Conakry a vécu une troisième journée consécutive de paralysie ce mercredi 14 mars 2018. Cette nouvelle journée a toutefois, connu moins de perturbations que les deux précédentes, a constaté un reporter de Guineematin.com qui a sillonné plusieurs endroits de la capitale guinéenne.

La suspension de la grève des enseignants a permis de faire baisser les tensions sociales, mais la situation politique elle, reste toujours crispée. Après sa journée ville morte de lundi, l’opposition républicaine a appelé à une journée de manifestation ce mercredi 14 mars 2018 à Conakry. Cela pour dénoncer le vol de ses suffrages lors des élections locales du 04 février dernier et réclamer la publication des résultats sortis effectivement des urnes.

Contrairement au lundi dernier, il n’y a pas de manifestations ce mercredi dans la commune de Kaloum, qui abrite le centre administratif et des affaires du pays, mais les activités ont tourné au ralenti. La circulation était fluide, certains commerces et des Banques primaires basés dans la commune sont restés fermés. Dans la commune de Matam aussi, le constat est le même constat. A part les vendeurs de pièces détachées, les commerçants n’ont pas travaillé ce mercredi. La plupart des boutiques et magasins sont restés fermés, et la circulation était moins dense que d’habitude. Sur l’axe Hamdallaye-Dixinn également, la paralysie était totale ce mercredi, mais aucune émeute n’a été signalée dans ces différentes zones de Conakry, où des agents de sécurité étaient visibles à plusieurs niveaux.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin