A l’occasion de la tournée qui l’a conduit hier vendredi, 26 octobre 2018 dans la ville de Boké, le Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, a procédé à la pose de la première pierre de l’Unité de Formation et de Perfectionnement. Une structure qui sera logée au sein du CFP (Centre de Formation Professionnelle) de Boké. La cérémonie a connu la présence de plusieurs membres du gouvernement et du cabinet du Premier ministre, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Boké.

Lansana Komara

L’Unité de Formation et de Perfectionnement de Boké est une initiative du bureau d’exécution stratégique de la Primature, en partenariat avec le ministère des Mines et de la Géologie et le ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail.

Selon Lansana Komara, le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, le projet vise à répondre à un besoin crucial de qualification de la main d’œuvre locale pour favoriser l’accès des jeunes diplômés des écoles techniques à l’emploi.

« Cette structure est destinée à dispenser des formations qualifiantes et professionnalisantes, capables de répondre très rapidement aux besoins exprimés par le secteur privé. Le projet sur le financement d’Abou Dhabi for developpement, vise à accroitre l’employabilité des jeunes diplômés de l’enseignement technique sans emploi, dans un temps réduit, pour faire face aux défis de l’insertion professionnelle des diplômés », a expliqué le ministre.

Kassory Fofana

De son côté, le Premier ministre qui a présidé la cérémonie de pose de la première pierre de cette unité, s’est dit heureux de lancer ce projet. Car, selon Kassory Fofana, la formation et le perfectionnement, notamment la formation orientée aux métiers qui répondent aux besoins des employeurs, est « la première réponse aux préoccupations de Boké en termes d’employabilité de la jeunesse de Boké. Je suis heureux de poser cet acte qui est la démonstration, s’il en était besoin, que le gouvernement est engagé au-delà des mots, à traduire en actes concrets, l’engagement du président de la République de résoudre le problème de la jeunesse guinéenne. Parce qu’il n y a pas de paix, de sérénité dans la cité si la majorité des citoyens ne travaillent pas. C’est une préoccupation majeure, et je voudrais rassurer ceux qui doutent que le gouvernement est engagé à résoudre cette question », a déclaré le chef du gouvernement guinéen.

Ibrahima Kassory en a profité pour s’adresser aux jeunes, en leur disant qu’il n’y a pas de travail ingrat et qu’un diplôme qui n’aboutit pas à un travail décent et rémunérateur n’est pas un diplôme qui vaille la peine. Une façon pour lui d’encourager les jeunes à s’orienter vers la formation technique plutôt que d’aller vers des facultés qui forment généralement des chômeurs. « N’ayez pas le complexe de vous mettre à ce centre de formation. Là, c’est le début du commencement.

Mais déjà, ça garantie cinq cent (500) formations par an, c’est déjà quelque chose. Et ça garantie, grâce à la coopération établie entre les unités minières et le centre de formation, ça garantie l’accès direct à l’emploi. Parce que la formation aux corps de métiers que vous recevez ici débouche sur l’emploi direct », a lancé le Premier ministre.

De Boké, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin