Il n’y a pas eu de paralysie ce lundi, 14 mai 2018 sur l’axe Lambanyi-Taouyah, troisième artère principale de la ville de Conakry. Cette route a été pourtant affectée par l’appel de l’opposition à une journée ville morte, mais autrement. Avec le blocage de la route Le Prince, habituellement très fréquentée, cet autre axe a été le recours de bon nombre de citoyens qui voulaient se rendre à leurs lieux de travail. Ce qui a entraîné un interminable bouchon sur cette route et beaucoup de désagréments aux usagers, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Habituellement, l’axe Lambanyi-Kipé-Taouyah est beaucoup moins pratiqué que les autoroutes Le Prince et Fidel Castro. Mais, avec le blocage de la route Le Prince, en raison de la ville morte appelée par l’opposition, cette troisième artère principale de la capitale guinéenne est devenue le recours de bon nombre de citoyens. Conséquence, un interminable bouchon s’est formé sur de cet axe routier, rendant difficile la circulation.

Depuis 8 heures du matin, une longue file de véhicules est visible sur cette route. De nombreux citoyens ont dû passer plusieurs heures pour rallier leurs lieux de travail. Certains ont été obligés de recourir aux services des taxi-motos (plus chers), et d’autres même ont dû marcher, soit par manque de taxis ou pour éviter le retard.

Outre cette circulation assez dense, aucune autre situation particulière n’est visible ce lundi, 14 mai 2018 dans cette partie de Conakry. Les commerces (pour la plupart), les Banques et assurances, les stations-service, les restaurants, les écoles et toutes les autres activités ont tourné à la normale aux abords de cette route, où aucune paralysie n’a été enregistrée.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Guineematin