La sortie du Premier ministre guinéen, le jeudi dernier, 06 septembre 2018, au sujet des 8 millions de francs de salaire réclamés par le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah continue de susciter des réactions à travers le pays. A Kankan, le secrétaire général de l’organisation syndicale des enseignants, Ibrahima Kalil Condé, juge la déclaration de Kassory Fofana maladroite, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Alors que des négociations venaient de s’ouvrir entre le gouvernement et le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée autour de la revendication des enseignants relative à l’obtention d’un salaire mensuel de 8 millions de francs guinéens, Ibrahima Kassory Fofana est venu couper cours à ce dialogue. Le Premier ministre a annoncé la semaine dernière qu’il n’est pas possible de payer un enseignant à 8 millions de francs par mois.

De quoi raviver les tensions au sein du SLECG dirigé par Aboubacar Soumah. Et le responsable de cette organisation syndicale à Kankan, estime que la sortie du Premier ministre n’était pas opportune. « Cette intervention du Premier ministre est maladroite, parce qu’au moment où il la faisait, on s’attendait à ce qu’on appelle aux négociations avec le gouvernement sur la question. Mais, avant l’issue de ces négociations, lui, il donné le résultat, c’est-à-dire que le gouvernement n’acceptera pas cette augmentation de salaire des enseignants », a réagi Ibrahima Kalil Condé, le secrétaire général du SLECG à Kankan. Le syndicaliste a démenti aussi le Premier ministre qui a dit que même un enseignant français ne touche pas une valeur de 8 millions de francs par mois.

« S’il nous compare aux instituteurs français, nous ; nous nous comparons juste à nos homologues de la sous-région. Je vous donne quelques exemples de pays ouest africains : le salaire moyen d’un enseignant de la Côte d’Ivoire est de 101, 7 dollars, au Mali qui est un pays désertique, l’enseignant est payé à 55 dollars, idem pour le Burkina Fasso ; en Guinée l’enseignant est payé à 38,3 dollars. Maintenant comparez ces salaires », a-t-il dit.

A rappeler que le camp Aboubacar Soumah a annoncé qu’il va perturber la rentrée scolaire prévue au 03 octobre prochain, si le gouvernement refuse de négocier avec le syndicat sur cette revendication des enseignants.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél. : 00224 627 24 13 24

Facebook Comments

Guineematin