La célébration de la fête du Ramadan a endeuillé cette année encore des familles, suite à des accidents de la circulation hier, vendredi 16 juin 2018. La police nationale a parlé d’au moins six cas d’accident 3 morts, a appris un reporter de Guineematin.com ce samedi, lendemain de la fête.

Selon le commissaire divisionnaire, Mory Sangaré, chef de la section statistiques et fichiers, assisté du commissaire Abdoulaye Diallo, chargé de la formation au niveau de la sécurité routière, ces accidents ont été enregistrés à Conakry et dans la préfecture de Dubréka.

« Pour la zone spéciale de Conakry, nous avons enregistré quatre cas d’accidents. Le premier cas a été enregistré au commissariat central de Dixinn, précisément face à l’université de Conakry où il y a eu un cas de mort. Cet accident s’est produit à 14 heures ; et, c’est un motard qui a percuté un piéton. Le second cas a eu lieu à 22 heures où il y a eu un cas de blessé grave, sur le même endroit. Le troisième cas a été enregistré à 23 heures à Hamdallaye, avec des dégâts matériels importants. Le quatrième a eu lieu à Sonfonia, dans la commune de Ratoma, précisément au carrefour de Kéïtaya. C’est une voiture de marque Rav4 qui est entrée en collision avec une voiture Peugeot. Tous les deux véhicules ont été endommagés », a-t-il expliqué.

Pour ce qui est de l’intérieur du pays, le commissaire divisionnaire, Mory Sangaré, dit avoir enregistré deux cas d’accidents mortels dans la préfecture de Dubréka. « Le Premier cas a eu lieu à Tanèné. Un motocycliste a percuté un enfant de 4 ans qui a aussitôt rendu l’âme. L’origine de cet autre accident est l’excès de vitesse du motocycliste. Le second cas, c’est sur la même route ; mais, avant les quatre ponts où deux motocyclistes se sont rencontrés nez à nez. Avec la vive allure aussi, l’un a trouvé la mort, le second a été blessé et les motos complètement endommagés », a-t-il dit.

Comparativement à l’année dernière et pour la même fêté, le commissaire Sangaré dit avoir noté une petite diminution au niveau des statistiques. « Nous avons fait une étude comparative par rapport à l’année 2017. A Conakry, il y a eu quatre cas contre 5 pour l’année dernière. A l’intérieur du pays, il y a eu deux cas cette année, tout comme l’année dernière. Avec cette comparaison, on peut dire qu’il y a eu une réduction d’un cas à Conakry ».

Selon ce responsable de la police, ce résultat est le fruit des dispositions prises, avant, pendant et après la fête par les services de la sécurité routière dans tout le pays. « La sécurité routière est un service qui est actif et qui travaille 24 heures sur 24. Cela nous a permis de sécuriser les populations pendant la journée de la fête », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le commissaire Sangaré déplore la faiblesse des moyens mis à leur disposition, malgré leur dévouement pour rendre service. « Nous sollicitons auprès des autorités les moyens qu’il faut, surtout la logistique sans laquelle on ne peut pas travailler efficacement. Sans ces moyens, le travail ne sera pas facile, malgré notre détermination.»

Enfin, Mory Sangaré demande aux usagers de la route de limiter la vitesse, d’éviter le téléphone et l’alcool au volant, les conduites des motos sans casques, etc. « La fête ne veut pas dire la défaite. C’est un temps de recréation modérée », a-t-il rappelé.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin