Un complexe hôtelier de la capitale a servi de cadre hier jeudi 16 mars 2017, à un important rendez-vous d’échanges entre entrepreneurs, spécialistes des questions financières et membres du gouvernement. Initiée par Guinean Young Professionals Club (GYPS), cette première rencontre était principalement axée sur la thématique de l’investissement local en République de Guinée (bilan, problématique et solutions), a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

En effet, le Guinean Young Professionals Clubs (GYPS) est un groupe de jeunes professionnels guinéens, actifs dans différents secteurs d’activités de la vie socio-économique. Son objectif est de se former, former, communiquer et influencer ensemble.

Pendant plus de deux heures trois tables rondes ont été tenues sur différents angles liés à l’investissement. Il s’agit de l’investissement local en Guinée: panorama, tendance et bilan. Une animation assurée par la DGA de l’APIP, madame Hann Djenaba Keita; le secrétaire général du GOHA, El Ibrahima Diallo ; et le représentant résident de la Société Financière Internationale, Olivier Buyoya.

Le président du Guinean Young Professionals Clubs, Baba Hady Thiam a expliqué à notre reporter les raisons de la rencontre : « là, on organise la conférence sur l’investissement local. L’idée c’est de réunir autour d’une table des professionnels ayant des profils et des fonctions variés afin qu’ils puissent discuter des solutions et des facteurs pour que l’investissement puisse se développer en Guinée. On est parti du constat particulier que, pour le développement du pays, il est important que les entreprises locales créées par des guinéens puissent prospérer », a-t-il dit.

Au sortir des discussions, l’ancien premier ministre béninois qui a assisté à la rencontre en qualité de financier et économiste a apprécié l’initiative à sa juste valeur, mais déclare que les investisseurs africains sont confrontés aux mêmes difficultés. « Je trouve que c’est un grand projet que les jeunes entrepreneurs et chefs d’entreprises fassent ce rassemblement très large et international pour poser les problèmes concrets qui se pose dans toute l’Afrique subsaharienne pour les entreprises qui se créent. Partout, on a les mêmes problèmes sur les financements du capital, du crédit et de ressources humaines », a dit Lionel Zinsou.

Comme solution pour l’Afrique, monsieur Zinsou préconise la formation et les exemples d’évolution réussis dans certains pays africains, comme le Maroc dans le domaine du logement.

Le ministre guinéen des mines, Abdoulaye Magassouba a d’abord reconnu le climat difficile des affaires dans le pays avant d’ajouter que les réformes engagées par l’Etat commencent à donner confiance aux investisseurs. « L’environnement des affaires n’est pas parfait, mais il y a eu des réformes courageuses qui ont été engagées dans tous les secteurs de l’économie et au-delà, depuis 2011. Ces réformes commencent à porter fruits. Ces hôtels que vous voyez sont des preuves de la confiance que les investisseurs ont à venir investir en Guinée. Dans le secteur minier, vous voyez qu’il y a des projets qui comment à trouver des financements », a expliqué le ministre.

Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tel: 621 607 907

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin