat et du Président de l’Assemblée nationale, la présentation des documents de travail du parlement, notamment le site web, le manuel de procédure, le règlement administratif et celui financier.

Cette plénière du 11 juin a été marquée par l’adoption à l’écrasante majorité des députés présents du projet d’amendement d’un loi, introduit par le Président de la république. Ce texte concerne l’article 10 de la loi organique sur le Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel, CESEC, notamment sur la composition qui passe de 51 à 57 membres dont 17 désignés par le Président de la république contre 12 initialement.

Guineematin.com qui a suivi les débats, vous propose l’intégralité de la 5ème tranche du chronogramme de la session ordinaire 2020/2021.

Chronogramme de la cinquième et dernière tranche de la session ordinaire unique 2020 (Enregistré automatiquement)

Tél : 628 08 98 45

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Lire

Dialogue politique en Guinée ? La CARP exige la libération des détenus politiques

7 juin 2021 à 19 07 03 06036
Dr Ibrahima Sory Diallo, président du parti ADC-BOC et membre de la CARP

La convergence des acteurs pour la relève politique (CARP) est favorable au dialogue politique en perspective. Cette coalition de partis politiques estime qu’il est impératif de mettre le pouvoir et l’opposition autour d’une même table en vue d’aplanir leurs divergences et décrisper la situation sociopolitique du pays. Mais pour cela, elle pose quelques conditions préalables, notamment la libération des détenus politiques, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Depuis quelques semaines, le débat fait rage au sein de la classe politique guinéenne autour de la nécessité d’aller au dialogue annoncé par le pouvoir. La convergence des acteurs pour la relève politique (CARP) a donné sa position sur cette question au cours d’une conférence de presse, tenue ce lundi 7 juin 2021, à Conakry. La coalition, composée de plusieurs petits partis d’opposition, trouve qu’il est indispensable de mettre en place un cadre de discussions qui permettra de résoudre les problèmes que connaît le pays.

Dr Ibrahima Sory Diallo, président du parti ADC-BOC et membre de la CARP

« Il y a des problèmes aujourd’hui, parce que des responsables du principal parti d’opposition sont en prison. Il y a des problèmes parce que l’UFDG n’est pas à l’Assemblée nationale. Il y a des problèmes parce que le siège de l’UFDG est fermé depuis plusieurs mois. Le principal parti d’opposition ne reconnaît pas le président de la République. Est-ce qu’on peut dire qu’il n’y a pas de problèmes ? Ceux qui disent qu’il n’y a pas de problèmes, ce sont des démagogues », estime Dr Ibrahima Sory Diallo, président du parti ADC-BOC et membre de la CARP.

Mais, avant d’aller à ce dialogue, la convergence des acteurs pour la relève politique indique qu’il faut d’abord réunir un certain nombre de conditions préalables. Il s’agit notamment de la libération des nombreux opposants arrêtés lors de la crise post-électorale d’octobre-novembre 2020, qui sont toujours détenus à la Maison centrale de Conakry. « Nous saluons la nomination de Fodé Bangoura (comme secrétaire permanent du cadre de dialogue politique et social, ndlr). La première des choses que M. Bangoura doit faire, c’est d’aller vers les partis concernés.

C’est dans ce cadre que nous, nous avons été consultés, et les conseils qu’on lui a donnés, c’est d’aller aussi vers les autres. Nous invitons le premier ministre et M. Fodé Bangoura de faire en sorte que le dialogue soit inclusif. C’est ce qui nous a poussés à demander une libération sous conditions des détenus politiques parce que c’est une condition pour aller au dialogue. Vous ne pouvez pas aller au dialogue pendant que votre siège est fermé, vous ne pouvez pas aller au dialogue pendant que vos cadres sont en prison (…). La justice doit faire son travail, on ne s’oppose pas à ça. Mais si le travail de la justice va enfreindre la mise en place du cadre de dialogue, nous lui demandons de trouver des mesures pour permettre la tenue de ce dialogue », a lancé Dr Ibrahima Sory Diallo. 

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tel. 621686148

Lire

Hadja Fatoumata Bangoura-Doumbouya du RPG au tribunal : « c’est mon affection pour Alpha Condé qui m’a valu la prison »

7 juin 2021 à 9 09 20 06206

« Tout ça, c’est parce que j’ai aimé le président de la République et son parti pour lequel je me suis toujours battue. Oui, je reconnais avoir produit la vidéo dont on parle… J’ai dénoncé le fait que l’unique fils que j’ai et qu’on devait enrôler dans l’armée ne soit pas enrôlé. On l’a envoyé à Kissidougou pour être enrôlé ; mais, il n’a pas été enrôlé… De surcroît, on m’a demandé 5 millions pour qu’il  soit enrôlé. C’est ce qui m’a aussi de plus énervé. Que je me batte pour un parti qui arrive au pouvoir et les cadres de ce parti me demandent de l’argent pour l’enrôlement de mon fils, c’est vraiment difficile ».

En prison à la maison centrale de Conakry depuis janvier dernier, madame Bangoura Hadja Fatoumata Doumbouya, a comparu le jeudi dernier, 03 juin 2021, au tribunal correctionnel de Mafanco. Cette militante du RPG arc-en-ciel (l’actuel parti au pouvoir en Guinée) est poursuivie pour « offense sur la personne du président de la République, production, diffusion et mise à disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre public, injures par les biais d’un système informatiques ». A l’ouverture de son procès, la prévenue a plaidé coupable des faits mis à sa charge et a demandé pardon. Elle a laissé entendre que c’est son « affection pour le président Alpha Condé » et son « amour pour le RPG » qui lui ont valu ses présents ennuis judiciaires, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Hadja Fatoumata Doumbouya a été arrêtée le 28 janvier dernier et conduite à la DPJ (direction centrale de la police judiciaire) pour être entendue sur des faits d’offense au chef de l’Etat. Quelques heures plus tard, elle avait été déférée au parquet de Mafanco où elle a finalement a été placée sous mandat de dépôt le 29 janvier (soit le lendemain de son arrestation) conduite à la maison centrale de Conakry.

Depuis cette date, la pauvre femme est en détention provisoire dans la plus grande prison de la Guinée pour « offense sur la personne du président de la République, production, diffusion et mise à disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre public, injures par les biais d’un système informatiques ». Son procès s’est ouvert le jeudi dernier au tribunal correctionnel de Mafanco ; et, à la barre, elle a reconnu avoir commis les infractions articulées à son encontre.

« C’est mon affection pour le président de la République Alpha Condé et l’amour que j’ai pour le parti RPG qui m’ont valu la prison que je vie actuellement. Tout ça c’est parce que j’ai aimé le président de la République et son parti pour lequel je me suis toujours battue. Oui, je reconnais avoir produit la vidéo dont on parle. J’ai regretté ce que j’ai dit, je demande pardon. J’ai dit que la route qui relie le chef-lieu de ma préfecture (Siguiri) à  mon village (Norassoba) n’est pas goudronnée. J’ai dénoncé le fait que l’unique fils que j’ai et qu’on devait enrôler dans l’armée ne soit pas enrôlé. On l’a envoyé à Kissidougou pour être enrôlé, mais il n’a pas été enrôlé. Au contraire on l’a plutôt fait souffrir pour rien. De surcroît, on m’a demandé 5 millions pour qu’il  soit enrôlé. C’est ce qui m’a aussi de plus énervé. Que je me batte pour un parti qui arrive au pouvoir et les cadres de ce parti me demandent de l’argent pour l’enrôlement de mon fils, c’est vraiment difficile. Mais ce que j’ai dit, je le regrette aujourd’hui. Je demande pardon au tribunal et au gouvernement », a expliqué Hadja Fatoumata Doumbouya.

Après cette déposition de la prévenue et la séance de questions-réponses qui a suivi, le ministère public a sollicité un renvoi d’audience pour lui permettre de préparer ses réquisitions dans cette affaire. Mais, les avocats de la défense se sont très vite insurgés contre cette demande.

« Je vois que le ministère public n’est pas prêt à présenter ses réquisitions… Cependant, notre cliente est en prison. Elle est vraiment malade. Actuellement, elle est en train de se faire soigner à l’hôpital national Ignace Deen. Donc, si vous allez renvoyer le dossier,  nous demandons de bien vouloir mettre en liberté provisoire notre cliente. A la prochaine que vous allez fixer, elle viendra tranquille se présenter devant votre tribunal », a dit Me Mamady Doumbouya.

Finalement, le tribunal a rejeté la demande formulée par les avocats de la défense et a renvoyé l’audience à une date ultérieure pour les plaidoiries et réquisitions.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Lire

Les directions des impôts et du budget seront érigés en Direction Générales : voici le compte rendu du conseil des ministres

3 juin 2021 à 18 06 31 06316
Tibou Kamara, porte parole du gouvernement

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 3 JUIN 2021

Conakry, le 3 juin 2021 – La session ordinaire du conseil des ministres, s’est tenue, par vidéoconférence, ce jeudi 03 juin 2021, de 12h30 à 13h30, sous la Présidence de Monsieur le Président de la République, Son Excellence Professeur Alpha Condé. Les points inscrits à l’ordre du jour étaient les suivants :

                I.                    Messages de son Excellence, Monsieur le Président de la République

              II.                    Compte rendu de la session du conseil interministériel du Mardi 1er juin 2021

           III.                    Examen de texte

          IV.                    Communications

            V.                    Divers

Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé a informé le conseil de la visite d’amitié et de travail de son homologue gambien, son Excellence, Adama Barrow, en Guinée. Elle se déroulera du jeudi 03 juin, au samedi 05 juin 2021. L’occasion pour les deux Chefs d’Etat d’évoquer des questions bilatérales, d’intégration, de sécurité et de paix, de coopération sous-régionale et régionale, de conclure aussi des accords de coopération. Le conseil s’est réjoui de cette visite d’Etat du numéro 1 Gambien et a félicité Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé pour sa politique d’ouverture et d’intégration dont la Guinée tire d’énormes bénéfices pour sa diplomatie, son développement économique et social.

Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé a décidé, dans la nouvelle nomenclature administrative d’ériger la direction nationale des impôts et celle du budget, en directions générales.

Le Chef de l’Etat, a souligné toute l’importance que revêt pour la Guinée le forum économique dénommé Dubaï-Expo 2020. Il a relevé qu’il s’agit d’une formidable opportunité de présenter la meilleure image de la Guinée et surtout de rétablir la vérité à propos des progrès accomplis sur tous les plans. Il a invité les organisateurs à présenter la qualité et la diversité des produits guinéens, en mettant un accent particulier sur l’agro-business, qui est en pleine expansion en Guinée, dont le pays a aussi le potentiel.

Monsieur le Président de la République, a recommandé fortement que Dubaï – Expo 2020, soit un espace de promotion et de valorisation de l’Art et de la culture, made in Guinée, de réputation internationale.

Cependant, Monsieur le Président de la République, a partagé avec le conseil sa préoccupation sans cesse réitérée que les événements et les activités programmés tiennent compte des restrictions et contingences de la crise sanitaire mondiale de la covid-19 qui doit modifier toutes les habitudes et le comportement de chacun et de tous.

Le Chef de l’Etat, a informé le conseil que le cadre permanent de dialogue est à pied d’œuvre pour répondre à toutes les attentes liées à son mandat et ses missions. Il se penchera sur toutes les questions d’intérêt national, notamment la problématique des transports, les problèmes de société, d’unité nationale, de consolidation de la paix sociale, de l’Etat de Droit, de la Démocratie.

Monsieur le Président de la République, a annoncé au conseil, qu’à la suite de la formation du Gouvernement, il sera procédé aussi à la nomination des cadres aux différents postes de directions, dans les cabinets ministériels, la haute administration publique. Il a indiqué que pour toutes ces nominations, à venir, il sera tenu compte de critères précis, équitables et transparents comme l’ancienneté au poste, la sédentarisation, le bilan de compétences, expérimenté par le Ministère du Budget à travers sa direction des impôts et qui pourrait être étendu à d’autres services de l’Etat et de l’administration publique.

En outre, il a rappelé qu’il y a des postes vacants à combler, des fonctionnaires admis à faire valoir leurs droits à la retraite à remplacer, des personnes décédées ou ayant abandonné leurs postes de travail qui sont encore prises en charge, à rayer du fichier, bref il a fermé instruit que toutes les scories et distorsions de l’administration soient identifiées et immédiatement corrigées.

Monsieur le Président de la République, a félicité, le ministre d’Etat, porte-parole du Gouvernement, pour le travail déjà accompli, et tous les efforts pour relayer la parole de l’équipe gouvernementale et défendre ses positions, surtout pour une meilleure circulation et diffusion de l’information, à même d’éclairer et mieux édifier l’opinion publique nationale et internationale. Il l’a encouragé à persévérer dans cet effort avec engagement, courage et détermination.

Après les directives et orientations données par Monsieur le Président de la République, il est revenu au Premier Ministre de faire le compte rendu de la dernière session du conseil interministériel, après avoir évoqué divers sujets.

Monsieur le Premier Ministre, chef du Gouvernement a informé le conseil que sous la coordination du Ministre d’État, Secrétaire Général de la Présidence, les arbitrages relatifs aux attributions dévolues aux différents ministères afin de clarifier les rôles et les missions des chacun se poursuivent, à la satisfaction de tous, et seront terminés la semaine prochaine.

Dr Ibrahima Kassory Fofana a ensuite réitéré au Ministre Secrétaire Général du Gouvernement, l’instruction, dans la foulée, de préparer et organiser le séminaire gouvernemental, en parfaite intelligence avec le Ministre de la Fonction Publique et du Travail, le Ministre D’Etat, Secrétaire Général de la Présidence et le cabinet de la Primature. A cette occasion, les principes de base du fonctionnement du Gouvernement seront revus et partagés pour un meilleur travail en équipe, et surtout chacun des ministres sera invité à présenter son plan d’action détaillé, en précisant le calendrier établi, les objectifs ambitionnés et les moyens réunis ou à mobiliser pour y arriver.

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a engagé les Ministres en charge du Budget et des Finances, à exposer sur les conditions d’exécution des budgets sectoriels contenus dans la Loi des Finances, à la faveur du prochain séminaire gouvernemental, pour garantir l’exécution effective des plans d’actions sectoriels et chemin faisant, réaliser les objectifs de développement assignés au Gouvernement, par Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé.

Dr Ibrahima Kassory Fofana a félicité Madame la Ministre des Travaux Publics pour avoir fait preuve de célérité, en répondant aux sollicitations des populations de Télémélé. Celles-ci ont informé le gouvernement du risque potentiel d’isolement de la préfecture, en raison de difficultés à venir sur la route, les desservant.  Grâce aux dispositions urgentes prises par la Ministre, la solution au problème a été trouvée.

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a invité les ministres, chaque fois qu’ils sont saisis par les populations pour de brûlantes préoccupations, de mettre un point d’honneur à les satisfaire dans la rapidité et l’efficacité afin de renforcer la confiance entre Gouvernants et Gouvernés. Dr Ibrahima Kassory Fofana, suivant les directives et orientations du Chef de l’Etat, a exigé des ministres du pragmatisme et de l’efficacité dans les missions et tâches qui leurs sont confiées.

I.                AU TITRE DES EXAMENS DE TEXTES

Le Ministre Délégué chargé de l’Agriculture et de l’Elevage a soumis pour examen deux (2) projets de Décrets ainsi que leurs projets d’Arrêtés d’application.

Le Ministre a précisé que ces projets de Décrets s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre effective du Code de l’Elevage, adopté comme Loi L/2018/026/AN du 03 Juillet 2018 par l’Assemblée Nationale et Promulgué par le Président de la République.

Ø S’agissant du projet de Décret portant règlementation de l’introduction et de la gestion de gênes d’animaux domestiques de races étrangères, le Ministre a soutenu qu’en application des articles 17, 18, 46, 47 et 48 du Code de l’Elevage, ce projet de Décret réglemente la construction et la mise en exploitation des établissements qui doivent désormais obéir à certaines exigences techniques, hygiéniques et sanitaires favorisant la production, la reproduction ou la commercialisation en toute sécurité sanitaire. 

Ø En ce qui concerne le Projet de Décret portant Conditions de détention et d’adoption des animaux de compagniele Ministre a rappelé qu’en application des articles 137, 138, 142, 145, 149 et 154 du Code de l’Elevage, ce projet de Décret traite de la responsabilité civile du propriétaire pour les préjudices causés par son animal et également de la délivrance du permis de détention des chiens de première et deuxième catégorie, ainsi que des mesures d’identification, de vaccination antirabique et d’évaluation comportementale par un vétérinaire agréé.

 Au cours des débats, les observations ont essentiellement porté sur la nécessité de    définir les termes « Chiens de 1ère catégorie et 2èmecatégorie », avant d’indiquer les obligations et les interdictions liées à la détention de chaque catégorie.

Au terme des débats, le conseil a sous réserve de la prise en compte des observations formulées, adopté les deux projets de décrets, et leurs arrêtés d’applications.

III. AU TITRE DES COMMUNICATIONS

 3.1. Le Ministre en charge des Investissements et des Partenariats Public-Privé a fait unecommunication relative à la participation de la Guinée à l’exposition universelle 2020 de Dubaï, qui aura finalement lieu du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022.

Inscrite dans le district Durabilité de l’Expo, la République de Guinée a choisi comme thème : « Développement Durable et Renouvellement Urbain Axé sur l’Eau », et intitulé son pavillon « Puisez à la Source de l’Afrique de l’Ouest ».

Sur un espace d’exposition de 200 m², la délégation présentera les nombreuses potentialités de la Guinée qui reflètent son caractère pionnier et innovateur dans la culture, les arts, l’histoire. Elle mettra également en avant la position géostratégique du pays dans la désserte en eau de la sous-région ouest-africaine et les nombreuses opportunités d’investissement qui en découlent notamment l’hydroélectricité, le tourisme, l’agriculture etc.

Le Ministre a fait le point de l’avancement des préparatifs de la participation de la Guinée à l’Exposition universelle et rendu compte de sa participation à la réunion des participants internationaux à l’Expo 2020 à Dubaï qui a eu lieu du 4 au 6 Mai dernier.

Le Ministre a informé que Son Altesse Cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, Vice-Président, Président du Conseil des Ministres des Emirats Arabes Unis, Souverain de Dubaï a adressé une invitation à Son Excellence Monsieur le Président de la République de Guinée, à prendre part à la Cérémonie d’ouverture de l’Expo Dubaï 2020.

Au terme de l’exposé, les observations ont porté sur la nécessité d’impliquer l’ensemble des départements ministériels dans l’organisation de cet important évènement afind’exposer les multiples avantages comparatifs de la Guinée aux potentiels investisseurs, y compris le secteur de l’agro-business, des Arts et de la culture.

Au terme des débats, le conseil, a félicité le Ministre pour les activités réalisées.

Le Conseil a invité la Ministre de la Culture, à renforcer la concertation avec son Collègue des Investissements et des Partenariats Publics et Privés afin de s’assurer de la prise en compte des aspects culturels qui constituent un des atouts majeurs de notre pays.

IV.           AU TITRE DES COMPTE- RENDUS

4.1. Le Ministre de la Santé a fait le compte rendu relatif à l’évolution de la riposte à la pandémie de la Covid-19 et de l’épidémie d’Ebola en République de Guinée qui fait ressortir les progrès enregistrés dans la riposte.

4.2. La Ministre de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle et de l’Emploi a fait le compte rendu de sa mission de terrain à Coyah et Mamou, du 26 au 27 Mai 2021 dans le cadre du contrôle des travaux de construction de l’ERAM de Coyah et de l’inauguration de l’ENI de Mamou ainsi que de la visite de l’ENAE de Tolo.

La Ministre a rassuré que les deux ERAM de Coyah et de Dabola, pourront être ouvertes à la rentrée prochaine des classes, prévue pour le 02 Octobre 2021, comme assigné dans sa lettre de mission.

La Ministre a mentionné que la mission a procédé à l’inauguration et à la remise officielle de la nouvelle École Normale d’Instituteurs (ENI) de Mamou, en compagnie de Monsieur le Ministre de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine et de Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur du Japon en Guinée.

Ainsi, l’ENI de Mamou complète la liste des ENI à dix (10), depuis l’avènement à la magistrature suprême du Président Alpha CONDE.

Le Conseil, a adressé les vives félicitations à Madame la Ministre pour tous les résultats obtenus, en si peu de temps, en particulier, ses efforts qui ont permis de rendre opérationnelle en 2 ans, les quatre (4) ERAM.

V. AU TITRE DES DIVERS.

La Ministre des Travaux Publics a informé le conseil de l’organisation d’un atelier par son ministère sur la réforme de l’AGEROUTE et du Fonds d’entretien routier, le 2 juin dernier.

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a informé le Conseil de la visite d’amitié et de travail du Président de la République sœur de Gambie, en sa qualité de président en exercice de l’OMVG, du 3 au 5 juin 2021, à Conakry

La Ministre à la Présidence, chargée des questions de passation des marchés a informé le conseil que sur instruction du Président de la République, elle entreprendra une mission de vérification des dossiers des paiements de la dette intérieure.

A ce sujet, le Conseil a recommandé que sa mission porte principalement sur les arriérés postérieurs à 2018, c’est à dire ceux qui ne figurent pas sur le listing des dettes auditées. À cet effet, le conseil a instruit le Ministre de l’Économie et des Finances de mettre à la disposition de la Ministre, tous les dossiers concernés.

Par ailleurs, la Ministre a sollicité et obtenu du conseil de faire une présentation sur la passation des marchés publics, lors du séminaire gouvernemental.

Tibou Kamara

Ministre d’Etat, conseiller personnel du Chef de l’Etat, Ministre de l’industrie et des PME, porte-parole du Gouvernement

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Lire

Université de Kankan : le nouveau recteur, Dr Moustapha Sangaré, installé dans ses fonctions

31 mai 2021 à 17 05 28 05285

Quelques jours seulement après sa nomination, le nouveau recteur de de l’Université Julius Nyerere de Kankan a pris fonctions ce lundi, 31 mai 2021. Dr Moustapha Sangaré s’est engagé à œuvrer dans la continuité des efforts consentis par ses prédécesseurs pour relever les défis auxquels est confrontée cette institution d’enseignement supérieure, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Nommé le 27 mai dernier par le président de la République au poste de recteur de l’Université Julius Nyerere de Kankan, Dr Moustapha Sangaré a été officiellement installé dans ses nouvelles fonctions, ce lundi 31 mai 2021. Présidée par le gouverneur de la région de Kankan, la cérémonie a été marquée notamment par l’intervention de Dr Abdoulaye Wotem Somparé, qui assurait l’intérim depuis la mort de l’ancien recteur, Dr Sékou Kaba, le 27 juillet 2020. Il a mis l’occasion à profit pour présenter le bilan de son passage à la tête de cette institution d’enseignement supérieure.

Dr Abdoulaye Wotem Somparé, recteur par intérim sortant

« Nous avons achevé la salle de travail des enseignants, nous avons doté les enseignants en moyens de déplacement : 4 voitures, 22 motos, et une quinzaine de motos de plus vont être attribuées aux enseignants. Nous avons aussi amélioré les conditions de travail des enseignants en mettant des tableaux blancs et en sonorisant les salles, mais aussi en y mettant des ventilateurs.

Avec la volonté des collègues, nous avons pu mettre en place le laboratoire des Sciences sociales en vue de promouvoir la recherche et de permettre à nos jeunes enseignants de faire des publications pour qu’ils puissent progresser dans leur carrière. Nous avons aussi adhéré à l’ANAQ (Autorité nationale d’assurance qualité dans l’enseignement, la formation et la recherche) et cette année, nous allons soumettre nos programmes à l’évaluation de l’ANAQ », a dit le vice-recteur de l’Université Julius Nyerere de Kankan.

Dr Moustapha Sangaré, recteur entrant

Des efforts que le nouveau recteur s’est engagé à poursuivre et améliorer pour relever les défis. « Certes, ces efforts sont appréciables, mais les besoins pour permettre à notre institution de répondre efficacement aux attentes des étudiants demeurent. C’est pour cette raison que je considère ma mission comme celle de poursuivre les efforts déjà consentis et de m’engager à relever les défis déjà existants. Pour réussir dans cette mission, je voudrais en toute sincérité tendre la main à toute la communauté universitaire », a lancé Dr Moustapha Sangaré.

Sadou Keïta, gouverneur de Kankan

De son côté, le gouverneur de Kankan a appelé les travailleurs de l’Université Julius Nyerere à soutenir le nouveau recteur, qui était jusque-là chef de département Chimie dans cette institution d’enseignement supérieure, pour lui permettre de réussir sa mission. « Si nous soutenons le nouvel entrant, on dira au département de l’enseignement supérieur qu’il ne faut plus aller chercher ailleurs, qu’il y a des bons cadres à l’Université de Kankan. Donc on ne va pas s’arrêter à Dr Sangaré, d’autres auront des promotions. Mais si on piétine cette promotion, rassurez-vous que ça va s’arrêter à lui », a dit Sadou Keïta. 

