« Je vais le dire calmement mais fermement : on ne reculera pas. Est-ce que vous êtes d’accord ? Nous n’avons pas beaucoup de discours à faire, préparons-nous à la lutte », a lancé le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, à l’assemblée générale ordinaire de son parti.

Comme d’habitude, le principal parti de l’opposition guinéenne a animé son assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 24 février 2018, à son siège à la Minière. La rencontre a été présidée par Cellou Dalein Diallo entouré de ses lieutenants, Docteur Fodé Oussou Fofana, Elhadj Bano Sow, Ibrahima Bah, ainsi que de plusieurs députés, rapporte un journaliste de Guinematin.com qui était sur place.

Dans un discours plus court que d’habitude, mais ferme, le président de l’UFDG a réussi à galvaniser sa troupe pour les prochaines manifestations. « Je suis particulièrement fier de voir aujourd’hui que vous êtes mobilisés parce qu’il faut qu’on se batte pour obtenir la restitution des quartiers, des sièges et des suffrages qui nous ont été volés… Le peuple a sanctionné Alpha Condé par les urnes, il a décidé de sanctionner le peuple dans les CACV en volant les suffrages accordés généreusement par le peuple aux partis politiques de l’opposition. Ce n’est plus acceptable parce que notre combat n’aura aucun sens si nous nous soumettons aux décisions prises par les CACV qui sont loin de refléter la réalité des urnes. C’est notre droit le plus absolu d’exiger par tous les moyens légaux la restitution de ce qui nous a été arbitrairement enlevé », a dit Cellou Dalein Diallo.

Se félicitant de la mobilisation des militants, le président de l’UFDG a clairement indiqué qu’il ne « s’arrêtera pas » tant qu’il ne sera pas entendu. « J’ai dit la dernière fois que nous n’allons pas suivre les conseils que monsieur Alpha Condé suggérait quand il était à l’opposition : de prendre les armes. Nous avons décidé ensemble que nous ne prendrons pas les armes contre notre peuple comme lui, il l’avait fait en 2000 ; mais, nous allons nous battre par tous les moyens légaux. C’est pourquoi, nous avons décidé de commencer lundi par une ville morte et nous allons continuer après par les autres formes de manifestations pacifiques. Les sit-in, les marches jusqu’à ce que nos droits soient rétablis, nos suffrages rendus, nos sièges restitués, les quartiers dans lesquels nous avons gagné, que nous puissions installer les chefs de quartiers », a-t-il insisté.

Visiblement très déterminé, Cellou Dalein Diallo enchaîne. « Je vais le dire calmement mais fermement qu’on ne reculera pas. Est-ce que vous êtes d’accord ? Nous n’avons pas beaucoup de discours à faire, préparons-nous à la lutte. Nous ne nous battons pas seulement pour occuper des sièges ou installer des chefs de quartiers ; mais, nous nous battons pour la démocratie, le respect des règles et principes de l’Etat de droit. Avec Alpha Condé, il n’y pas de démocratie, il n’y a pas d’Etat de droit », a-t-il expliqué.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin