Mamady Kaba, président de l'institution nationale des Droits humains et des journalistesA l’occasion d’une interview-débat avec un groupe de journalistes venant de différents médias, au siège de Guineematin.com, monsieur Mamady Kaba, le président de l’Institution nationale indépendante des Droits humains (INIDH), a estimé que notre pays, la République de Guinée, n’a plus à s’encombrer et à financer l’existence d’un ministère des Droits de l’Homme…

Mamady Kaba, président de l'institution nationale des Droits humainsPour monsieur Kaba, son institution a l’indépendance nécessaire et les prérogatives requises pour travailler mieux qu’un ministère qui est soumis à la discipline gouvernementale.

Avec 33 personnalités, cette institution est composée de 18 personnes venues de la société civile, 14 des départements ministériels et un délégué de l’Assemblée nationale.

Par ailleurs, l’INIDH dont la création et l’installation était une des exigences de la démocratie, semble être beaucoup soutenue par des institutions internationales.

A en croire Mamady Kaba, l’INIDH fait aujourd’hui tout ce que le ministère des Droits de l’Homme fait (sauf prendre part au conseil des ministres) et va bien au-delà des prérogatives d’un département ministériel !

Mais, l’institution peine, pour le moment, à entrainer en possession de son budget et à se mettre réellement dans sa phase active de travail.

A suivre !

Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin