La grève appelée par le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée), version Aboubacar Soumah, pour ce lundi, 12 février 2018, est suivie dans plusieurs écoles de la commune de Ratoma. Au collège Koloma, quelques enseignants sont venus, mais sans aller en classes. Les élèves, après avoir vainement attendu, ont quitté l’établissement, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Des enseignants du collège Koloma sont venus sans pour autant prendre la direction des classes. Dans leurs échanges, certains d’entre eux regrettent même le fait d’être venu. « On est venu et on ne va pas en classe. On devrait rentrer si non on a trahi nos collègues » lance un d’entre eux. Du côté des élèves, ils comprennent la revendication de leurs enseignants. Ils disent unanimement que les professeurs sont mal payés alors qu’ils sont très chargés.

Le principal du collège ne veut  » sentir la presse ». Il est resté muet comme une carpe malgré l’insistance de notre reporter.

A l’école primaire publique de Koloma Soloprimo, la directrice dit avoir reçu des instructions de ne pas parler aux medias. « On nous a dit de vous en orienter vers la DCE », lance laconiquement la bonne femme. Les enseignantes sont présentes mais avec les élèves, ce n’est pas l’engouement habituel.

Au même moment, des jeunes, parmi eux des collégiens, dressent des barricades au marché de Koloma et brûlent des pneus sur la chaussée. Les commerces sont fermés même si quelques femmes pressent le pas pour aller à l’intérieur du marché. Un pickup de l’USSEL est accueilli par une pluie de cailloux a été obligé de fuir vers Bambéto…

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo depuis Koloma pour Guineematin.com

Facebook Comments