Une trentaine d’acteurs de la justice, directement impliqués dans le fonctionnement et les relations avec l’inspection générale du service de la justice (IGSJ), se concertent à partir de ce mercredi 17 mai 2017 à Kindia. La démarche vise à restituer et valider le rapport de l’étude sur les méthodes et outils d’inspection et d’exploitation des données judiciaires, rapporte le correspondant de Guineematin.com, basé dans la cité des agrumes.

Cette rencontre de 3 jours est une initiative du Programme d’Appuis à la Reforme de la Justice (PARJU) avec un financement du 10ème Fonds Européen de Développement (FED). En prenant la parole, Mamadou Dian Souaré, l’inspecteur général des services de la justice a rappelé l’importance de ce document pour la justice guinéenne.

« Ce que nous cherchons au cours de cet atelier, c’est la maitrise de la technique de l’inspection, qui est un renforcement des capacités des inspecteurs dans leur rôle de contrôler certains aspects dans nos juridictions. Une juridiction est composée de plusieurs sections notamment, le parquet, le cabinet d’instruction, la juridiction du jugement, etc. Il faut que l’inspection ait un œil regardant sur le fonctionnement de tous ces organes pour voir si le magistrat, dans l’exercice de sa fonction, les actes qu’il pose, est conforme à la loi », a dit monsieur Souaré.

Pour sa part, l’expert Cheick Tidjane Lahm, a rappelé les travaux effectués pour l’élaboration de cet outil de travail. « Cet atelier vient dans le sillage de la dernière rencontre que j’ai animée l’année dernière sur le management des juridictions. Et là, nous avons fait une mission de quelques jours d’inspection test au TPI de Kaloum et c’était pour rendre compte des travaux que nous avons effectués pour mieux faire les inspections au profit de nos population », a-t-il expliqué.

L’inspection générale des services judiciaires est un service d’appui spécialisé du département de la justice de niveau hiérarchique, équivalent à celui d’une direction de l’administration centrale. Cette rencontre de 3 jours permettra sans doute à ces magistrats d’avoir une large connaissance des méthodes et outils d’inspection et d’exploitation des données judiciaires.

De Kindia, Sékou Komoyah Kaba pour Guineematin.com

Tél : 620 74 80 10