A noter que l’une des priorités du nouveau recteur sera de délivrer les diplômes des étudiants sortants de la 11ème promotion du système LMD, qui impatientent depuis plusieurs mois.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Dialogue politique et social : Alpha Condé jette son dévolu sur Fodé Bangoura

21 mai 2021 à 22 10 43 05435
Elhadj Fodé Bangoura, président du PUP

C’est la première mission que le président Alpha Condé confie au président du PUP (l’ancien parti au pouvoir). Dans un décret rendu public ce vendredi soir, 21 mai 2021, le chef de l’Etat guinéen a nommé Elhadj Fodé Bangoura secrétaire permanent du cadre de dialogue politique et social.

Le décret précise que le Premier ministre conformément aux dispositions du décret portant création, fonctionnement et attributions du cadre permanent du dialogue politique et social, est chargé de l’application de cette décision.

Ancien puissant secrétaire général à la présidence de la République, Fodé Bangoura s’était toujours réclamé de l’opposition devant l’accession du président Alpha Condé à la tête de la Guinée.

Lire

N’Zérékoré : le patriarche Lambert Zogbélémou annonce la dissolution de l’ancien conseil des sages

8 mai 2021 à 8 08 40 05405

Col. Goïkoya Lambert Zogbélémou, patriarche de N’Zérékoré

« Je vous informe que l’équipe technique autour du patriarche va bientôt finaliser ses travaux de rédaction des statuts et règlement intérieur… Pour le moment, cette même équipe technique s’occupe de la gestion des affaires courantes jusqu’à la mise en place du nouveau conseil des sages prévu pour très bientôt, l’ancien conseil étant dissout », a annoncé le nouveau patriarche de N’Zérékoré dans un message adressé aux habitants de la ville.

Lire

2ème génération de la Réforme du secteur de sécurité : le ministre de la Défense s’entretient avec le Représentant du Pnud

7 mai 2021 à 10 10 53 05535

Alors que la première phase de la RSS arrive à terme avec un bilan élogieux salué par tous, le ministre d’Etat en charge de la Défense nationale s’active déjà pour poursuivre les réformes engagées par le président Alpha Condé depuis 2011. A cet effet, Dr. Mohamed Diané a présidé ce vendredi 7 mai une réunion technique avec la représentation du Pnud en Guinée pour discuter des modalités d’exécution de la nouvelle génération de la réforme des forces de sécurité et de défense tout en appelant à la mobilisation des ressources nécessaires à l’atteinte des différents objectifs.

Lire

Conseil des ministres : voici le tout premier compte rendu de Tibou Kamara

6 mai 2021 à 19 07 02 05025

COMPTE RENDU DE LA SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 6 MAI 2021

Conakry, 6 mai 2021 – La session ordinaire du conseil des ministres s’est tenue ce jeudi 06 mai 2021 de 10h25 à 12h48, sous la haute autorité de Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé.

 

Les points suivants étaient inscrits à l’ordre du jour :

I) Messages de son Excellence Monsieur le Président de la République

II) Compte rendu de Monsieur le Premier ministre de la session ordinaire du conseil interministériel du mardi 4 mai 2021

III)  Décisions

IV) Questions diverses

Au titre du premier point, le Chef de l’Etat, son Excellence, Professeur Alpha Condé, a rappelé que dans le contexte de la pandémie de la covid 19 qui sévit dans le monde, le plus fondamental demeure la vie et la santé des populations dont la responsabilité incombe à l’Etat. Il a déploré que le relâchement observé dans le comportement des citoyens et les mesures de précaution recommandées par les autorités sanitaires favorise une recrudescence de la covid 19.

 

A ce propos, Monsieur le Président de la République, en rappelant que le Gouvernement ne doit pas faillir dans la mission d’assurer la sécurité intérieure et sanitaire du pays a instruit le ministre de la sécurité de veiller au respect scrupuleux de la fermeture des établissements publics comme les restaurants et lieux de loisirs où le risque de contamination à la covid 19 et de propagation de la maladie reste élevé.

Il a instruit le ministre de la sécurité à exiger des agents de donner le bon exemple pour le respect des mesures barrières et à appliquer les pénalités prévues pour tous les contrevenants.

 

 

Monsieur le Président de la République, est revenu sur une meilleure organisation du travail gouvernemental et les faiblesses à corriger dans l’administration pour un service public de qualité et extrêmement performant. Il a instruit aux Ministres de s’imprégner davantage de l’organisation et du fonctionnement de leurs ministères, des attributions, prérogatives de leurs directions et différents services, afin de mieux suivre et coordonner le travail et surtout pour ne pas faire des propositions ou prendre des décisions qui créent des conflits de compétence et d’attribution.

 

Le Chef de l’Etat a instruit monsieur le Premier Ministre de prendre toutes les dispositions, en relation avec les ministres concernés, pour la préparation et l’élaboration de tous les textes d’application du code des investissements pour son application optimale, mais aussi pouvoir bénéficier de tous les soutiens nécessaires à sa mise en œuvre effective et totale.

 

Son Excellence, Professeur Alpha Condé, a instruit le Premier Ministre d’attirer l’attention des ministres et de les y engager aussi que les problèmes du Gouvernement se règlent au sein du gouvernement. Monsieur le Président de la République a souligné avec force que la fonction de ministre obéit à des valeurs et une éthique qui doivent être observées dans toutes les circonstances par tous afin de garantir la cohésion de l’équipe et la solidarité entre ses différents membres.

 

Le Chef de l’Etat a instruit le Gouvernement de veiller à intégrer les normes nationales dans les engagements de l’Etat pour une question de cohérence et surtout de conformité.

Monsieur le Président de la République a instruit de relancer et parachever l’initiative de la réforme foncière dont les études avec l’accompagnement et le soutien des partenaires ont déjà été faites et sont disponibles.

 

Son Excellence Professeur Alpha Condé a instruit le Gouvernement de mettre en place une commission dans chacun des secteurs où il est prévu d’organiser les états généraux, à savoir, la santé, l’Education, la Justice. Monsieur le Président de la République a insisté que ces différentes commissions ne concernent pas que les intervenants dans ces secteurs, mais soient plutôt ouvertes à toutes les compétences capables d’apporter une contribution à la préparation et au succès de ces assisses.

