Les 2 jours de travaux en assemblée générale des enseignants chercheurs ont abouti, dans l’après-midi du mercredi, 9 mai 2018, à Mamou, à l’adoption des statuts et règlement intérieur du Syndicat National Autonome de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (SNAESURS) suivie de l’installation d’un bureau exécutif national de 25 membres pour 15 postes à pourvoir, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

La deuxième rencontre organisée, mardi, 8 et mercredi, 9 mai 2018, à Mamou par les dissidents du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) venus des institutions d’enseignement supérieur et centres de recherches a abouti à la création du SYNDICAT NATIONAL AUTONOME DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECGHERCHE SCIENTIFIQUE (SNAESURS) avec un premier bureau exécutif national composé de 25 membres pour 15 postes à pourvoir.

Cette nouvelle structure est dirigée par Baaba Mansaré, jusque-là secrétaire général de l’Union Syndicale (antenne SLECG) de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Ce nouveau leader syndical a comme adjoint, Mamadou Mouctar Bah de l’Université Hafia de Labé.

Fait important ! Des délégués syndicaux de l’Université de N’Zérékoré et de l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication de Kountia qui étaient venus à Mamou avec beaucoup de réserves sur l’opportunité de la création d’un nouveau syndicat ont fini par se faire élire dans le premier bureau exécutif nation de la nouvelle structure syndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Baaba Mansaré

La création du SNAESURS porte à 3 le nombre de structures syndicales dans les universités, instituts d’enseignement supérieur et centres de recherche en République de Guinée. Il s’agit entre autres de la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE), du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et maintenant du Syndicat National Autonome de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (SNAESURS). D’où l’idée de la création d’une nouvelle centrale syndicale spécialisée du système éducatif guinéen émise par les délégués syndicaux de l’Institut Supérieur des Sciences de l’Education de Guinée (ISSEG).

Au titre des réactions à chaud, le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), le Camarade Aboubacar Soumah banalise la naissance de ce nouveau syndicat pour l’enseignement supérieur. Il estime qu’il s’agit bel et bien d’une manipulation du régime de Conakry. Mais, rassure que ce nouveau syndicat n’aura aucun impact négatif sur les activités du SLECG.

De son côté, le deuxième adjoint de Soumah Aboubacar, le camarade Oumar Tounkara a reconnu qu’actuellement l’Enseignement Supérieur guinéen n’est représenté que par une seule personne au sein du bureau exécutif national du SLECG. Il s’agit d’un enseignant chercheur en poste à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin