Enseignement pré-universitaire: le ministre Kalil Konaté face aux centrales syndicales

Le nouveau ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation, a rencontré ce mercredi 15 mars 2017, les syndicalistes de l’éducation pour une prise de contact. Au cours de cette entrevue, Ibrahima Kalil Konaté a expliqué les travaux qu’il a entrepris depuis sa prise de fonction et les difficultés qui pourraient se dresser sur son chemin, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

A l’entame de son discours, Ibrahima Kalil Konaté a expliqué qu’il est syndicaliste et « dans mon sang, c’est ce qui coule. Quand le décret est venu que je suis nommé ministre de l’enseignement pré universitaire, j’étais partagé entre la joie et l’amertume. Je me suis dit, un département qui vient de sortir d’une crise aussi profonde avec beaucoup d’attente, est-ce que je suis l’homme providentiel pour venir gérer la suite de cette crise, avec tous ce qui est comme engagement pris lors de la négociation ? Quand j’ai médité un bon moment, j’ai dit pourtant je peux. Parce que je vais bénéficier de l’accompagnement de mes camarades syndicalistes. Parce que je vais les mettre au cœur des décisions que mon département va prendre. Le syndicat aura son mot », a essayé de convaincre le nouveau ministre.

Le nouveau ministre s’est-il vraiment mis à la tache ?

En tous cas, c’est ce que veut faire comprendre Ibrahima Kalil Konaté aux syndicalistes. « Le protocole que vous avez signé, je me promène avec. J’ai mis une commission restreinte au niveau du cabinet sous la présidence du chef de cabinet, de veiller sur le protocole d’accords et son contenu, pour qu’à chaque étape et à chaque échéance, que nous interpellions les acteurs qui sont au-delà de la grande commission mise en place par le gouvernement. On n’est pas un ministère du budget, ni des finances. Notre problème, c’est interpeller les intéressés pour dire que tel mois, on s’est engagé avec l’inter syndicale sur l’application de tel point. Notre travail de rappel ne va pas manquer », a estimé Ibrahima Kalil Konaté.

Qu’à fait le ministère sur la situation des contractuels ?

« J’ai mis une commission en place, avec le point focal du président de la République. Un des conseillers désignés par le président pour suivre le dossier des contractuels. Avant hier, il est venu ici et nous avons pris deux représentants des contractuels non admis, un représentant du bureau national des contractuels et ma conseillère chargée de mission et de communication, madame Aïcha Bah qui préside cette commission pour que demain jeudi on se retrouve. Les contractuels ont fourni leurs listes, nous aussi en tant que structure qui gère ces contractuels, on va voir notre liste. Nous allons faire le croisement entre les deux listes », promet-il.

Les syndicalistes sont ils convaincus de cette démarche de leurs ancien collègue ?

A entendre Dr. Souleymane Sy Savané, porte-parole des syndicalistes, il y a à douter de cette séduction. « Nous sommes ravis, mais pas surpris que vous ayez eu l’intention de nous rencontrer et vous l’avez fait. Je vous ai écouté, pour le moment l’homme n’a pas changé. L’homme peut changer. Même s’il ne veut pas, on peut le faire changer. Nous préférons juger l’homme par ses actes. On sait que vous êtes un bon communicateur. Vous pouvez amener quelqu’un à consommer ce qu’il ne veut pas consommer. Mais, ce qu’on compte vous dire : nous sommes à votre entière disposition pour la bonne marche de l’institution que vous représentez. Nous ferons tout selon votre désir de vous accompagner, mais dans l’intérêt des travailleurs du système éducatif », a affirmé le porte-parole des syndicalistes.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : 620 84 85 01

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS