Dans une capitale guinéenne caricaturée souvent à cause des tas d’immondices qui ont même tué des habitants il y a quelques mois à Dar-Es-Salam, les différents responsables se rejettent souvent la responsabilité. Parmi les mis en cause du manque des moyens pour l’assainissement de Conakry, les administrateurs des marchés. Dans la matinée de ce mercredi, 3 janvier 2018, Guineematin.com a dépêché certains de ses reporters vers ces responsables à la base.

A défaut d’avoir l’administrateur du marché, notre reporter a été reçu par Monsieur Mohamed Lamine Kendé Bangoura, conseiller en discipline au marché de Kaporo, dans la commune de Ratoma. Au cours de son entretien avec notre reporter, ce responsable d’un marché local a dénoncé le refus de payement des taxes par certaines femmes avant de plaider pour la rénovation du hangar qui sert de prétexte à ces femmes…

Décryptage !

Guineematin.com : Etant l’un des responsables du marché Kaporo, dites-nous comment ça fonctionne ici ?

Mohamed Lamine Kendé Bangoura

Mohamed Lamine Kendé Bangoura : On remercie Dieu parce que les activités fonctionnent petit à petit. Mais, nous avons des difficultés concernant le grand hangar. A l’heure où nous sommes, les femmes assises sous ce hangar ne payent pas les impôts communaux du fait que la toiture est complètement gâtée. Donc, ça nous pose beaucoup de difficultés. Quand à l’assainissement, on n’a aucun souci, le marché est propre comme vous-mêmes vous l’avez constaté. Les latrines sont propres ; la seule préoccupation, c’est le hangar à côté de l’administration.

Guineematin.com : Comment parvenez-vous à mobiliser les taxes du marché ?

Mohamed Lamine Kendé Bangoura : Il y a certains qui acceptent de payer et d’autres ne payent pas parce qu’on n’arrive pas à réparer la toiture du hangar. On a tout fait pour que les gens acceptent de payer, ils refusent. Nous avons remonté l’information vers la commune qui a envoyé des spécialistes pour voir l’état du hangar. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de suite.

Guineematin.com : Quelles sont les activités que vous avez mené pendant l’année 2017 qui vient de s’achever ?

Mohamed Lamine Kendé Bangoura : Chacun a sa responsabilité de faire le bilan ; moi, je ne suis qu’un simple conseiller de discipline.

Guineematin.com : Vous parlez de comptable. Combien ce marché génère ?

Mohamed Lamine Kendé Bangoura : La comptabilité n’est pas mon domaine. Il y a quelqu’un qui s’occupe de cette question.

Guineematin.com : Et dans le domaine de la sécurité ?

Mohamed Lamine Kendé Bangoura : Le problème de sécurité nous inquiète. Il n’y a pas de cas de vol ; mais, il n’y a pas de sécurité aussi. Il y a certains dans ce marché qui refusent catégoriquement de payer le gardiennage. Le gardien est complètement découragé. Ça fait un an et quelque, il n’y a pas de gardiennage dans ce marché.

Guineematin.com : Qu’est-ce qu’on gagne concrètement quand on est responsable d’un marché à Conakry ? Qu’est-ce que vous, vous gagnez dans ce travail ?

Mohamed Lamine Kendé Bangoura : On ne gagne rien ! Mais, nous sommes là seulement, c’est clair et net.

Guineematin.com : Quel message avez-vous à lancer à l’endroit des commerçants de ce marché ?

Mohamed Lamine Kendé Bangoura : Les commerçants qui sont là ne s’occupent pas de leur chef. Sauf celui qui a des problèmes, il vient les exposer et tu les règles sans rien attendre de suite.

Propos recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin