Un prévenu à la barre : « je fume la drogue pour oublier mes soucis »

28 mars 2019 à 8 08 13 03133

Poursuivi pour détention et consommation de chanvre indien, Mamadou Aliou Bah a comparu hier, mercredi, 27 mars 2019, devant le tribunal correctionnel de Dixinn (délocalisé à la mairie de Ratoma). Ce jeune homme âgé d’une vingtaine d’années a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi ce procès.

Très détendu et visiblement très à l’aise de parler de chanvre indien, Mamadou Aliou Bah a surpris plus d’un (à commencer par la juge Aïssata Kalissa) lors de sa déposition devant le tribunal.

Tout d’abord, le prévenu a reconnu les faits de détention et de consommation de chanvre indien qui pèsent contre lui. « J’ai été arrêté avec une vingtaine de boules que je devais consommer le soir avec mes amis…», a-t-il déclaré à la barre.

« Depuis quand vous fumez du chanvre indien ? », demande madame la juge. Et, le prévenu de répondre : « ça a fait un peu de temps ». «Ça a fait combien d’années à peu près ? », interroge de nouveau la juge Aïssata Kalissa. Et, Mamadou Aliou Bah de préciser : «Je fume du chanvre indien depuis 2014».

«Pourquoi fumez du chanvre indien ? », demande encore madame la juge.
« C’est pour oublier mes soucis. Quand j’ai des problèmes, des soucis ou encore quand je n’ai pas d’argent, je prends du chanvre indien. Ça me soulage et ça me fait oublier mes soucis », répond le prévenu avec des gesticulations et un air enthousiaste.

Une attitude qui ne passera pas inaperçue devant la juge Aïssata Kalissa, qui le fixera pendant quelques poignées secondes avant de s’exclamer: « Et puis, il est content de parler de ça (le chanvre indien)».

Dans ses réquisitions, le ministère public a expliqué que Mamadou Aliou Bah a été arrêté dans la nuit du 22 février 2019, aux environs de 21 heures par des agents de police. « Il a tenté de négocier, en vain… Les agents l’ont déposé au commissariat avec les boules de chanvre indien…», a dit le procureur audiencier qui a ensuite requis six (6) mois d’emprisonnement contre le prévenu.

Dans sa décision rendue quelques minutes plus tard, le tribunal a condamné Mamadou Aliou Bah a quatre (4) mois de prison ferme et au payement d’une amande de 500 mille francs guinéens.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire