Banankoro (Kérouané) : la base RPG-AEC dénonce la « vente » du parti à des imposteurs

Lors d’une rencontre organisée dans l’après-midi de ce lundi, 21 mai 2018, entre 15 heures et 17 heures, chez le secrétaire général du comité directeur, Elhadj Djomba Mory Traoré, les trente-neuf (39) sous-sections et les cinq (5) organismes parallèles du RPG Arc-en-ciel de Banankoro, dans la préfecture de Kérouané, ainsi que leurs comités directeurs, ont exprimé leur indignation contre des actes posés par certains hauts responsables du parti au pouvoir.

Ceux responsables sont accusés de vouloir « vendre le RPG pour leur propre intérêt », a appris le correspondant de Guineematin.com sur place.

Tout d’abord, monsieur Balla Moussa Dioubaté, président des bureaux des cadres RPG arc-en-ciel a officiellement annoncé que « le Bureau Politique National a levé notre sanction qui était injustement faite par une mission conduite par l’honorable Saloum Cissé. Après cette décision sage du BPN, certains hauts responsables auraient menti au président Alpha Condé en lui disant qu’il y aurait eu échauffourées à Banankoro ».

Très frustré, monsieur Abdoulaye Sanoh, président des sous-sections, estime que « si Alpha Condé nous disait de le soutenir et qu’après un temps qu’il nous lâchera sur le chemin, on n’allait pas lui donner notre vie ! Le jour où on prenait ce parti, c’était le feu. Personne ne pouvait prendre ce parti dans cette condition. Nous, on a abandonné nos femmes et enfants pour passer tout notre temps pour le parti. Et, voilà que des imposteurs veulent nous terrasser. Le plus marrant, c’est avec la complicité de certains de nos amis avec lesquels nous avons lutté ensemble », se fâche-t-il.

Pour sa part, Elhadj Djomba Mory, le secrétaire général du comité directeur, « personne ne peut détruire ce parti ou le prendre en otage. Des gens veulent profiter pour semer la pagaille et faire croire au président qu’il y a ceci ou cela. Nous sommes les pères fondateurs ; et, ce parti est notre avenir… ».

Enfin, Elhadj Djomba Mory a prévenu que « toutes les sous-sections et organismes parallèles sont unanimes que si on touche à un membre de leurs sections, ils vont tous démissionner du parti ».

De Banankoro, Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS