Yomou : tenue de l’atelier préparatoire pur la mise en place des démembrements de la CENI

28 août 2019 à 19 07 14 08148

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) poursuit ses actions sur le terrain dans le cadre de la perspective de l’organisation des élections législatives. L’heure est en ce moment à la mise en place des démembrements de la CENI dans les communes de Conakry et de l’intérieur du pays. C’est dans cette dynamique que s’est tenue dans la préfecture de Yomou une réunion préparatoire hier mardi, 27 août 2019, des parties prenantes au processus électoral, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La réunion de cet atelier préparatoire s’est tenue dans la salle de la Commission Électorale Préfectorale Indépendante (CEPI) en présence de nombreux acteurs, dont George Mamy, chef de mission de la CEPI, accompagné de Mohamed Bangoura, représentant du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

George Mamy, chef de mission de la CEPI

George Mamy, chef de mission de la CEPI, a expliqué ce qui s’est passé. « Je remercie vraiment Dieu, nous sommes rentrés dans des conditions difficiles suite à la traversée Péla- Yomou. Mais, nous avons été bien accueillis par la présidente et le chef d’antenne. Cette réunion préparatoire s’est bien passée. Nous avons donné les instructions aux partis de l’opposition pour nous fournir une liste consensuelle et je pense que ces partis vont nous fournir une liste consensuelle », a-t-il laissé entendre.

Comme dans de nombreuses localités, les partis de l’opposition ne se sont pas entendus sur les places qui leurs sont réservées. Selon nos informations, l’UFDG, l’UFR et l’UPG auraient voulu tout monopoliser au détriment d’autres partis comme le PEDN, l’UGDD et l’UDRP. Mais, après un débat houleux de plus de deux heures, les partis ont fini par s’entendre, aplanissant ainsi leurs divergences.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Lire

Tentative de déstabilisation de la section RPG 2 de Télimélé ? Cherif Bachir Haidara dénonce

24 août 2019 à 15 03 52 08528
Chérif Bachir Haidara, secrétaire général de la section du RPG Télimélé 2
Chérif Bachir Haidara, secrétaire général de la section du RPG Télimélé 2

Depuis longtemps, une crise sans précédent mine deux sections du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) dans la commune urbaine de Télimélé. Une tentative d’unification des sections de Télimélé 1 et de Télimélé 2 en une fédération au niveau local est à la base de la discorde entre les deux camps, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Face aux multiples péripéties rencontrées par les différents acteurs dans la mise en œuvre de cette initiative et pour pérenniser la cohésion au sein du parti au pouvoir, l’affaire est restée longtemps en suspens.

En effet, une nouvelle faisant état du limogeage de Chérif Bachir Haidara, secrétaire général de la section RPG de Télimélé 2, s’est propagée dans la cité comme une traînée de poudre. Cette rumeur a été colportée après une réunion tenue dans la journée d’hier vendredi, 23 août 2019, au siège de la première section avec des missionnaires venus de Conakry.

Interrogé par le correspondant local de Guineematin.com sur le sujet, Chérif Bachir Haidara, le principal concerné dans cette affaire, dit ne pas être inquiet et accuse un certain Foumba Touré d’être à l’origine de ce qu’il qualifie de manœuvres. « Il y a effectivement eu tentative de déstabilisation de la section de Télimélé 2 pour parachever les œuvres de Foumba Touré, missionnaire technique du RPG qui vient souvent à Télimélé. Dans le but de restructurer le parti, Foumba Touré a inscrit Ibrahima Sory Keita à la tête de la section Est et Mamadou Dian Baldé à la tête de la section Ouest et il a déposé les documents à Conakry. Nous avons écrit à Conakry pour protester, et Conakry l’a instruit de venir installer la section 2 comme il a fait avec la première section. Mais, Foumba Touré persistait toujours pour que je sois remplacé et c’est ainsi que nous sommes allés à Conakry où nous avons rencontré le bureau politique national qui nous a entendu et nous a donné satisfaction et nous sommes revenus ragaillardis », a expliqué Chérif Bachir Haidara.

Parlant de ce qui s’est produit hier vendredi, son « remplacement », Chérif Bachir Haidara dit ne pas se sentir menacé par ces « manœuvres ». « Avant-hier, pendant que j’étais dans mon village à Sokoliba, une mission est venue de Conakry et a tenu une réunion avec certains du RPG. Ils ont sorti des documents disant qu’on m’a remplacé par Mamadou Dian Baldé. Après un échange avec certains cadres du bureau politique national et même avec les missionnaires, ces derniers ont dit que désormais, ils n’ont aucun interlocuteur de la section 2 que moi Cherif Bachir Haidara. Je ne me sentirais pas menacer parce que ceux qui doivent me menacer, c’est les fils de Télimélé, pas les autres. Je suis le secrétaire général de la section 2, c’est moi qui ai amené le RPG de 5% à 35% à Télimélé pendant les élections. J’en suis fier », a-t-il laissé entendre.

Joint au téléphone, le missionnaire venu de Conakry, un certain Keita, n’a pas voulu faire de commentaires sur la question.

A suivre!

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tel: 622525250

Lire

Loi sur la cybercriminalité contre les journalistes : Iboun Conté dénonce la responsabilité de la HAC

20 août 2019 à 22 10 52 08528

Depuis quelques temps, le régime Alpha Condé cherche à cadenasser de façon progressive tous les espaces de liberté en République de Guinée. Après les interdictions systématiques de toute forme de manifestation avec l’installation des PA militaires dans la capitale, c’est désormais la liberté de la presse et plus généralement d’expression qui prise en otage par le pouvoir.

Aujourd’hui, même le fait de donner la parole à un homme ou une femme considérée comme adversaire du régime peut déclencher des poursuites judiciaires contre les journalistes. C’est le cas actuel d’Elhadj Diallo Souleymane, pionnier de la liberté de la presse en Guinée et PDG du groupe Lynx-Lance.

Mais, si tout se limitait à des poursuites judiciaires où on ne devait se préoccuper que du respect de la loi, c’était encore tenable. Mais, dans la Guinée d’aujourd’hui, des petits malins ont préparé et fait adopter une loi à eux qu’ils opposent, pardon imposent, à tous journaliste qui leur sera présenté. Pourtant, au moment où cette loi était en train d’être préparée et adoptée, des voix s’étaient élevées, des alertes avaient été envoyées, sans que l’adoption de cette dangereuse loi n’ait intéressé la majorité de ceux qui s’émeuvent ou font semblant de le faire aujourd’hui.

Pour Moussa Iboun Conté, les journalistes guinéens doivent enfin se départir de leur solidarité de façade et agir réellement ensemble pour la protection de leurs libertés dans notre cher pays.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose cette sortie de monsieur Conté :

Le seul bouclier, qui nous reste maintenant, est notre solidarité devant plus être de façade ! Nous refusons de pointer un doigt accusateur sur la responsabilité de la HAC dans cette situation comme à l’accoutumée. En 2016, j’avais rédigé un mémorandum dès que le cabinet du ministre Mamy Diaby avait conçu ce projet en empiétant sur les domaines de compétences de la HAC par la création du Centre de Sécurité Informatique ayant les mêmes compétences que la HAC tout en criminalisant tous les délits commis dans la presse et par voie de presse. Avec l’appui de l’Association des blogueurs de Guinée de même qu’avec celui de l’Internet Sans Frontières, un mémorandum a été déposé à la HAC qui n’a pas été pris au sérieux et finalement nous l’avons envoyé à la Cour Constitutionnelle pour qu’elle rende public un arrêt contre cette usurpation des titre et fonctions de la HAC.

Le seul bouclier, qui nous reste maintenant, est notre solidarité devant plus être de façade ! Nous refusons de pointer un doigt accusateur sur la responsabilité de la Haute Autorité de la Communication (HAC) dans cette situation comme à l’accoutumée. En 2016, nous avions rédigé un mémorandum dès que le cabinet du ministre Moustapha Mamy Diaby, alors ministre des Postes et Télécommunication, avait conçu ce projet de Loi en empiétant sur les prérogatives et domaines de compétences de la HAC par la création du Centre de Sécurité Informatique ayant les mêmes compétences que la HAC. Avec l’appui de l’Association des blogueurs de Guinée de même qu’avec celui de l’Internet Sans Frontières, les différentes interpellations de la classe politique guinéenne et alertes de Nouhou Baldé du site  »guineematin.com », un mémorandum a été déposé à la HAC qui n’a pas été pris en compte ; et, finalement, nous l’avions envoyé à la Cour Constitutionnelle pour qu’elle rende public un arrêt contre cette usurpation du titre et fonctions de la HAC.

C’est dans ce contexte que ce projet de Loi avait adopté le 2 juin 2016 par l’ensemble des députés de toutes obédiences politiques confondues.

L’insouciance, le clientélisme, le manque de courage et de justice sont les causes du malheur de la presse guinéens comme le disait bien Spinoza, citation : « Rien n’est utile à l’Homme que l’Homme ».

Moussa Iboun Conté, président de l’AGEPI

Lire

Après Diallo Souleymane, Abou Bakr sous contrôle judiciaire ? Voici ce qu’en dit le DG de Lynx FM

20 août 2019 à 12 12 56 08568

Comme on le sait déjà, le régime du président Alpha Condé a placé sous contrôle judiciaire le Doyen de la presse guinéenne et pionnier de la liberté de la presse, Elhadj Diallo Souleymane, PDG du groupe de presse Lynx-Lance au niveau du Tribunal de Première Instance de Kaloum.

Dans la matinée de ce mardi, Guineematin.com a appris de nos confrères de Lynx Fm que la plainte visant le Directeur Général de la radio, Boubacar Alghassimou Diallo (Abou Bakr), qui avait reçu en premier lieu la convocation de la Direction de la Police Judiciaire (DPJ), reste maintenue, même s’il n’a pas été encore entendu…

Dans la convocation servie à la radio Lynx FM, il est mentionné que le Directeur Général de la station est convoqué pour « délit contre l’autorité publique ». Une plainte qui serait liée au passage de madame Sano Doussou Condé sur les ondes de Lynx FM. Cette pionnière et inconditionnelle du RPG (qui s’est finalement opposée à la gouvernance Alpha Condé) a évoqué entre-autres la gestion des salaires du contingent guinéen à la MINUSMA (Mission des Nations Unies au Nord Mali).

Mais, à la place de l’animateur de l’émission Œil de Lynx, c’est le fondateur du groupe de presse, le doyen Elhadj Diallo Souleymane, qui a été entendu par les officiers de police judiciaire, puis par le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum. Finalement, le doyen a été inculpé pour « complicité de production, diffusion de données de nature à troubler la sécurité publique, à porter atteinte à l’honneur et la dignité sur le fondement des articles 32 et 33 de la Loi sur la Cyber-Sécurité ». Il est placé sous contrôle judiciaire et doit se présenter au tribunal deux fois par semaine (mercredi et vendredi).

Joint au téléphone par Guineematin.com ce mardi, 20 août 2019, Abou Bakr a indiqué qu’il doit également se présenter avec Elhadj Diallo Souleymane chaque mercredi et vendredi à 9 heures et que la plainte contre lui reste maintenue.

  Boubacar Alghassimou Diallo, dit Abou Bakr, Directeur Général de la radio Lynx FM
Boubacar Alghassimou Diallo, dit Abou Bakr, Directeur Général de la radio Lynx FM

« On ne m’a pas placé sous contrôle judiciaire, on nous a dit que seul le Doyen Souleymane Diallo est concerné. Tout de même, ils m’ont dit que la plainte contre moi reste maintenue et de me présenter avec Mr Diallo chaque mercredi et vendredi matin. Mon avocat et moi trouvons qu’il y a nuance là-bas, dire que je ne suis pas placé sous contrôle judiciaire et me dire de me présenter avec celui qui l’est. Donc, je considère que je suis placé sous contrôle judiciaire. De toutes les façons, demain, mercredi 21 août, nous pourrons vous apporter plus de précisions au sortir du tribunal ».

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Lire

Kankan : le front anti 3ème mandat trimballe Taliby Dabo, Mamby Camara et Cie en justice

20 mai 2019 à 14 02 53 05535

L’agression récente dont ont été victimes les membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dans la ville de Kankan se transporte sur le terrain judiciaire. Les victimes ont porté plainte au tribunal de première instance de Kankan contre des responsables locaux du RPG Arc-en-ciel, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Taliby Dabo, Mamby Camara et Cie, des responsables du RPG Arc-en-ciel de Kankan, sont visés par une plainte du FNDC, un mouvement qui se bat contre une modification de la Constitution au bénéfice d’Alpha Condé. En effet, des opposants au projet de tripatouillage de la Constitution ont été pris à partie et sérieusement molestés le 30 avril dernier à Kankan par des partisans du régime en place en Guinée.

C’est pour protester contre cette agression et demander réparation que les membres du FNDC ont saisi la justice à Kankan. Une plainte en bonne et due forme a été déposée devant qui de droit pour « attaque barbare, coups et blessures, vol de matériel violation du siège de PADES ».

Dans la matinée de lundi 20 mai 2019, des membres du FNDC de Kankan, composé des partis politiques de l’opposition, se sont rendus dans les locaux du tribunal de première instance de Kankan. Selon nos informations, l’affaire devait être présentée devant un juge ce lundi. Finalement, ça c’est limité à une rencontre à huit clos entre les membres du FNDC et le Procureur de la République, Aly Touré.

Sory Kouyaté

Selon Sory Kouyaté, coordinateur de l’Union des Forces Républicaines (UFR) à Kouroussa, « nous avons porté plainte contre les membres du RPG au tribunal de première instance de Kankan. Le procureur a jugé bon de nous entendre. Ce matin nous sommes venus, tous les membres du front sont là, on l’a rencontré, il nous a dit que notre plainte est recevable et de rester à l’écoute, qu’il nous informera au courant de cette semaine ».

Par ailleurs, Sory Kouyaté a fait savoir son optimisme par rapport à ce bras de fer qui oppose le FNDC au parti au pouvoir. « L’espoir d’abord nous a amené à venir vers la justice. Les faits sont là, ils sont indéniables et je crois que la justice ne peut pas nier la vérité. Donc, nous comptons suivre cette affaire jusqu’à la fin », a-t-il lancé.

Interrogé par notre reporter, le Procureur de la République près le tribunal de première instance de Kankan, Aly Touré a confirmé l’information selon laquelle, le parquet allait appeler les membres du Front courant cette semaine pour la suite de cette affaire.

A rappeler que Taliby Dabo, Mamby Camara, Djènè Mady Keïta, Moussadjan Condé, Aboubacar Condé, Babou Cherif et Adama Keïta (Donso), tous du RPG, sont pointés du doigt par le FNDC, qui les accuse d’avoir orchestré leur agression au siège du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES).

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : (00224) 627 24 13 24

Lire

Guinée : le RPG encourage les démolitions des habitations à Kaporo Rails et Kipé2

16 mars 2019 à 17 05 44 03443

L’initiative du régime Alpha Condé qui consiste à chasser les populations de Kaporo Rails et Kipé2 (à Conakry) et de démolir leurs maisons a largement été commentée à l’assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel, ce samedi, 16 mars 2019. A tour de rôle, les responsables du parti d’Alpha Condé ont clamé leur soutien au gouvernement, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Contrairement à l’opposition qui a vigoureusement dénoncé le déguerpissement des habitants de Kaporo Rails et de Kipé 2, la mouvance présidentielle, elle, approuve et salue même la démarche du gouvernement guinéen.

Bangaly Camara

C’est l’ancien maire de Kankan, Bangaly Camara, qui s’est exprimé en premier sur le sujet au cours de l’assemblée générale du RPG Arc-en-ciel, ce samedi, 16 mars 2019. « L’Etat est une continuité, ce problème dont il s’agit a été créé depuis 1989 par un décret du président Lansana Conté. C’est à cette occasion qu’on a parlé de la route Le Prince. La route le Prince n’était pas comme ça. C’est après ça que la route Le Prince a été créée et la zone de Kaporo Rails a été retenue pour les zones ministérielles. En ce moment, il n’y avait pas RPG, il n’y avait pas UFDG. Mais, aujourd’hui, on est en train de renverser les choses, cacher la vérité et faire prévaloir les humeurs. C’est très grave quand je vois des intellectuels, des cadres qui sont appelés à rendre service à leur pays, de façon loyale, qui sont en train de déranger, de dérouter. Kaporo Rails, c’est une zone qui a été réservée depuis 1989, il n’y avait pas de concessions là-bas, il n’y avait pas d’étages. Si aujourd’hui, il y a étage, il y a maison, il y a tout, c’est parce que les gens n’ont pas respecté la loi. Or, Alpha Condé est un homme de loi, de principes. Quand je prends les gens qui disent c’est parce que ce sont les militants de l’UFDG qui sont là-bas, ça c’est quoi ? Est-ce que c’est honnête ? Ceux qui disent que c’est pour des raisons politiques, qu’ils se détrompent. Ce n’est pas ça, c’est pour donner une visibilité à notre capitale », a dit Bangaly Camara, ancien maire de Kankan.

Saloum Cissé

Abondant dans le même sens, l’honorable Saloum Cissé, secrétaire général par intérim du RPG Arc-en-ciel et premier vice-président de l’Assemblée nationale, a laissé entendre que « d’ici jusqu’à Coyah, il y a un plan cadastral. Si quelqu’un veut construire, il n’a qu’à se donner la peine de venir à Coléah, il y a un service spécialisé dans ça pour constituer les documents de base. Et là, il sera rassuré de savoir quels sont les domaines de l’Etat qui sont disponibles ou des zones qui sont à réserver. Mais très souvent, quand les gens viennent que ça soit de l’intérieur ou de l’extérieur, souvent on les trompe pour leur donner des terrains. Donc, il faut éviter cela. Il n’y a pas une seule ethnie là-bas, moi j’ai la famille d’un de mes amis qui est là-bas. Il y a toutes les ethnies. Cessez de réfléchir en malinké, cessez de réfléchir en peulh, en soussou, en forestier, réfléchissez en pur guinéen. Ce pays est un acquis commun », a lancé Saloum Cissé, vice-président de l’Assemblée nationale.

Hady Barry

Emboîtant les pas de ses prédécesseurs, Hady Barry, secrétaire général du ministère de la Coopération et de l’Intégration africaine, a tiré à boulets rouges sur certains opposants, qu’il accuse de communautariser le débat politique. « Tout leader politique qui cherchera à instrumentaliser une ethnie pour accéder au pouvoir, ne sera jamais au pouvoir en République de Guinée. Lorsqu’on est leader politique, on doit voir grand, on doit voir la Guinée dans sa diversité. Ceux qui parlent, je pense que ce sont eux qui ont gouverné la Guinée pendant des années. Aujourd’hui, un habitant de Ratoma qui veut se rendre à Kaloum pour travailler, il passe combien d’heures ? Moi je passe le matin 3 heures 45 minutes pour arriver au travail et le soir je passe 3 heures pour rentrer. Ça fait 6 heures et ça c’est le quotidien de tous les Guinéens. Est-ce qu’il n’est pas nécessaire aujourd’hui de construire un endroit où les Guinéens pourront satisfaire leurs besoins avec moins de problème ? Tout leader raciste qui cherchera à utiliser l’ethnocentrisme pour arriver au pouvoir, n’arrivera jamais au pouvoir, retenez cela. Ce qu’on attend des leaders politiques, c’est de parler au nom de la Guinée. S’il y a des problèmes, ils posent les problèmes correctement et trouvent des solutions. Mais, en instrumentalisant les uns contre les autres, je ne vois pas comment tu pourras régler les problèmes de toute la Guinée, comment tu pourras avoir le suffrage des Guinéens pour accéder au pouvoir un jour. Alors qu’on fasse très attention nous politiciens. On a longtemps trompé le peuple de Guinée en l’opposant pour des intérêts particuliers. Mais il arrivera un moment où tout raciste ne pourra jamais accéder au pouvoir en Guinée. A bon entendeur salut ! ».

A noter cette assemblée générale du RPG Arc-en-ciel a été marquée aussi par l’adhésion de 250 jeunes présentés comme étant des anciens militants de l’UFDG qui ont rejoint le parti au pouvoir. Ils sont regroupés au sein d’une structure dénommée « Mouvement Alpha reste ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Maitre Kabélé à l’opposition : « nous avons emprunté un chemin sur lequel il y aura… »

12 mars 2019 à 18 06 18 03183

Le président du Rassemblement Guinéen pour le Développement (RGD), maitre Abdoul Kabélé Camara, continue ses consultations avec les acteurs politiques guinéens. Après avoir rencontré Cellou Dalein et Sidya Touré, l’ancien ministre de la sécurité d’Alpha Condé a reçu ce mardi, 12 mars 2019, Dr Faya Millimouno. C’est le siège du cabinet de maitre Kabélé à Kaloum qui a servi de cadre à cette rencontre, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’objectif de cette rencontre était d’échanger avec le leader du Bloc Libéral sur la situation sociopolitique guinéenne en général. La démarche vise également à discuter par rapport à la mise en place d’une large coalition de partis politiques pour faire face à toute velléité de modification de la Constitution guinéenne…

Selon Me Abdoul Kabélé Camara l’heure est à la mobilisation de tous les hommes politiques du pays afin de sortir le pays des maux dont il souffre, causé par le non respect des lois de la République. « Nous avons emprunté un chemin sur lequel il y aura beaucoup d’obstacles. Mais, nous savons qu’aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Dans nos rangs, nous avons des lions, des éléphants.

Nous nous donnerons la main, nous irons comme des jumeaux, pour leur dire que nous n’avons aucune prétention d’acquérir le leadership de quoi que ça soit. Notre seul combat, c’est le combat à mener, c’est le combat pour la sauvegarde des acquis démocratiques et il faut que ça soit dès a présent. Nous irons comme des jumeaux, le RGD et le Bloc Libéral, d’autres se joindront à nous parce que, pour gagner, il faut réunir ceux qui peuvent s’entendre facilement », indique-t-il.

Par ailleurs, maitre Abdoul Kabélé Camara a précisé que le combat que l’opposition mène aujourd’hui est profitable à tout le monde, même au RPG-arc en ciel. « Pour l’instant, l’essentiel c’est de sauvegarder les acquis démocratiques. Vous en avez besoin si vous êtes au pouvoir demain, UFDG en a besoin, nous en avons besoin, tous les partis en ont besoin, même le RPG a intérêt à comprendre qu’il faut que les acquis démocratiques soient respectés », a expliqué le président du RGD.

De son côté, le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimouno, a remercié le président du RGD pour la main tendue et reste confiant qu’avec Me Kabélé Camara, les lignes vont bouger. « Nous sommes en politique, ce n’est pas juste pour occuper un fauteuil de ministre. Nous sommes en politique pour veiller à ce que certaines valeurs prennent corps dans la société guinéenne. Mais, cela dépend de comment nous nous comportons. Le BL a toujours travaillé à l’unité de l’opposition.

Mais, quelque part, nous nous sommes heurtés à des obstacles qui sont objectifs, qui nous font conclure parfois que dans la société guinéenne que beaucoup de personnes, y compris l’Elite, on a l’impression que la loi, c’est un encombrement. Nous avons un grand espoir avec Me Camara qui connaît quand même de quoi on parle, quand on parle de loi, parce que c’est un homme de droit. C’est pourquoi, c’est un plaisir pour le BL de répondre à cette invitation », s’est-il réjoui.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tel:224623532504

Lire

Abdoulaye Kourouma du RRD tacle le RPG : « nous sommes sûrs d’avoir la mairie de Beyla »

10 août 2018 à 17 05 59 08598

Abdoulaye KouroumaAu lendemain de l’accord politique de dernière minute obtenu entre les acteurs politiques et qui met fin au contentieux électoral, l’heure est aux préparatifs pour la mise en place des exécutifs communaux. En termes de statistiques, si l’UFDG, principal parti de l’opposition, et le RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, se taillent la part du lion, certaines formations politiques seront tout de même courtisés, positionnés comme faiseurs de rois, dans certaines circonscriptions.

Lire

Makanera sur l’arrivée de Kassory au RPG-AEC : « ça va renforcer la dictature »

20 mai 2018 à 13 01 42 05425

Comme annoncé dans nos précédentes publications, trois partis politiques (le GPT, le PNR et l’UNR) ont rejoint le parti présidentiel, le RPG Arc-en-ciel, dans l’évident espoir d’avoir des postes ministériels dans le prochain gouvernement. Mais, au-delà des leaders de ces trois petits partis, que deviendront les autres responsables de ces trois petits partis politiques ? 

Lire

Inauguration de la mosquée de Yembering (Mali) : arrivée de plusieurs personnalités

9 avril 2018 à 13 01 55 04554

Plusieurs fidèles musulmans venus des quatre coins du pays et de l’Afrique de l’Ouest rallient en ce moment la commune rurale de Yembering, dans la préfecture de Mali, relevant de la Région Administrative de Labé, pour prendre part à la cérémonie d’inauguration de la mosquée centrale de la localité, rapporte un envoyé spéciale de Guineematin.com dans la collectivité.

Lire

Gassama Diaby au siège du RPG : « si demain le chef de l’Etat décide de m’enlever…»

10 février 2018 à 20 08 47 02472

Suite aux violences post-électorales enregistrées à Conakry et à l’intérieur du pays et qui ont déjà fait au moins six morts et plusieurs dégâts matériels, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté s’est rendu ce samedi, 10 février 2018, au siège du RPG arc-en-ciel. Khalifa Gassama Diaby a invité les responsables du parti au pouvoir à promouvoir la paix, avant de menacer de « communiquer à la Cour Pénale Internationale, la liste de tous les leaders qui inciteront à la haine et à la violence », a constaté Guineematin.com sur place, à travers un de ses reporters.

Lire

Makanera à Sangarédji : « même la dépouille de Conté est meilleure que le vivant d’Alpha Condé » (vidéo)

1 février 2018 à 9 09 57 02572

« Le RPG ne gagnera pas ces élections, les guinéens dans leur majorité ont quitté Alpha Condé. Ils ne veulent plus de lui aujourd’hui, ils ne veulent plus de lui demain ; même la dépouille de Conté est meilleure que le vivant d’Alpha Condé », a notamment dit Alhousseiny Makanera Kaké, ancien ministre de la Communication du professeur Alpha Condé, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Sangarédji.

Lire

Campagne électorale : le président Alpha Condé à Lola

29 janvier 2018 à 19 07 28 01281

Après son départ de la présidence en exercice de l’Union africaine hier, 28 janvier, le président Alpha Condé renoue avec les réalités politiques guinéennes. Confronté à une campagne électorale qu’il ne veut pas voir son parti perdre, le chef de l’Etat guinéen prendra « son hélico » demain pour le sud du pays. C’est du moins l’information confiée au correspondant local de Guineematin.com dans la soirée de ce lundi, 29 janvier 2018.

Lire

Touba : le RPG, l’UFDG et l’UFR s’affrontent pour la commune rurale

22 janvier 2018 à 13 01 43 01431

Ousmane Camara, président de la CESPI de Touba

Dans la circonscription électorale de Touba, une commune rurale relevant de la préfecture de Gaoual, ce sont trois (3) listes de candidature qui ont été enregistrées par la commission électorale sous-préfectorale indépendante (CESPI). Il s’agit du RPG (parti au pouvoir), l’UFDG de Cellou Dalein Diallo et l’UFR de Sidya Touré, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Touba.

Lire

AG du RPG-AEC : Lansana Komara invite les militants à retirer les cartes d’électeurs

20 janvier 2018 à 19 07 23 01231

Attendues depuis 2005, les élections locales devraient se tenir dans deux semaines, le 04 février prochain exactement. A l’issue de ce scrutin, le RPG Arc-en-ciel espère remporter le maximum de communes du pays pour avoir le contrôle du développement à la base. Pour ce faire, les responsables du parti au pouvoir invitent leurs militants à se mobiliser pour retirer leurs cartes d’électeurs, a constaté un reporter de Guineematin.com à l’assemblée générale de la formation politique ce samedi 20 janvier 2018.

Lire

Le RPG ne pourra pas débaucher Fodé Oussou : il préfère mourir « que de trahir Cellou Dalein…»

2 décembre 2017 à 17 05 28 122812

Comme d’habitude, l’UFDG, principal parti de l’opposition guinéenne, a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 02 décembre 2017, à son siège social, à la Minière, dans la commune de Dixinn. A l’absence du leader du parti, Cellou Dalein Diallo, c’est son vice-président, Docteur Fodé Oussou Fofana qui a présidé la rencontre, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Koumbia (Gaoual) : le maire de la commune rurale au point de demander le départ du sous-préfet de la localité

6 août 2017 à 15 03 09 08098

Depuis presque 72 heures, des divergences dans la compréhension de certaines dispositions du code des collectivités locales polluent et enveniment les relations entre le président de la Délégation Spéciale de la Commune Rurale de Koumbia, dans la préfecture de Gaoual, Kounnady Danso, issu de l’UFDG et le sous-préfet de la localité, Commandant Manchon Camara, officier militaire de son état, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Le devoir de briser le silence sur le cas Ousmane Gaoual : « Djigui FM permet le passage de tous les courants »

14 juillet 2017 à 8 08 15 07157

Par Lamine Mognouma Cissé (DGA de Djigui FM) : On avait trouvé banal, donc un non évènement, votre plainte contre des médias dont le mien, et contre des journalistes, que vous accusez d’avoir servi de canaux de relais aux ‘’injures’’ et autres ‘’insanités’’ de toute nature (comme vous savez toujours trouver les qualificatifs qui vous conviennent), contre vous.

Lire