Comme nous l’annoncions précédemment, une délégation de l’opposition, composée des députés de l’UFDG, Aliou Condé Kalémodou Yansané, Mamadou Cellou Baldé, a été reçue le lundi dernier, 11 juin 2018, par le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Dr. Ibrahima Kassory Fofana. Au sortir de cette rencontre qui a duré un peu moins de 30 minutes, le chef de la délégation, Honorable Aliou Condé a accepté d’en dire quelques mots au reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Décryptage !

Vous avez été reçus par le Premier ministre. Que peut-on retenir de cette rencontre ?

Comme vous le savez, lors de la dernière visite de monsieur le Premier ministre au président de l’UFDG, Elhadj Cellou Dalein Diallo, il a été question de déposer un mémorandum relatif à la crise actuelle. Donc, c’est ce document que nous sommes venus lui déposer.

Vous avez passé près de trente minutes ensemble, certainement qu’il y a eu des échanges ?

Oui ! Ça a été l’occasion pour lui de poser des questions, il voulait comprendre certaines choses. Donc, on lui a donné des explications, tout en lui expliquant un peu la structure du memo ; et, il avait des questions spécifiques à savoir sur le contentieux électoral, la loi sur la CENI, et sur l’audit du fichier électoral. Donc, on lui a fourni des explications et le point de vue de l’UFDG par rapport à toutes ces questions.

Beaucoup d’observateurs pensent que l’UFDG se fait toujours berner. Au sortir de cette rencontre, est-ce que vous êtes optimiste ?

Non ! A partir du moment où vous allez en négociation avec quelqu’un et que vous aboutissez à un deal, si le deal n’est pas respecté, vous ne vous êtes pas fait rouler dans la farine. Ici, il faut plutôt parler de celui qui n’a pas respecté ses engagements. Et, souvent, vous la presse, vous avez tendance à toujours dire que c’est l’autre qui s’est fait rouler dans la farine. Non ! On ne se fait pas rouler dans la farine, on va, on est conscient… Se faire rouler dans la farine, c’est quand vous tenez mordicus sans comprendre de quoi il s’agit et vous vous mettez les pieds dedans. Ici, c’est la base de discussions, de négociations, d’arguments contre arguments ; et puis, finalement, on produit un document qui a des relevés de conclusions, où il y a des recommandations, il y a des actes à poser, il y a un chronogramme, des deadline ; et, donc, on pense que ceux qui ne respectent pas ces engagements, il doit leur revenir la responsabilité de n’avoir pas honoré leurs engagements.

Outre la remise de ce mémorandum, c’est vous qui avez parlé, le Premier ministre vous a écouté ou c’est lui qui vous a écouté ?

Non ! Ça, vous voulez les détails de la chose, je ne vais pas vous livrer les détails.

A quand la prochaine rencontre, c’est lui qui va vous rappeler ou bien c’est vous qui allez l’appeler ?

Bon ! On a déposé le mémorandum, quand vous déposez un mémorandum, un document, vous attendez la suite…

Le Chef de file de l’opposition, Elhadj Cellou Dalein Diallo a lancé un ultimatum au nouveau Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana. Pour l’instant, est-ce qu’on peut s’attendre à une manifestation ou bien vous attendez la réponse du Premier ministre ?

Ecoutez ! Chacun est dans son rôle. Nous espérons que le Premier ministre, s’il a réclamé un mémo, ce n’est pas pour le plaisir d’avoir un mémo ; mais, certainement, pour avoir une base sur laquelle il devra s’appuyer pour trouver des solutions. Donc, les manifestations, ce n’est pas l’objet de notre discussion de cet après-midi.

Entretien réalisé à la Primature par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin