Le Kung-fu Wushu est un art martial d’origine chinoise pratiquée en Guinée depuis bientôt 40 ans. La fédération guinéenne de Kung-fu, dont le siège est au stade du 28 septembre, dirigée par Docteur Camara Pierre Ismaël, a été créée en Guinée en 2012. Elle exerce aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays et participe à des tournois internationaux, a appris un reporter de Guineematin.com de source officielle.

Dans un entretien accordé à un de nos reporters, Docteur Camara a expliqué la fédération qu’il dirige est « régulièrement créée, structurée, qui a sa délégation de pouvoir et qui est reconnue par le gouvernement. Elle exerce ses activités tant à Conakry qu’a l’intérieur du pays comme en Basse Cote (Boké, Kamsar et Fria), en Haute Guinée (Kankan), en Moyenne Guinée (Télimele, Labé, Mamou) et en Guinée Forestière. Après Conakry, où on a plus de 17 clubs, on est fortement représenté à Kissidougou et à Kankan, qui ont chacun plus de 6 clubs. Les autres sont à 1 ou deux clubs », a-t-il cité.

En ce qui concerne les compétitions, le premier responsable de la discipline dira que « nous avons tout d’abord, par rapport à notre planification générale, une compétition qui va du championnat national, à la coupe nationale et à la coupe de l’ambassadeur de Chine. Parlant des compétitions, il y en a dans les salles, qui vont du niveau de la ceinture blanche jusqu’à la ceinture marron. Et à partir de la ceinture noire, ça devient fédéral puisque là maintenant c’est le niveau national », a précisé Dr Camara.

Selon le président « aujourd’hui, le Kung-fu est la seule discipline qui utilise parallèlement les quatre armes conventionnelles, c’est-dire le sabre, la lance, le bâton et l’épée ».

En outre, notre interlocuteur a expliqué avoir des relations avec la Chine pour la formation des pratiquants du Kung-fu. « Avec l’ambassade de Chine on a d’excellents rapports. La preuve en est que l’année dernière, elle nous a permis d’avoir 4 boursiers qui ont séjourné pendant 3 mois en Chine au temple de Shaolin, à la source même des arts-martiaux chinois. Il y avait 8 pays, 60 athlètes et tous les 4 guinéens ont été évalués et ont eu leur diplôme international de Kung-fu », a révélé Docteur Camara Pierre Ismaël.

En plus de cela, a ajouté le président de la fédération guinéenne de Kung-fu, « on a participé en 2007 au 8ème championnat international de Kung-fu Wushu en qualité de club et association affiliée à la fédération internationale Wushu. En 2008 également, pendant les jeux olympiques, on a participé au championnat national chinois de Wushu. C’est pour dire que nous sommes affiliés à la fédération internationale de Wushu, à la fédération ouest-africaine de Wushu et à la fédération continentale africaine de Wushu, membre actif à toutes ces fédérations. Nous avons aussi participé au championnat de la confédération africaine de Wushu qui s’est tenue du 19 au 24 Juillet 2016 au Bénin où on a décroché 3 médailles dont une en or et deux en argent. Lors du championnat ouest africain de Wushu tenu à Lomé on a présenté 4 athlètes qui ont aussi ramené 2 médailles de bronze et une médaille d’argent. On a aussi participé au championnat africain des clubs qui s’est tenu du 16 au 21 février 2017 à Agadir, au Maroc où notre club a eu à obtenir deux médailles d’or et 4 médailles d’argent ».

Pour le développement de Kung-fu Wushu en Guinée, Dr Pierre Ismaël Camara n’entend pas baisser les bras. « À partir du moment où la Guinée est la porte d’entrée de la Chine en Afrique, on fera de sorte que la Guinée soit la capitale africaine de Kung-fu Wushu. On a confiance à nos bases, à nos partenaires, l’Ambassade de la Chine et le gouvernement qui nous accompagnent dans ce sens ».

Le président de la fédération guinéenne de Kung-fu Wushu a rappelé que la Guinée dispose de 60 athlètes compétitifs, sélectionnés à partir des compétitions nationales entre les différents clubs du pays.

A noter que le Kung-fu Wushu est une discipline sportive pratiquée avec ou sans armes qui compte plus 600 styles.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin