imageEn ce mois de Ramadan, comparativement aux autres mois, nombreuses sont les femmes qui ont changé de mode vestimentaire. La tête voilée, le corps couvert par des habilles, voici comme on les voit présentement dans les rues et quartiers de Conakry.

Un changement que des fidèles musulmans interrogés sur la question souhaitent durables, pour redonner de la valeur à la femme musulmane. C’est le cas de Mohamed Lamine Sylla, enseignant, qui estime que la première valeur d’une femme se reconnait par son habillement. « C’est ce qui est même recommandé par Dieu » affirme-t-il à Guineematin.com, regrettant le fait qu’avant ce mois de ramadan, les filles avaient abandonné le pagne traditionnel pour s’approprier d’un mode vestimentaire peu responsable. « C’est vraiment regrettable pour le monde musulman de voir le corps d’une femme exposé à la vue de n’importe qui », insiste-t-il. Et de prier le Tout puissant que les femmes continuent avec cette belle façon, même après le mois de ramadan.

Pour sa part, Khalibi Soumah, imam à la mosquée de Belle–vue Marché, rencontré par Guineematin.com, rappelle que « l’actuel mode vestimentaire des femmes n’est pas recommandé seulement pendant le mois de ramadan ». D’ailleurs, même pendant ce ramadan, l’imam n’est pas totalement satisfait : « j’ai constaté qu’il y en a qui ont respecté le mois de ramadan en se couvrant tout le corps, mais d’autres ont encore la tête nue »…

Enfin, Djenabou Camara est personnellement concernée par ce « nouveau » mode adopté par les filles pendant ce mois saint de ramadan pour prouver leur croyance. « J’aime m’habiller pendant le mois de ramadan avec les voiles et des tenues traditionnelles, parce que je suis musulmane », dit-elle à Guineematin.com. Avant de relativiser : « Vous savez, il est vrai que la religion recommande à la femme de couvrir son corps, mais pendant la jeunesse on ne peut pas tout respecter »… Comme pour dire que l’alternance entre les habits traditionnels et ceux occidentaux pendant et après le ramadan a encore des beaux jours devant elle.

F. Yacine Sylla

Facebook Comments