 

Le Chef de l’Etat a instruit le ministre de la fonction publique d’éradiquer tous les maux qui gangrènent la fonction publique. Il a instruit que tous les fonctionnaires admis à faire valoir leurs droits à la retraite puissent être remplacés à leurs postes notamment par les jeunes diplômés disposant des compétences requises pour assurer valablement la relève. Les contractuels dans les ministères à propos desquels monsieur le Président de la République a demandé de faire le point de la situation ne peuvent bénéficier de ce statut exceptionnel qu’en cas de nécessité absolue.

 

Monsieur le Président de la République a instruit le Premier ministre d’instruire les ministres d’accorder un délai précis et court de traitement des dossiers à leurs collaborateurs afin d’éviter les lenteurs et lourdeurs administratives qui pénalisent tous les usagers de l’administration publique. Dans le même ordre d’idées, il a été instruit de soumettre à temps tous les projets de textes aux ministres afin, qu’à leur tour, ils les examinent avec leurs cabinets pour partager avec le conseil leurs avis et commentaires.

 

Le Chef de l’Etat, a instruit au Gouvernement, d’engager la réflexion, dès maintenant, pour les mesures à prendre afin de réglementer les barrages routiers et mettre fin à leur prolifération anarchique sur le territoire national, très dommageable aux transporteurs et aux usagers de la route. Monsieur le Président de la République a rappelé qu’en dehors des barrages officiels, aucun autre n’est autorisé. Ensuite, qu’il n’y a qu’une seule motivation aux barrages, c’est le contrôle de sécurité. Il a instruit au Ministre de la Sécurité d’envisager des sanctions contre les auteurs des barrages non-autorisés ou des pratiques de racket systématique aux points de contrôle.

 

Après les instructions et directives données par Monsieur le Président de la République, le Premier Ministre, chef du Gouvernement, a été invité à faire sa communication.

Dans son introduction, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a félicité Dr Djalikatou Diallo, pour sa nomination dans les fonctions de Ministre de la Citoyenneté et de l’unité nationale par son Excellence, Monsieur le Président de la République. Dr Ibrahima Kassory Fofana a précisé que ce dernier acte de nomination dans le Gouvernement parachève le premier remaniement ministériel intervenu au lendemain de l’élection du Professeur Alpha comme premier Président de la 4e République, à peine portée sur les fonds baptismaux. Enfin, le Premier ministre qui a souligné la marque de confiance portée en la nouvelle promue, s’est réjoui de l’accueillir au sein de l’équipe gouvernementale avant de lui adresser tous ses vœux de succès.

 

Le Premier Ministre a présenté au conseil, le nouveau porte-parole du Gouvernement, récemment nommé par le Chef de l’Etat, en la personne, du Ministre d’Etat, conseiller spécial du Chef de l’Etat, ministre de l’industrie et des PME, Tibou Kamara. Dr Ibrahima Kassory Fofana a justifié ce choix par l’expérience acquise par le Ministre d’Etat et l’aptitude à assumer la charge. Le chef du gouvernement a émis le vœu que ce changement contribue à relever les défis de communication auquel le Gouvernement se trouve confronté.

 

Le Premier Ministre, a, par ailleurs rendu hommage au Ministre d’Etat, ministre de l’enseignement supérieur, Monsieur Aboubacar Sylla, porte-parole sortant du Gouvernement s pour le travail remarquable et élogieux accompli durant son mandat malgré toutes les difficultés et les contraintes de la charge.

Dans la deuxième partie de son intervention, le Premier Ministre, chef du Gouvernement a fait le résumé synthèse de la dernière session du conseil interministériel tenu, sous sa présidence.

 

Au titre des EXAMENS DE TEXTES

 

Le ministre de la justice, garde des sceaux a présenté et soumis au conseil les projets de textes et de décrets suivants :

Ø De Loi portant création, organisation et fonctionnement des juridictions de commerce ;

Ø De Décret portant barème des honoraires des mandataires judiciaires dans les procédures collectives d’apurement du passif ;

Ø De Décret relatif au statut des mandataires judiciaires pris en application de l’acte uniforme portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif ;

Ø De Décret portant désignation des juridictions compétentes en matière de coopération étatique à l’arbitrage et à la médiation ;

Ø De Décret portant désignation de l’autorité nationale chargée d’apposer la formule exécutoire sur les arrêts de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) et les sentences arbitrales ayant reçu l’exequatur de cette Cour ou, le cas échéant, de son Président

 

Ø De la Loi portant création, organisation et fonctionnement des juridictions de commerce,

 

Le Ministre a rappelé que le Tribunal de commerce de Conakry créé par la Loi L/ 0033/2017/AN du 4 juillet 2017 est soumis aux dispositions de la présente Loi et est compétent pour connaître des litiges commerciaux qui naissent dans la zone spéciale de Conakry.

 

Il a précisé que les juridictions de commerce sont des juridictions spécialisées de premier degré et de second degré dénommées respectivement tribunaux de commerce et cours d’appel de commerce pour juger les affaires commerciales, c’est-à-dire les litiges relatifs aux actes de commerce : achat de marchandises pour les revendre, lettres de change, opération de banque, engagements nés à l’occasion du commerce.

 

Entrent également dans la compétence des juridictions de commerce, les litiges concernant les sociétés commerciales notamment les incidents relatifs à la cessation des paiements, redressement et la liquidation judicaires des entreprises, des contestations en matière minière, de transports terrestre, aérien et maritime, des contestations en matière de propriété industrielle, etc.

 

Les tribunaux de commerce connaissent, à charge d’appel, de toutes les demandes dont le taux du litige est supérieur à 50.000.000 de francs guinéens et en premier et dernier ressort, de toutes les demandes dont le taux du litige n’excède pas 50.000.000 de francs guinéens.

 

Au cours des débats, les observations ont porté sur :

–        La nécessité de spécifier la compétence territoriale des juridictions de commerce ;

–        La création des tribunaux commerciaux dans les autres régions de Guinée ;

–        La nécessité de donner des moyens de fonctionnement au tribunal de commerce de Conakry et aux cours d’appel ;

–        La nécessité de veiller à l’application correcte des textes selon le domaine de compétence des différentes juridictions.

 

A l’issue des débats et après toutes les réponses apportées par le ministre aux préoccupations soulevées, le conseil a approuvé le projet de texte présenté et apporté son soutien au garde des sceaux ainsi qu’il l’a exhorté à mettre en ouvre rapidement cette réforme importante pour l’amélioration du climat des affaires.

 

Ø Du Décret portant barème des honoraires des mandataires judiciaires dans les procédures collectives d’apurement du passif ;

 

Le Ministre a rappelé que parmi les Actes uniformes adoptés de l’OHADA, il existe celui portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif adopté par le conseil des Ministres de l’Organisation, le 10 Septembre 2015 en Côte d’Ivoire.

Pour assurer une bonne efficacité de cet Acte uniforme, l’OHADA a prévu un certain nombre d’organes notamment les mandataires judiciaires dont le statut et les conditions d’accès à ce statut.

Le présent projet de décret crée la Commission nationale de contrôle et de supervision des mandataires judiciaires, détermine sa composition, son fonctionnement et les mesures disciplinaires des mandataires judiciaires, fixe les règles relatives à l’accès et à l’exercice de cette fonction ainsi que le barème de rémunération des mandataires judiciaires.

 

Au terme de l’exposé, l’observation essentielle a porté sur l’éventualité de fixer les honoraires en pourcentage de la valeur du litige, plutôt que sur une valeur absolue, pour prendre en compte les effets de l’inflation.

Au terme des discussions, le conseil a adopté le projet de décret soumis à son examen.

 

Ø Du Décret relatif au statut des mandataires judiciaires pris en application de l’acte uniforme portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif,

Le Ministre a indiqué que le présent projet de décret fixe la réglementation nationale applicable aux mandataires judiciaires dans le cadre du règlement préventif, du redressement judiciaire et de la liquidation des biens prévus par l’Acte uniforme.

Il a pour objet :

–        De prévoir les conditions et modalités d’agrément des mandataires judicaires ;

–        De créer l’organe chargé de la supervision des mandataires judiciaires et d’en fixer la composition, le fonctionnement et les missions ;

–        D’organiser le contrôle de l’activité des mandataires judiciaires et les règles disciplinaires qui leur sont applicables.

 

A la suite de l’exposé et des débats qui sont suivi, le projet de décret a reçu l’approbation du conseil.

 

Ø Du Décret portant désignation des juridictions compétentes en matière de coopération étatique à l’arbitrage et à la médiation ;

Le Ministre a indiqué que le présent projet de décret a pour objet la désignation des juridictions compétentes en matière de coopération étatique à l’arbitrage et à la médiation, particulièrement l’arbitrage et la médiation ad hoc, conformément aux dispositions du Traité relatif à l’harmonisation du droit des affaires en Afrique, à l’Acte uniforme relatif au droit de l’arbitrage et à l’Acte uniforme relatif à la médiation.

Ce projet de décret a été adopté par le conseil.

 

Ø Du Décret portant désignation de l’autorité nationale chargée d’apposer la formule exécutoire sur les arrêts de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) et les sentences arbitrales ayant reçu l’exequatur de cette Cour ou, le cas échéant, de son Président.

Le Ministre a informé que, la Guinée doit désigner l’autorité nationale chargée de l’apposition de la formule exécutoire telle qu’elle résulte des dispositions des articles 20 du Traité de l’OHADA, 46 du Règlement de procédure de la CCJA, 31 du Règlement d’arbitrage de ladite Cour et 32 de l’Acte uniforme relatif au droit de l’arbitrage.

Le projet de Décret comporte deux articles, le premier désignant le Chef du greffe de la Cour suprême de Guinée aux fins d’apposer la formule exécutoire, le deuxième ayant trait à son exécution et le troisième, à sa prise d’effet.

 

Le conseil a décidé d’adopter le projet de décret.

 

Au terme de tous les débats, le conseil a félicité le ministre de la justice, garde des sceaux, pour la série de textes présentés qui viennent combler un vide dans l’arsenal juridique de notre pays et améliorer notre position dans le processus du Doing business.

 

  III. AU TITRE DES COMMUNICATIONS

 

3.1. Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a fait une communication relative à la présidence du groupe des 77 et la chine (G-77) par la République de Guinée.

 

Il a rappelé que depuis sa création en 1964, le G-77 est devenu la plus vaste coalition de pays, passant de 77 à 134 Etats membres, représentant 80% de la population mondiale, environ 2/3 des membres de l’ONU et près de 45% de l’économie mondiale. Il demeure aujourd’hui un instrument essentiel de négociation de la diplomatie multilatérale économique et pour la promotion de la paix et la justice dans le monde.

 

Chaque année, la présidence du G-77 est exercée par un Etat membre sur la base d’une rotation entre les 3 régions qui le composent : Afrique, Asie-Pacifique, Amérique latine et les Caraïbes.

 

C’est ainsi qu’après l’endossement de sa candidature par l’Union Africaine en février 2020, la République de Guinée a été officiellement désignée, en novembre de la même année à New York, pour assurer cette présidence en 2021. Il s’agit, à la fois, d’un honneur et d’un grand défi à l’heure où tous les agendas internationaux sont bouleversés par la crise sanitaire liée à la Covid-19.

 

Sur le plan organisationnel de la présidence guinéenne du G-77 et la Chine, le Ministre a indiqué qu’un dispositif à trois niveaux d’activités a été mis en place pour accomplir les responsabilités rattachées à notre présidence. Il porte sur :

–        les activités du Ministre dans le cadre de la coordination générale de la présidence, y compris pour la réunion annuelle des Ministres des Affaires étrangères du G-77 ;

–        les activités des Experts (Personnel de la Mission permanente à New York et équipe d’appui envoyée de Conakry) auprès du Secrétariat Exécutif du Groupe et au sein des principales Commissions de l’Assemblée générale de l’ONU.

–        les activités de la Commission de suivi mise en place au MAEGE et comprenant les Points focaux des Départements sectoriels concernés par les sujets à l’agenda du G-77.

 

Parlant du bilan du premier trimestre de la présidence guinéenne, la Mission permanente et celles des Experts ont pris part à des rencontres. Il s’agit notamment :

–        des consultations avec des Représentants permanents, Présidents de Groupes régionaux, Responsables d’Agences, de Commissions et d’Organes des Nations Unies ;

–        des activités au sein de 5 Grandes Commissions de l’Assemblée générale de l’ONU.

 

Au terme de l’exposé, le conseil a donné son soutien au Ministre pour le succès de la présidence guinéenne de cette importante instance des Nations Unies, qui confirme le retour de notre pays au tout premier plan de la scène internationale.

 

IV. AU TITRE DES COMPTE RENDUS

 

4.1. Ministre de la Santé a fait un compte rendu relatif à l’évolution de la riposte à la pandémie de la Covid-19 et de l’épidémie d’Ebola en République de Guinée. Si la tendance est à l’élimination de l’épidémie Ebola, pour la COVID 19, il y a une recrudescence des cas qui nous interpelle tous. Le Gouvernement, pour sa part, met tout en œuvre pour briser la chaîne de contamination et arrêter la propagation de la maladie.

 

Dans les questions diverses, la nouvelle ministre de la citoyenneté et de l’unité nationale, a tenu à remercier le chef de l’Etat et à lui exprimer sa gratitude pour sa nomination dans le gouvernement. Elle a aussi sollicité et obtenu le soutien du Chef de l’Etat, l’appui du Premier ministre ainsi que la solidarité de tous les ministres pour accomplir, avec succès, sa mission certes difficile mais très exaltante.

 

Le Conseil des Ministres

 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 

Lire

Guinée : le ‘’CROSC-Conakry’’ apporte son soutien aux huissiers de justice en grève

1 mai 2021 à 15 03 59 05595

En conférence de presse ce samedi, 1er mai 2021, le Conseil Régional des Organisations de la Société Civile de Conakry (CROSC-Conakry) s’est exprimé sur la grève des huissiers de justice et des avocats qui malmène actuellement l’appareil judiciaire guinéen. Le CROSC-Conakry a exprimé sa « préoccupation » et son « amertume » de voir les mêmes problèmes (non délivrance de réquisition, inexécution des décisions de justice) soulevés en 2014 par la chambre nationale des huissiers de justice paralysie aujourd’hui encore la justice guinéenne. Il a ensuite apporté son soutien aux grévistes et interpellé le président de la république sur les conséquences de la paralysie dans l’appareil judiciaire sur la stabilité économique, sociale et politique du pays. Egalement, le CROSC-Conakry a interpellé le ministre de la justice à plus de considération pour ses collaborateurs (huissiers et avocats) en grève.

Lire

Liberté de la presse en Guinée : « le tableau n’est pas reluisant », dit Aboubacar Camara (URTELGUI)

1 mai 2021 à 12 12 54 05545

Aboubacar Camara, président par intérim de l’URTELGUI

Le lundi 3 mai 2021, l’humanité va célébrer la 28ème journée mondiale de la liberté de la presse. A cette occasion, le président par intérim de l’Union des Radiodiffusion et Télévisions Libres de Guinée (URTELGUI) a accordé un entretien à Guineematin.com pour parler de la situation de la liberté de la presse en Guinée. Aboubacar Camara a décrit une situation pas reluisante, caractérisée par l’emprisonnement de certains journalistes et des conditions de travail difficiles pour les hommes de médias.

Lire

Retard du procès des détenus politiques : Aboubacar Biro Soumah accuse Alpha Condé

27 avril 2021 à 12 12 50 04504

Aboubacar Biro Soumah, président du Parti pour le Progrès et le Changement PPC

Des voix continuent de s’élever pour dénoncer la détention de nombreux opposants en Guinée et surtout, le refus des autorités d’organiser rapidement leur procès. Depuis leur arrestation, qui fait suite aux violences post-électorales d’octobre 2020, ces responsables et militants de l’opposition sont incarcérés sans jugement à la Maison centrale de Conakry.

Lire

Diabaty Doré sur la détention d’opposants en Guinée : « si on ne les juge pas, qu’on les libère »

24 avril 2021 à 15 03 30 04304

Diabaty Doré, président du parti Rassemblement Pour la République

« Dans ce dossier puisqu’il n’y a pas de preuve, ils ne peuvent pas les juger. C’est pourquoi, nous condamnons ces arrestations et détentions ; et, c’est pour cela que nous interpellons la communauté nationale et internationale de tout faire pour que la lumière soit faite. Si on ne parvient pas à les juger, qu’on les libère ; même si c’est de façon provisoire pour qu’ils regagnent leurs familles. Au moment où la justice sera prête, qu’on les appelle. Parce que quoi qu’on dise, ce sont des Guinéens, ils ne vont pas fuir. Je rappelle que Cellou Baldé était à Labé. Il pouvait fuir pour aller même si c’est au Sénégal ; mais, il a dit non, il faut qu’il se présente devant la justice parce qu’il est respectueux de la loi…», a notamment dit Diabaty Doré, le président du parti Rassemblement Pour la République.

Lire

Conseil des ministres de ce jeudi : voici le compte rendu intégral

22 avril 2021 à 17 05 18 04184

Communiqué : Conakry, le 22 avril 2021 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 22 Avril 2021, de 08h à 10H, par visioconférence, avec l’ordre du Jour suivant :

I.  MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

 

II. COMPTE RENDU DE LA SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DU MARDI, 20 AVRIL 2021 ET DECISIONS

 

III. QUESTIONS DIVERSES

Lire

Fortes inondations à Luanda (Angola) : 14 morts et de nombreux dégâts matériels

21 avril 2021 à 12 12 38 04384

De brutales inondations déclenchées par des pluies torrentielles ont entraîné de nombreux dégâts à Luanda (capitale angolaise) le lundi dernier, 19 avril 2021. Elles ont tué 14 personnes, blessé deux autres. On parle au moins de mille six cent (1 600) maisons inondées, provoquant le déplacement de huit mille personnes, a appris Guineematin.

Lire

Mort du dictateur tchadien, Idriss Déby : les condoléances d’Alpha Condé de la Guinée

20 avril 2021 à 18 06 45 04454

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, le dictateur tchadien la mort du dictateur tchadien a été annoncée ce mardi, 20 avril 2021, alors qu’il venait juste d’être annoncé victorieux de l’élection présidentielle pour un sixième mandat consécutif. Le « Maréchal tchadien », Idriss Déby Itno a été tué de façon incroyablement banal lorsqu’il est allé lui-même sur le terrain pour défendre le fauteuil présidentiel qu’il a chéri plus que sa vie… C’est donc le le FACT (Front pour l’alternance et la concorde au Tchad), dirigé par le général Mahamat Mahadi Ali, qui a mis fin au règne de celui qui se croyait invincible.

Lire