Guinée : des officiers de police et de gendarmerie à l’école de la « gestion démocratique des foules »

Des cadres des Compagnies Mobiles d’Intervention et de Sécurité (CMIS) et de la gendarmerie nationale ont entamé ce lundi, 08 octobre 2018, une formation à la gestion démocratique des foules. C’est la CMIS de Cameroun, dans la commune de Dixinn, qui servira de cadre à cette formation de neuf semaines.

Elle s’inscrit dans le cadre du 3ème cade d’appui à la reforme du secteur de sécurité, financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par CIVIPOL et COGINTA en collaboration avec l’ambassade de France, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Raymond Lataste

Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’engagement de l’Union Européenne pour le respect de la légalité et des droits de l’Homme lors d’opérations de gestion des foules et de maintien de l’ordre. Selon Raymond Lataste, chargé de programmes à la délégation de l’UE en Guinée, « la gestion démocratique des foules inclue le maintien de l’ordre et consiste à gérer une foule dans le respect de la légalité, afin d’assurer la protection des personnes et des biens… Cette formation est nécessaire car gérer une foule est un exercice complexe, qui nécessite de la préparation, de l’anticipation, des techniques et tactiques particulières ».

Par ailleurs, le diplomate européen a laissé entende que le choix des CMIS et de la gendarmerie pour cette formation réside dans le fait que ce sont deux forces complémentaires. « La gestion démocratique des foules est une attribution de ces deux forces qui doivent travailler ensemble dans un esprit de mutualisation pour faire face à des événements de grande ampleur. Cela va permettre d’améliorer leur collaboration, leurs synergies afin d’améliorer l’efficacité de leurs interventions », a expliqué Raymond Lataste.

Fodé Chapo Touré

Pour sa part, le contrôleur général Fodé Chapo Touré, a salué les actions du gouvernement depuis 2010 dans e cadre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS). Selon ce conseiller spécial du ministre de la sécurité, « la politique de la RSS a mis l’accent sur une nouvelle conception de la défense et de la sécurité, basée sur une approche globale, consensuelle et participative dans le respect des droits de l’Homme… Il revient aux officiers de police et de gendarmerie de capitaliser les acquis de cette formation. Vous êtes souvent en situation d’Unités constituées, cela requiert de l’éthique, de la technicité, de la tactique et de la lucidité pour mener à bien vos missions ».

Ansoumane Camara « Bafoé »

Interrogé sur ses attentes, le contrôleur général Ansoumane Camara, s’est réjoui que ses hommes bénéficient de cette formation. « Le thème est très intéressant parce qu’il faudrait que, sur le terrain, les hommes sachent faire de l’anticipation pour éviter des affrontements. Et même si, par hasard, il y a des affrontements, que nous acceptions la force de la foule momentanément égarée. Qu’on soit blessé, qu’on soit atteint, qu’on accepte la force et qu’on puisse atteindre l’objectif qui est de les disperser et de faire respecter l’autorité de l’Etat. Cela veut dire quoi ? Un agent qui est cogné par un caillou, ne doit pas prendre un caillou pour rembourser. Il doit être serein, calme pour atteindre l’objectif », a fait savoir le directeur national des CMIS.

Il reviendra aux cadres ainsi formés de restituer à leurs collègues des unités de maintien d’ordre ce qu’ils vont apprendre durant les neuf semaines d’intenses travaux à venir.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 17 99 17

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS