Comme annoncé précédemment, Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, responsable des
antennes et des actions du FNDC, est retourné en prison à l’issue de la deuxième audience de son procès, qui s’est tenue ce jeudi 13 août 2020, au tribunal de première instance de Dixinn.

Le procès a été renvoyé à nouveau au 20 août prochain et l’opposant à un troisième mandat pour le président Alpha Condé a été reconduit à la maison centrale de Conakry, au grand dam de ses avocats. Ces derniers avaient sollicité une nouvelle fois sa remise en liberté mais cette demande a été rejetée par le juge. Au sortir de l’audience, maître Salifou Béavogui, membre du collectif des avocats de la défense, a réagi sur le déroulement de cette audience au micro d’un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

«  La journée d’aujourd’hui a été une victoire pour la défense. Pourquoi je le dis ? Aujourd’hui, nous avons eu l’occasion d’écouter le CD incriminé. Dans le CD, il a été révélé que notre client n’a tenu aucun propos de nature à divulguer de fausses nouvelles ou d’inciter à la violence ou de provoquer des situations de troubles. C’est pour cette raison que je dis que c’est une victoire pour la défense parce que le dossier est en train d’être vidé de son contenu ; le dossier est en train de perdre tout le poids. Et, le tribunal aurait pu saisir cette occasion courageuse pour remettre purement et simplement en liberté notre client. Néanmoins, malgré nos arguments, malgré le fait que le dossier est en train de perdre le poids et toute sa force, malheureusement notre client est maintenu en prison », a-t-il déclaré.

L’avocat se dit d’une part déçu et de l’autre réconforté par cette décision du juge.« Parce que dans une procédure judiciaire, ce n’est pas une course de vitesse, c’est une course de fond. Jusque-là, nous continuons à croire au tribunal, nous continuons à croire que nous avons en face de nous un juge qui dira le droit. C’est pour cette raison que nous gardons le calme, la sérénité. Nous aimons la façon dont il (le juge) conduit les débats, nous avons nos droits qu’il respecte, les droits de notre client. Et donc, nous pensons que la finalité sera la joie. Notre client aujourd’hui, est détenu illégalement et arbitrairement, nous continuerons à dénoncer cette détention arbitraire et à demander sa remise en liberté. Parce qu’il ne se reproche de rien. Tous les faits poursuivis ont été montés de toute pièces pour le neutraliser et le maintenir en prison », a dit Me Béa.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin